The Orville – S03E01

Épisode 1 – Electric Sheep – 18/20
Je suis surpris de voir à quel point je suis vite retombé sous le charme de la série. Son format étendu me fait même plaisir tellement ça fait longtemps qu’on l’attendait. Tout est visuellement parfait, même si l’intrigue a ses longueurs et ses nouveautés qui ne me plaisent pas toutes – pour l’instant en tout cas. L’épisode manquait d’exploration, un côté de la série qui est toujours une réussite, mais explorait beaucoup la psychologie de certains personnages, au détriment d’autres. Ce léger déséquilibre est surprenant pour un premier épisode, mais je ne peux pas trop en tenir rigueur à la série pour autant.

Spoilers

L’Orville a besoin de réparations matérielles… mais l’équipage lui-même a besoin de se reconstruire après l’attaque des Kaylon.

May we resume standard interactions?

Après deux ans de pause, ça paraît assez normal que cet épisode commence par un encart « in memoriam », parce qu’il fallait bien que ça arrive… Je ne m’attendais tout de même pas au décès de la voix de Yaphit. Oui, j’ai googlé, oui j’entame l’épisode en étant triste, avant d’être parfaitement bluffé par la scène d’ouverture qui nous plonge dans l’espace en haute définition. J’avais oublié que la série était si magnifique.

J’avais un peu tout oublié de toute manière. Les effets spéciaux sont très bons en tout cas, et l’on se retrouve plongé dans une bataille aérienne assez impressionnante. Cela fuse de tous les côtés, ça explose et… L’Orville est pris dans la bataille. Ce n’est pas bien rassurant, surtout quand on commence par suivre le fils ainé de Claire, Marcus, qui court dans un vaisseau où tout le monde explose.

Plus que jamais, on se rend compte de l’immensité du vaisseau, d’ailleurs. On est replongé dans cet univers de la meilleure manière qui soit et la série prend des allures de série catastrophe comme elle a rarement réussi à le faire. Pourtant, tout ça n’est qu’un rêve, ou plutôt un cauchemar de Marcus qui galère bien à retrouver son petit frère, Ty, avant d’être surpris par Isaac, qui n’est pas Isaac évidemment.

Ce cauchemar se terminant, on peut en revenir à un début d’épisode plus habituel et calme, où l’on voit John interagir avec Isaac. Ce dernier semble avoir toujours du mal avec certaines interactions humaines, et ça me remet toute l’intrigue sur son espèce en tête. Quand il arrive à la cafétéria, par exemple, Isaac fait fuir absolument tout le monde. Il faut dire qu’il fait partie des Kaylon, qui veulent un peu détruire la galaxie – ou en tout cas éradiquer l’humanité de celle-ci. Une broutille.

Tout cela nous remet peu à peu les intrigues en tête, même si j’aurais aimé le générique. Tout ce à quoi on a droit, c’est une nouvelle scène dramatique de vaisseau de la flotte terrienne en train d’exploser. Malheureusement, cette fois-ci, ce n’est pas un cauchemar, mais un flashback. La série nous introduit une nouvelle personnage qui semble détester Isaac, et pour cause.

Charly, c’est son prénom, appartenait à un autre vaisseau que l’Orville – vaisseau détruit donc. Au passage, elle a perdu tout l’équipage, mais également sa meilleure amie, restée en arrière sur le vaisseau pour fermer les portes et permettre à Charly de s’enfuir. Bref, Charly déteste vraiment Isaac, et elle le lui fait savoir de manière bien froide et crue, sous les yeux d’une Talla restant étonnamment muette.

Elle n’est pas la seule : Isaac est aussi la cible de tag qui l’accuse d’être meurtrier, par exemple. Il est alors enfin temps d’en venir au générique et… bordel, la série me manquait tellement ! Je découvre qu’elle s’appelle désormais « The Orville New Horizons », mais ce n’est qu’un détail face à la beauté de ce générique.

Après le générique, nous découvrons que le vaisseau est en pleine réparation avant d’enfin en revenir au poste de pilotage du vaisseau. Quel plaisir de retrouver ce décor, même si Charly y est désormais à contrôler le vaisseau. Allez, on va se faire à sa présence, elle est au générique désormais, et elle a rapidement sa scène avec Ed et Kelly. En effet, ces deux-là se retrouvent à enquêter sur le responsable du tag l’accusant d’être un meurtrier.

