9-1-1 Lone Star – S02E10

Épisode 10 – A Little Help from my Friends – 17/20
Toujours plus ! J’ai bien aimé l’épisode, mais certaines scènes sont too much, à un point où je n’arrive pas à accrocher à 100%. Cependant, les personnages de cette série me plaisent beaucoup plus à présent que ceux de la série-mère, c’est étrange. Je dis ça, mais dans la critique, j’évoque aussi un côté très agaçant d’un de mes personnages préférés, donc bon, je ne suis peut-être pas tout à fait au clair avec moi-même. En tout cas, l’épisode fonctionnait bien avec une écriture fluide et sympa !

Spoilers

Owen se retrouve seul lorsque TK emménage chez Carlos, Grace fait face à sa nouvelle vie.


That was depressing.

Mateo ne parvient pas à dormir ? C’est original comme début d’épisode, mais on découvre surtout qu’il a besoin de déménager bien rapidement, parce qu’il a des colocataires absolument atroces. Ils font la fête jusqu’à pas d’heure, font de la merde en cuisine et ça finit en explosion de la maison grâce à une fuite de gaz et de l’encens. Dur pour Mateo de se rendre compte un peu trop tard qu’il doit changer d’amis. Dur aussi pour un pompier de voir sa vie partir en flammes comme ça, j’imagine. Enfin bon, heureusement pour lui, il a eu la bonne idée de se réveiller en pleine nuit, quoi.

De manière inattendue, la série nous sort une fois de plus une maison pleine de cartons… et c’est celle de Carlos ! Ou plutôt, celle de Carlos et TK. Les voilà donc qui emménagent ensemble dans une scène toute mignonne et pas du tout crédible. Il n’y a bien que les américains pour foutre tous les cartons en plein milieu du salon et basta. Et ils passent leur dimanche à déplacer quoi, vingt cartons avec Owen ?

Le pauvre finit tout seul chez lui, inévitablement, surtout que même son chien ne s’occupe plus de lui. J’ai bien ri avec cette partie de l’intrigue qui permet à Owen une réplique amusante sur de futurs chiots de son chien, mais le but est évidemment de nous montrer qu’il est plus que seul.

Cela lui permet donc de s’enfermer avec son égo et de refuser une soirée avec TK et Carlos pour mieux… jouer au solitaire à la Caserne. Il se fait finalement dégager du bureau par l’arrivée d’autres pompiers. Il se rend donc compte que Mateo dort désormais à la caserne, dans la salle de gym, en plus, et ce qui devait arriver arriva. Les voilà donc colocataires.

Deux jours plus tard, Mateo regrette toutefois son choix. Il a un sacré mal de ventre et un flashback nous apprend ainsi que Mateo est forcé à boire de la tequila par son capitaine… C’était plutôt drôle, en soi, mais c’est hyper gênant de voir Owen être incapable d’accepter le refus de Mateo et de le forcer à boire, surtout que ce n’est pas exactement comme si Mateo avait la force de caractère pour dire non.

Alors certes, ils ont passé une bonne soirée, mais ça n’empêche que Mateo aurait mieux fait d’aller se coucher. Bien sûr, la soirée termine loin du fun d’un air-guitar entre pompiers : Owen se retrouve à vouloir parler et en bon gars bourré, il parle trop et donne des leçons de vie chiante avant de se lamenter sur son sort.

Il le joue plutôt bien, cela dit, et Owen finit par confier à Mateo qu’il a annulé sa chirurgie pour le cancer. Il est en pleine dépression, clairement, et il en parle à Mateo qui raconte aussitôt tout au reste de ses collègues. Bon, Judd n’est pas encore revenu à la caserne et il n’ose pas le dire à TK, alors ça limite les collègues, mais Marjann et Paul ne mettent pas longtemps à le dire à Judd… sur une chaîne radio que le Capitaine peut entendre.

Heureusement, l’annulation de la chirurgie n’est pas évoquée directement, parce que ça aurait été dur pour TK de l’apprendre comme ça. Cela dit, quand il l’apprend, il organise une intervention hyper bizarre avec l’ensemble de la caserne et Carlos. Il faut dire qu’il n’a pas vraiment d’autres amis sur place que son équipe le Owen. TK a l’habitude d’être de l’autre côté de ces interventions, alors il ne sait pas trop quoi dire.

Moi non plus, je ne saurais pas quoi dire à vrai dire, mais la scène est plutôt fluide. Si Marjann n’est pas un exemple, Judd met les pieds dans le plat et n’hésite pas à remettre le capitaine à sa place, dans sa dépression, bien aidé par TK qui a fait ses recherches et lui parle d’une « smile depression » où l’on fait semblant que tout se déroule bien pour ne pas voir qu’on est déprimé. Malgré la présence de tout le monde, Owen refuse toujours de le reconnaître. TK met ainsi fin à l’intervention… et tout le monde quitte Owen. Oui, même Mateo l’abandonne, cependant, parce qu’il veut juste dormir et qu’il peut le faire chez Paul.

