The Rookie – S02E14

Épisode 14 – Casualties – 16/20
Malgré le retour d’un personnage que je n’aime pas, c’est beaucoup mieux pour cet épisode qui prend le temps d’introduire un épisode tout classique comme le précédent pour finalement partir vers autre chose en cours de route. C’est à mon sens la grande réussite de la formule de la série de nous faire le coup de temps en temps : ça affaiblit un bon paquet d’épisodes, mais ça permet de rendre plus intéressants ce type d’épisodes.

> Saison 2


Spoilers

214.jpg

Don’t count on a stray bullet to save your life

L’épisode commence par une bombe qui m’aura fait le fou rire du jour : c’est juste une manière d’annoncer le sexe d’un bébé à venir, mais ce qui est le plus drôle, est définitivement d’avoir Nolan et surtout Nyla recouverts de paillettes pour annoncer à Gray l’arrivée de jumeaux. J’ai beaucoup ri et ça me mettait de bonne humeur pour cet épisode.

Nolan et Grace font leur sport ensemble désormais. Honnêtement, c’est le cliché de Los Angeles ça. L’autre cliché est de voir Grace s’inquiéter pour la santé de Nolan quand elle se rend compte qu’il est drôlement fatigué et qu’il semble avoir du mal à gérer son rythme cardiaque. Elle le force donc à porter une montre pour checker son rythme cardiaque.

Elle ne va pas être déçue du voyage avec du stress dès la réunion de début d’épisode, remarqué par Gray en plus. Pas de quoi l’aider. Nolan cherche donc un moyen de gérer son stress et il demande à tous ses collègues leurs conseils. C’est intéressant de voir les différents personnages y aller de leurs conseils.

Il continue toutefois de porter sa montre, même si ce n’est pas la meilleure des idées : celle-ci fait du bruit, inévitablement, y compris quand il court après les criminels. Au moins, le criminel s’arrête de lui-même, lorsqu’il tombe sur un cadavre. Oups. La petite course poursuite de routine lance une enquête pour meurtre, évidemment menée par…

Super, Nick est de retour de vacances, il ne manquait plus que ça. Le plus dingue est que John ose lui demander s’il lui reste un secret, par rapport à l’avertissement de Rosalind. Cela permet de vite mener à une enquête menée par Nick, Nyla et Nolan. Il y a quelques écarts avec un réparateur de caméra qui me paraît super suspect, mais le trio est rapidement mené vers une chambre d’hôtel où ils tombent sur un homme qui s’enfuit en les voyant.

Malgré une jambe coupée, il est capable de distancer assez vite le trio, forçant Lucy et Tim à intervenir à leur tour dans l’arrestation. C’est l’occasion de découvrir que l’homme, Mitch, est un ancien de l’armée qui connaît bien Tim ! Ce dernier est responsable de la perte de sa jambe, selon lui. Bon, honnêtement, je ne regarde pas tellement cette série pour avoir des enquêtes policières, ce n’est jamais ce qui me passionne le plus et j’étais content que la saison 1 ne s’embarrasse pas tellement de détectives.

Sans surprise, il est révélé que le réparateur est bien le suspect principal de l’affaire… mais c’est juste avant que Gray ne rappelle tout le monde au commissariat. Il s’agit en effet d’une enquête fédérale  et ils n’ont pas assez d’informations pour continuer à bosser dessus. Tim se renseigne donc autant que possible sur le cas, pour mieux découvrir qu’il s’agit en fait d’une enquête concernant la sécurité nationale. Rien que ça.

Chacun peut aller passer une soirée tranquille loin de tout ça car la nuit porte conseil (et des vidéos de yoga de chèvre aussi ??)… mais elle porte aussi des menaces : le « réparateur » qui n’en est pas un vient voir John et le présente comme le maillon faible de cette enquête. Après tout, Nyla revient de couverture, Tim a fait la guerre et Lucy vient juste de survivre à un serial killer. La menace ? Il lui demande de lâcher l’affaire.

