Hawkeye – S01E06

Épisode 6 – So This Is Christmas ? – 18/20
Beaucoup plus d’intrigues entremêlées que prévues dans cet épisode de conclusion, mais ce n’est absolument pas dérangeant car tout y est fluide et vraiment réussi. La série offre une belle conclusion à cette année de productions Marvel et elle le sait, en jouant jusqu’au bout comme il le fallait. Un vrai régal, et oui, je suis bon public, c’est comme ça, il faut s’y faire.

Spoilers

Kate a bien envie de confronter sa mère sur ses relations professionnelles douteuses, mais il faut procéder précautionneusement.

If he can do that then I don’t have to be scared.

Oula, une heure d’épisode ? Je n’étais pas prêt pour ça… mais en même temps, puis-je vraiment m’arrêter en cours de route comme ça ? Et puis, je disais dans la critique de l’épisode 5 que j’espérais davantage d’épisodes, je ne peux donc pas vraiment me plaindre d’avoir vingt minutes supplémentaires pour que tout soit réglé. Ils auraient pu nous faire une autre vingtaine de minutes, et paf, ça faisait sept épisodes.

Autrement, pour ce début d’épisode, j’ai commencé par un bon gros « eh merde ». Le mister Fisk auquel je n’ai jamais accroché dans Daredevil est donc bien de retour dans le MCU. Il va être temps pour moi de rattraper les derniers épisodes des séries Netflix, finalement… En attendant, on nous révèle qu’Eleanor est bien derrière le meurtre d’Armand et le complot qui a fait tomber dans la mouise Jack.

Cependant, si elle était OK avec tout ça, elle ne l’est plus quand il s’agit de protéger sa fille : elle refuse de prendre davantage de risques pour elle et décide de sortir de ce business. Comme si c’était possible. De son côté, Kate reçoit une vidéo de Yelena lui montrant toute la discussion entre Eleanor et le Caïd. Et Eleanor a bien du mal à s’en remettre. Tu m’étonnes.

Elle veut confronter sa mère, ce qui est la pire des idées. Heureusement, Clint est là pour la freiner Kate dans ses mauvaises idées. Ensemble, ils mettent donc au point une toute autre stratégie, en tant que partenaires ensemble. Oui, oui, Clint reconnaît qu’il forme une vraie équipe avec elle. Alléluia. Il en profite aussi pour lui révéler que, finalement, il est capable de créer de nouvelles flèches bien badass.

C’était bien la peine de passer tout l’épisode précédent à vouloir récupérer les pointes précédentes. Bon, dans tous les cas, c’est une bonne idée de ne rien perdre, mais bon, ils semblent passer autant de temps à en préparer de nouvelles qu’à contacter les joueurs de LARP. Après, il est vrai aussi qu’en préparant des flèches (et en les étiquetant cette fois, c’est important les étiquettes), Kate en profite pour verser quelques larmes.

Clint en profite pour lui faire le couplet des grands pouvoirs qui impliquent de grandes responsabilités, à sa manière. Pour toutes réponses, Kate lui raconte ce qui lui a donné ce caractère de tête brulée prête à tout pour devenir une héroïne : la bataille de New-York et l’exemple qu’il lui a donné, tout simplement. Effectivement. Si un simple humain peut se battre contre des aliens, pourquoi pas elle ?

Il y a du vrai : ce genre de super-héros donne envie de se remettre au sport et d’être super-forts. Ensuite, il faut commencer à faire du sport et on change totalement d’avis, mais bon.

Pendant ce temps, et sans trop de surprise, on découvre donc que le boss de Maya n’est autre que le Caïd. Il était donc vraiment dans l’ombre depuis le début de la série… et amadoue Maya comme il peut. Celle-ci ne le confronte pas vraiment, demandant simplement à pouvoir prendre du recul et du repos vis-à-vis de toute cette situation.

Si face à elle le Caïd accepte, dans l’ombre, il demande à Kazi de rappeler à tout le monde qu’il est le patron en ville – et que la ville lui appartient. Et dans cette ville, il y a une grande fête de Noël qui se prépare, organisée par la mère de Kate. Et par Kate elle-même ? On peut se poser la question quand on voit qu’une bonne partie des serveurs sont en fait les LARPeurs des épisodes précédents. C’est toujours plaisant de les revoir – et je me demande si la flic a récupéré le sac offert par sa femme finalement.

