American Horror Story – S09E07

Épisode 7 – The Lady in White – 16/20
Mensonges sur mensonges, révélations sur révélations, ça fait beaucoup pour cet épisode qui propose tout de même de bonnes scènes et de bonnes idées, tout en restant plus cohérent que certaines saisons passées à mes yeux. C’était sympathique, mais ça n’en reste pas moins une grosse transition vers la suite de l’histoire qui se fait un peu trop attendre à mon goût… En plein binge-watching, c’est gênant, tout de même !

Saison 9


Spoilers

907.jpg

I do have a reason to live and it’s to see her die.

L’épisode s’ouvre sur un retour attendu dans la série et un passage dans un nouveau camp, en 1948. Superbe ! On y suit une barmaid qui éduque ses enfants de manière discutable, mais bon, ce sont les années 40, que voulez-vous ? Elle s’inquiète tout de même pour ses fils, confiant le petit frère au grand pour qu’ils aillent se baigner ensemble au lac.

Le grand n’a pas envie de se baigner, il interdit donc à son frère d’aller dans l’eau… mais l’abandonne finalement, préférant aller mater le maître-nageur et une nageuse fricotant dans les bois que de surveiller ce petit. De toute manière qu’il le surveille ou non, ça n’aurait rien changer : une fois dans l’eau, le petit ne se noie pas… il passe dans le moteur électrique d’un bateau qui ne l’avait pas vu. OUILLE.

La mère accuse alors le maître-nageur de l’avoir tué, mais elle accuse aussi Benjamin… Ah. Voilà donc l’enfance joyeuse de Mr Jingles. C’est sympathique.

De retour dans les années 90, Donna a donc sauvé la vie de Brooke, mais avec des médicaments qui ne sont pas faciles à purger de son corps. En plus, Brooke la déteste et refuse de lui faire confiance, inévitablement. C’est vrai que c’est à cause d’elle si Mr Jingles était là à Camp Redwood après tout, même s’il est loin d’être le plus gros meurtrier de la saison.

Petit à petit, Donna gagne la confiance de Brooke. Cela se fait jour après jour, mais quand elle revient avec la promesse de nouveaux papiers pour Brooke, cette dernière s’attaque à elle pour le principe. Elle veut comprendre pourquoi Donna fait ça pour elle, mais c’est évident qu’elle veut juste se racheter après sa confrontation avec le mal incarné.

1825 jours enfermés ne font pas du bien à Brooke. Elle est toujours aussi insupportable, même si j’ai désormais de la peine pour elle. Elle dit avoir raté toutes les années 80 et en être dégoutée, en même temps. C’est plutôt sympa comme duo en tout cas de retrouver Brooke et Donna ensemble, y compris quand elles font des rollers dans les années 90.

Là, elles sont contactées par un certain Bruce qui veut les emmener à Redwood, mais elles refusent son aide… jusqu’à ce que leur voiture semble en panne. Ah, merci pour le Bingo Séries, j’ai cru que cette série ne m’apporterait rien ! Comme par hasard, Bruce est capable de les dépanner et gagne bien vite leur confiance. Il est tellement un tueur.

Il se drogue à l’arrière de la voiture de Donna, avant de les faire flipper en parlant de meurtres commis par des étrangers. Cela ne fonctionne tellement pas sur Brooke… Elle est habituée à gérer la prison, après tout. Elles demandent donc à Bruce de sortir de la voiture dans laquelle elles l’ont pris en stop, mais ça ne fonctionne pas. Du tout. Ils sont finalement repérés par un policier qui va les sortir de cette situation épineuse : Bruce est évidemment un meurtrier s’en prenant aux jeunes filles de la région.

Il n’hésite pas à tuer le flic, mais ça permet à Donna et Brooke de s’enfuir, parce qu’elles sont débrouillardes. Evidemment. Elles ne sont pas assez malignes par contre : après avoir tué le flic, Bruce vole sa voiture et s’arrange pour leur rentrer dedans, puis tuer un témoin. Une fois que c’est fait, il vole à nouveau une voiture, pour emmener Donna et Brooke avec lui et leur proposer un petit dilemme.

