Fear the Walking Dead – S06E16

Épisode 16 – The Beginning – 20/20
Le thème de l’épisode est un thème que j’adore déjà de base, mais l’étendre comme ça sur des personnages que l’on connaît depuis sept ans, c’est génial. Je regrette l’absence de certains, évidemment, mais les pistes offertes pour la nouvelle saison sont prometteuses. Le mois d’octobre me paraît soudainement très loin après une fin aussi explosive. Jolie fin de saison !

Spoilers

Avant que le missile ne retombe dans l’atmosphère avec ses têtes nucléaires, nos héros réagissent différemment pour se sauver – ou abandonner tout espoir.

This maybe all the time that we have left.

Difficile de s’arrêter après l’épisode précédent, alors je suis content d’avoir du retard dans mon visionnage. Le début de cet épisode est surprenant par contre, parce qu’on retrouve la mère du bébé né le plus récemment dans la série – Rachel. Elle est dans une sacrée merde avec une roue crevée qu’elle n’arrive pas à changer et un bébé qui pleure. Et accessoirement la vue sur un missile nucléaire qui décolle.

En écoutant sa radio, elle apprend de Morgan ce qu’il s’est passé – à savoir un échec terrible pour nos héros, un missile avec dix têtes nucléaires prêts à rentrer à nouveau dans l’atmosphère et de derniers moments de vie à vivre heureux. Il est temps de se donner la fin que chacun veut. Pas évident quand on est coincé au milieu d’une route avec une roue crevée.

Il apparaît soudain un drôle de titre à l’écran – Promise me you’ll find someone – et ça ne me dit rien qui vaille pour la suite de l’épisode. J’ai eu peur d’avoir tout l’épisode sans nos héros, mais ce n’est finalement pas ce qu’il se passe. De toute manière, ce premier segment vaut déjà largement le coup avec une mère qui se retrouve la jambe écrasée par sa voiture. Elle fait ensuite tout ce qu’elle peut pour sauver son bébé, quitte à se faire une attelle de fortune ou… se suicider au bord de la route.

Vraiment, c’était une scène incroyable cette mère prête à se suicider pour son bébé, mais je ne suis pas sûr d’avoir bien compris son plan. Même en admettant que le chien arrive à la traîner jusqu’à quelqu’un, ça n’assure pas du tout la survie du bébé. Un bébé qui pleure dans un monde où il sera entouré de zombies ? un chien coincé par une laisse en cas d’attaque ?

La scène était belle, mais aussi incroyablement stupide. Il y avait d’autres moyens, j’en suis sûr. Attendre assise en était déjà un. Elle est au milieu d’une route, il y aurait bien eu quelqu’un pour lui venir en aide à un moment. Et au pire, elle serait morte, mais ça aurait gagné du temps loin des zombies au bébé ? Très étrange, sa décision. Et puis son bébé en pleine apocalypse zombie et nucléaire, j’y crois moyen.

Darme el arma – c’est à Daniel d’entendre ce qu’il arrive lorsque le missile s’envole dans l’atmosphère, et on a rapidement un problème de timing avec ce segment. En effet, Luciana, Sara et Charlie sont déjà de retour auprès de lui alors que le missile vient juste de décoller. Je veux dire, on les a vues sur la plage dans l’épisode précédent à ce moment-là. Ils ne doivent pas en être loin, de toute manière, puisque Wesley débarque ensuite avec Riley.

Plus logiquement, on a eu un petit saut dans le temps, avec Riley qui révèle l’endroit où est son bunker et Daniel qui entend d’autres coordonnées à la radio. Comme c’est Daniel et qu’il n’est pas sûr de lui, tout le monde préfère faire confiance en Riley et Rollie, l’homme qui l’amène. C’est évidemment une erreur car Daniel finit par comprendre, en chemin vers le bunker, que Rollie est en fait un traître qui bossait pour Teddy. Il a perdu sa foi en nos héros il y a quelques épisodes…

La révélation serait bien plus surprenante si j’avais eu une vague idée de qui il était, mais comme souvent avec cette série, je ne me souvenais pas tellement de ce personnage très secondaire. J’ai par contre souri de la scène entre Sara et le rabbin, parce que ça flirte sévère pour une fin du monde. De toute manière, le missile rentre à nouveau dans l’atmosphère, déjà, alors ils ont juste eu à réparer très rapidement le camion d’Al avant de repartir vers les coordonnées notées par Daniel. Entre temps, Daniel a tué Rollie et la série ne nous dit pas si ces personnages survivront. Oups.

Enjoy the view, asshole – Dans ce nouveau segment, nous suivons Dwight et Sherry à la recherche de leur propre fin – d’un endroit où ils pourront survivre ou au moins passer de derniers instants. Ils cherchent juste à se donner une fin, et Sherry est vraiment mignonne à lui rappeler que c’était leur promesse de toujours : se retrouver pour passer du temps ensemble, même pour une dernière fois.

A défaut de trouver l’école qu’ils cherchaient, ils tombent sur une jolie maison dans laquelle Sherry espère trouver une dernière bière ou des bretzels. Dwight y trouve effectivement des bières, chaudes, et les partage à Sherry. Le problème, c’est que plutôt que de profiter de la fin, Sherry se retrouve à regretter tout le temps qu’elle a perdu à être énervée.

Oh, Sherry. Je ne t’aime plus trop depuis que tu as buté ton cheval par égoïsme et colère, mais ça fait du bien de voir que tu en as conscience quand même. Je suis heureux, aussi : Dwight se retrouve au moins avec sa femme, et il le mérite vraiment. Par contre, ils se rendent finalement compte que la maison dans laquelle ils sont est encore occupée par ses habitants. Ces derniers sont par contre terrifiés pour des survivants de l’apocalypse.

Ils ne semblent pas trop en état d’avoir survécu si longtemps. Après, avec la fin du monde qui approche, ils sont peut-être juste en difficulté à être au top de leur forme, les pauvres. Ils donnent finalement un dernier but à Dwight et Sherry, mais aussi un abri s’ils arrivent à leur fin. Ils se donnent ainsi pour mission de chasser deux connards de followers de Teddy qui ont pris l’abri anti tornade de cette famille pour s’abriter.

