The 100 – S07E05

Épisode 5 – Welcome to Bardo – 18/20
J’ai opté pour une critique qui rétablit la linéarité de tout ce que cet épisode propose par de multiples détours. J’ai adoré la manière dont tout est dévoilé peu à peu et dont les pièces du puzzle s’emboîtent, mais il fallait à nouveau s’accrocher devant cet épisode qui n’était pas ce que j’imaginais avec le cliffhanger de la semaine dernière. L’exploit de me raccrocher à la partie plus faible de ce début de saison est réussi, donc on devrait rester à présent sur ce type d’épisodes, et ce type de notes. Excellent, tout simplement.

> Saison 7


Spoilers

705

GET OUT OF MY MIND.

J’assume mal mon retard dans la série, même s’il ne date que d’il y a 24h… Il faut dire qu’il s’explique par mon visionnage intense de la dernière saison de 13 Reasons Why ces dernières semaines et particulièrement depuis deux jours. Il est donc temps de repasser à des séries de qualité, et rien de tel que celle-ci pour repartir du bon pied, malgré la fatigue de la semaine – principalement de la fatigue que je dois à des incertitudes nombreuses. Peut-être que cette série et ses milliards d’incertitudes en plan ne va pas m’aider, mais j’ai bon espoir quand même !

On est donc parti pour découvrir la planète Bardo, 45 jours plus tôt. Plus tôt que quoi ou qui, le mystère est total, mais ce n’est pas l’essentiel. L’essentiel, c’est que l’on suit l’arrivée d’Octavia sur cette nouvelle planète et que c’est aussi mouvementé que ce que l’on pouvait attendre : elle entend Diyoza se faire emmener par des gardes et fait mine de se rendre, avant de tout de suite tenter de s’échapper.

Comme il s’agit d’Octavia, non seulement elle essaie, mais en plus elle réussit, ne prenant pas le temps de vraiment explorer l’endroit dans lequel elle est, avec une jolie suite de couloirs et d’ascenseurs, plein de gardes, la menant finalement dans une forêt.

Une forêt ? Plutôt une salle supplémentaire dans laquelle il y a des arbres, certes, mais aussi des gardiens invisibles. Bizarrement, j’avais pressenti ces deux éléments dès l’ouverture de la porte. En tout cas, elle finit bien vite attrapés par les gardes de Bardo. La série nous offre au passage un nouveau générique, encore. Ils s’amusent beaucoup avec cette saison 7, c’est chouette – même s’il n’y a que le titre qui change pour nous dire où l’on est.

45 jours plus tôt que qui ou quoi (j’exagère : que les événements de Sanctum), Octavia se réveille dans une salle où elle est interrogée par deux hommes en blanc, assez flous, sur une chaise longue qui ressemble fort à celle de Dollhouse. Comme Octavia, nous sommes réduits à subir la scène et entendre les deux hommes en blanc parler et débattre de son cas, avant d’utiliser une machine pour en savoir plus de tout ce qu’elle peut connaître.

La machine en question était déjà pressentie dans les épisodes précédents avec des informations donnée sur celle-ci, et ça ne manque pas : la machine permet d’extraire des hologrammes nous montrant les souvenirs d’Octavia. Je veux bien une machine comme ça chez moi, surtout que ce n’est pas censé nous faire souffrir si on est volontaire. Bien sûr, O ne l’est pas et c’est donc douloureux pour elle. Je n’en attendais pas moins.

Les hommes découvrent donc tout de Bellamy, avant d’en découvrir plus sur le casting de la série. 34 jours plus tôt, ils s’intéressent de prêt à Murphy, avant de découvrir l’existence d’Hope et d’expliquer à Octavia qu’une journée à Bardo équivaut à un an sur Skyring. Magnifique, ça veut dire que Bellamy est à Bardo depuis cinq jours au stade où on est dans la série, contre 5 ans pour Echo/Hope/Gabriel. OK. Pour l’instant, cependant, cet épisode se concentre sur les flashbacks et Octavia qui accepte de coopérer en échange de la promesse de pouvoir retrouver Hope rapidement.

