The Walking Dead – S10E18

 
Épisode 18 – Find Me – 13/20
Bizarrement, j’attendais plus de l’épisode après l’excellent retour de l’épisode précédent, mais on tombe exactement sur ce que je redoutais avec ce principe des one-shots. Ce n’est pas tant que je n’aime pas les personnages sur qui on se concentre cette semaine, c’est que l’épisode manque de rythme et nous prend pour des truffes à révéler des informations cruciales pour la construction de personnages que l’on aurait dû avoir il y a fort longtemps.

Spoilers


We’ve had a good long run, longer than most.

Qu’est-ce que c’est que ce résumé ? Je voulais mon « Previously on AMC The Walking Dead », pas cet espèce de résumé chelou par Darryl. Bon, au moins, ça me remet bien dans le contexte après deux semaines sans épisode. Je suis toujours aussi content de revenir dans cette série, c’est bon signe et ça n’a pas toujours été le cas au fil des années.

Ca ne va pas forcément le rester si tous les épisodes se concentrent déjà autant sur Carol et Darryl. Je veux dire, ils vont déjà avoir leur spin-off, à quoi bon passer la dernière saison et demi à se les bouffer à toutes les sauces comme ça ? Les acteurs ont beau être bons, il y a un moment que je suis blasé par ces personnages – et par la diction de Darryl qui ne prononce pas les syllabes.

En tout cas, pour cet épisode, c’est ce à quoi on va avoir le droit : Darryl et Carol qui se font un petit trip en moto. J’ai connu plus réjouissant comme programme, mais au moins, je ne suis pas le chien forcé de courir après ses maîtres, c’est déjà ça. L’épisode enchaîne sur d’étranges scènes de survie, avec Carol qui a une crampe au pied et s’amuse comme une folle à pêcher du poisson dans la rivière, avant de le vider sous les conseils de Darryl.

Ce genre de scène devrait être la base d’une série de survie, c’est sûr, mais c’est loin d’être le cas et c’était étonnant à voir, surtout dès le début d’un épisode. Le problème, c’est qu’on manquait clairement d’enjeux : une fois de plus, ça blablate dans le vent. Au moins, ça donne l’impression de vraiment construire les personnages pour une fois. Par contre, Carol qui souligne qu’ils ont eu une longue vie par rapport à d’autres…

Certes, c’est vrai, et particulièrement pour les personnages de cette série. M’enfin, ils ont quand même toute une communauté les attendant gentiment en ville ? Eux aussi ont la même vie qu’eux, franchement. Fort heureusement pour nous, le chien les interrompt en se mettant à aboyer ensuite.  Il les attire vers une maison de campagne assez sympathique, perdue au milieu des bois.

Jusque-là, rien d’étonnant pour la série, nous n’en sommes pas à la première. En revanche, Darryl a un étrange flashback à ce moment-là, alors que Carol souhaite s’installer un moment sur place. Daryl approuve, et pour cause : il connaît très bien cette cabane. Il y a trouvé son chien pour la première fois il y a cinq ans : il n’était alors qu’un chiot.

Il ne l’a donc pas eu directement au début de sa retraite en solitaire à la mort de Rick ? C’est intéressant. Et c’est une bonne idée de revenir dans le passé pour nous dire comment Daryl s’est installé dans sa nouvelle vie, concrètement. Se tourner vers le passé, ça risque vite d’être long et chiant en revanche, si la série ne nous apporte pas des informations sur sa nouvelle intrigue.

On en arrive en fait au type d’épisode que je craignais d’avoir : des développements longs sur les personnages. Bref. Dans ce flashback, Daryl était donc seul, mais pas coupé du monde non plus. On découvre ainsi qu’il avait l’habitude d erecevoir la visite de Carol, ce qui n’est qu’une découverte partielle : on avait déjà eu le droit à des scènes nous l’apprenant sans nous le montrer.

Bref, il y a cinq ans, cela faisait déjà deux ans que Daryl vivait seul, Maggie venait de se barrer et Carol déprimait de plus en plus de vivre seule. Daryl non, en revanche. Il survit comme il peut aux tempêtes, aux zombies et aux orages détruisant sa carte.