Ce n’est pas sympa, honnêtement. Dwight et Sherry le sont eux, par contre. Ils ne mettent pas longtemps à tuer le premier qui sort de l’abri lorsqu’ils en forcent l’ouverture. Dwight décide en revanche de sauver le second, pour qu’il assiste à l’apocalypse qu’il a provoquée. Avec deux balles dans les jambes pour s’assurer qu’il ne puisse s’enfuir ailleurs ou nuire à l’abri qu’ils peuvent à présent s’offrir avec le reste de la famille. Chouette.

You have nothing to be sorry about – Était-ce vraiment nécessaire d’avoir un segment sur Teddy et Dakota ? J’imagine que oui, mais ça ne m’a pas passionné, surtout après cette excellente idée pour Dwight et Sherry. Du moins, le début ne m’a pas passionné, et puis John Sr est arrivé pour parler à Dakota et lui dire qu’il la pardonnait. C’est un thème majeur de la série, le pardon, mais tout de même, je trouve ça bien rapide. En plus, Dakota ne fait vraiment rien pour le mériter ce pardon.

Voyant que les paroles de John commencent à faire effet sur Dakota, Teddy tente de se débarrasser de lui… En vain. En effet, une fois de plus, June est là aussi pour le couvrir. Et pour pardonner aussi Dakota ? Déjà ? Comme ça ? AAAAH. Bon, l’avantage, c’est que ça provoque assez de doute en Dakota pour qu’elle envisage de changer et de repasser du côté de l’espoir. Ce n’est jamais ce qu’elle a été cependant.

Elle se retrouve avec un choix qui fait un bon cliffhanger pour ce segment (et la saison ?) : suivre John St et June dans un bunker que Teddy comptait finalement utiliser pour survivre (et peut-être lancer d’autres missiles) ou juste attendre la fin puisque le missile vient de rentrer à nouveau dans l’atmosphère. J’imagine mal les scénaristes se débarrasser de June après tout ça de tout ça de tout manière, donc son choix paraît évident.

Which man are you ? – C’est parti pour un segment sur Victor qui doit apprendre à vivre avec une énième trahison qui a possiblement provoqué cette mini-apocalypse de la tête nucléaire s’apprêtant à lui tomber dessus. Heureusement qu’on est loin des autres séries de la franchise !

Sa destination de prédilection ? Cela ressemblait à un centre commercial, mais j’ai eu un doute ensuite quand il est finalement tombé sur un étrange hangar vide, puis sur un appartement super classe tenu par un autre homme. Le genre d’excentrique qui colle bien avec Victor, dis donc ! Un historien qui utilise des vinyles et collectionne des œuvres d’art ? Pour la fin du monde, Victor tombe franchement bien.

Oui, c’est la fin du monde et du parcours pour lui : l’homme n’a pas de bunker ou de sous-terrain où ils pourraient survivre. Ils se retrouvent alors simplement à boire du bourbon en attendant la fin. Triste. Comme Victor a eu la bonne idée de lui dire qu’il était là quand le missile a été lancé, l’homme lui demande plus d’information sur tout ce qu’il s’est passé et… Victor ment encore une fois à Howard, cet homme. Il décide même de lui faire croire qu’il s’appelle Morgan Jones, qu’il est celui qui était prêt à mourir pour sauver tout le monde. Putain, Victor. Jusqu’au bout. C’est hallucinant.

I can hear her – Nous retrouvons Grace allongée sur le sous-marin à observer le missile et demander à son bébé s’il savait que le monde allait courir si vite à sa perte. Cela pourrait expliquer pourquoi elle n’est pas là avec sa mère. Par contre, quand Grace entend Morgan parler à tous de préparer la fin qu’ils veulent, elle sait très bien quelle fin elle désire. Elle veut se retrouver avec Morgan, tout simplement.

Les scénaristes nous simplifient vraiment la tâche : elle traverse tout le sous-marin en deux secondes à l’écran, apparemment sans croiser le moindre zombie cette fois. Ce n’est pas bien crédible, mais au moins, elle peut retrouver Morgan et lui dire d’abandonner son envie de trouver une solution. Il n’y en a pas, le missile est parti de toute manière.

Elle ne veut pas vivre dans un monde de radiations non plus. Elle veut juste être avec Morgan lui disant qu’il l’aime pour la fin. Comme ils ont encore pas mal de temps, ils en profitent aussi pour s’imaginer un futur alternatif – un futur où Morgan pourrait être mari et père. Ils n’ont plus beaucoup de temps, alors ils enchaînent sur un câlin, un baiser et un drôle de suicide.

Au moment de se tuer, ils entendent toutefois un bébé pleurer, et ce n’est pas celui de Grace. Non, c’est celui de Rachel. Pff. OK, je vois que j’avais zappé une partie de son plan : en tant que zombie, elle est capable de marcher et le chien la guide effectivement vers le sous-marin. C’est chouette comme tout, ça dis donc. Morgan et Grace sont peut-être confrontés à la fin du monde, mais ils se retrouvent désormais avec un chien et un bébé. Une vraie petite famille.

I know how to survive – Retour au groupe de Daniel qui n’a vraiment pas les bonnes coordonnées pour survivre. Ils se retrouvent au milieu de nulle part, sans bunker et avec une forte envie de buter Riley. C’est ce que Daniel fait, mais presque par accident. Finalement, tout va bien pour le groupe une fois Riley mort.

En effet, un hélicoptère débarque à leur rescousse : Al a apparemment réussi à retrouver sa militaire préférée et c’est juste ce qu’il fallait pour sauver nos amis. Si Isabelle refuse d’adresser le moindre mot, la radio qu’elle tend à nos héros suffit à ce qu’ils comprennent qu’il s’agit d’Al. Ils peuvent donc monter dans l’hélico – mais pas avant que Wes ne peigne quelque chose (vu le titre : The Beginning ?) à côté du cadavre de Riley.

Du côté de Dakota, le choix est finalement différent de ce que je pensais : elle décide de rester voir la fin avec Teddy, mais laisse June et John entrer dans le bunker. June essaie jusqu’au bout de la convaincre, en vain. Une fois le bunker fermé, Dakota s’en prend assez logiquement à Teddy qui reste surpris.

