Les Bracelets rouges – S03E07

Épisode 7 – 18/20
J’ai eu quelques déceptions au cours de l’épisode, mais c’est principalement parce que je n’ai pas envie que ça se passe mal pour les personnages et que bon, la série n’a pas assez de personnages pour se permettre que tout aille bien dans le meilleur des mondes. L’épisode prépare quelque peu la fin de saison et je suis curieux de voir ce que ça donnera, parce que la conclusion là, ça donne très envie d’être lundi prochain déjà.

> Saison 3


Spoilers

307.jpg

Tiens, tiens, tiens ton bracelet de merde-là !

Que c’est joyeux : après une heure de discours anxiogène sur la prolongation du confinement et son après, nous voilà propulsés en plein enterrement. C’était inévitable, mais avec le cliché de la pluie qui tombe sur nos Bracelets rouges, c’était vraiment gros, surtout qu’on enchaîne aussitôt avec des plans ensoleillés comme toujours dans cette série.

Bon, j’abuse un peu, on enchaîne sur un joli montage sur l’ensemble de la série, mêlant passé et présent des jeunes de la série et des bracelets. Il s’agit d’un rap original créé pour la série, ce qui fonctionne plutôt bien et permet même de redonner le sourire après cette première scène bien difficile.

L’enterrement de son grand-père passé, Mehdi doit toujours faire face à des courriers administratifs et pas mal de tâches ingrates. Les scénaristes sont déjà bien sympathiques de lui avoir épargné les démarches pour l’enterrement : il n’y a rien de plus horrible que de comprendre qu’en plus du décès et du deuil, il faut gérer l’administration française.

En tout cas, plusieurs jours sont passés depuis l’épisode précédent et Mehdi retourne déjà à l’hôpital pour s’en prendre au médecin de son grand-père qui n’y est pas vraiment pour quelque chose. Il faut bien que la colère sorte, mais le problème, c’est qu’il va loin et dit des choses qu’il regrettera, notamment à ses supérieurs hiérarchiques, ou même à Clément.

Sans surprise, les bracelets essaient alors de lui remonter le moral comme ils peuvent. On retrouve Roxane dans cet épisode en train de développer ses photos… dans la salle de bain. Du coup, elle s’en cache auprès de sa mère, alors qu’il n’y a rien d’honteux, mais bon. Avec Clément et Thomas, elle décide de rendre visite à Mehdi. Bon, Clément ne peut pas, puisqu’il est à l’hôpital pour l’instant, donc c’est Roxane et Thomas qui montent au front pour se prendre en pleine face toute la colère de Mehdi qui continue de gérer le garage comme il peut, c’est-à-dire pas si bien. Il enchaîne les phrases et gestes qu’il regrettera, étant presque à les insulter et surtout leur balançant son bracelet à la figure.

En réponse, Roxane lui laisse la photo de lui et son grand-père, ce qui provoque chez Mehdi… l’envie de boire de la vodka, au beau milieu du garage. Oh non, laissez du répit à Mehdi ! Laissez-en aussi à Roxane : la pauvre finit par arriver en retard à son travail, parce qu’elle l’avait oublié, après avoir appris que Thomas avait une nouvelle copine. Et forcément, elle ne supporte pas du tout l’attitude de sa mère, qui essaie de la responsabiliser en l’engueulant. Il n’en faut pas plus pour qu’elle se barre sans faire son service, et c’est la plus mauvaise idée possible.

Elle rentre chez elle pour mieux tomber sur sa jumelle, toujours aussi énervante. Cette fois, elle a raison, évidemment, mais c’est violent : après sa mère lui rappelant qu’elle a bossé quand elle était à l’hôpital, voilà la sœur qui lui raconte les crises de larmes de sa mère et le bien-être que c’était de vivre sans sa jumelle chez elle. À peine dans l’excès la jumelle ! Bon, elle a bien le droit de dire ce qu’elle pense, mais c’est une vérité douloureuse pour Roxane dont on sait que la stabilité n’est pas encore au top.

Tellement pas au top d’ailleurs que Roxane décide de retourner à l’hôpital pour demander à y être de nouveau admise. Ce n’est pas comme cela que ça se passe par contre, et le médecin lui fait bien comprendre. La scène est très réussie pour faire comprendre à Roxane que si elle n’est pas encore tout à fait en phase avec son environnement familial, elle ne l’est plus non plus avec l’hôpital.

De son côté, Clément apprend une bonne nouvelle : il a battu la maladie, pour de bon. Il n’a plus besoin de rester hospitalisé… Mais si cette rémission est une excellente nouvelle, il a beaucoup de mal à l’accepter et y croire. Tu m’étonnes.

Nour, elle, continue ses recherches pour une prothèse de sein et occupe ses journées à l’hôpital entre Jessica et Clément. Celui-ci est demandeur de plus que ce qu’elle semble prête à lui donner, mais il faut bien comprendre que le choc psychologique dans lequel elle est n’est pas évident du tout. Clément est bien placé pour le savoir cependant, alors il lui sert de réconfort, en écoutant avec elle sa musique et en trouvant les mots pour la rassurer sur ses cicatrices physiques.

Pas étonnant de les voir ensuite s’embrasser, puis carrément coucher ensemble. Yay. Ils ont une jolie fin d’épisode ensemble.

