Glow – S03E04-06

Épisode 4 – Say Yes – 16/20
Les personnages sont toujours géniaux et les numéros proposés dans cet épisode sont top aussi, mais je regrette l’absence de catch vraiment trop marquée cette saison. Heureusement qu’il y a plein d’autres raisons d’aimer ces épisodes et que ça se regarde tout seul, heureusement que l’humour est bon, heureusement que la psychologie proposée pour certains est creusée, sinon ce serait long.

> Saison 3


Spoilers

304.jpg

What if we break up and I’m stuck with this camera?

C’est mal barré pour voir toute la saison en un seul week-end, mais l’avantage de cette série est que je suis capable de les enchaîner malgré tout. En plus, celui-ci commence bien : alors qu’on a un numéro musical d’un autre spectacle de l’hôtel, le Fan-Tan, on découvre que Russell débarque pour venir voir Ruth. Si elle couche avec, elle a un peu honte d’avoir la montre de Sam à portée de main de son lit.

Très rapidement, la gêne la fait faire n’importe quoi, comme toujours avec Ruth. Elle parle donc à Russell d’emménager ensemble à la fin des six mois de spectacle au Fan-Tan, et celui-ci le sent mal. La journée en amoureux continue par une virée en ville où Ruth essaie des bagues de fiançailles (pas du tout stressante la meuf) avant d’offrir un appareil photo excessivement cher à Russel, qui n’aime pas bien l’idée, en cas de rupture. Tout est dit…

Pendant ce temps, Debbie essaie de coucher avec encore un petit jeune, mais elle est gênée par Debbie écoutant la musique à fond, pour oublier sa dispute de couple, qui fait déjà les potins des autres. La vie n’est pas simple pour Debbie : son fils grandit sans elle, Sam préfère faire du sport et Bash préfère flirter avec Rhonda… ou se laisser séduire par le serveur de son petit déjeuner qui est aussi magicien.

Et voilà comment on se retrouve avec un magicien dans le spectacle. Cherry n’est pas trop fan de l’idée, mais ça inspire beaucoup Carmen qui se propose de remplacer Cherry pour la chorégraphie du spectacle de la semaine, parce qu’il semblerait que ce soit de plus en plus ennuyeux pour les filles qui manquent de peps.

Du peps, elles vont en avoir : Bash se laisse convaincre par tous les artistes de Las Vegas qu’il rencontre… à part peut-être Bobby, parce qu’il y a un malentendu évident dans le flirt qu’il initie avec Bash qui lui parlait de sa femme, Rhonda, qui les a présentés. Il finit par lui dire non en fin d’épisode, après une excellente interprétation de « Say yes ».

Quant à Cherry, c’est Debbie qui finit par s’occuper d’elle, autour d’un joint. Pas mal la relation employée/employeur, non ? Du coup, Debbie explique qu’elle aurait préféré ne jamais se marier et qu’elle a couché avec tout l’hôtel, alors que Cherry aurait envie de retrouver Keith au plus vite – sauf qu’il s’est barré après leur dispute.

Autrement, Sam prend mal la présence de Russel, principalement parce que ça laisse Sheila dans le couloir à lire à voix haute pour s’entraîner en tant qu’actrice. Comme il en a marre de l’entendre, il lui propose de venir dans sa chambre pour lui faire lire un script (sur sa vie à lui) qu’elle critique beaucoup. Cela l’énerve et cela rend Ruth jalouse quand elle apprend que quelqu’un qui n’est pas elle a pu lire le script. Ah, la jalousie, c’est moche.

Du coup, elle décide de coller Sheila, quitte à laisser Russel avec Debbie ; et c’est moyennement réussi parce qu’elle se fait repérer et dégager de la salle de spectacle pour coucher avec Russell. Celui-ci finit par comprendre que Ruth est jalouse de Sheila à cause de la relation qu’elle a avec Sam. L’engueulade tant attendue commence, mais est interrompue par un mariage impromptu à prendre en photo. Finalement, ils se réconcilient pour le départ de Russell, mais bon, il y a des problèmes qu’il faudra bien régler un jour.

En parallèle, Carmen se fait un nouveau pote dans le catcheur avec qui elle s’entraîne. Du coup, celui-ci essaie de la détourner de Glow, parce qu’il pense qu’elle pourrait faire une vraie tournée de matchs de catch.

Sinon, bien sûr, on continue de s’attaquer au problème de Sheila et de ses problèmes de personnalité dans cet épisode. Les scénaristes commencent à vraiment creuser son mal-être maintenant qu’elle veut être actrice et que son look pose problème… L’épisode se termine sur Sheila se confiant longuement à Bobby et osant même retirer sa perruque devant lui, pour qu’il en prenne soin. C’est une scène merveilleuse, il en faudrait plus des comme ça.


Épisode 5 – Freaky Tuesday – 19/20
Il suffisait de demander ? Cet épisode a toutes les composantes qui font de Glow une série que j’adore et ça fonctionne donc super bien. J’ai beaucoup ri devant cet épisode, alors que certains twists ont vraiment été en mesure de me surprendre. C’est excellent et ils devraient en proposer plus souvent des comme ça je trouve. Il y a une vraie bouffée d’oxygène dans cet épisode.