Comprenant qu’il ne l’a jamais aimé, elle décide de le tuer, tout simplement. Comme ça, après la mère, elle tue sa figure paternelle des deux derniers épisodes, c’est bien. Et inattendu. Elle peut alors voir la tête nucléaire retomber et… wow, je ne m’attendais vraiment pas à ce qu’après le flash, on voit si bien les effets de la destruction sur la planète et sur la chair de Dakota. Ce qui est peu rassurant, c’est que Victor a vu le même flash. J’imagine que c’est mort pour lui.

Dans le bunker, June et John sont secoués… mais ils survivent ? Dans l’abri anti-tornade, Dwight et Shelly survivent également. Grace et Morgan ? Ils se retrouvent à courir pour éviter les débris et l’onde de choc de l’explosion. Ce n’est pas gagné pour eux, ça doit faire une bonne dose de radiation quand même… mais toujours moins que June et John ? Eux, ils étaient proches du point d’impact apparemment.

En effet, personne ne prend plus cher que Dakota au moment de l’impact. Même le zombie de Riley finit en bon état ! Victor ? Il survit à l’explosion, bien sûr. Les vitres n’ont même pas explosé ! Il peut raconter enfin la vérité à Howard, mais l’aube de cette nouvelle journée pour eux ? Je ne la sens pas. Je sens mieux l’aube pour le reste du monde, alors que les têtes nucléaires continuent d’exploser… Morgan et Grace survivent avec un bébé qui continue de dormir ?, mais c’est très clair… La fin approche avec les radiations désormais.

Alicia ? Nous ne la voyons pas dans l’épisode, mais son bunker semble tenir bon… Gardons le suspense jusqu’en octobre !

EN BREF – Bon, ben ma foi, j’avais bien compris que la saison 7 parlerait de zombies radioactifs, mais je ne pensais pas que la saison 6 se terminerait comme cela. Ce fut plus explosif que prévu ! J’ai beaucoup apprécié l’ensemble de la saison, cela dit, pas juste ce dernier épisode. J’ai fini par me faire à l’idée que la construction des saisons de cette franchise consistait à éclater l’intrigue des divers personnages sur plusieurs épisodes, et j’ai fini par m’y faire aussi.

Par contre, je ne remercie pas le covid d’avoir impacté énormément la diffusion : on a eu l’épisode de fin de mi-saison à la reprise, et c’est vraiment dommage. L’avantage, c’est que je garde en tête surtout la deuxième partie de la saison qui était meilleure que la première. J’ai eu l’impression qu’ils ne lâchaient jamais rien. C’est sûrement parce que j’aime les personnages désormais.

Du coup, vous comprendrez que je serai au rendez-vous en octobre, dès que possible ! Ces dix têtes nucléaires qui explosent et promettent un monde nouveau, j’ai hâte de voir ce que ça donne et ça va nous éloigner encore plus de ce que la série était jusque-là. C’était un point de non-retour… et je me demande s’il y aura des conséquences sur les autres séries. Après tout, il y a un hélicoptère qui embarque une partie de nos personnages et une apocalypse nucléaire qui ne dit rien qui vaille et devrait normalement avoir des conséquences à l’échelle du continent entier.

Fear the Walking Dead – S06E15

Épisode 15 – USS Pennsylvania – 18/20
C’est un épisode étouffant par son scénario et ses décors, et ça fonctionne à merveille. Franchement, on dirait déjà que nous sommes en pleine fin de saison alors que ce n’est pas le cas… Le script est pourtant pas mal fluide, même s’il se concentre trop sur deux personnages qui ont appris à me souler il y a quelques saisons déjà. En tout cas, j’ai été surpris par certains twists de l’épisode, je ne vais pas le cacher.

Spoilers

Victor fait bien passer le message d’Alicia, alors il est temps de passer à l’assaut d’un sous-marin.

It’s easy to get people to follow you. You just have to offer them something they really wanna believe in.

L’épisode commence par d’étranges plans silencieux de la nouvelle maison de Morgan – il semble seul dans sa nouvelle colonie, et on ne sait pas trop pourquoi. Il se décide en tout cas à retirer sa hache-Excalibur avant de quitter les lieux et de rejoindre les autres. Ils sont tous en chemin vers la plage car Victor a bien transmis le message à l’ensemble des groupes. Oui, oui, Victor n’est pas aussi lâche que ce que l’espérait Dakota. Lui et Morgan se dirigent donc vers le sous-marin, ensemble, avec toutes les troupes derrière eux.

En parallèle, nous retrouvons Sioux (c’est-à-dire Dakota, c’est son nouveau surnom depuis qu’elle est pote avec Teddy) en train de raconter sa vie à Teddy. Elle veut clairement être acceptée par ce sociopathe, mais ce n’est pas si facile quand il vend Alicia comme le modèle qu’ils n’arriveront jamais à atteindre. Il est complètement perché ce grand méchant, mais avec cette franchise, ce n’est pas si étonnant.

Dakota doit se rendre compte, en tout cas, qu’elle a fait le mauvais choix en se mettant de son côté plutôt que de celui d’Alicia : il révèle en effet qu’il compte mourir quand le missile les heurtera. Et Dakota sera à ses côtés pour ça. Bizarrement, ça ne semble pas trop la déranger, pas plus que ça ne la dérange d’apprendre que Riley travaillait dans le sous-marin avant l’Apocalypse.

Oui, ils sont dans le sous-marin, ça y est. C’est le titre de l’épisode après tout, ça ne devrait pas m’étonner, mais ça a été rapide car nous venons tout juste d’en apprendre l’existence dans la série. Finalement, Teddy a raison : il suffit de donner aux gens quelque chose en quoi croire pour que ça fonctionne. Et paf, ça fonctionne pour cette série.

Nous suivons ainsi Morgan et un petit groupe – Grace, June, le père de John, Dwight, Sherry (je pensais qu’ils seraient loin) et Victor – partir à l’assaut du sous-marin possédant le missile. Ils semblent avoir compris le plan de Teddy, définitivement.

