9-1-1 – S06E03

Épisode 3 – The Devil You Know – 11/20
Je suis blasé par cet épisode qui n’était pas du tout ce que j’en espérais. Non seulement, je l’ai trouvé extrêmement prévisible, mais en plus, comme à chaque fois qu’ils se lancent dans ce genre d’enquêtes, il y avait des problèmes de cohérence et de crédibilité. Pour ne rien arranger, j’ai eu l’impression de regarder une toute autre série. Bien sûr, le changement de ton était voulu, mais je n’ai pas accroché plus que ça.

Spoilers

Athéna cherche à découvrir ce qui est arrivé à Tanya Kingston.


I’m afraid he could’ve done it.

C’est bien beau de regarder des épisodes de Buffy qui ont 25 ans aujourd’hui (Lie to me), mais ça ne me met pas à jour dans mes nombreuses séries. Je comptais pourtant sur les vacances pour parvenir à rattraper un peu le retard dans les séries de networks. Je sais désormais que ce ne sera pas le cas, mais tant pis, on va faire comme si de rien n’était, hein.

Après tout, les séries peuvent m’attendre, non ? Il n’empêche que j’avais envie d’avancer au moins un peu dans cette série. Je suis toujours à la bourre depuis la saison 1, mais l’avantage, c’est que ça permet normalement d’enchaîner quelques épisodes quand je m’y remets. Et comme la série est en pause, qui sait, peut-être que je vais réussir à la rattraper avant sa reprise quand même ?

Je m’avance beaucoup et je m’étale en propos qui n’ont pas grand-chose à voir avec l’épisode, mais c’est parce que les premières scènes sont un peu longuettes et peu intéressantes. On retourne en effet en 1977 (tiens, il faudra que je termine This is us aussi) où les parents d’Athéna filent le parfait amour et où l’on voit qu’Athena a de jolis souvenirs d’enfance.

Le truc, c’est qu’on sait déjà que ça va être un peu gâché par la disparition de Tanya, parce que c’était le cliffhanger de l’épisode précédent. Et ça ne manque pas : la série nous informe donc que le père d’Athena est rentré avec des taches (de la boue ?) sur sa chemise blanche ce soir-là, avant d’être réveillé au milieu de la nuit par la voisine en panique suite à la disparition de sa fille.

Une battue est rapidement organisée par les voisins, alors que le père d’Athéna sort son flingue pour la même raison. La petite fille est paniquée, mais sa mère la réconforte comme elle peut. Et… c’est tout pour le flashback, il est temps d’en revenir au présent. Le présent n’est pas glorieux non plus, d’ailleurs : le père d’Athéna est toujours dans le coma, ce qui n’empêche pas la police de venir chercher son ADN.

Beatrice, la mère d’Athéna, est bien sûr affolée par la situation et s’en prend à sa fille, mais ce n’est pas comme si Athéna pouvait y faire grand-chose de toute manière. Elle suit les procédures, tout en commençant à mettre en place la défense de son père, insistant pour ne parler à la police qu’en présence d’un avocat. Forcément. Il y a une certaine logique dans tout ça, mais aussi dans la réponse du flic qui lui conseille de laisser l’émotionnel de côté et de laisser la police faire son travail – et oui, Athéna est de la police, c’est vrai, mais elle est surtout trop proche du dossier.

C’est plus fort qu’elle cependant : Athéna est suspicieuse quand elle apprend que son père a mis beaucoup de temps avant de se décider à faire construire une pièce supplémentaire dans la maison. Elle l’est d’autant plus quand elle apprend que son père a voulu la faire construire le jour de la disparition de Tanya. C’est un ensemble de coïncidences vraiment peu flatteuses pour Athena et son père, mais bon, je soupçonne juste le père de Junior d’avoir couvert un crime commis par son fils, d’une manière ou d’une autre. Oui, parce qu’Athéna apprend tout ça de la part de Junior et de son père. Comme par hasard, c’est le père qui a construit la chambre supplémentaire et a coulé le béton dans lequel Tanya a pu être retrouvée.

Pendant la nuit, Athéna surprend son mari en train de fouiller le bureau de son père. Elle le prend super mal, et il est assez évident qu’elle a désormais peur de découvrir la vérité. La vérité lui fait peur, puisqu’elle sait très bien que son père est revenu avec une chemise tachée ce soir-là. Bon, de toute manière, au pire, il a aidé à couvrir un truc triste pour quelqu’un d’autre. Je pensais à la sœur de Tanya, Joanne, mais elle semble trop pleine de rage quand elle croise Athéna pour que ce soit elle.

En parallèle de tout ça, d’autres flashbacks nous ramènent en effet en 1977 où Athéna commençait déjà à mener l’enquête. Elle n’hésite pas à insulter le shérif en lui balançant ce qu’on dit sur lui – qu’il est mauvais concrètement – et à faire la curieuse autour de la maison de Tanya, qui a aussi une grande sœur perdue dans sa vie. L’adolescence ne peut qu’être difficile ; au point de se faire virer de l’école.

