Fear the Walking Dead – S06E07

Épisode 7 – Damage from the Inside – 16/20
Je suis heureux de retrouver dans cet épisode certains personnages qui commençaient à sérieusement manquer avec la structure de cette saison, surtout que cette fois, ça permet un bon épisode. La construction lente de l’intrigue est payante, puisque ça permet de voir où voulait en venir les scénaristes, un peu comme la semaine dernière. Je reste sceptique sur le choix du format de l’anthologie, puisque ça ralentit le rythme, y compris au sein des épisodes, mais ça commence à mener vers des intrigues savoureuses.

> Saison 6


Spoilers

Which side of this are you on?

C’est reparti pour un nouvel épisode qui commence plutôt bien, puisque je l’ai trouvé en très bonne qualité et qu’on commence par Virginia vite remise de sa blessure. Elle fait ainsi partie de l’escorte rapprochée de sa sœur Dakota, qu’elle a confiée à Victor. Si tout ça est fait pour Dakota, il est plutôt drôle de voir que celle-ci est blasée de cette surveillance rapprochée. Elle propose même à Victor de s’en prendre enfin à sa sœur, parce qu’il serait temps.

Oui, mais Victor ne l’entend pas comme ça : affaiblie, certes, Ginny est d’autant plus dangereuse qu’elle est malmenée et menacée. Un cheval en furie débarque alors, sans personne dessus. Le problème, c’est que c’est celui de Terry, qui était parti en éclaireur. Victor décide alors de faire de même avec une amie à lui, pour mieux tomber sur un arbre scié.

C’était une erreur de débutant, qui va lui laisser la vie sauve : tous les autres chevaux du convoi débarquent soudainement. Lui et son amie font demi-tour, mais c’est trop tard. Il n’y a plus ni Dakota, ni Virginia, même si le suspense dure un temps concernant cette dernière, avec les zombies se relevant un à un. C’est foutu pour retrouver Virginia et Dakota, là. Il décide donc de faire appel à Alicia, qui est la seule à pouvoir l’aider.

Le problème, c’est que ça fait six semaines qu’Alicia et Charlie sont isolée à l’écart de toute activité, et Alicia est frustrée. Tu m’étonnes ! Elle finit par décrocher et venir en aide à son ami, mais c’est pour mieux découvrir ce qui est arrivé à la carrière la semaine dernière. Victor ne lui annonce pas de la meilleure des manières, mais au moins, elle comprend qu’il y a des ennemis qui rôdent. Moi, je suis content de retrouver Alicia, il était plus que temps tout de même, parce que cette saison sous le format anthologie, ça devient lourd !

Bref, si Victor fait appel à elle, c’est parce qu’il a retrouvé la voiture de Dakota. Elle a eu la bonne idée de s’enfuir avec la voiture, puisqu’à chevaux, ça ne fonctionnait pas. Le truc, c’est que sans essence, Dakota a fini à pied, à s’enfuir dans la forêt. Alicia s’amuse de voir que Victor a perdu Dakota, mais lui, il compte sur elle pour la retrouver, parce qu’elles ont établi une relation de confiance. Il a besoin d’elle, mais il refuse toutefois de lui donner la moindre information utile sur le lieu où il se rendait ou quoi.

En échange de ce silence, Alicia lui promet de l’aider, même si elle a un autre plan en tête, forcément : elle envisage en effet de prendre contact avec les ennemis de Virginia pour avoir leur protection, tout en essayant malgré tout de retrouver Dakota, avec qui elle s’entend vraiment bien. Bizarrement, elle fait de Charlie son alliée la plus proche dans cette quête.

Deux trois zombies plus tard, Alicia tombe alors sur un zombie qui la perturbe, parce qu’il a tout du monstre d’Halloween a être dépecé et peint un peu partout. Oups. Charlie vient en aide à Alicia, mais elles restent déboussolées par le malade qui a fait ça à un cadavre. Malgré tout, Alicia prend la décision de se rendre dans la cabane la plus proche, où elle a toutes les chances de retomber sur ce cinglé.

Elle s’infiltre discrètement dans la cabane, et c’est effectivement ce qu’il se passe pour elle. L’homme a de très jolis goûts musicaux, mais elle l’observe depuis une mezzanine en train de s’occuper d’un zombie ligoté, pour lui mettre un étrange masque à cornes. Décidément, en ce moment, c’est dans toutes mes séries !