Pour l’instant, malgré la liaison radio avec Luciana, c’est toutefois le groupe de Morgan que nous suivons dans l’infiltration du sous-marin. Morgan manque de peu de se faire bouffer par un zombie, mais ce serait assez anticlimax de le tuer maintenant, alors ce n’est pas ce qu’il se passe. Il préfère passer un peu de temps en désaccord avec Grace ensuite, parce que celle-ci est prête à nouveau à se mettre en danger.

Ils sont rapidement rejoints par le reste de nos héros, et il est rigolo de voir Sherry chercher les lunatiques de la secte. Malgré son désaccord, Grace accepte finalement de rester sur la touche, surtout qu’il faut bien quelqu’un pour contacter Luciana et lui raconter ce qu’il se passe dans le sous-marin – ou savoir ce qu’il se passe à la surface pour prévenir les autres surtout. Grace remonte ainsi suffisamment à la surface pour contacter Luciana et avoir des informations sur le sous-marin.

Ils apprennent ainsi qu’il reste possiblement 149 zombies dans le sous-marin, en plus de Teddy peut-être, ou d’Alicia, ou de gens en vie capable de leur dire où est Alicia. Si Morgan veut avancer seul dans le sous-marin, ce n’est pas le cas de ses alliés. Ils sont tous prêts à risquer leur vie pour Morgan, pour la liberté. Et tant pis s’il faut tuer beaucoup de zombies pour ça. Par contre, qu’ils soient prêts à utiliser des flingues pour ça, DANS UN SOUS-MARIN, je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée.

Morgan s’infiltre bien en premier dans la pièce suivante du sous-marin, tue quelques zombies et fait entrer ses amis dans une pièce pleine de missiles nucléaires. Il n’y a plus d’électricité dans le sous-marin, mais ça fait tout de même flipper tout le groupe de savoir le plan de Teddy désormais. Tu m’étonnes.

John Dorie Sr les enferme dans le sous-marin pour s’éviter de mauvaises surprises… mais ce n’est pas bien efficace. Il y a toujours plein de zombies dans le sous-marin. Pour ne rien arranger, quand Grace trouve un moyen de les contacter via l’intercom du sous-marin, elle signale leur présence à Teddy.

Celui-ci n’hésite pas à les contacter et entend ainsi pour la première fois Morgan. Ce n’est toutefois pas à lui qu’il révèle où se situe à Alicia, mais à John Sr. Clairement, Teddy n’est pas ravi d’avoir des nouvelles de son pire ennemi, alors il n’en dit pas des masses non plus. Il préfère largement se contenter de dire qu’Alicia est la seule qui leur survivra tous maintenant que les missiles, pluriel, sont sur le point d’être lancés.

Oh bordel. C’est un bon épisode, tout ça. Alors que Grace se débrouille comme elle peut pour dire à Luciana de s’enfermer dans le bunker de la base militaire – sans certitude que ce soit suffisant, Morgan profite de la diversion pour continuer à avancer seul dans le sous-marin. Il doit tuer quelques zombies au passage et il m’énerve énormément dans cet épisode. Ce n’est plus un personnage que j’apprécie depuis un moment – je n’ai jamais oublié son coup de pied dramatique à une poubelle dans la série-mère – de toute manière, ça ne devrait pas me surprendre.

Il se prend vraiment pour un héros là, mais Victor le rattrape encore pour s’enfermer avec lui dans la pièce suivante. Ils débattent un moment de la stupidité de Morgan de vouloir absolument se sacrifier comme s’il n’était pas important. Franchement, ça me soule de le reconnaître, mais ce n’est pas le cas. Victor essaie donc de le convaincre que ce n’est pas une bonne idée de continuer dans la pièce suivante du sous-marin.

En effet, ils ont avec eux de quoi lire les radiations qui s’échappent, et c’est loin d’être positif pour eux. Plus ils s’enfoncent dans le sous-marin, plus le compteur s’affole. C’est un vrai problème, puisque ça signifie aussi que Victor et Morgan trouvent désormais des zombies radioactifs. Ils n’ont d’autres choix que d’en tuer une – et Morgan envisage sérieusement de passer par une pièce avec des éléments radioactifs qui pourraient le tuer en quelques jours s’il osait vraiment le faire.

Victor trouve bien un autre passage, mais ils n’ont pas beaucoup de temps devant eux à vrai dire : un moteur à diesel semble relancer l’électricité dans le bunker. En fait, la situation est tellement stressante que Victor comprend enfin pourquoi Alicia voulait qu’il passe le message à Morgan : Morgan est vraiment prêt à se sacrifier pour tout le monde. Ce n’est pas son cas à lui. S’ils ont compris que Riley bossait dans le sous-marin avant l’apocalypse et qu’ils étaient vraiment dans la merde à présent, Victor préfère se débarrasser définitivement de Morgan.

Il le balance donc dans un tas de zombies avant de continuer son chemin. Oui, oui, il tue Morgan – ou du moins c’est ce qu’il pense – pour mieux avancer seul vers la salle de contrôle. Il souhaite pouvoir dire à Alicia qu’il est un grand héros, mais il ne fait que faire perdre du temps à tout le monde. Or, le temps est précieux dans cet épisode.

Il tombe ainsi sur Dakota qui le retarde un peu trop encore. Via l’intercom, elle annonce à tout le monde que Victor n’a pas hésité à tuer Morgan, avant d’expliquer que c’est précisément à cause de gens comme lui ou comme elle que le monde doit être rebooté. Alicia sera un début, enfermée dans un bunker où elle pourra survivre à l’apocalypse nucléaire envisagée par Teddy. Eux seront des fins. C’est très clair comme plan d’un coup, mais la planète n’aime pas trop le nucléaire, en vrai.

Le message de Dakota restait intéressant, surtout avec la petite référence qui va bien aux derniers mots de John, alors même que John Sr écoute tout ça. Pour ne pas mentir, j’ai bien cru que Dakota allait nous tuer Victor après avoir tué John mais ce n’est finalement pas ce qu’il se passe. L’increvable Morgan survit une fois de plus à une situation où il est impossible de ne pas se faire au moins mordre et il sauve la vie de Strand, parce qu’il le faut bien.

