Fear the Walking Dead – S04E14

Épisode 14 – MM 54 – 17/20
Enfin ! Enfin un épisode où je n’ai pas trouvé que l’intrigue n’avançait pas et où je ne me suis pas ennuyé une seconde. Au contraire, même, j’ai trouvé qu’on avait un bon rythme tout le long, qu’on obtenait quelques réponses et l’action que j’attends d’un épisode d’une franchise autour de zombies. Les choses bougent et ça fait du bien, et comme j’adore toujours une partie des personnages, j’étais dedans.

Saison 4

14.jpg

Hug the asphalt!

Avec un tel cliffhanger, j’étais pressé de voir cet épisode, mais j’ai rapidement changé d’envie en découvrant qu’il commençait encore avec un nouveau personnage en train de mourir sur le bord de la route. Il s’agit du mari de Martha, notre grande méchante de la saison qui a donc était gentille un jour dans sa vie mais s’est sentie drôlement faible de devoir compter sur les autres pour sauver son mari. C’est con, parce que les autres ne se sont pas arrêtés en passant à côté d’elle, évidemment.

Sa situation est triste évidemment, mais elle a rapidement appris comment tuer des zombies par elle-même, donc il n’y a pas de quoi nous faire chier toute une demi-saison quoi. On n’y peut rien si ton mari s’est empalé tout seul, faut t’en remettre cocotte. Le problème, c’est que non, elle s’enferme dans l’espoir vain que quelqu’un va venir les aider, passe la nuit auprès de son mari et le découvre en zombie le lendemain matin. Moralité de l’histoire ? Ne portez pas de chaussures ouvertes avec des chaussettes : c’est moche et vous finirez à devoir enterrer votre bien-aimé(e) à mains nues – ce que la série tente de nous faire croire possible sans qu’elle ne soit attaquée par le moindre zombie.

Et après ? Ben après, elle se retrouve à péter un câble, évidemment. Le lendemain (encore, oui) un camion prend la peine de s’arrêter pour l’aider, mais c’est trop tard. Le fameux homme aux cartons s’avère être une femme bien gentille, Stevie, avec Martha, mais Martha est une connasse qui préfère corriger ses fautes d’anglais et la tuer. Pourquoi ? Parce qu’elle l’a remerciée de son aide, et que Martha n’a pas envie d’aimer grand-monde.

Comme personne ne l’a aidée elle, elle s’amuse donc à tuer tous ceux qui laissent des cartons, parce que c’est bien plus drôle comme ça et parce qu’elle veut absolument retrouver le créateur de ce concept pour le tuer lui aussi. Sympathique, dis donc. Comme quoi, on a beau être gentil, c’est facile d’attirer les psychopathes.

On retrouve alors le camion avec tout le monde encore en vie, sans la moindre crédibilité. Oh, on a bien June blessée à la jambe et Sarah avec une balle dans le bras. Wendell a la joie de voir son fauteuil roulant complétement cassé, aussi. Sans trop de logique, Martha se gare à proximité du camion et les regarde tous en sortir sans réagir.

Evidemment, Al est incapable de ne pas réagir très longtemps : elle se précipite vers son van et manque de mourir à cause d’un zombie lâché par Martha, mettant ensuite June en danger. Finalement, elles s’en tirent toutes les deux grâce à un bon concours de circonstance, alors que Morgan essaye encore de convaincre Matha d’être gentille.

C’est peine perdue, évidemment, et ils sont interrompus par Wendel lui tirant dessus. Alléluia, tu marques des points petit Wendel, mais tu aurais pu la tuer tant qu’à faire. Malheureusement, il n’a pas le temps parce que le camion explose, laissant tout le monde retourné (mais sain et sauf). Martha profite de la diversion pour s’enfuir et tout est bien qui… finit mal ?