Le couple dirigeant l’Orville découvre alors l’évidence : l’équipage de l’Orville n’est pas exactement heureux de retrouver Isaac tous les jours et de bosser avec un Kaylon. Bref, Talla a du boulot pour contenir l’émeute qui se trame, et Kelly comme Ed aussi. Charly a au moins l’honnêteté de leur expliquer clairement ce qu’il en est : les Kaylon ont détruit une bonne partie de la flotte terrestre et tué beaucoup d’amis de l’équipage, alors bosser avec l’un d’eux est insoutenable pour beaucoup.

La xénophobie a donc toujours de beaux jours devant elle dans ce futur lointain. Et Kelly et Ed ont beaucoup de travail. Ce ne sont pas les seuls : John et Gordon aussi travaillent dur aux réparations de l’Orville, avec notamment l’aide de Yaphit. On peine à voir vers quoi se dirige cette intrigue, mais elle permet en tout cas de multiplier les points de vue du vaisseau depuis l’espace et c’est magnifique. Vraiment, je retombe sous le charme de la série, et pourtant, pourtant, il va falloir supporter Charly.

Oui, elle est encore là : elle débarque pour séduire Gordon, assez clairement. Contre toute attente, on découvre alors que Gordon serait du côté de Charly. C’est ce qu’il lui dit, et elle lui conseille aussitôt de rester énervé à la présence d’Isaac. Une part de moi ne peut qu’espérer que ce soit du bluff, mais comme je n’ai jamais trop aimé le personnage de Gordon, ben, je me dis que peut-être il est assez con pour tourner le dos à Isaac.

Je ne sais pas non plus comment je réagirais à sa place, après. Je veux dire, clairement bosser avec Isaac ne doit pas être simple. Claire y arrive pourtant toujours assez bien, n’hésitant pas non plus à venir le voir avec Ty. Ben oui, ils ont des liens particuliers après tout. Isaac n’en a rien à faire d’être harcelé par tout l’équipage, mais ce n’est pas forcément le cas de ses proches.

Ce n’est qu’après cette scène, et surtout après 20 minutes complètes, qu’on retrouve Bortus à son poste, où il aide John et Charly à piloter des drones que Gordon doit détruire lors d’un entraînement. Le but de la scène est de nous montrer quelques améliorations à bord de l’Orville, quoi, avant d’en revenir assez vite à l’intrigue du tag. La surprise est totale quand on découvre que la peinture vient en fait de… Marcus, le fils de Claire.

Oh non, je t’adore Marcus, tu ne peux pas faire ça ; ne deviens pas un adolescent insupportable, s’il te plaît. Merde, quoi ! C’est évidemment raté, il nous fait sa crise d’adolescence et déteste à présent son beau-père, contrairement à Ty. D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si l’on enchaîne sur Marcus qui se dispute avec Ty, puis Marcus qui explique clairement à Isaac qu’il le souhaite mort quand Isaac tente de s’excuser, sous les bons conseils de Claire.

La pauvre est complètement dépassée par son adolescent à ce stade, et ça fait de la peine à voir. La musique nous suggère qu’Isaac aussi a de la peine, et pourtant, ce n’est techniquement pas possible. Il semble toutefois entendre le message de Marcus : personne ne veut de lui à bord ? Très bien, Isaac décide de se suicider en effectuant une mise à jour importante pour le vaisseau et en disant tout de même, à sa manière, adieu à Claire, Ty et Marcus.

La mise à jour est appréciée par le commandement du vaisseau, mais personne n’apprécie vraiment le suicide d’Isaac dans le casting, à part probablement Gordon et Charly. John, lui, est pessimiste en plus : il demande à Yaphit de venir en aide à Isaac, pour le principe, mais il sent bien que Yaphit ne pourra rien faire. C’est vite confirmé : Isaac s’est suicidé, pour de bon.

Reste à Claire la tâche d’annoncer à ses enfants la mort d’Isaac et gérer les conséquences de ce qu’il vient de se passer, car ce suicide est inévitablement la faute de Marcus aux yeux de Marcus lui-même, contrairement à ce qu’elle annonce. Bon, bien sûr qu’Isaac a fait son choix et que le suicide reste une action personnelle, mais son choix était guidé à distance par les mots horribles de Marcus à son égard. Quant à Claire, elle n’est pas au… clair avec la situation. Elle doit en effet gérer son deuil comme elle peut, parce qu’elle n’avait pas encore réussi à pardonner complètement Isaac.

C’est compliqué : il a tenté de la tuer, de tuer ses enfants et tout l’équipage. Ce n’est pas rien tout de même. Elle s’en confie à Kelly, qui gère la situation comme elle peut en étant là pour son amie, tandis qu’Ed gère l’éloge funéraire. Pas évident de faire un éloge pour Isaac, en plus. Pas évident non plus de gérer son deuil.