Dakota mise hors d’état de nuire, ils n’ont plus qu’à tenter d’entrer dans la salle de commandes où se cachent Teddy et Riley, prêts à détruire le monde. Oh bordel. Morgan a pu subtiliser des cartes d’accès aux zombies, mais ça n’empêche pas qu’il faut toutes les tester une à une et que Teddy et Riley sont au courant de leur approche… Le missile est donc lancé.

Oui, oui, un missile qui possède dix têtes nucléaires s’envole du sous-marin et est aperçu par tout le monde… c’est flippant, tout simplement, car rien ne peut plus être fait pour arrêter ce missile. Et personne ne sait où il tombera, à l’exception de Riley et Teddy qui n’ont pas envie de révéler la vérité, même une fois faits prisonniers. Putain, si Morgan n’avait pas été si bavard avant de tester sa dernière carte d’accès, ils auraient pu éviter le pire. Bizarrement, Morgan préfère blâmer Victor qui a voulu le tuer. En vrai, je fais de l’ironie, mais Victor avait raison de souligner que sans lui, ils n’auraient pas eu de carte d’accès, hein. Bref, avec des si, on pourrait aggraver ou éviter totalement la situation.

Ce ne fut pas le cas, et par conséquent, Morgan décide de… laisser partir Riley et Teddy ? Il n’en fait même pas des prisonniers ? C’est complètement cinglé cette affaire ! Rien ne les empêchera de recommencer à tenter de faire partir les missiles suivants ! Et les alliés de Morgan vont-ils vraiment les laisser sortir sans rien faire ? J’ai du mal à y croire. Morgan se brouille aussi avec Victor et l’épisode se termine l’air de rien sur un gros cliffhanger qui pourrait déjà faire une exceptionnelle fin de saison.

Il reste pourtant un dernier épisode…

Fear the Walking Dead – S06E14

Épisode 14 – Mother – 16/20
C’est beaucoup mieux et ça nous donne une visée claire pour les deux derniers épisodes de la saison : cet épisode nous révèle beaucoup d’informations, tout en nous retirant quelques espoirs sur le passé. Il est bien clair que c’est le but, car l’espoir est une thématique importante dans cette série – et dans cette franchise, à vrai dire. Hâte de voir jusqu’où ça ira désormais.

Spoilers

Il est temps d’en apprendre plus sur Teddy et sa vision bien pessimiste du monde, pour nous comme pour Alicia.

You became the people we were always fighting off.

C’est rare, mais cet épisode commence par un flashback qui nous ramène au tout début de cette apocalypse zombie. Je ne m’y attendais certainement pas, mais voilà, on se retrouve avec Teddy en prison en train d’entendre à la télévision que la pandémie éclate alors même qu’il remplit des carnets entiers de « The end is the beginning ».

Il semble avoir une bonne vie de merde, du coup, et il s’amuse de voir un de ses co-détenus être emmené le long du couloir de la mort. Il tente de lui expliquer qu’il s’agit du début de la fin, mais ce n’est pas trop crédible. Et pourtant, c’est le cas : le condamné finit par ressusciter en tant que zombie. C’est très intéressant d’avoir cette perspective pour une fois, par contre les scénaristes déconnent sérieusement en nous faisant croire que Teddy s’en est sorti en utilisant un crayon pour le planter dans le crâne d’un gardien zombifié. Aucun crayon à papier ne peut transpercer un crâne, sérieusement. Si encore il avait visé l’œil… On se croirait dans Buffy, mais pas pour les bonnes raisons.

De retour dans le présent, Alicia subit une véritable torture de la part de Teddy : elle entend en boucle, encore et encore, le message de Teddy à la radio. Quelle horreur. Prisonnière, elle est en véritable enfer la pauvre. Elle décide ainsi de faire une grève de la faim, ce qui attire à nouveau l’intérêt de Teddy pour elle. Il débarque ainsi pour lui expliquer qu’il a trouvé une nouvelle maison à son groupe. Je n’arrive toujours pas à voir la moindre crédibilité dans cet acteur malheureusement – en plus, je l’ai revu dans Lucifer déjà, c’est trop pour cette semaine.

Malgré tout, il a au moins pour lui de vouloir garder Alicia avec son groupe, même si elle refuse d’entendre son message autant qu’il le voudrait. Cela énerve vraiment Riley, mais il ne fait pas le poids face à son leader lorsqu’il a envie de tuer Alicia. Au moins, c’est clair comme ça : Teddy veut vraiment avoir Alicia à ses côtés pour la suite. Reste à réussir à la convaincre, ce qui n’est pas gagné.

Il empire son cas lorsque Dakota fait partie des nouvelles recrues et qu’il décide aussitôt de l’embarquer avec lui et Alicia pour un roadtrip. Oui, l’enfer continue pour Alicia : Dakota revient dans la série et veut absolument faire équipe avec elle pour tuer Teddy et mieux comprendre le fonctionnement de cette secte, avec encore des clés à porter en collier. Si Teddy part Alicia, c’est pour mieux la convaincre, mais ce n’est pas super convaincant pour elle quand elle se retrouve à approcher de la région du stade.

Humph. Les scénaristes jouent avec nos nerfs, je pense : dans un épisode nommé Mother, ce n’est pas génial de ramener Alicia si proche du stade. On comprend en tout cas que la maternité est un thème-clé de l’épisode : Dakota a tué sa mère, Alicia pense à la sienne et Teddy… veut déterrer la sienne pour la ramener ensuite dans sa nouvelle maison. Oui, oui, il embarque les filles pour qu’elle l’aide à rouvrir le cercueil de sa mère. Elle est morte trop tôt, mais pourquoi cela l’empêcherait-il de vivre le renouveau ?

Certes. Le trajet de retour en voiture est interrompu par Teddy lui-même quand Dakota fait remarquer à Teddy qu’il commencer à parler comme sa mère à elle lorsqu’il parle des clés capables d’ouvrir le futur. Cela semble vraiment le mettre en colère, au point de donner un coup de freins qui fait tomber le cadavre de sa mère et attire tous les zombies du coin.