Ce n’est pas exactement ce qu’il compte faire : Nyla, Lucy et Tim sont déjà planqués chez lui et écoutent tout. Les quatre décident de ne pas faire attention aux ordres de Gray et aux menaces de l’homme, préférant suivre ce dernier. C’est une affaire personnelle pour Tim, alors nos quatre officiers montent au créneau pour réussir à savoir exactement ce qu’il se passe. J’avoue que je ne comprends pas trop l’idée qu’ils ont derrière la tête.

Qu’ils veuillent résoudre leur cas, OK, mais qu’ils partent en couverture pour filer des hommes qu’on leur a dit de lâcher et qui bossent probablement pour le gouvernement, ce n’est pas super malin. En plus, ils se font évidemment repérer hyper rapidement. Seulement voilà, surprise : Angela est aussi mêlée à l’affaire. C’est gros : elle joue les snipers et menace « le réparateur », qui finit par accepter de leur livrer le meurtrier. Ils n’ont rien contre lui après tout. Quant au réparateur, il repart avec le reste de ses hommes et un paquet d’argent qui permettra de financer des opérations sous couverture qui resteront top-secrètes.

J’ai bien aimé la manière dont l’épisode était monté, même si c’est un peu gros de nous faire deux fois le coup de l’officier qui débarque par surprise quand on ne s’y attend pas et qui est déjà au courant de toute l’affaire. Puis tant qu’à faire… J’aurais aimé que West fasse partie de cette affaire à son tour, parce que là, il est totalement mis de côté et c’est frustrant.

West a la chance de se faire réveiller par le nouveau chien de Lucy. Ouep, elle lui ramène un chien dans leur colocation sans lui demander son avis. Quelle angoisse. Elle est persuadée que ça ne le dérange pas et le présente comme ça à Tim, pas bien convaincu que ce soit une bonne idée d’ajouter un être dépendant d’elle à son existence. Pourtant, West se plaint du chien à Angela. Forcément.

Ces deux derniers ont une pause repas bien mouvementée quand ils viennent en aide à un homme qu’ils pensent saoul… mais qui s’est en fait fait tirer dessus, probablement par accident, puisque tout semble indiquer que la balle a été tirée dans les airs et lui est retombée dessus. Il a eu de la chance de tomber sur Angela et West pour finir au plus vite dans les mains de Grace, donc.

Une autre suite de coïncidences permet à Gray de résoudre cette affaire : le tireur visait en fait un drone qui espionnait sa femme. Explosant le drone d’un gamin du quartier, le tireur est dénoncé par le père du dit gamin, bien incapable de deviner ce qu’il est advenu de la première balle ayant raté le drone… Quant à ce drone, il avait été signalé à Lucy et Tim, qui n’avaient pas mené une enquête complète puisque le mari de la femme filmée par le drone n’appréciait pas de voir Tim draguer sa femme, aka être dragué, en fait.

Finalement, Tim est celui avait raison, mais pas dans cette histoire de drague : le chien a explosé l’appartement de Lucy et Jackson en moins d’une journée. C’est dingue. Le chien finit dans une cage, superbe, et West est dépité de découvrir l’état de sa chambre en rentrant. Oui, Lucy oublie de le prévenir de ce qui est arrivé, quand même, alors même qu’elle le savait. Et elle ose encore lui demander de sortir le chien ? Pire coloc du monde !

Elle finit par reconnaître son erreur et donner son chien à Tim qui s’occupe de la réinsertion de Mitch autant qu’il peut, alors que de son côté, Nick décide de rappeler John pour lui dire le secret qu’aurait Rosalind sur lui : il a réussi à l’arrêter sans mandat. Mouais. Je ne le crois pas une seule seconde. Malheureusement, ce n’est pas le cas de John… Apparemment, il a surtout envie de retourner voir Grace, la draguer, lui rendre sa montre et la redraguer en l’emmenant faire du yoga avec des chèvres. Putain, les scénaristes s’éclatent !

> Saison 2

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.