Un an plus tard, il est toujours dans ses recherches de Rick, du moins on le suppose, lorsque son chien l’amène dans une cabane… où l’attend la vraie propriétaire du chien. Ah. Ce n’était donc pas le chien de Daryl ? Soit. Pas sûr que tout ça soit utile pour la suite. La nana nous le fait prisonnier un moment, mais c’est suffisamment court pour qu’ils restent bons amis : elle ne lui donne pas son nom, mais elle le laisse s’enfuir.

Six mois plus tard, le chien retrouve une fois de plus Daryl, qui décide de le ramener à la femme. Celle-ci prend clairement l’habitude de le voir de temps à autres et de sympathiser avec lui, et ça faisait une scène plutôt marrante et chouette à suivre. Huit mois plus tard (oui, oui, encore !), elle finit par lui dire qu’elle s’appelle Leah, après l’avoir sauvé de justesse d’une attaque de zombies et s’être retrouvée coincée contre lui dans un tronc d’arbre, à la LOST.

Trois mois plus tard, Daryl reprend le contact avec Leah en lui balançant un poisson sur sa porte… sauf que bon, elle ne le prend pas bien, bizarrement et finit par lui balancer à la tronche, lui assurant qu’elle préfère rester seule. Bien sûr, cela mène à d’autres scènes où ils restent à se parler et apprendre à se connaître. Ainsi, Leah a eu un fils, Matthew, qui n’était pas son fils, mais celui de sa sœur, morte en couche. Et ce n’était pas vraiment sa sœur non plus, hein. La notion de famille dans cette série, de toute manière…

J’ai réussi à rire sur cette scène émotionnelle, juste parce que j’ai trouvé ça très sympa d’enchaîner une chaîne où les personnages disent avoir la notion du temps avec une scène où Leah balance que c’est l’anniversaire de Matthew. C’est d’une crédibilité folle. La nana raconte son histoire et la perte de son fils, parce qu’elle l’a élevé, et Darryl lui raconte la perte de son frère – Rick, pas Merle. Soit.

On enchaîne sur une scène sympathique où ils pêchent ensemble – sympathique, mais répétitif après le début d’épisode où Carol a fait pareil, et ensuite, ils se pècho ensemble. PARDON ? Donc ? Après dix saisons, on nous balance que Daryl a eu une meuf, comme ça ? Je ? HEIN ? Dix ans de célibat et de flirt avec Carol pour ça ?

Cela n’a pas spécialement de sens. Dix mois plus tard, Leah en a toutefois marre de voir Daryl partir à la recherche de Rick régulièrement et envisager de retourner auprès de son ancienne famille plutôt que de rester avec elle. Elle lui présente donc un horrible ultimatum et il fait le mauvais choix, préférant partir à la recherche de Rick. Il papote tout de même avec Carol, avant de prendre conscience qu’il ferait mieux de retourner auprès de Leah.

Malheureusement, elle n’est plus là quand il arrive à la cabane : toutes les affaires sont renversées et il ne reste plus que le chien. Daryl lui laisse un mot, avant de se rendre tout droit vers la saison 9 où on l’a retrouvé. Soit. Cela n’a aucun sens de nous balancer ça après une saison et demi, mais il va falloir avec.

Dans le présent, Daryl laisse Carol fouiller la cabane et tomber sur des souvenirs qui lui appartienne. Ou qui appartienne à sa copine ? Genre ! Carol en savait plus que nous sur le sujet, apparemment. Elle essaie d’expliquer à Daryl que Leah s’est peut-être juste barrée et qu’il n’y a aucun moyen de savoir ce qui lui est arrivé, donc aucune raison qu’il ne culpabilise.

Il culpabilise tout de même, avant de reprocher à Carol la disparition de Connie. L’épisode se termine sur une bonne engueulade entre les deux amis de toujours et… c’est tout. A la semaine prochaine.

> Saison 10

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.