Bon, Alicia fait grincer le parquet et n’est pas très douée ensuite, puisqu’elle se prend une seringue dans le cou avant d’avoir pu faire quoique ce soit. Elle se retrouve ligotée à son tour sur la table du type, mais ce n’est rien qui puisse l’arrêter pour un moment. Elle se libère sans mal, trouve une arme en chemin et s’attaque à la première personne qui passe la porte. La bonne nouvelle, c’est que c’est finalement Dakota qui débarque.

Retrouvée par le chasseur, elle explique à Alicia qu’il essaie simplement de l’aider et qu’il pensait qu’Alicia était de celles qui avaient attaqués Dakota. Cette dernière n’a rien vu de l’attaque et n’est pas très utile : quelques zombies ont attaqué et voilà. Hmm. Je ne fais confiance à Dakota sur ce coup-là, surtout qu’elle ne s’inquiète pas pour Virginia – et tant mieux : Alicia ne sait même pas qu’elle a disparu aussi.

La série s’embarque alors dans un drôle de plan, avec l’homme voulant jouer aux échecs avec Dakota pour lui raconter ses histoires de famille. Merci, non merci. Cela nous permet de découvrir que Virginia a tué ses parents, cela dit. Alicia est blasée à peu près autant que moi, et elle veut donc ramener Dakota à la maison… pour rien : la jeune sœur refuse, bien évidemment.

Bloquée, Alicia prétend avoir froid pour fouiller mieux la baraque et trouver un moyen de se barrer, mais tout ce qu’elle trouve, c’est Charlie qui se planque dans la maison et lui apprend que toute la maison est bloquée. Si Charlie reste planquée, Alicia retourne dans le labo du type où elle est prise au piège par l’homme qui tombe sur elle. Malgré l’avis de Dakota voulant rester avec lui, Alicia l’oblige à prendre en considération le fait que Ed, leur gentil ami, est probablement celui derrière l’attaque du convoi.

Je n’y crois pas tellement, mais il y a tant de possibilités derrière les personnes voulant s’en prendre à Virginia. Une fois de plus, Alicia gagne la confiance de Dakota, puis elle s’enferme dans le labo d’Ed pour contacter Virginia sur un réseau privé. C’est gros, mais on apprend ainsi que Viriginia est toujours en vie. Et merde !

Elle n’est même pas prise en otage ! On ne sait pas trop comment, mais elle a réussi à se barrer et un type est en train de s’occuper de son moignon désormais. Mise face au mur par Alicia, Virginia accepte de libérer Alicia et Charlie en échange de Dakota. Voilà qui est fait : Alicia n’hésite même pas une seconde à trahir Victor. Wow.

Tout ça est bien joli, mais elle espère un peu trop vite pouvoir partir de chez Ed. Au beau milieu de la nuit, il réveille donc Alicia et Dakota – qui dorment sans plaid alors qu’il y en a à côté d’elles et qu’Alicia a dit avoir froid putain ! – avec de la musique classique attirant tous les zombies du coin vers la maison. Il leur explique qu’il s’agit de ses propres créations, puis fait un petit historique de sa vie familiale peu passionnante.

Bon, sa femme et sa fille sont mortes à cause de Virginia, et pour être à l’abri dans sa maison, Ed a commencé à faire plein de créations zombies pour effrayer les passants. C’est efficace en théorie, mais c’est sans compter sur Alicia, évidemment. Je ne comprends pas trop l’idée du type de vouloir les protéger en les entourant de zombies, par contre. Il les enferme et Dakota commence à regretter d’avoir fait confiance trop vite à Ed.

Par chance, Charlie est toujours dans la maison, cela dit. Elle peut facilement endormir Ed et les filles envisagent de s’enfuir, forcées toutefois d’attendre que les zombies s’échappent. Ed en profite pour se réveiller parce que Charlie n’a pas pensé à le planter dans une veine. Evidemment. T’es pas douée, Charlie. Heureusement qu’Alicia est un peu plus douée et réussit rapidement à désarmer l’homme qui les menace. Certes, elle a besoin d’aide à un moment, mais dans l’ensemble, elle s’en tire bien toute seule et réussit même à nous le blesser violemment en l’empalant dans une corne. Par accident, OK, mais empalé quand même.