Il est bien incapable de se défendre face aux zombies, mais Alicia et Dakota font tout le travail pour lui de toute manière. Tout le travail ? Non, Cole débarque avec un fusil pour sauver la vie de Teddy, puis buter quelques autres zombies. Tant pis pour Alicia qui ne voulait pas en attirer d’autres, hein. Tant pis aussi pour sa volonté de ne pas faire équipe avec Dakota : c’est totalement ce qu’elle fait quand elle choisit son arme pour elle.

Ouais, pardon, je noie le poisson là, hein, mais COLE EST DE RETOUR DANS LA SÉRIE. What the fuck ? Je ne m’attendais pas à retrouver quelqu’un du stade, mais ça fait plaisir à Teddy de signaler à Alicia un autre signe du destin en rapport avec sa mère.

C’est chouette de savoir que certains autres du stade sont encore en vie, même si les noms (Doug et Viv ?) ne me disent trop rien. Cole prend en tout cas des nouvelles du frère d’Alicia (shit) et des autres du Stade, avant de proposer à nos amis de les emmener vers un lieu plus sûr. Soit. Cela nous permet de découvrir qu’il n’y a pas que des gentils dans le coin : d’autres méchants préfèrent crever les roues des gens, et c’est en fait ce qui est arrivé à la voiture de Teddy.

Au temps pour moi, le timing était impeccable. C’est à croire que les signes du destin existent. Contre toute attente, pour faire confiance à Cole, Teddy lui demande de confier son fusil à… Alicia. Genre, comment est-ce possible ? Elle est prisonnière quoi. Après, il comprend bien qu’Alicia ne peut pas le tuer de toute manière. Elle n’a pas encore les informations qu’elle souhaite sur lui pour se permettre de le tuer et laisser son groupe mener à bien son plan.

Alicia explique donc à Cole qu’elle ne peut pas le tuer tout de suite et Cole emmène Dakota, Teddy et Alicia dans son repaire. C’était trop beau pour être vrai par contre : Cole les emmène en fait dans la gueule du loup. Son groupe est en fait celui des méchants, mais Viv et Doug sont bien encore en vie. OK, Doug, je l’ai oublié, mais le visage de Viv, comme celui de Cole, me rappelle bien quelque chose. Rapidement, on apprend donc que ces trois-là sont les derniers survivants du Stade. Ils étaient plus nombreux à l’origine à chercher Nick et Alicia, mais ça s’est terminé dans un motel où on les a pris au piège.

Depuis, ils ont décidé de faire la même chose. Pas de bol, le message de Madison est tombé à l’eau. Celui d’Alicia est par contre entendu clairement par Cole : elle lui a parlé du bunker plein de vivres du groupe de Teddy, et c’est désormais ce qu’il veut trouver, même si Doug et Viv lui disent de laisser tomber.

Ce n’est pas trop le caractère de Cole, par contre. Il préfère exploser la face du cadavre de la mère de Teddy dans l’espoir de lui faire cracher le morceau. Certes, Teddy crache un morceau, mais pas celui qu’on imaginait. Il explique simplement qu’il ne s’agissait pas du tout du cadavre de sa mère : il voudrait montrer à Alicia qu’il n’y avait plus aucun survivant des gens sauvés par sa mère… Il est tombé sur mieux.

Clairement, Cole est devenu ce contre toi Madison se battait. Le message n’est pas passé, donc : Madison portait la flamme du sacrifice pour des gros connards. J’en suis bien triste, parce que ça mène Cole à menacer Alicia de mort, rien que ça. Oh, il lui propose d’abord de partir à l’autre bout du pays avec lui, Doug et Viv… mais ce n’est pas une option pour Alicia. Elle préfère encore être mise à genoux pour une exécution soi-disant rapide.

Ouais, Cole va devoir revoir la définition du mot rapide, parce qu’il est tellement bavard qu’il se laisse déconcentrer par Teddy. Cela pousse Alicia à réagir pour reprendre le dessus. Oui, oui, elle sauve la vie de Teddy, on en est là. Les coups de feu attirent par contre bien des zombies tout droit sur eux. De manière peu crédible, tous les hommes de Cole se font tuer – y compris Doug et Viv. C’était bien la peine de les faire revenir pour les tuer comme ça. Je suis vraiment triste pour ces personnages.

Ils se font bouffer par des zombies, et c’est triste, mais ça n’est pas la fin de l’épisode pour autant. Il reste à régler le cas de Cole qui survit bien sûr et qui force Alicia à lui tirer dessus. C’est horrible. Elle lui laisse bien une chance de se racheter, mai sil n’en veut pas. Pourquoi ? Quelle tristesse cet épisode, ça nous piétine Madison de manière super violente.

Une fois que c’est fait, Teddy a enfin confiance en Alicia : il lui explique pépère que son plan est d’utiliser la fameuse clé pour déclencher le missile d’un sous-marin qui pourrait détruire la côte. Maintenant qu’elle sait tout ça, Alicia comprend qu’elle peut se débarrasser de Teddy, comme elle vient de se débarrasser de Cole, comme elle se débarrasse de tous ceux qui mettent en danger le monde.

Le problème, c’est que Dakota est encore là et qu’elle refuse de voir Teddy, son nouveau grand pote, mourir. Elle nous braque donc Alicia qui n’a d’autres choix que de ne pas le tuer. J’ai bien cru qu’ils allaient nous la tuer, pourtant, ce qui aurait été assez conforme à son caractère, tant que ça permettait de se débarrasser du grand méchant.

Après, même sans grand-méchant, son plan aurait pu voir le jour, alors j’aime ce qu’elle fait : elle récupère la radio pour tenter de faire passer le message du plan de Teddy au reste du monde. Pas de chance pour elle, elle est dans un coin où personne ne capte en théorie. En pratique, elle arrive encore à tomber sur Victor. On a connu mieux.

Elle lui explique qu’il doit trouver Morgan et lui communiquer le nom de la plage où se rendre pour arrêter Teddy, mais ne donne pas exactement ce qu’ils cherchent : un sous-marin. C’est une erreur à mon sens. Elle se fait arrêter avant d’avoir le temps de tout dire, parce que les hommes de Teddy débarquent enfin pour le sauver.