Malheureusement, à cette soirée, il y a aussi quelques ennemis, à commencer par Yelena qui débarque sans invitation ou Jack, fraichement sorti de prison et déjà armé de son épée. Sa caution a été payée le fils d’Armand, of course. Eleanor ? Elle prend tout son temps pour arriver, mais c’est une bonne chose : cela permet à Kate de la voir arriver et de l’isoler au plus vite, sachant bien que le Caïd a l’intention de la tuer. C’est hyper efficace : elle empêche Kazi d’effectuer son killer shot et elle confronte sa mère au passage.

Elles sont malheureusement interrompues par Armand qui débarque, juste à temps pour échapper la fusillade qui commence à la réception. C’est bien trop drôle à voir, parce que Clint est vraiment trop fort. Il a les bons réflexes et se protège avec le plateau de la flic sous couverture, avant de commencer l’évacuation. Pendant ce temps, Kate prend congé de sa mère en lui demandant de ne pas bouger, mais c’est peine perdue.

Personne ne peut retenir Eleanor, pas même Jack qui finit par sortir son sabre, allez savoir pourquoi. Et alors que Clint cherche à mettre hors d’état de nuire le sniper de l’immeuble d’en face, Kate se retrouve à essayer de stopper Yelena. Légèrement en vain. La scène est quand même super drôle, puisqu’elles se retrouvent coincées dans le même ascenseur. Kate Bishop s’affirme peu à peu en tant que super-héroïne, et c’est génial.

Ainsi, elle parvient à stopper Yelena dans son projet, la retardant juste ce qu’il faut pour l’empêcher de tuer Clint ; le tout au sein d’une scène de combat vraiment magnifiquement chorégraphiée à travers tout un étage de l’immeuble. Finalement, Yelena saute par une fenêtre pour tenter d’atteindre Clint au douzième étage, mais c’est sans compter sur Kate qui le prévient juste à temps.

Une fois de plus, Yelena rate sa cible de justesse, alors qu’elle commençait à vraiment apprécier Kate. J’espère qu’on les verra travailler ensemble à l’avenir, parce que l’une contre l’autre, elles sont déjà géniales. En tout cas, ça nous mène à une scène incroyable où, pour atteindre plus vite le rez-de-chaussée, Kate descend à son tour en rappel comme elle peut et juste à temps pour l’arrivée de la mafia du survêtement.

Il ne manquait plus qu’eux, tiens. Et ils sont tellement nombreux qu’ils finissent par mettre à mal Kate, perdant de vue Yelena et manquant d’y passer. Heureusement, Jack débarque par surprise et nous coupe une main d’un du gang des survêt’, ce qui mène à un moment hilarant avec Kate. Elle n’a plus le choix de l’accepter en beau-père à ce stade, et c’était bien drôle à voir, de même qu’il était drôle de voir les larpeurs mettre leur tenue de jeu pour réussir à avoir de l’autorité sur la foule évacuant dans tous les sens au lieu de faire ça normalement selon des instructions précises.

C’était très sympathique, donc, et ça ne doit pas pour autant nous faire oublier ce qu’il se passe dans l’immeuble : Clint s’y confronte à Kazi, encore. Et c’est une bonne chose, car le combat est beau à voir, avec tout un étage de l’immeuble qui finit par y passer quand la mafia du survêt’ essaie une fois de plus de s’en mêler. Ils sont tous pourris ces hommes de main, c’est quelque chose. Par contre, ils sont vraiment trop nombreux à débarquer au rez-de-chaussée.

C’est clairement la misère qui attend nos héros, mais ils s’en sortent comme ils peuvent face à tout ça : Clint se retrouve perché dans le sapin de Noël de New-York, où il aperçoit une chouette très humoristique, et Kate est celle qui finit par devoir l’en délivrer. Compliqué de tout redescendre par lui-même… Ce pauvre sapin de Noël mythique est donc dévasté par Kate, et je ne peux m’empêcher de souffrir pour les new-yorkais qui vont encore devoir payer bien des impôts.