Si elle agit rapidement, Alicia est toutefois un chouilla trop lente parce qu’Ed a le temps de révéler qu’elle a utilisé sa radio pour contacter Virginia et son réseau de rangers. D’accord, Alicia prétend que c’est pour savoir où ils sont, mais je doute que Charlie se laisse berner par ça. En attendant, Alicia essaie de venir en aide à Ed, mais le temps manque : toutes les créations de l’homme veulent entrer dans la maison après tout.

Charlie et Dakota s’enfuient, mais Ed retient une dernière minute Alicia pour lui avouer qu’il est en fait responsable de la mort de sa famille : il a commencé ses créations avant l’arrivée de Virginie pour faire peur aux gens, et son tout premier zombie s’est échappé et a tué sa famille. Il raconte tout ça à Alicia pour la convaincre de ne pas livrer Dakota – même s’il ne connaît pas exactement le plan d’Alicia.

Il se laisse ensuite bouffer par ses zombies, et ça, franchement, chapeau bas. Outre la dimension suicide du truc, c’est une mort sacrément douloureuse de se faire bouffer comme ça. En tout cas, ça fonctionne bien sur Alicia ce qu’il dit. Il faut dire qu’elle est bien aidée par l’arrivée de Morgan au dernier moment. Attiré par la musique, il est venu voir ce qu’il se passait et a tué quelques zombies, avant de tomber nez à nez avec Alicia, surprise de le voir en vie. C’est pas mal comme idée ça, mais Morgan est suicidaire : la musique à fond, c’est clairement un appât à zombies et pas vraiment bon signe dans cette apocalypse.

Dans tout ça, Alicia apprend rapidement que Morgan est en vie, qu’il a désormais un jardin d’Eden à portée de main où se trouvent Al et Dwight, mais aussi qu’il a tué un tueur à gages, Emile. Comment est-ce qu’elle apprend cette dernière partie ? Ben, Dakota reconnaît les vêtements d’Emile sur le dos de Morgan. Et beh ! Il devait souvent se doucher pour que Dakota reconnaisse ses fringues si vite… Et que dire du fait que Morgan les porte à son tour ?

Sinon, Morgan me laisse perplexe à parler de tout ça hyper librement devant Dakota. Je veux dire… C’est la sœur de Virginia ! Jamais de la vie elle ne laissera sa sœur aller dans une communauté sans la chercher, et si elle la trouve, elle apprendra donc qu’Al et Dwight sont en vie ? Et pourquoi Virginia semble avoir totalement oublié Morgan, aussi ? Et quel dommage qu’Alicia ne tombe pas sur les faux cadavres d’Al et Dwight… J’aurais adoré qu’elle les pense mort au moins un moment. Ca manque à la série pour l’instant, alors qu’ils avaient une bonne idée.

Ils avaient une bonne idée aussi avec Alicia qui a entraîné Charlie à tuer des zombies dans l’espoir de la ramener au stade… Oh ! J’aurais aimé voir le retour au stade, même si ça fait bien longtemps qu’on ne l’a plus vu. Alicia confie tout ça à Charlie, tout en lui confiant qu’elle envisageait de livrer Dakota. Elle regrette un peu son choix, et ça se voit surtout quand elle en parle ensuite avec Morgan en train de faire le plein de trucs utiles appartenant à Ed. En effet, Morgan a bien l’intention de livrer Dakota en échange de sa famille, et particulièrement de Grace.

Cette fois, Alicia considère que c’est une erreur et elle n’hésite pas à lui dire. Le ton monte rapidement entre eux. Morgan et Alicia ne sont pas d’accord et ça fait tellement de bruit que Charlie et Dakota finissent par venir voir ce qu’il se passe, au moment où Alicia tente d’empêcher Morgan de contacter Virginia à la radio.

Quand elle voit Dakota et Charlie, Alicia est hyper protective et elle demande aussitôt à Charlie d’emmener Dakota avec elle, s’opposant à Morgan. Il est hors de question pour elle de livrer Dakota désormais, mais ça fait du mal à Morgan qui ne veut surtout pas voir sa famille se séparer à nouveau. Il accepte soudainement de changer d’avis, promettant que Dakota est désormais la bienvenue, sous-entendant donc qu’il ne la livrera pas.