C’est étonnant de la voir se faire avoir comme ça. Rapidement, elle accepte donc de montrer tous ses souvenirs de la série, transformer son bourreau en fan de The 100 heureux de voir Pike être tué et de lui analyser son histoire pour en faire une guerrière au grand cœur. Nous sommes à ce stade-là 31 jours avant le présent de notre saison 7, et c’est le moment pour Hope de débarquer et sauver sa tante de son bourreau devenu un allié de taille.

On le comprend : moi aussi, j’étais super fan d’Octavia en fin de saison 3. Je le suis toujours, cela dit, mais il ne peut pas hésiter puisqu’il ne connaît pas Bloodreina. Voilà donc qu’il aide Octavia à s’enfuir de sa cellule, un peu forcé par Hope, un peu volontaire après avoir vu sa vie être sauvée par O. Les scènes s’enchaînent vite pour enfin combler les trous qui restaient suite aux précédents épisodes : Hope emmène Octavia au pont qui lui permettra de rejoindre Sanctum, mais c’est à ce moment-là qu’elle découvre que sa tante perdra tous ses souvenirs de ses moments hors de Sanctum si elle passe le portail sans casque de protection.

Je trouve ça un peu gros dans les explications, surtout qu’on ne sait pas bien comment ça marche : pourquoi se souvient-elle de Sanctum quand elle arrive sur Skyring ? Pourquoi se souvient-elle de Skyring une fois à Bardo ? Grosso modo, il semble donc qu’on se souvienne de tout jusqu’au point de départ, moment auquel on oublie tout ce qui suit le point de départ. Une jolie prise de tête.

Pour faire face à l’amnésie à venir d’Octavia, son infirmier préféré propose donc de scanner l’œil d’Hope de manière à pouvoir tatouer le dos d’Octavia de manière express avec des coordonnées qui permettront donc de rouvrir un portail vers Hope. J’ai bien aimé les scènes entre Hope et Octavia, surtout qu’on voit la fierté d’O d’avoir contribué à élever une guerrière.

Rapidement, Octavia est renvoyée dans la saison 6 et Hope se retrouve à espérer retrouver sa mère, s’enfuyant une nouvelle fois dans Bardo. Malheureusement, nous n’en saurons pas plus dans cet épisode qui s’arrête là pour les flashbacks. Allez savoir où est Diyoza ! La bonne nouvelle pour elle, en revanche, c’est que finalement, elle a arrêté de vieillir à toute vitesse puisque le temps passe à la même vitesse sur Bardo qu’à Sanctum. Tout va bien, elle a juste 5 ans et 45 jours de plus qu’en saison 6 !

Si les flashbacks lointains à Bardo s’arrêtent au départ d’Octavia, les scénaristes ne quittent pas pour autant Bardo à ce moment-là dans l’épisode. En fait, au milieu de l’épisode, ils prennent plutôt la décision très chouette de nous montrer que sept jours plus tôt (dans la chronologie de Bardo/Sanctum), Hope s’est retrouvée forcée de passer un marché avec le Sheperd, le deuxième homme en blanc qui surveillait Octavia et n’était donc pas qu’un infirmier.

Hope n’a pas réussi à retrouver sa mère durant les quelques jours qui se sont écoulés entre le départ d’Octavia et cette date-là. Bien qu’elle désire plutôt poignarder Sheperd, elle découvre qu’elle a en fait un traqueur, plutôt qu’un poignard. C’est ainsi qu’elle se retrouve à poignarder Octavia, avec un faux raccord évident du côté des larmes, mais bon, puisqu’elle est attirée à ce moment-là par Octavia qui utilise enfin les coordonnées en fin de saison 6.

Blessée mortellement, Octavia débarque donc à nouveau à Bardo et y est accueillie par le Sheperd qui s’assure qu’elle sera guérie bien vite de sa blessure. Octavia peut ainsi retrouver son infirmier préféré qui lui assure qu’il a fait tout ce qui était en son pouvoir pour aider Hope, même si c’était en vain. C’est donc à lui qu’on doit le message « Trust Bellamy », même si c’est aussi à lui, je suppose, que l’on doit l’obsession du Sheperd pour Clarke. Parce que oui, entre le départ d’Hope et l’arrivée d’Octavia, le Sheperd envoie quelques soldats à Sanctum pour capturer Bellamy, Clarke et tout notre petit monde… comme on l’a déjà vu dans l’épisode précédent.