Dans le présent, Joanne a donc la même rage, encore et toujours. Elle n’hésite pas à pointer un flingue sur Athéna, avant de se calmer grâce à Bobby. Le couple marié est alors invité à l’intérieur de la maison qu’elle n’a jamais quitté, ce qui est l’occasion d’une révélation qu’on voyait venir : Joanne avait l’habitude de s’échapper de sa maison pour la soirée, en passant par la fenêtre.

La même fenêtre qui est supposée être la fenêtre par laquelle Tanya a été enlevée servait donc à la fugue de la grande sœur. Le soir de la disparition, cependant, Tanya aussi avait décidé de fuguer pour se rendre à la même fête que sa sœur où se trouvait, ça alors !, Junior. Bon, voilà, l’affaire est réglée en ce qui me concerne.

Les deux sœurs font donc la fête avec un tas d’adolescents qui se faufilent hors de chez eux pour boire de la bière alors qu’ils n’ont pas l’âge. C’est assez triste de voir la grande sœur passer tout son temps à se plaindre de la petite, au point de dire qu’elle était prête à la tuer le soir même où elle allait disparaître. Ce qui m’étonne, c’est que même si la grande sœur ment à sa famille et à la police pour des raisons logiques, tous les autres ados ont suivi son mensonge et n’ont rien dit ?

La gamine a disparu au beau milieu de la fête, devant tous les ados, et il y a eu une voiture qui est passée, faisant un bruit bizarre. Bref, le père de Junior, à tous les coups. Il faut toutefois repasser par le présent pour régler cette affaire.

Dans le présent, Athéna est ainsi arrêtée par les flics parce que Joanne a appelé la police quand elle a vu des intrus essayer d’entrer dans sa maison. C’est abusé : pourquoi appeler les flics alors qu’elle s’apprêtait à les menacer d’une arme ? Et l’inspecteur qui décide d’arrêter Athéna, c’est fou ! L’inspecteur est toutefois malin : il savait déjà ce qu’Athéna pensait lui apprendre quand elle lui révèle que Tanya avait fugué cette nuit-là. Oui, l’inspecteur le savait car des barrettes avaient été retrouvées… Et quelle gamine va au lit avec des barrettes ?

Il n’en faut pas plus pour que l’inspecteur se mette à bosser avec Athéna ?? Qu’il vient d’arrêter parce qu’elle enquêtait sans permission ? C’est tellement abusé. Ensemble, ils arrivent à la conclusion que le père de Junior est bien le responsable du meurtre de Tanya, parce que le cadavre de Tanya a été aspergé de chaux avant d’être coulé dans le béton.

C’est une nouvelle information qui change un peu la donne, effectivement. Par contre, c’est un raccourci vraiment énorme de décréter que Reggie Sr est forcément responsable pour une phrase dite un peu plus tôt. Dans le même genre, côté grosses incohérences, Joanne révèle que la voiture entendue ce soir-là faisait un drôle de bruit et Bobby a entendu le même bruit plus tôt dans la même journée car Reggie et son fils utilisent toujours la même voiture.

Joanne est pote avec Junior, mais elle n’a jamais réentendu sa voiture pendant toutes ces années ? Et ils n’ont jamais réparé la voiture ? On se fout un peu de nous tout de même. Bon, ça n’empêche pas l’histoire d’être bien menée autrement : Tanya a donc été tuée 45 ans plus tôt par Junior parce qu’elle avait refusé ses avances et risquait de tout révéler à la fête. C’est pas du tout horrible comme intrigue, ça, tiens.

Reste à coincer Junior dans le présent, et ça tombe bien, il se comporte de manière débile maintenant que le cadavre de Tanya est retrouvé. En effet, il décide d’aller tuer Joanne, pour lui faire porter le chapeau de la mort de sa sœur. Pas de bol pour lui, Bobby est sur ses traces et parvient à l’arrêter juste avant la mort de Joanne, qui aurait pu être tuée par Junior, à quelques secondes près.

Athéna et l’inspecteur débarquent à leur tour, ce qui permet à Athéna de jouer la course poursuite de sa vie et d’aller arrêter l’homme en lui donnant un bon coup de pelle dans la tronche. Franchement, cette partie d’action était intéressante, mais ça n’est pas suffisant pour sauver l’épisode. Il se termine sur des nouvelles plus positives pour Athéna : son père se réveille du coma pour savoir que sa fille a pu arrêter le meurtrier de Tanya.

Comme prévu, Junior a été couvert par son père cette fois-ci… mais l’enquête révèle qu’il a agressé et tué au moins six autres filles/femmes. Rien que ça. Allez, passons vite à l’épisode suivant, parce que celui-ci n’était pas une franche réussite. Certes, c’est divertissant et il y a un impact émotionnel, mais on voit bien que les enquêtes ne sont pas leur fort tellement il y a eu des incohérences grosses comme ça. Dommage.

> Saison 6

 

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.