Alors, lui, oui, mais Dwight ? Je ne sais pas tout de même. Les quatre sont prêts à partir, mais ils tombent avant tout ça sur Victor. Aïe, il fallait bien que ça arrive aussi. Alicia s’oppose aussitôt à ce que Victor ramène Dakota avec lui (ça fait plaisir de la voir enfin faire quelque chose cette saison !), mettant carrément son arme fétiche entre eux. La tension est palpable, et c’est assez dingue de voir que des personnages qui ont commencé l’apocalypse ensemble en arrive à se menacer les uns les autres.

Victor est incapable de tirer sur Alicia, évidemment, mais il lui dit tout de même qu’il ne pourra pas les protéger de la colère de Virginia. Oui, il est encore du côté de Virginia, même s’il a découvert qu’elle lui mentait à propos de Morgan. Il décide en ce qui le concerne de ne pas mentir, préférant lui dire la vérité sur la destination de Dakota. Il assure ainsi être du côté de Dakota.

Fais chier. Victor, tu fais de la merde, une fois de plus. M’enfin bon, c’est comme d’habitude. Le cliffhanger est toutefois bon, puisque Victor découvre enfin où Virigina nous planquait Grace depuis tout ce temps. Bien enceinte, Grace est donc prisonnière à Lawton depuis le début. Cela fait plaisir de la revoir ! Par contre, Virginia est aussi furax que prévu, et elle a l’air bien décidé à retrouver tous nos héros pour se venger. Pff. MEURS.

> Saison 6

 

The Walking Dead World Beyond – S01E08

Épisode 8 – The Sky is a Graveyard – 15/20
C’est gênant quand la partie en flashback est la plus intéressante d’un épisode qui traîne volontairement en longueur pour creuser davantage ses personnages, avec plus ou moins de succès. J’aime bien la manière dont la série se donne des airs plus complexes avec cet épisode, mais je reste sceptique sur le temps qu’elle prend à le faire sachant qu’on s’approche déjà de la moitié de celle-ci. Cette saison fait dix épisodes, la saison 2 sera la dernière et il ne s’est toujours pas passé grand-chose finalement.

> Saison 1


Spoilers

Is that so hard for you to believe that you might be innocent?

Pardon ? L’épisode reprend quelques instants après le précédent, et Silas est menotté dans le jardin ou parc de l’endroit où nos héros étaient dans l’épisode de la semaine dernière. Iris prend évidemment sa défense, même si elle était fan de Percy, parce qu’elle ne veut pas que Silas soit un meurtrier. Hope est moins d’accord avec elle, surtout que Huck souligne bien que Silas a déjà passé des câbles.

L’épisode nous révèle que ça ne fait pas que quelques instants, finalement : ils ont passé des heures à chercher Percy apparemment. Euh ? Les gars, il faisait nuit depuis un moment déjà à la fin de l’épisode précédent et il fait toujours nuit au début de celui-ci. Bon, on apprend en tout cas plein de choses d’un coup : Silas n’a aucun souvenir de ce qu’il s’est passé, Huck ne lui fait pas confiance, Percy a laissé une trace de sang disparaissant dans la rivière et Elton a envie de défendre son post lui aussi.

Ce n’est pas si évident, car tout l’accuse, surtout quand Huck révèle qu’il a dans son sac des dessins d’Iris. Sans trop de surprise, la série nous balance ensuite dans un flashback sur le passé de Silas, quand il a possiblement tué son père, comme suggéré dans les épisodes précédents. Comme dans l’épisode d’aujourd’hui, Silas s’est réveillé sans trop se souvenir de ce qu’il s’est passé, avec un coup derrière la tête le faisant saigner.

Cela dit, il lui suffit de parler un peu à son père complètement tabassé pour se rendre compte que c’est lui qui a fait ça, en lui explosant un cadre contre la tronche quand son père commençait à le battre. Il faut dire que les relations familiales entre eux n’étaient pas géniales et viraient toujours à la baston. Il était un ado relou, son père était un violent.

Après avoir tabassé son père, Silas est stressé d’entendre quelqu’un frapper à la porte. La série nous maintient dans le suspense pendant trois plombes là-dessus, avec aussi un couloir interminable, alors qu’il s’agit simplement d’une gentille voisine inquiète (mais un peu concon dans son inaction honnêtement, même si c’est délicat comme situation, je sais). Elle est bien gentille à s’inquiéter, mais elle distrait Silas un peu trop longtemps : son père a disparu quand il se retourne à nouveau.