En tout cas, le plan de Kate est efficace : Clint se retrouve au centre de la patinoire qui était au pied du sapin, indemne. Clint, pas le sapin ; le sapin, il est loin d’être indemne. Toute la mafia comprend en tout cas que leur ennemi se trouve à portée de balles de pistolet cette fois, et ils convergent tous vers la patinoire.

C’est sans compter sur Kate qui débarque à son tour à temps pour protéger Clint et sans compter sur d’autres balles de Clint qui utilise un champ de force magnétique pour neutraliser tous les flingues. Pas bête et efficace pour reprendre l’avantage… C’est de courte durée : ils sont deux face à une bonne centaine de figurants (et d’effets spéciaux, probablement). Heureusement, ils ont un tas de nouvelles flèches à nous montrer, et les scénaristes se font plaisir sur ce coup-là. Le budget y passe à nouveau, mais c’est le dernier épisode de toute manière.

Dans une période d’accalmie qui suit un van réduit à la manière Antman par une flèche et embarqué par la chouette (omg), Kate apprend que sa mère vient de sortir du building. Ah oui, le but de tout ça était quand même de la mettre en sécurité, et c’est pour ça que Kate avait décidé de se retrouver au rez-de-chaussée de l’immeuble. Forcément, elle fonce immédiatement, laissant Clint seul aux prises avec Kazi, une fois de plus. Et celui manque de peu de le tuer.

Contre toute attente, c’est Yelena qui débarque à temps pour lui sauver la vie – ne voulant pas qu’on lui pique sa cible, évidemment. Elle le sauve juste à temps, alors que Kazi se retrouve percuté par la moto de… Maya. J’avoue, elle, j’avais fini par l’oublier. Les deux cousins se mettent aussitôt à se battre l’un l’autre. C’est dommage, parce que Maya n’a pas envie de le tuer, mais elle se rend soudainement compte que Kazi est loin de partager son sentiment. Il est juste jaloux du pouvoir qu’elle a.

Il refuse donc de la laisser s’en tirer sauve ou de faire équipe avec elle… ce qui la force finalement à le tuer. Triste, beaucoup trop triste comment ils ont été les instruments du Caïd du début à la fin finalement.

De son côté, Yelena cherche enfin à avoir la vérité directement auprès de Clint. Celui-ci ne raconte que partiellement ce qu’il se passe, assurant que Natasha s’est sacrifiée pour sauver le monde… Mais elle refuse de croire ça. Le combat qui s’engage entre eux est vraiment bon, surtout que l’on sait bien que ça finira par Yelena croyant enfin Clint. C’est juste dommage que ça lui prenne tant de temps.

A chaque segment de scène où on les retrouve à se battre, on sent que Yelena avance, mais ce qui parvient à la convaincre finalement, c’est le sifflement secret qu’elle avait avec Natasha et que Clint connaît lui aussi. Il lui affirme alors que Black Widow parlait en permanence de Yelena (non, c’est faux, elle n’en a JAMAIS parlé à l’écran bordel) et l’aimait, et blablabla. En vrai, je le prends comme ça mais les émotions dans cette scène sont vraiment bonnes. Cela intervient un peu tard car on a fini par faire notre deuil de Black Widow… mais juste après Endgame, si on avait eu le film Black Widow dans l’ordre, et sans cette pub improbable et immanquable pour Lego à l’arrière-plan pendant toute la scène, ça aurait été incroyable à voir.

En parallèle, il ne faut pas oublier Eleanor : si elle s’enfuit discrètement du building, elle monte dans une voiture privée au chauffeur… mort. C’est con. Le Caïd n’est pas un méchant que l’on arrête simplement, et il compte bien se venger en personne s’il le faut. Kate arrive juste à temps pour le distraire et sauver ainsi sa mère, mais elle découvre au passage à quel point on ne plaisant pas avec le Caïd.

C’est fou de se dire qu’il rejoint officiellement l’univers des Avengers alors qu’on pensait tous qu’avec la fin de l’ère Netflix, il fallait tirer une croix sur tous ces projets Marvel. La surprise est bonne, surtout qu’elle se fait en parallèle d’autres surprises de Spider-man No Way (je ne vais pas spoiler pour autant, au cas où). Dans tout ça, Kate est dans la merde quand même : le Caïd résiste à ses flèches et commence à la mettre KO. Heureusement, Eleanor est là pour sauver sa fille, utilisant sa voiture perso pour le renverser.