Sans trop de surprise, Claire retrouve ainsi Ty dans le simulateur du vaisseau : c’est tentant de retrouver Isaac tout de même, il en a la possibilité, même si sa mère lui assure le contraire, préférant qu’il gère son deuil plutôt que de le voir rester coincé dans des souvenirs. La pauvre se retrouve ainsi à gérer son fils au cœur brisé en plus de sa propre peine, et la scène qui suit est tout de même brillante. On y voit Claire relancer la simulation de son rencard avec Isaac, mais sans Isaac cette fois. La pauvre.

Elle nous tient éloignée du reste de l’équipage un temps, mais les réparations du vaisseau continuent et vont un poil plus rapidement que prévu : John et son équipe finalisent les dernières réparations, permettant à l’Orville de décoller à nouveau et de s’en aller vers de nouvelles aventures. Avant. C’est ce que l’on attendait tous, je pense, mais malheureusement, ça semble devoir se faire sans Isaac pour le moment.

Isaac manque très clairement à Ed au moment du départ, mais tout le monde en est à faire son deuil l’air de rien. Même John se retrouve à en parler à sa copine du moment, une extra-terrestre qui est étonnée de découvrir qu’Isaac a offert à John une fourchette pour son anniversaire. Elle est toutefois plutôt utile pour John, parce qu’elle lui parle de la mort sur sa planète qui est bien différente de la manière dont les terriens la gère.

L’air de rien, dans la conversation, elle finit par donner à John une solution qui pourrait possiblement ressusciter Isaac. Je me disais bien que c’était trop rapide et bizarre de s’en débarrasser dès le début de saison. Ce retournement de situation est à la fois sympathique, crédible et marrant puisqu’on voit John courir dans tout le vaisseau en peignoir. Il aurait pu au moins s’habiller, ce n’était pas si urgent que ça.

Cependant, sa trouvaille est révolutionnaire. Elle se heurte encore à un dernier problème : pour tenter de ressusciter Isaac, l’équipage se rend compte qu’il va falloir l’aide de… Charly. Evidemment. Elle est parfaitement insupportable depuis le début de l’épisode, donc il fallait bien qu’on arrive à une scène où elle était confrontée à son attitude détestable. Il fallait juste compter sur Ed pour trouver une manière de lui dire qu’elle était une rageuse bloquée sur la mort de son amie Amanda un peu en vain. Il le fait avec plus de subtilité que moi, heureusement.

Malheureusement, ils sont interrompus dans la conversation par le débarquement inattendu d’un vaisseau Kaylon. C’est une attaque catastrophe qui manque de tuer tout le monde à bord, mais une bonne stratégie d’Ed permet de faire croire au vaisseau ennemi que l’Orville a explosé dans la tempête d’une planète hostile. Le problème, c’est que ce détour dans une tempête abime déjà les capacités de l’Orville : pour ressusciter Isaac, il ne reste plus que quelques heures.

Ed ordonne donc à Charlie d’aller réparer Isaac, avant de la virer quand elle refuse de manière bien prévisible. Charly est dépitée de perdre son job, évidemment, mais elle ne change pas d’avis pour autant ; refusant même de venir en aide à Isaac quand Marcus le lui demande. Oui, oui, Marcus : il culpabilise du suicide qu’il est sûr d’avoir provoqué.

Cette conversation étonnante finit par convaincre Charly d’aller aider John à réparer Isaac. Bim, une petite résurrection a donc lieu, laissant Charly en plein débat interne. Ce n’est pas la seule, cela dit : Isaac aussi a son propre débat interne selon Claire. Elle est psychologue, alors elle est sûre que ce suicide ne peut venir de nulle part. Elle n’a pas tout à faire tort : Isaac lui annonce qu’il s’est suicidé pour améliorer les performances de l’équipe, parce qu’il a remarqué que tout l’équipage de l’Orville était moins performant depuis son retour sur le vaisseau.

C’est une excellente scène, à nouveau, où Claire a l’occasion de s’énerver contre Isaac. C’est finalement elle qui avait besoin d’une séance de psy, je crois ; mais la scène fonctionne terriblement bien. En effet, ce qu’elle dit concerne bien sûr Isaac le robot, mais collerait parfaitement au suicide d’un être humain aussi. Elle parvient à faire admettre à Isaac qu’il faut prendre en compte le changement de perception de l’équipage, une donnée qu’il ne peut avoir à l’avance. Il pourra la constater par lui-même maintenant qu’il est en vie, mais il faudra encore du temps : Marcus semble content de savoir le robot de nouveau actif… mais il ne va pas lui parler pour autant.

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.