Dans le présent, Iris est perturbée de découvrir que Silas a fouillé ses poubelles pour retrouver les dessins qu’elle a jetés il y a fort longtemps, avant leur départ, mais Elton rationnalise le tout, comme toujours : Silas avait pour job de vider les poubelles après tout. Et s’il tient à ces dessins, alors tant mieux pour lui.

J’aime beaucoup Elton, qui espionne ensuite les « adultes » l’accompagnant et ne sachant pas trop quoi faire à présent – envisageant de partir sans Silas – et prend la décision d’agir en adulte lui-même. Il se rend donc auprès de Silas pour lui parler, et le rassurer : il le connaît suffisamment pour savoir qu’il ne peut être responsable d’un meurtre sans raison, puisqu’à chaque fois qu’il s’est énervé dans la série jusque-là, c’était pour une bonne raison. Certes.

Il n’en reste pas moins un violent non plus, et ça reste complètement cinglé de le menotter en extérieur en pleine apocalypse zombie, non ? Elton avoue alors à Silas que les adultes envisagent de l’abandonner derrière… mais avant ça, il faut que la nuit continue avec Huck creusant la tombe de Tony. Hope, à la recherche d’Elton, vient l’aider, histoire de se rendre utile… et d’être énervée par les sentiments qu’elle ressent à propos de Tony.

C’était une ordure ayant tenté de voler ses affaires après tout… Mais elle est triste tout de même. J’aime bien Hope, j’aime bien sa relation à Huck, mais c’était un peu lourd tout de même. Une fois Tony enterré, Hope retourne auprès d’Iris pour lui annoncer que sur la tombe, il est écrit aussi le nom de Percy.

L’important n’est pas là : l’important, c’est qu’elle veut retrouver son père au plus vite, et que l’histoire de Silas, ça la blase un peu. Par contre, Iris, elle, elle est vexée de savoir que Silas l’a laissée vivre dans le mensonge pendant si longtemps s’il souhaitait la protéger ; et elle préfère donc imaginer qu’il est innocent. Hope doit ensuite mener le même combat auprès d’Elton, qui est prêt à pardonner à Silas quoiqu’il puisse avoir fait.

Elle en profite pour cerner Elton et pour découvrir qu’il considère que vivre avec ce qu’il a fait serait une punition suffisante pour Silas. AH. S’il savait qu’il était en train de parler à la meurtrière de sa mère, le pauvre !

A la balançoire à laquelle Silas est menotté, Felix nous spoile le flashback en questionnant l’adolescent : il révèle que le meurtre de son père a été classé en légitime défense, donc sans suite. C’est intéressant, mais on aurait pu voir le meurtre avant qu’il nous le dise, tout de même, même si on s’en doutait largement. Felix n’est pas intéressant en plus, parce qu’il ne fait rien de plus dans cette scène et abandonne finalement Elias à ses souvenirs.

On repart dans les flashbacks, où Silas se souvient tout de même de la bonne relation qu’il avait avec son père lorsqu’il était enfant. Ce n’est pas simple du tout d’être victime d’un père violent, et ça ne l’est pas non plus de l’être d’une mère battue. Pour le coup, je trouve que la série met très bien tout ça en scène. C’est trop longuet dans le flashback où Silas va tuer son père, mais pour tout le reste, j’aime bien la manière dont tout ça est écrit et surtout dont c’est joué par les deux acteurs interprétant Silas.

Pour en revenir à son père qui a disparu pendant qu’il parlait à la voisine, on s’en doutait énormément, mais il s’est en fait transformé en zombie. Pourquoi ne pas avoir attaqué directement Silas et la voisine en train de papoter ? Mystère ! On peut imaginer qu’il a voulu monter se soigner avant de se transformer, mais bon…

J’ai bien aimé la scène où Silas découvre que son père est un zombie, mais il était par contre dommage que le suspense tombe totalement à l’eau puisqu’on savait déjà que Silas allait s’en sortir. Cela aurait fait une bonne première scène pour la série, par exemple ! J’adore les débuts de cette épidémie, c’est bien plus prenant que les événements qui se déroulent ensuite. Ce n’est jamais qu’un avis, hein, mais Silas qui déprime en entendant son père zombifié par-dessus sa musique à fond, j’ai trouvé que c’était cool.