Elle finit assommée par son air-bag alors que lui se relève sans mal. Kate intervient alors pour la protéger, ce qui nous mène à un petit combat dans un magasin de jouets. C’est Noël après tout. Vraiment, la date de diffusion était la bonne. Malheureusement, le Caïd n’a pas trop de mal à détruire son armement, mais bon, telle une mouche agaçante, elle revient toujours à la charge. Elle finit grâce à ça et au tour de passe-passe appris par Clint avec la pièce il y a quelques épisodes à se débarrasser du Caïd. Celui-ci explose, tout de même.

Une fois que c’est fait, elle peut retrouver sa mère et la confronter pour de bon, cette fois. Si sa mère affirme que tout ça n’est qu’une mauvaise passe dans laquelle elle s’est retrouvée par accident. Sympathique cet accident, dis donc. Kate ne se laisse pas embobiner, et elle fait en sorte que sa mère soit arrêtée. Le soir de Noël, oui. C’est tout de même étrange de voir que la police ne se retourne pas contre Kate non plus après la destruction du centre-ville, mais bon.

Ils essaient bien de s’en prendre au Caïd, mais c’est peine perdue : il s’est déjà relevé et est à présent face à face avec Maya, qui a bien pour l’intention de le tuer. Si on entend le coup de feu, la caméra fait sa timide et le suspense demeure. J’imagine que Marvel devra négocier à nouveau les droits pour utiliser un personnage d’une série Netflix et que c’est pour ça qu’ils laissent cette incertitude ? C’est quand même triste pour l’acteur de revenir juste pour un épisode.

Pour nous, c’est plutôt joyeux cependant : nous pouvons enfin en arriver à la fin de la série, avec des scènes joyeuses. Les LARPeurs vivent leur meilleure vie, Jack a du sang sur sa cravate mais est indemne et Clint et Kate sont heureux. Bon, ils doivent tout de même sortir le chien.

Le chien s’appelle finalement Lucky, d’ailleurs, ce qu’on apprend quand Clint et Kate débarquent enfin chez lui. Toute la famille est très heureuse de les retrouver et Laura peut récupérer sa montre. Bordel, j’ai raté une étape avec cette Rolex, franchement : on dirait celle de Mockingbird avec ce logo du S.H.I.E.L.D et le numéro 19, plusieurs pages Google le confirment et c’est cohérent avec les comics où Mockingbird a bien épousé Hawkeye, mais… PUTAIN, Agents of S.H.I.E.L.D les gars. J’en peux plus de ce demi-tour constant vis-à-vis de cette excellente série Marvel qui est laissée de côté après cinq ans bons et loyaux services dans le MCU. Je ne comprends pas ce désir de s’en détacher, entre la fin de WandaVision et ça, ça fait beaucoup. Surtout qu’Adrianne Palicki était exceptionnelle dans le rôle et s’est fait dégager le jour où on lui a consacré un spin-off finalement mort-né… sans jamais la réintroduire ensuite dans la série. La frustration est énorme.

J’espère vraiment qu’il y aura une explication avec une histoire de multivers, parce que si Laura doit être Mockingbird à la place d’Adrianne Palicki, ben je suis déçu. Cela fait plaisir de voir à nouveau le S.H.I.E.L.D dans le MCU, bien sûr, mais j’aimerais que ça se fasse sans tourner le dos à la série. Coulson fait encore partie du MCU (on l’a vu dans Captain Marvel) et j’ai bon espoir de revoir Chloe Bennet dans son rôle maintenant qu’elle a quitté son projet de Super Nana en même temps qu’Emily VanCamp a quitté The Resident et alors qu’une série Secret Invasion est en projet. Je m’emballe et j’en oublie la fin de la série, là, il faut que je me reconcentre, pardon.

La fin de la série ? Elle n’est pas tout à fait pour tout de suite, puisqu’il y aura forcément du post-générique. En attendant d’y arriver, il nous reste encore une scène où Kate et Clint brûlent le costume de Ronin et où Kate… se cherche un nom de super-héroïne. Evidemment. Elle est là pour rester, et c’est une super nouvelle. Je suis partant pour la revoir très souvent à l’écran.

