9-1-1 – S04E13

Épisode 13 – Suspicion – 17/20
Pfiou, quelques semaines après tout le monde, je rattrape cet épisode qui est chargé en émotions. Comme d’habitude, on sent bien que les scénaristes savent comment faire pour toucher nos cordes sensibles et pour viser juste à chaque fois. Pardon, c’est presqu’un mauvais jeu de mot sur la fin de l’épisode, ça. En tout cas, content de ne pas avoir à attendre une semaine pour voir la fin de saison !

Spoilers

Hen s’inquiète pour l’état de santé de sa mère.


Sometimes people just faint.

J’en parlais hier, et c’est donc sans surprise pour les plus mordus du blog que je reprends enfin mon visionnage de cette saison 4 afin de l’achever. Et ça commence bien avec une première intervention qui m’a fait mourir de rire, puisqu’il y est question d’une bridezella qui fait passer ses demoiselles d’honneur au détecteur de mensonges afin de savoir laquelle critique son mariage en ligne. C’est parfaitement ridicule et très américain comme intrigue, mais ça m’a fait rire écoutez.

J’imagine que le stress et la tension de l’organisation d’un mariage doit retomber sur le long terme et que si je suis mort de rire, c’est aussi parce que ça ne fait jamais que dix jours que j’en ai terminé avec le mariage de ma meilleure amie. Elle n’était pas comme ça, fort heureusement. Et on n’a pas eu de surcharge électrique ni d’incendie non plus.

La robe n’a pas survécu à cet épisode, mais la mariée si. On se marre bien avec un véritable show à l’américaine où la mère est celle qui critiquait la mariée en ligne (c’était visible depuis le début) et où les demoiselles d’honneur font ce qu’elles peuvent pour supporter la mariée sans sourcil. Ah vraiment, cette série me manquait.

La série enchaîne ensuite sur la vie privée de nos héros. Hen continue d’étudier en groupe pour devenir médecin, et rapidement, on comprend que la série va utiliser cette intrigue pour s’occuper de la mère d’Hen. Celle-ci a des problèmes de dos lorsqu’elle prend le chemin du marché, et une fois là-bas, elle s’y effondre, après deux ibuprofen.

Il s’agit d’un malaise vagal, ou juste d’un évanouissement, parce que les gens s’évanouissent parfois. Oui, oui, c’est littéralement le diagnostic du médecin aux urgences et ça énerve Hen de tomber sur des incompétents comme ça aux urgences. Tu m’étonnes ! Et pourtant, c’est une réalité, ça arrive, surtout quand on est noir et que le médecin est blanc.

En tout cas, Hen passe le reste de l’épisode à s’inquiéter pour sa mère, alors que la mère continue encore et encore de lui dire que tout va bien. La série en profite pour rappeler qu’il ne faut pas trop faire confiance aux médecins qui se méfient de vous, si jamais ils se méfient de vous, avant de faire de la mère d’Hen son nouveau cas d’étude, sur une bonne idée de Chimney.

J’ai bien aimé cette scène qui voit les trois étudiants en médecine essayer de comprendre quelle maladie la mère peut avoir à partir des éléments qu’ils ont à disposition… Et se planter totalement en pensant qu’elle va bien ; alors qu’elle s’effondre une nouvelle fois en se relevant. Cette fois, Hen comprend, au toucher, que sa mère fait possiblement un anévrisme aortique abdominal. Rien que ça. Le problème, c’est qu’en cas de rupture, elle mourra – et possiblement la rupture est là.

Ce n’est finalement pas le cas, mais j’ai bien ri de l’arrivée à l’hôpital où les étudiants réussissent à passer sans problème les points d’accueil. Hen finit par faire la morale au chirurgien de sa mère, et c’est tout de même important comme scène, même si pour le coup dans la vraie vie, ça n’arrive pas. Ou pas comme ça. Et puis t’attends au moins que la mère soit complètement hors de danger avant de le faire, quoi.

C’est heureusement ce qu’il se passe, avec la mère qui se réveille et remercie Hen de lui avoir sauvé la vie. C’est mignon.

Pendant ce temps, chez Athena et Bobby, on reprend la vie normale post-covid avec une soirée jeu en famille, et avec l’ensemble de la famille. Le problème, c’est que Bobby est étrange avec Athena, qui trouve qu’il prend des distances… et commence à craindre qu’il recommence à boire. Il a en effet besoin d’une douche dès qu’il rentre ; et en faisant la lessive, elle se rend compte que sa chemise sent le bourbon.

Elle en parle à Michael pour avoir des conseils, parce qu’elle ne sait vraiment pas comment faire pour poser des questions sans paraître accusatrice. Surtout Athena, quoi. Et quand elle finit par amener le sujet dans la conversation, elle est effectivement peu délicate. Elle parvient tout de même à aborder tout ça et à se faire inviter à une réunion des AA le samedi suivant… alors qu’elle pensait qu’il y avait réunion dès le lendemain.