En revanche, on comprend bien le problème à venir : sa mère devait rentrer du travail ; elle va clairement se faire bouffer par le zombie qu’est devenu son mari. Quand la musique de Silas s’arrête, il remarque donc que le zombie ne fait plus de bruit, et pour cause : sa mère vient de rentrer. Silas arrive pile à temps pour sauver la vie de sa mère et pour éclater le crâne de son père qui voulait toujours le mordiller. Il finit les mains en sang, après avoir tué son père devant sa mère. Charmant.

Dans le présent, c’est sans la moindre surprise qu’un zombie finit par s’approcher de la balançoire. OK, le parc est un peu entouré par un grillage, mais on voit bien qu’il n’est pas solide du tout et c’est évident que le zombie finit par réussir à ramper dans sa direction. Certes, Silas essaie bien de se libérer de ses menottes, donc l’instinct de survie existe encore, mais à aucun moment il ne tente d’appeler à l’aide qui que ce soit ?? Pire encore, il finit par se laisser mourir.

Heureusement pour lui (malheureusement pour nous ?), Hope passe par là et lui sauve la vie, quand bien même elle est persuadée qu’il est coupable du meurtre, voire même du double meurtre car Percy, d’après Felix, n’a pas pu survivre à la rivière. Pff. Tu parles, il reviendra tout en forme en saison 2 quand on l’aura tous oublié, ouais ! En attendant, la nuit (et l’épisode avec !) n’en finit plus. Il faut dire que personne n’arrive à dormir et qu’Elton et Iris en profitent pour papoter d’étoiles, avant qu’Elton n’annonce qu’Iris est plus proche d’un leader que les adultes.

Il veut également établir une démocratie dans laquelle Iris et lui pourraient être un front uni face aux adultes, ce qui serait suffisant pour faire changer Felix d’avis. Iris passe sa nuit à y réfléchir, mais elle a tout de même besoin de confronter Silas au petit matin. Alléluia, il fait jour, on doit s’approcher de la fin de cet épisode.

Silas révèle alors qu’il ne voulait pas jeter les dessins d’Iris, parce qu’ils étaient trop beaux ; et ensuite qu’il s’est libéré durant la nuit. Malgré tout, il est resté à la balançoire, pour pouvoir parler et faire ses adieux à Iris comme il faut. Il s’excuse donc de l’avoir rencontrée, parce qu’il est bel et bien un meurtrier. Pff. Il n’en a aucun souvenir, mais il affirme avoir tué Percy et Tony ; puis il prend la décision de partir, sans dire au revoir aux autres.

Le fait qu’il parte, ça arrange à peu près tout le monde, même Iris doit être soulagée franchement ! La série trouve toutefois le moyen que ça me fasse chier, parce qu’Elton décide d’annoncer à Hope qu’il a pour but de rejoindre Silas. Selon lui, Silas a de meilleures chances de survie avec lui (et des provisions !) à ses côtés. C’est bien beau tout ça, mais Silas a voulu partir pour éviter de mettre les autres en danger, alors ça ne va pas vraiment l’aider…

Hope décide alors d’enfin annoncer la vérité à Elton, puisqu’il s’en va aussi dans l’espoir de retrouver sa mère et sa sœur : sa mère est morte. Elle lui donne le collier, pour s’assurer qu’il sache qu’elle s’apprête à lui annoncer la vérité, et qu’il n’y a pas de doute possible. J’ai beaucoup aimé la révélation progressive et le récit de la mort de la mère, simple et efficace.

Bon, dire tout ça, par contre, ça ne peut que motiver Elton à partir encore plus vite que prévu. La scène est super triste honnêtement, surtout que les deux acteurs arrivent plutôt bien à la jouer, malgré leur jeune âge. Pauvre Elton. Il enfile donc le collier de sa mère et se barre sans qu’on ne sache trop ce qu’il a pu dire à Hope. Son but est toujours de rejoindre Silas, avec deux ou trois sacs plus lourds que lui.

Silas, lui, n’a pas de sac, mais il se débrouille pour tuer un zombie en route, et abandonner son walkman derrière lui. Soit.

Reste alors à évoquer le cliffhanger qui est mindfuck : lorsqu’elle s’est absentée sans vraie raison valable pour 48h, Huck s’est en fait rendue auprès de sa mère, qui lui a remis une montre appartenant à son père. Sa mère (ou belle-mère, tante, que sais-je après tout ?) ? Oh, juste la nana de la CPR qui a fait buter tout le campus universitaire et qui s’inquiète de savoir comment va l’atout, une fille puisque le féminin est utilisé. Su-per.

> Saison 1