Le post-générique ? Ecoutez, une super idée de la part de Marvel : ils nous souhaitent de joyeuses fêtes de fin d’année avec une représentation de la comédie musicale sur la bataille de New-York. La chanson est vraiment catchy, en plus, et eh, je te reconnais toi dans le public ! I CAN DO THIS ALL DAY. Ben purée, je ne m’attendais pas à ce que l’épisode dure une heure parce qu’on avait tout un numéro musical comme cadeau.

C’est quand ils veulent qu’ils en font un vrai spectacle ! Par contre, même si j’aime le cadeau, je dois dire que l’absence d’une vraie scène post-générique me laisse sur ma faim. Je préfère ça à la fin de Spiderman où la deuxième scène post-générique est une bande-annonce, certes, mais… Putain, il faut probablement attendre cinq mois avant de revoir du Marvel de cette qualité (puisque pour l’instant aucune date n’est annoncée avant le prochain Doctor Stange), ils auraient pu nous laisser des miettes.

Franchement, ça me rappelle l’intenable attente après Homecoming. Bon, on a eu des heures de fun en 2021 cela dit, ils ont assuré toute l’année avec les séries que je risque de revoir au moins partiellement d’ici là, non ?

EN BREF – Voilà une série d’excellente facture ! C’est ironique, car c’est l’une de celles dont j’attendais le moins, n’aimant pas spécialement le personnage de Clint. Enfin, je l’aime bien, mais comment dire, il n’a jamais été l’Avenger le plus passionnant. D’ailleurs, lorsque la série avait été annoncée, je me e demandais bien comment ils allaient tenir une dizaine d’épisodes avec ce héros.

Finalement, la réponse est simple : il n’y a que six épisodes et on le fout en duo avec un nouveau personnage qui crève l’écran, Kate. Et quand on risque de se lasser de Kate, bim, pas de souci non plus : Yelena est là pour prendre la relève. Du coup, on ne voit pas la saison passer. J’aurais aimé la voir selon la diffusion officielle, mais elle est hyper efficace en binge-watching aussi… Alors ça me va.

WandaVision reste indétrônable à mes yeux, mais celle-ci prend la seconde place : elle était très solide et était une vraie série avec son ambiance de Noël et son intrigue tournant plus autour d’un nouveau personnage. Je trouve que ça nous donne une idée de ce que pourra être She-Hulk en 2022 par exemple. Et j’ai hâte, parce que c’était très bon (et parce que Tatiana Maslany).

En attendant, eh bien, Marvel a réussi une fois de plus à nous pondre une série efficace et géniale. Que demander de plus, si ce n’est, justement : plus.

 

2 commentaires sur « Hawkeye – S01E06 »

  1. Alala le duo Kate/Yelena fonctionne tellement bien, j’ai envie de les revoir dans la même série ou le même film ! J’ai beaucoup aimé l’humour de la série et les scènes de cet épisode avec Kate et Yelena étaient vraiment excellentes, que ce soit la scène de l’ascenseur (quand elle lui met une claque !!!) ou celle du combat. Kate me fait vraiment rire, elle oscille constamment entre son envie de protéger Clint et le fait qu’au fond elle aime bien Yelena aussi haha (« Stop making me like you » « I’m sorry, I can’t help it » omg je l’aime trop !). Bon moi aussi j’ai tiqué quand Clint dit que Natasha parlait tout le temps de Yelena alors QUE NON BORDEL !
    Bref, cette série est une agréable surprise, elle se place aussi en numéro 2 pour moi juste après WandaVision. J’aimais déjà beaucoup Hailee Steinfeld après Dickinson mais cette série n’a fait que confirmer que je l’adore !

    J’aime

    1. Effectivement, c’était un duo hyper efficace. Je ne sais pas s’ils avaient prévu que ça colle si bien, mais les actrices déchiraient et ça redonnait beaucoup de peps à la série.
      La réplique de Clint sur Natasha parlant tout le temps de Yelena, on dirait vraiment du troll :’) J’étais sûr que tu aurais réagi aussi, ça ne m’étonne pas !

      Aimé par 1 personne

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.