C’est finalement une autre goutte d’eau qui fait un électrochoc à Owen quand il retrouve son chien à moitié mort dans le salon. Dormir jusqu’à 14h30 n’était pas un symptôme de dépression selon lui, par contre, voir son chien dans cet état et craindre une rechute de son cancer, c’est ce qui le motive à prendre conscience qu’il ne va pas si bien que ça. Et aussi qu’il a envie de vivre : il replanifie alors son intervention chirurgicale. Quant à Buttercup, le chien, il finit en bonne santé ; il avait juste bouffé une peluche de Gwyn. Ridicule, mais bien amené.

Autrement, on retrouve enfin Grace après un long quart d’heure. Elle est de retour chez elle, bien sûr, mais elle est aussi face à une sacrée souffrance après son accident. On savait qu’elle ne sentait plus vraiment ses jambes la dernière fois, la voilà donc qui fait face aux nausées matinales en tant que femme enceinte qui ne parvient pas à marcher seule, malgré un certain nombre d’équipements médicaux.

Elle fait de la peine à voir, parce que l’actrice nous montre bien la souffrance qu’est censée ressentir le personnage. En revanche, Grace est beaucoup trop obstinée pour son propre bien, refusant l’aide de Judd quand elle peut encore l’avoir, mais aussi l’aide de ses parents ou voisins. C’est violent. Cela stresse énormément Judd qui est toutefois bien forcé de reprendre le boulot, mais il est loin de se douter que Grace ne l’écoute pas du tout. Du tout.

Alors que Vera est sûre que Grace saura se montrer raisonnable et qu’elle aura une grossesse similaire à la sienne – affalée sur le canapé, Grace, elle, décide d’aller faire des courses. Oui, oui, elle ne sait pas marcher, mais elle conduit jusqu’au supermarché et continue de refuser la moindre aide, dans le magasin, puis sur le parking… alors même qu’elle se coince le dos, le craquant dans sa propre voiture après avoir fait tomber les clés.

Elle est hyper énervante sur ce coup-là et elle passe carrément six heures à juste bouffer de la glace sur sa banquette arrière avant d’oser appeler Tommy. Heureusement, cette dernière est une amie géniale qui peut faire une rapide consultation médicale, la rassurer, lui donner une pilule et la ramener chez elle.

Oh, et même si elle m’a énormément énervé, j’ai eu énormément de peine pour Grace quand elle a souffert de tout ça le lendemain au réveil. La pauvre.

Bon, et sinon, les interventions de l’épisode ? J’ai beaucoup aimé ce qui était fait cette semaine avec deux interventions qui finissent par rejoindre l’intrigue principale. La première voit un marchand de glace ado s’écraser devant les stars du lycée et mettre en danger la vie de sa collègue. Les stars du lycée filment toute l’intervention des pompiers, sans se douter que Firefox va ensuite les ridiculiser sur son propre Instagram. Bon. J’ai beaucoup à critiquer sur ce coup-là.

J’ai trouvé naze de les laisser filmer sans les interrompre, parce que la pauvre marchande de glace vit sa pire journée. Alors certes, elle gagne un ami au passage, mais personne n’aurait envie d’être filmé à ce moment. J’avais envie que les pompiers utilisent le jet d’eau sur ses gamins ou cachent au moins la vue des ados… Je ne sais pas ? Faites quelque chose bordel. Et par « faites quelque chose », non, je ne veux pas dire ridiculisez des adolescents sur Instagram en créant une situation de harcèlement en ligne pas beaucoup plus fine que celle à laquelle vous êtes en train d’assister.

Je vois bien que les scénaristes veulent faire de l’humour, mais j’ai détesté. La deuxième intervention de l’épisode nous ramène une actrice de Station 19, et c’est de bonne guerre puisqu’ils en avaient une de 9-1-1 la semaine dernière. Elle est ici maman d’un petit garçon qui est triste de voir que personne ne se pointe à son anniversaire et grimpe au toit de sa maison.

Sa solitude et sa dépression enfantine résonne beaucoup avec celle d’Owen, qui est celui qui s’occupe de lui. Il termine ainsi l’épisode en organisant un goûter surprise d’anniversaire avec l’équipement municipal, faisant du petit un vrai héros dans son quartier. C’était une fin d’épisode très chouette et j’ai aimé voir les marchands de glace du début faire du pro-bono aussi sur leur jour de congé. L’idée fonctionnait.

Saison 2

 

5 commentaires sur « 9-1-1 Lone Star – S02E10 »

  1. Ce qui m’a beaucoup étonnée avec cet épisode c’est qu’apparemment au Texas, le Covid est terminé, plus personne ne porte de masque, jamais. Je n’avais pas fait gaffe lors de l’épisode précédent de reprise mais là ça m’a sauté aux yeux, d’autant plus que dans la série mère, ils portent encore tous le masque et font gaffe.

    J'aime

    1. Oh, je n’avais pas capté non plus ! Qu’en est-il aux USA cela dit ? Est-ce qu’au Texas, on n’a pas une majorité d’anti-masque ? C’est étonnant en tout cas, au sein de la même franchise !

      J'aime

      1. Même s’il a beaucoup d’anti-masque c’est bizarre que les pompiers et les urgentistes ne le portent plus du tout.

        J'aime

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.