Si Riley est encore prêt à nous tuer Alicia, ce n’est pas la volonté de Teddy, qui veut la garder en vie pour qu’elle l’aide à créer un nouveau monde. Et si Alicia lui jure qu’elle ne le fera pas, surtout s’il l’enferme au milieu de nulle part comme il est à la faire, Teddy en est très heureux. L’épisode se termine donc sur une Alicia emprisonnée… gardera-t-elle encore l’espoir qui paraît si cher à Teddy ? Rien n’est moins sûr. Surtout quand tous les espoirs reposent sur Victor. Dakota a peut-être raison : lui faire confiance, c’est ambitieux.

Fear the Walking Dead – S06E13

Épisode 13 – J.D – 14/20
Alors bien sûr cet épisode se concentre sur des personnages que j’adore, mais je trouve qu’il apporte une solution beaucoup trop « deus ex machina » à l’intrigue en fil rouge de cette saison. Je sais que c’est rigolo à dire pour une série de zombies, mais clairement, ça manque de crédibilité tout ça, même si ça apporte une solution fluide pour la suite. Que j’ai hâte de regarder.

Spoilers

June doit faire son deuil, mais ce n’est pas gagné.

Sure as the sun sets, I will never… I will never stop trying to get back to you, back to those early days at the cabin.

Oui, vous ne rêvez pas, je reprends mon visionnage de cette série, enfin. Ce n’est pas l’envie qui manque depuis trois mois. Je me dis au moins que ça aura l’avantage de réduire l’attente entre les saisons. En plus, les zombies reviennent demain avec un épisode de The Walking Dead diffusé une semaine avant sur la plateforme streaming d’AMC. J’attendrai quand même la semaine prochaine pour le voir grâce à mon visionnage de cet épisode qui me calme dans ma faim de chair en décomposition.

Non, je vous rassure, je n’aime pas les zombies au point d’en avoir faim, promis. Je me relance dans la série après quelques mois en tout cas, mais c’est sans trop de difficulté puisque cet épisode se concentre sur June, que j’adore toujours autant, malgré le fait qu’elle soit partie en vrille récemment.

Je dirais même que ça aide le personnage à être encore plus cool. Nous la retrouvons alors qu’elle essaie d’entrer en contact avec Grace. C’est vrai qu’elle vient juste de perdre son bébé la pauvre. Cet épisode m’avait traumatisé, honnêtement. Apparemment, ça a traumatisé aussi Morgan qui refuse catégoriquement que June entre en contact avec Grace.

C’est un beau gros connard si vous voulez mon avis, parce qu’il reproche à June d’être responsable de ce qui est arrivé au bébé. Clairement pas. Elle n’était peut-être pas là quand Grace avait besoin d’elle, mais ça n’aurait pas changé grand-chose qu’elle soit là. Et puis, avoir un médecin après un accouchement aussi traumatisant, ça pourrait aider quoi.

En tout cas, June repart sans avoir vu Grace et rencontre en route Dwight. Ma foi, si c’est pour me faire un épisode sur ce duo, c’est avec plaisir. Quand on me le vend ensuite avec Sherry que Dwight aurait croisé par hasard juste avant, c’est encore mieux. Et comme il fallait bien une intrigue pour l’épisode, on apprend rapidement que June a bien des regrets de ce qui est arrivé à John suite à leur décision de se séparer. Elle s’occupe désormais en chassant des gens liés à Ginny, et notamment un certain Hills, son lieutenant, qui aurait des informations sur les tags peints un peu partout.

C’est plutôt intéressant, mais ça fait qu’ils sont rapidement attaqués par un homme qu’on ne voit pas bien. Si June le veut en vie, Sherry n’est pas du genre patiente quand elle se fait tirer dessus. Cela fait que les personnages sont rapidement séparés : Sherry et Dwight s’occupent d’un groupe de zombies pendant que June essaie de retrouver trace de l’homme qui leur a tiré dessus.

Sans trop de logique, elle peut alors rentrer dans un van par effraction, persuadée d’y trouver des indices sur cet homme. Je ne vois pas trop comment le van a pu être là sans que l’homme ne l’attaque, mais bon, ce n’est pas le van de l’attaquant mystère. Au contraire, c’est le van de quelqu’un qui mène la même enquête que nos héros sur les fameux tags peints un peu partout.

Ah, on va pouvoir continuer d’avancer sur cette intrigue. Si cela me faisait plaisir, la suite de l’épisode était un peu décevante. En effet, le vieil homme qui prend June en otage parce qu’il la trouve dans son van s’avère finalement être son beau-père – John Dorie, premier du nom. Il reconnaît le flingue avec lequel June essaie de s’en prendre à lui et tel père tel fils, il utilise le même surnom pour elle que ce que John utilisait. Eh, si je trouve ça super décevant comme idée de nous sortir que le père Dorie est encore en vie seulement maintenant, ça me permet au moins de marquer un point du Bingo Séries. Beau-père, ça fait partie des révélations sur la famille, oui, oui, oui.

C’est surprenant comme tout, mais c’est aussi parce que ce John Dorie ne connaît plus tellement le nôtre : il ne l’a pas vu depuis une trentaine d’années. Et comme par hasard, il retombe sur sa veuve… Pff. C’est gros, mais en même temps, ça marche bien pour faire avancer l’épisode et le personnage de June en général. En effet, elle apprend à connaître son beau-père, retrouvant en lui ce qu’elle aimait chez John.

Il est un ancien policier qui remarque des détails, mais il est aussi hyper cassant. Il a de quoi, peut-être : June est assez insupportable avec lui aussi, détruisant, certes malgré elle, son van en écrasant un zombie ou demandant à faire demi-tour pour aller récupérer sa veste dans laquelle est une lettre très importante.

Nous savons bien que c’est la dernière lettre de John, mais c’est insupportable de ne pas lui dire. En vrai, elle est prête à faire demi-tour pour une veste, mais pas pour Dwight et Sherry quand même ! En tout cas, ce nouveau John finit par nous apporter des réponses sur le Teddy responsable de la peinture partout : il s’agit d’un psychopathe que John a réussi à arrêter. Le problème, c’est que pour l’arrêter, il a dû le coincer en utilisant des moyens pas très légaux et en le piégeant. J’imagine que ça n’a pas arrangé Teddy ?