Quand elle le suit, elle se rend compte que c’est bien le cas en suivant Bobby et elle comprend alors qu’il lui a menti. Mais s’il lui ment, ce n’est pas tellement parce qu’il boit, c’est parce qu’il est devenu parrain de Rachel, la nana qui avait trop bu et provoqué l’énorme accident de voitures d’il y a quelques épisodes. Franchement, avec tant de mois de retard dans mon visionnage, je ne l’avais pas reconnue.

Tout ça finit par mener en tout cas à une vraie crise, parce qu’Athena ne supporte pas que Bobby lui cache quelque chose… quand bien même elle passe sa vie à tout lui cacher et prendre ses décisions sans en parler. Si je suis plutôt du côté des choix qui reviennent évidemment à Athena concernant sa carrière, il est vrai qu’il y a un sacré problème de communication entre ces deux « partenaires » qui, justement, ne le sont pas.

Comme au travail, Athena ne veut pas de partenaire… Et ça finit par provoquer bien des remous quand Bobby souligne que peut-être leur mariage ne fonctionne pas. Ouille. Au moins, il n’a pas (encore) recommencé à boire.

Chez Eddie, la nouvelle copine – Ana – semble s’être définitivement installée… mais je sens qu’elle va vite se sentir menacée par l’arrivée de Carla, l’infirmière. Elle revient après le confinement et pas mal de temps à s’occuper de son père, mais ça signifie surtout qu’elle est là pour faire remarquer à Eddie qu’il n’a pas à tout faire pour rendre son fils heureux si lui ne l’est pas. Le sous-titre est clair : Ana n’est peut-être pas la bonne pour lui… Et la série va bien insister sur cette idée par la suite.

Au centre d’appels (ouf, un point pour le Bingo Séries !), Maddie fait une overdose de café pour compenser le manque de sommeil de son bébé qui aurait des coliques et pleure tout le temps. Le problème, c’est qu’elle répond alors au téléphone de manière totalement blasée, et je suis sûr que ça aura un impact pour la suite. Elle est clairement à bout de nerfs avec son bébé qui passe la journée à pleurer. Elle n’arrive pas à s’en occuper et c’est encore pire quand Chimney parvient à calmer sa fille en quelques instants après une journée à pleurer. Pauvre Maddie, on sent pendant tout l’épisode qu’elle est en pleine dépression post-partum, et personne ne semble s’en rendre compte. Elle était pourtant bien entourée jusque-là. J’espère que Chimney va rapidement ouvrir les yeux sur son état !

En attendant, elle prend au téléphone la deuxième intervention de l’épisode, qui consiste à venir en aide à une femme qui est coincée à mi-chemin entre son balcon et le balcon du dessous. Rassurant.

C’est son fils qui appelle et c’est lui que je n’ai pas senti pendant toute l’intervention, parce que la mère restait assez calme. En même temps quand Eddie vient te sauver, ça doit calmer. En plus, évidemment, Charlie, le fils, est immunodépressif et ne peut accompagner sa mère à l’hôpital, alors c’est Eddie qui reste.

Charlie peut ainsi sympathiser au téléphone avec Christopher, alors qu’Eddie se rend compte peu à peu que Charlie est littéralement prisonnier de sa mère. Elle vérifie tout ce qu’il mange, elle l’interdit d’aller à l’école ou de voir du monde… Avec le covid, j’imagine que ce genre de schéma familial doit être encore plus courant et accentué.

Par contre, alors que Christopher veut donner tous ses jouets à Charlie, Ana fait quelques recherches et se rend compte rapidement qu’il existe plein de pages de crowdfunding pour Charlie et sa mère. Tellement en fait qu’il y a clairement un schéma d’arnaque qui se dessine, avec des noms de famille différents à chaque fois.

Une maladie auto-immune ? C’est classique – elle se contente d’empoisonner son fils pour qu’il paraisse malade. Le lendemain, Eddie en parle logiquement à Bucky et Chimney, mais c’est déjà trop tard. En effet, Charlie rappelle Eddie parce qu’il a empoisonné sa mère. Et alors que tout va bien et que l’épisode semble sur le point de se terminer, la série nous rappelle subtilement que nous sommes sur l’avant-dernier épisode de la saison.

Ainsi, Eddie se fait tirer dessus, parce qu’un malade décide d’utiliser son flingue pour tirer sur les pompiers en intervention. Le trauma est réel, avec Bucky qui se prend tout le sang d’Eddie sur le visage mais qui ne peut ensuite pas intervenir pour l’aider, car le tireur est toujours là.

Je ne m’y attendais vraiment pas à cette fin, ça m’a pris totalement par surprise. J’ai clairement sursauté et ça me fait même chier pour le personnage d’Eddie. L’épisode était vraiment bien écrit du coup, parce que je n’ai jamais vraiment aimé Eddie durant cette saison… Mais là, le voir se faire tirer dessus, et devant Buck en plus ! L’enfer.

> Saison 4

 

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.