 > Saison 3


305.jpg

Did he say the rest of the year?

Quelle angoisse que ce début d’épisode ! On y suit la routine quotidienne de Tamme et son mal de dos, qui empire chaque fois qu’elle doit porter Liberty Belle sur les épaules. C’est répétitif, c’est entêtant et c’est super bien joué, jusqu’à ce qu’elle coince encore plus le dos et demande à voir une masseuse, plutôt qu’un médecin comme elle le devrait.

Elle cherche donc à proposer, pour la dernière semaine de spectacle, de changer les rôles de tout le monde, lançant un grand débat. Le seul moyen pour que Ruth accepte, cependant, c’est que Debbie lui propose de jouer le rôle de Liberty Belle et qu’elle endosse celui de Zoya. On se marre bien ensuite à voir tous ces échanges de rôles qui se passent en coulisses, sans les accords de Bash et Sam.

On retrouve autrement les autres personnages à l’enterrement d’un membre important pour le Fan-Tan, mais comme on ne le connaît pas, j’ai un peu décroché du discours de Sandy enterrant son père, pour m’amuser plutôt de Bobby se précipitant sur le verre gratuit. En revanche, la grosse information de cette scène, c’est que Sandy est prête à offrir un contrat prolongé à Glow. Plutôt qu’une durée de trois mois au Fan-Tan, elle propose donc un an de spectacle. Et ça n’arrange pas vraiment Debbie.

Si Bash est ravi et se lance en campagne pour convaincre Sam de l’aider à convaincre Debbie, Debbie, elle, a besoin d’en discuter, et elle en parle seule à seule avec Sandy, parce que si elle heureuse de son succès professionnel, elle ne sent que moyennement de passer neuf mois loin de son fils. Forcément. Quant à Bash, il découvre que Sam n’est pas autant de son côté qu’il l’espérait, parce que Sam n’apprécie pas qu’on lui donne des ordres.

Dans l’épisode précédent, Sam a eu le temps de vraiment avancer son script et il l’emmène pour un petit-déjeuner avec… Justine ! Je suis tellement content de voir qu’elle a pris le temps de venir à Las Vegas. On découvre ainsi qu’elle a écrit un scénario elle aussi, au moment où son père allait lui montrer le sien. Elle s’enfuit donc pour retourner à son spring-break après cette bombe, et c’est intéressant.

Tout ça nous mène à la deuxième partie d’épisode où Justine et Sandy viennent assister à un spectacle étonnant, puisque toutes les actrices ont changé de rôle. Je tiens à dire que Debbie et Arthie sont excellentes dans ces nouveaux rôles. Melrose en asiatique, c’était super problématique, mais bien traité par les scénaristes et Ruth en Liberty Belle, c’était bien drôle. En plus, on retrouvait ENFIN du catch dans la série, et c’est quand même une composante essentielle de la série. Revoir le spectacle avec ces changements de rôles était chouette. On note que Carmen déchire en Wellfare Queen (elle est moitié noire) et que Jenny faisait une bonne Rhonda aussi.

M’enfin on part ensuite en plein délire avec Reggie en nonne et surtout Sheila en… humaine ? La liberté créative est totale et tout le monde s’éclate sur le ring, même le nouvel arbitre, Sam. J’ai adoré, il n’y a bien que Bash pour ne pas rire face à ce spectacle. Bon, Bash et Debbie, parce qu’elle découvre la douleur de Tamme.

Il n’empêche que Bash est vexé de ce coup bas organisé par Debbie : il décide donc d’annoncer ensuite que Glow restera bien à Vegas pour le reste de l’année, n’en déplaise à Debbie, Sam ou Tamme. C’est simple : s’ils ne sont pas d’accord, ils savent où est la porte. Et bim. Après tout, c’est Bash qui fournit l’argent nécessaire, et c’est son nom qui est affiché sur le Fan-Tan.

Quant au script de Justine, il finit dans les mains de Ruth qui aurait préféré celui de Sam, mais qui accepte de lire celui de Justine pour confirmer son premier avis…


Épisode 6 – Outward Bound – 17/20
Il n’y a bien qu’une série Netflix pour gérer aussi bien tout un épisode comme celui-ci – qui est beaucoup plus lent que les précédents. On change de paysages, littéralement, et de format avec ce sixième épisode, histoire de pouvoir enfin régler, ou au moins se confronter à, certains problèmes qui ont été installés depuis un moment dans la série (ou la saison)… Et c’est super efficace parce que l’évolution des personnages est au cœur de cette saison.

> Saison 3


306.jpg

Not really getting in the trauma that’s behind all the shit we don’t want to talk about?

Les filles partent en week-end pour cet épisode et c’est étonnant comme enchaînement après le cliffhanger précédent où Bash annonçait quand même une importante nouvelle, sans consulter personne et devant Sandy. Pourtant, Debbie est toujours là, Sheila est de retour dans son rôle de loup et Cherry et Debbie doivent se mettre d’accord pour savoir qui devra virer Debbie.