Les choses se précisent. L’infirmier sent toutefois le vent tourner et conseille à Octavia de ne pas se battre contre la machine s’il devait être remplacé, préférant qu’elle se concentre sur un même refrain à répéter en boucle, comme lorsqu’elle vivait sous la trappe dans l’Arche. C’est un bon réflexe de sa part : en effet, ça va vite partir en vrille.

La fin d’épisode nous révèle que Bellamy et Octavia se sont enfin retrouvés… mais pour un court laps de temps. Sheperd a voulu se servir d’Octavia pour calmer la folie meurtrière de Bellamy qui tuaient tous ses hommes en lui demandant de le calmer et de le ramener à Sanctum pour convaincre Clarke de venir. Octavia conseille à Bellamy de suivre ce plan, mais le frère refuse d’abandonner sa sœur, ce qui est une erreur.

En effet, un des soldats décide d’utiliser une grenade et d’exploser à quelques pas de Bellamy, laissé pour mort. Evidemment, je n’y crois pas du tout : le portail était ouvert au moment de l’explosion, il est fermé après celle-ci, donc Bellamy a forcément survécu. Seulement, on ne le reverra à nouveau pas tout de suite, même si c’était cool d’avoir enfin une nouvelle scène avec l’acteur !

Reste à savoir où et quand le personnage aura été envoyé. On peut toujours dire que l’explosion détraque la machine, ou qu’il est quelque part à Sanctum depuis une petite semaine, en otage ou inconscient… Un univers de théories s’ouvre à nous, alors qu’Octavia est persuadée de la mort de son frère.

Sept jours plus tard, et donc dans le présent, enfin, on assiste à l’arrivée de Gabriel, Hope et Echo sur cette planète Bardo où Hope suit sans problème les traces de l’espionne en tuant le comité d’accueil, invisible. Le trio débarque donc après cinq ans sur Skyring, sans suivre à la lettre un plan qui avait l’air bien huilé, pourtant. C’était bien la peine de passer cinq ans là-bas !

Gabriel est choqué par cette attitude des deux femmes avec lui qui n’arrivent pas à calmer leur folie meurtrière (Echo va bien avec Bell, au moins). Ils n’ont que trente minutes pour mener à bien leur mission de sauvetage selon leurs calculs, mais ça ne peut pas bien se passer ce sauvetage de Diyoza et Bellamy. Ils sont ainsi surpris en train de ne pas se rendre à une réunion où ils sont supposés être attendus, puisqu’ils sont en tenue de combat.

On en découvre un peu plus sur Bardo qui vénère les pierres qui permettent de se téléporter, mais aussi un certain Shepard, le deuxième homme en blanc qui interrogeait Octavia et qui est spécialisé dans les rôles de personnages insupportables. Echo et Gabriel comprennent qu’Orlando ne leur a pas tout dit, mais de mon côté, je n’ai pas trouvé la scène super claire. Hope a une clarté bien à elle, avec la volonté de tuer le Sheperd.

Elle est heureusement arrêtée par Echo qui veut qu’elles mènent bien à leur mission. Rapidement, Hope peut donc les mener à Octavia, mais ce n’est toutefois pas bien discret ce comportement du trio, donc on sait déjà qu’ils sont repérés par les soldats de Bardo. Les conséquences, on ne les connaîtra que plus tard : la fin d’épisode doit révéler la mort de Bellamy à Echo, par une vidéo qui lui montre tout (et nous montre tout par la même occasion).

C’est chaotique : Octavia est en boucle sur son refrain (« je n’ai pas peur ») mais est enfin débranchée de la machine qui la torturait, Echo décide de se venger en tuant l’infirmier d’Octavia – qui n’est plus notre gentil infirmier évidemment – et Hope reste sacrément impassible face à cette scène qui signifie pourtant qu’elle n’est pas prête de retrouver Diyoza, puisqu’ils n’ont plus d’otage à portée de main pour les guider… et plus beaucoup de temps à passer à Bardo.

Ma foi, c’était un sacré épisode, je suis à fond dans cette intrigue et même Sanctum était appréciable ! Vivement la suite, comme chaque semaine. Avant ça, il me reste donc à revenir sur tout un pan de l’intrigue que j’ai mis de côté jusque-là, pour le bien de nos cerveaux à tous.