Le groupe est quand même dans la merde, parce que tous les zombies du coin (et il y en a la masse) sont attirés et les poursuivent quand ils décident de s’enfuir comme ils peuvent, et parce qu’il faut traîner (littéralement) Wendell. Jim s’en sort quand même sans blessure et s’attire les foudres de tout le reste du groupe, qui décide d’aller à l’hôpital. Il n’empêche qu’il préfère jouer la sécurité et faire cavalier seul… avant de les suivre finalement voyant l’ampleur de la tâche l’attendant.

En parallèle, Alicia et Charlie finissent par retrouver ce qu’il reste du camion, mais il n’y a même plus de zombies, c’est dire le temps qu’elles mettent à arriver sur place. Cette fois, Alicia est en pleine déprime, mais elle prend la décision de continuer vers l’est, allons savoir pourquoi. Il fallait bien aller quelque part, vous me direz.

Elles tombent en panne d’essence une cinquantaine de miles plus loin. Charlie est assez déprimée de comprendre qu’elles ne sont pas spécialement à la recherche de Morgan, mais Alicia lui explique qu’elle veut l’emmener à la plage… OK. Bon, c’est sympa dans la construction de leur intrigue, mais c’est pas hyper sympa pour le reste du groupe ça, Alicia. Et puis, je suis pas sûr qu’une plage soit une bonne idée.

Charlie reste une ado chiante qui préfère partir à la recherche de Morgan, mais Alicia lui fait un petit rappel de la situation. Par chance, elles trouvent leur plage plus vite que prévu avec l’inondation provoquée par la tempête. Elles retrouvent aussi le chapeau de John, avant d’apercevoir… eh bien, quelque chose les faisant sourire, mais allons savoir quoi. Le plus logique serait Victor et John, le plus dingue Madison (je trouve ça trop simple comme moyen de s’en débarrasser).

Quand on retrouve le groupe du camion, ils sont encore bien dans la merde, mais ils sont posés dans l’hôpital… face auquel tous les zombies s’accumulent. June examine tout le monde, c’est quand même bien pratique d’avoir une infirmière, alors qu’Al pose 150 000 questions à Wendell qui commence à être presque sympathique à force. Et pourtant, il a une histoire de base super chiante, à être en fauteuil roulant parce qu’il était gentil avec les autres, et à être frustré parce qu’on lui a refusé l’armée comme il était en fauteuil. Ah lala. Les classiques des séries (et sûrement de la vie, malheureusement).

Jim s’en prend aussi à Morgan qu’il accuse de les avoir mis dans la merde, et il est parfaitement insupportable à ne proposer aucune solution. Finalement, ce n’est pas si mal d’avoir de nouveaux personnages, ça me permet de trouver Morgan supportable, comme c’est lui qui propose de monter dans les étages (solution logique), puis d’aller sur le toit. Bref, de manière générale, c’est le seul qui leur propose d’agir.

Et la situation est assez désespérée quand même : ils sont forcés de se séparer à l’étage histoire de trouver comment remettre l’électricité et faire fonctionner l’ascenseur. Se séparer ? Oui, Al décide de se sacrifier pour que Sarah et Wendell puisse rester ensemble, alors que Jim se retrouve à affronter un zombie sans la protection de Morgan. Et il se retrouve mordu dans le dos sans qu’on ne sache trop comment, ce que June finit par découvrir quand ils sont sur le toit.

Oh, c’est censé être triste, bien sûr, mais franchement, Jim m’a tellement insupporté tout l’épisode que je ne trouve pas ça si dommage que ça. En plus, au moment où tout le monde s’est retrouvé jaloux de son absence de blessure, j’ai su qu’il était dans la merde, parce que c’est un classique le personnage qui s’en sort indemne pour mieux mourir en laissant tout le monde dépité. Sur le toit, ça donne donc la possibilité à tout le monde de déprimer, surtout qu’ils sont quand même entourés de zombies et ne peuvent rien faire d’autre que ça. Il faudra pourtant bien avancer à un moment.

Saison 4

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.