Dans tout ça, June finit par comprendre que Hills se cache probablement à la cabane des Dorie grâce à une réplique de son beau-père, et elle fait alors tout ce qu’elle peut pour le convaincre d’y aller, y compris lui parler du deuxième flingue de John qu’Hills aurait avec lui. L’avantage, c’est qu’en chemin, John Sr explique à June que Teddy embaumait déjà ses victimes avant l’épidémie de morts-vivants. En vrai, ça ne fait que redoubler les envies de June d’aller nous tuer Teddy, c’est plutôt bon signe. Par contre, c’est dingue que ce genre de type puisse survivre si longtemps dans une apocalypse, même avec du charisme.

Bon, en tout cas, on repart encore vers la cabane de John. Décidément, ils y passent leur vie ! Ils passent aussi une bonne partie de leur vie dans le petit magasin à côté de la cabane. C’est dingue de se dire qu’il reste encore de quoi soigner la main du vieux là-bas. Et c’est dingue de se dire que June se laisse encore persuader qu’il y a un bout du magasin qu’elle n’a jamais vu rien qu’en écoutant les souvenirs de John junior qu’il y avait.

S’il fait ça le senior, c’est afin de mieux enfermer June dans un coin du magasin, espérant ainsi protéger la seule famille qu’il lui reste. Pff. Elle lui a fait confiance trop rapidement, clairement. C’est beau de la voir se faire balader, ça veut dire qu’elle a encore un peu d’humanité, au moins. Elle pourra donc être triste s’il arrive quelque chose à Dorie Sr… ce qui risque d’arriver tout de même.

Pourtant, quand on le voit arriver à la cabane, il semble bien s’en tirer. Certes, Hills parvient à le piéger, mais en fin de compte, Dorie parvient à retourner le game en sa faveur grâce à un zombie qui passait par là. Simple, efficace.

Pendant ce temps, Dwight et Sherry partent à la recherche de June. En revanche, on sent vite que Sherry a un autre problème : elle se précipite énormément, souhaite absolument trouver de l’essence et épuise son cheval en allant en permanence au galop. C’est n’importe quoi comment elle épuise ce pauvre cheval, mais en plus, elle n’hésite pas à le tuer quand le cheval en a marre et s’effondre. Quelle connasse !

Si elle veut aller si vite, c’est parce qu’elle a pris une grande décision : celle de ne pas rester sur place mais de retourner dans l’état de Virginie pour… tuer Negan. Wow. C’est très gros comme plan, mais admettons. Dwight accepte de ne pas la convaincre de changer de plan, et il la prend ensuite sur son cheval à condition qu’elle respecte son propre rythme. Je ne sais plus quoi penser de ce couple : j’étais content de les voir se retrouver, mais maintenant, je suis perplexe sur leur fonctionnement. Je suis tout de même content de les voir retrouver la veste de June.

Ils retrouvent ensuite le van et comprennent donc que June est en route avec le père de John. Cela ne semble pas les traumatiser plus que ça – et on nous confirme que June pense un peu à eux quand même car elle leur laisse un message. En tout cas, Dwight et Sherry continuent leur bonhomme de chemin en direction de la cabane, eux aussi. Cela permet de repasser par le fameux pont où Sherry insiste pour dire qu’elle n’a pas envie de rester, mais bien d’aller se venger de Negan… ce que Dwight a encore du mal à croire. Ils ont passé tellement de temps à se chercher, ce n’est pas génial de se dire qu’ils vont se perdre encore.

Heureusement, ils arrivent à retrouver June à temps pour l’emmener à la cabane juste dans le bon timing pour qu’elle puisse tuer Hills. Sous la menace de Dorie Sr, Hills a un peu parlé, mais il a saisi la première occasion pour s’en prendre à lui. Et alors que Sr gagnait le combat, il s’est laissé distraire par la tombe de son fils. Pan, le voilà blessé avec une balle dans le dos. Pan, voilà June qui débarque à temps pour tuer Hills.

À quelques secondes près, elle aurait pu épargner une bonne douleur à son beau-père. Ce n’est finalement pas le cas, donc, mais le père de John survit. Il peut même compter sur sa belle-fille pour le sauver en l’opérant rapidement. Ainsi, il termine l’épisode sur pied. Improbable, honnêtement.

Le but des scénaristes est toutefois de faire avancer June dans son deuil, et sans lui, ça n’aurait pas été possible. Sans la lettre non plus d’ailleurs. Ben oui, Dwight et Sherry lui apportent la fameuse lettre toujours dans la veste, et ça permet à June de dépasser définitivement sa colère. Elle entre dans l’acceptation grâce à la lettre : elle organise une sorte d’enterrement pour son mari. Il serait temps. Et bien sûr, la lettre est parfaite : John y parlait de son père, qu’il a pardonné, parce qu’il se comparait à lui. Bref, June peut ainsi libérer John Sr du poids de la culpabilité : son fils avait compris qu’il l’aimait. June a aussi bien des mots pour la réconforter, avec la certitude que John avait bien vécu grâce à elle. C’est beau et mignon comme texte, mais pas bien crédible.

En tout cas, ça passe bien. Cela fait réfléchir aussi Sherry sur son plan, comprenant que le senior a gâché sa vie à poursuivre Teddy et qu’elle n’est pas prête à faire de même en poursuivant Negan. Dwight prend alors la décision de rester avec Sherry pour retenter l’aventure avec elle – et il n’en faut pas plus pour que June lui rende es alliances. Oh. La scène aurait pu être bien plus touchante que ce qu’ils en font, je pense.

Il s’agit en plus d’un au revoir qui pourrait être un adieu : Sherry et Dwight partent en cheval de leur côté, alors que June et John se rendent à nouveau voir Morgan. Cette fois, Morgan est prêt à pardonner June car elle revient avec le père de John et car Grace aurait bien besoin d’elle, finalement. Comme en plus John a toutes les infos sur Teddy, la saison peut avancer bien fluidement grâce à lui.