Brooke se retrouve avec le choix de mourir d’une balle dans la tête ou de faire avancer la voiture à laquelle Donna est attachée, de manière à la tuer de manière bien brutale. Bon. La solution est désespérée, mais Brooke s’est habituée au mal en prison. Elle décide donc plutôt de faire une marche arrière impeccable qui laisse Donna en vie, tout en maîtrisant Bruce par surprise en utilisant notamment son deuxième flingue. Bien joué.

Il s’en est pris aux deux mauvaises personnes avec elles… Et il est ainsi pris en otage par Donna et Brooke. Ce fut rapide. Brooke lui coupe les pouces puis le ligote en plein désert, parce que c’est bien plus drôle que de le tuer, apparemment.

De son côté, notre cher Mr Jingles retourne à Redwood et retombe sur Pete, celui qui se faisait passer pour lui. Mort à Redwood, il hante à son tour les lieux et souhaite désormais s’en prendre à Mr Jingles, qu’il considère comme responsable de sa mort. Pete et ses potes sont toutefois interrompus par Ray : Montana interdit les meurtres jusqu’au festival de Margaret.

Le festival, c’est justement ce qui emmène Mr Jingles espérant trouver un moyen de se débarrasser de Ramirez une fois pour toute, comprenant que c’est lui qui est responsable de la mort de sa femme. Il raconte aussi aux autres fantômes le massacre du camp Golden star, celui où il vivait avec sa mère et son frère éclaté par le moteur de bateau. Il s’agit évidemment du même camp que Redwood, juste avec un autre nom.

Quant au massacre, ben la mère a tué tous les gens qu’elle jugeait responsable, avant de s’en prendre à Benjamin qui n’avait qu’une dizaine d’années. Il a alors réussi à la tuer, par légitime défense, ce qui laisse désormais le fantôme de sa mère sur place, à hanter les autres fantômes et à les terrifier. C’est n’importe quoi, à ce stade.

Benjamin devient attachant, ce qui est une réussite, mais ça n’a pas de sens de voir qu’il est revenu bosser à Redwood malgré ce passé et n’a jamais revu sa mère. D’ailleurs, où était la mère pendant la première moitié de saison ? J’aurais aimé la voir, j’adore cette actrice ! Puis, ça aurait été plus logique qu’elle revienne s’en prendre à son fils plus tôt.

Là, il faut que ce soit Xavier qui emmène Benjamin la rencontrer. La mère retrouve Benjamin avec beaucoup de haine et de rage, surtout que ce n’est pas la première fois que ça arrive : elle l’avait déjà revue avec Margaret suçant son doigt ensanglanté. C’est donc la mère qui a inspiré à Margaret, pendant son sommeil, son plan de tuer tout le monde, juste pour se venger de son fils qu’elle avait compris amoureux d’elle.

Eh ben. C’est génial parce que la mère avait toujours préféré le petit frère, mais ça commence à faire beaucoup de retournement de situation et de mensonges donnés dans les épisodes précédents. C’est toujours le cas avec cette série de toute manière. Pour faire souffrir Benjamin à vie comme elle l’espère, la mère finit par lui annoncer qu’il a passé un pacte avec le diable et que Ramirez va venir le réclamer. Si Ramirez le tue, il mourra à jamais… mais s’il se suicide, il pourra rester éternellement à Redwood. C’est bizarrement le choix qu’il fait en fin d’épisode.

On en arrive au festival, enfin, pour terminer l’épisode. L’attente sur seulement deux épisodes m’a paru interminable. Trevor y retrouve Montana et ne met pas longtemps à coucher avec, alors que Margaret essaie de tout organiser avec une super star internationale qui… meure bien rapidement, à cause d’un contrat passé avec le diable que Ramirez vient collecter rapidement. Voilà qui est fait. Tout son groupe est assassiné, pour faire bonne mesure et ajouter un massacre au camp.

Saison 9

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.