Ainsi, on découvre en parallèle dans cet épisode (ou on redécouvre ?) que Sanctum est une lune, mais c’est une lune qui part en vrille. Il faut dire qu’il n’y a plus grand-monde dessus en ce qui concerne nos dirigeants aujourd’hui. Il n’y a plus qu’Indra, en fait, et elle n’a pas beaucoup d’autorité auprès de toutes les personnes de Sanctum. Il y a trois groupes différents et il n’y en a pas un qui la respecte ou l’aime. C’est donc mal barré pour elle.

Sans trop de surprise, les suiveurs de Russell demandent sa libération et Indra comprend vite qu’elle a affaire à des fanatiques qui iront loin pour cela : ils menacent de se sacrifier un par un, à chaque heure. La série renoue avec sa joie de brûler les gens, comme ça. Elle renoue aussi avec sa tradition des ultimatums bien gênants pour nos dirigeants.

Bien sûr, Indra a toujours Memori avec elle, mais aussi un guérisseur de Sanctum et Jackson. Autant dire que ça fait une petite équipe, surtout que Murphy et Emori sont toujours victimes de radiations, et donc faibles. La scène est plutôt sympathique dans son introduction de nouveaux personnages et dans le rappel de qui est là, même si ça manque de crédibilité d’avoir Indra qui discute décisions politiques comme ça au milieu de l’infirmerie, à portée d’oreilles de Russell qui ne se prive pas de commenter ses décisions.

Murphy ayant repris assez de force, il est décidé qu’il reprenne une nouvelle fois le rôle de Daniel auprès des fanatiques pour tenter de calmer leurs ardeurs. C’est un échec total : il sauve certes un enfant, mais c’est tout ce qu’il parvient à faire avant d’être identifié comme un traître par son mec. Enfin, celui de Daniel, un peu frustré de ne pas retrouver son mec, justement.

Préparé à être sacrifié par les flammes, il est sauvé de justesse par Emori qui réussit à le faire grâce à l’aide de Russell… Qui n’est plus Russell, malheureusement. Si Murphy est sauvé, Indra comprend que ses ennuis ne font que commencer quand elle reconnaît bien le discours de Russell à ses disciples, qu’il force à s’agenouiller devant lui : Indra reconnaît en effet Shedheda. Elle le piège assez facilement pour s’assurer qu’il s’agit de lui, utilisant le Trigedaslang pour s’assurer qu’il s’agit bien du Dark Commander.

Il n’en faut pas plus pour qu’elle le confronte et évoque le passé de la Terre avec lui. C’est l’occasion pour nous d’apprendre que le père d’Indra est mort au combat en tentant d’empêcher le règne de ce Dark Commander, alors que sa mère a fini par s’agenouiller devant. Bien, ce n’était pas indispensable, mais ça fait une backstory intéressante, je reconnais, et l’intrigue à Sanctum était moins insupportable cette semaine.

Tout ça mène finalement à une décision risquée de la part d’Indra : livrer Russell aux hommes de médecine qui l’entourent pour s’assurer qu’ils lui retirent sa puce. C’est voué à l’échec, honnêtement.

> Saison 7

2 commentaires sur « The 100 – S07E05 »

  1. C’est un épisode que j’ai beaucoup aimé mais pfiou il ne fallait avoir des neurones en moins avec les différentes timelines et flashbacks ! Bon au moins on sait qu’il n’y a que sur Skyring que le temps s’écoule différemment. C’est déjà ça. Et je ne peux pas croire un instant que Bellamy soit mort. Si ça se trouve il a été projeté sur la planète glacée où se trouvent Clarke and co. Côté Sanctum, heureusement qu’il y avait Indra et Murphy pour relancer l’intérêt. Et oui, on savait que Sanctum était une lune.

    J'aime

    1. Oui, effectivement, la manière de présenter l’historique de l’épisode est alambiqué ! Et il ne fallait pas non plus détacher ses yeux de l’écran lors des indications temporelles d’ailleurs aha
      Je ne sais pas pourquoi je n’ai pas compris plus tôt que le temps s’écoulait différemment uniquement sur Skyring tant c’était évident, pour le bien de la narration, qu’il ne pouvait en être autrement !

      Oups, pour Sanctum, j’avais oublié… mais je pense que c’était dit dans le 6×01 effectivement (voire même la fin de saison 5 ?). Bon, ça ne change pas grand-chose après !

      J'aime

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.