Bon, les filles se retrouvent donc dans le désert de Las Vegas, mais toutes n’ont pas les mêmes priorités : il y a un grand accord sur le vin, à part pour Ruth qui veut faire une randonnée. Elle part donc avec Debbie, Reggie et Sheila. Les scénaristes en profitent surtout pour une conversation entre Ruth et Debbie qui annonce qu’elle veut se barrer. Elle ne peut rester loin de son fils si longtemps. Assez vite, les deux filles se retrouvent séparées de Reggie et Sheila, qui ont la carte du coin.

Au passage, Sheila rencontre un loup, un vrai cette fois… mais c’est parce qu’elle s’est évanouie. Elle a refusé de boire en même temps. Tout aussi paumées sont Debbie et Ruth, qui se mettent à craindre le pire quand elles voient la nuit tomber. Elles en sont quand même à envisager les articles qui seraient écrits à la découverte de leurs cadavres dans le désert. C’est déprimant comme tout pour Debbie, alors que Ruth se trouve forcée d’expliquer que Sam lui a dit qu’il l’aimait. Debbie creuse un peu et découvre carrément que Ruth se sent amoureuse de lui. Elles sont heureusement retrouvées par Sheila et Reggie.

Pendant ce temps, Melrose et Jenny s’isolent après une petite escalade, parce que Melrose sent bien qu’il y a un problème entre elles. Le problème est évidemment l’épisode précédent où Melrose a pris un accent asiatique pour incarner le personnage raciste de Jenny, qui révèle donc qu’elle vit un cauchemar depuis un moment. Cela sent le départ surprise de Las Vegas.

Enfin bon, Melrose fait ce qu’elle peut pour se réconcilier avec Jenny, organisant même une soirée autour d’un feu de camp, en faisant la cuisine avec des enjoliveurs. Avant ça, au campement improvisé, Cherry se sent forcée d’informer Tammé sur sa situation : elle ne peut continuer à faire du catch. Ce n’est pas si simple pour Tammé d’envisager un avenir qui ne soit pas sur le ring. Heureusement, Carmen s’en charge et lui trouve des rôles possibles.

En parallèle, Arthie et Yolanda s’isolent dans le désert pour profiter d’un moment en couple, mais elles sont rejointes par les deux personnages que je connais le moins finalement : Stacey et Dawn qui jouent habituellement les deux vieilles. Elles apportent de la drogue et rapidement Arthie et l’une des vieilles sont d’accord pour échanger leurs personnages. Le seul problème ? Ca apporte un peu d’homophobie quand l’une n’a pas trop envie de faire du catch avec Yolanda. Evidemment.

Il y a clairement des tensions à résoudre dans cet épisode, mais ce ne sont pas les seules : il y a une certaine haine installée envers Bash, et c’est Rhonda qui le défend, bec et ongles. C’est efficace, mais pas autant que la très bonne performance des actrices sur les histoires de leurs personnages immigrées. Jenny raconte ainsi son histoire de manière super triste et provoque un câlin collectif qui fait beaucoup de bien à tout le groupe, alors que les perdues de cet épisode débarquent enfin au campement.

Et étonnamment, après ça, nous avons droit à une excellente scène entre Rhonda et Carmen : cette dernière s’inquiète de savoir si son amie est vraiment heureuse de son mariage, puis elle parle de sa sexualité à elle et de son désir de trouver un copain un jour. C’était bien écrit, n’empêche. Tout aussi bien écrit était la scène suivante entre Yolanda et Arthie, avec la première mettant en garde la seconde sur l’homophobie de Stacey et Dawn. C’est un message à faire passer, c’est sûr, mais la plus grande violence de l’épisode vient finalement de Yolanda : Arthie lui explique qu’elle n’est pas sûre d’être lesbienne, même si elle l’aime… et Yolanda refuse alors de coucher avec « une hétéro qui ne sait pas ce qu’elle veut ». Outch.

À son réveil de son malaise, au beau milieu de la nuit, Sheila prend la décision de foutre au feu sa perruque et sa veste de loup. Heureusement, elle le fait devant Ruth qui peut s’occuper d’elle, mais c’est une sacrée résolution qu’elle prend là. L’évolution du personnage en quelques épisodes est franchement dingue tout de même.

Au petit matin, Debbie annonce à Tammé qu’elle compte quitter Las Vegas, mais comme Ruth, Tammé conseille à Debbie de ramener son fils à Las Vegas, parce qu’elle aurait aimé ne pas attendre sa quarantaine pour trouver un job qu’elle aime. Et voilà comment on en arrive à peut-être ne pas avoir à envisager le moindre départ, avec une Sheila qui n’est plus She-Wolf et une Ruth qui relit la note que Sam a laissé sur le script de Justine : sois honnête. Voilà qui promet.

Et comme nous sommes en plein épisode 6 et sur Netflix, j’aurais dû m’attendre au cliffhanger terrible qui suit : Sam a quitté le Fan-Tan au petit matin, sans dire au revoir à personne, pas même à Ruth. J’aurais aimé avoir le temps de continuer la série ce soir, dis-donc !

> Saison 3

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.