Pendant ce temps, Jessica, toujours confinée, se prépare à recevoir sa greffe de moelle. C’est un acte médical lourd de sens pour elle, mais ça paraît presque trop facile tellement ça se fait sans difficulté. Elle reçoit ensuite la visite de son frère, content d’avoir pu lui venir en aide. Cela dit, qu’est-ce qu’on dit exactement à quelqu’un à qui vient de donner une nouvelle chance de vivre, surtout si c’est quelqu’un de sa famille ? La série aborde timidement le sujet, mais ce lien frère/sœur est très beau et j’ai bien aimé son développement.

Dans le même genre, son amitié avec Nour est vraiment cool aussi, mais je n’ai pas compris pourquoi Jessica lui demandait de retirer son masque. Oh ! Déjà, un masque c’est précieux, on l’a appris douloureusement ces derniers temps, mais en plus, la santé, c’est un truc avec lequel il ne faut pas rigoler quoi. En tout cas, ce qui est incroyable dans la scène entre les deux filles, c’est que c’est finalement Nour qui remonte le moral d’une Jessica dépressive.

Voilà des rôles qui s’inversent bien vite, mais qui permettaient aussi l’évolution de Jessica dont on voyait enfin les doutes. La pauvre. Elle n’est qu’au début de ses problèmes, puisqu’une fois seule, elle se met à saigner du nez, rejetant ainsi la greffe, probablement. Une mauvaise nouvelle n’arrivant jamais seule, elle tombe ensuite du lit en essayant d’appeler une infirmière.

En parallèle, son frère décide de quitter l’hôpital sans repasser par la chambre de sa sœur, malheureusement. Sa sœur comprend évidemment qu’il est parti lorsqu’elle se réveille, et c’est bien douloureux pour elle d’apprendre ce départ. Loin de rejeter sa greffe, Jessica est simplement en anémie finalement. C’est plutôt rassurant, car il s’agit d’une complication normale et banale… pas comme ses complications familiales.

Finalement, son frère est loin d’être l’horrible personne qu’il semblait être : oui, il est parti de l’hôpital, mais c’était pour aller chercher son fils (et sa femme ?) afin de faire la surprise de leur présence à Jessica. C’était une très jolie scène émotionnelle, avec le petit humour des embouteillages pour ajouter une touche de sourire au milieu des yeux embués de larmes.

Enfin, on retrouve Côme qui s’intéresse toujours à l’histoire d’Olivia et d’Iris… pour découvrir que la patiente n’est plus à l’hôpital. Il est en vrai décalage dans cet épisode, dépité de l’absence de sa nouvelle amie et en-dehors des intrigues des bracelets : il aimerait bien aider Mehdi, mais il n’a pas l’autonomie de Roxane et Thomas.

Ce décalage, il ne le sent que trop et il finit par s’en confier à sa mère quand celle-ci lui offre un portable. Comme souvent avec cette série, la scène vise juste : difficile de se faire des amis après des mois de coma où l’on a perdu tout le monde et où nos seuls contacts sont des adolescents plus âgés. La crise qu’il traverse est prévisible.

Il essaie de contacter Mehdi, mais ce n’est pas la meilleure des idées : se bourrant à la vodka dans le garage de son grand-père où il travaille sur une voiture, Mehdi ne décroche pas. Et bourré comme il est, il se blesse aussi, avant d’avoir des hallucinations de son grand-père au milieu du garage. La série part dans un bad trip mal venu avec cette intrigue de Mehdi bourré. Honnêtement, j’étais déçu de cette évolution, aussi logique soit-elle.

Dans tout ça, Côme, fort de son nouveau portable, décide de faire une virée en bus pour se rendre en centre-ville, afin de rendre visite à son ami qu’il sait aller mal. J’ai adoré voir Côme débarquer au garage et comprendre que Mehdi était bourré, le privant le plus naturellement du monde de sa bouteille. Quelle enfance il a le pauvre ! Il gère donc la gueule de bois de Mehdi, lui trouve les médicaments mais aussi… un dernier cadeau de son grand-père.

En effet, il trouve une lettre dans les affaires du grand-père, à côté des médicaments et c’est plutôt une bonne nouvelle : il a dépensé 4000€ pour l’inscrire en prépa kiné après le bac. C’est la classe, mais vu le temps que Mehdi passe à bosser ses cours… Enfin bref, il est content et d’autant plus quand il se rend compte que Côme a été capable de lire toute la lettre tout seul ! C’est la classe.

On enchaîne ensuite avec une scène où l’assistante sociale de l’hôpital rend visite à Mehdi. Il le vit super mal quand il comprend qu’il va devoir être envoyé en foyer alors qu’il ne le veut surtout pas. Il s’en prend alors à Côme qu’il suppose complice de ce piège. L’épisode finit bien mal : Mehdi se barre en moto… avec tout ce qu’il a bu et sans casque, il a la bonne idée d’être en excès de vitesse, ce qui attire l’attention de policiers très clichés. Quel dommage pour ce personnage !

Tout aurait pu bien se terminer… mais non, ça sent le mauvais accident de moto pour le final de la saison, sans compter toutes les conséquences judiciaires !

> Saison 3

Les Bracelets rouges – S03E06

Épisode 6 – 17/20
Même si j’ai trouvé cet épisode beaucoup plus classique et prévisible que bien des fois dans la construction de ses intrigues, je suis bien forcé de reconnaître qu’il était efficace dans son écriture. Tout est fluide, les sentiments et émotions sont là, et j’ai adoré. Comme d’habitude vous me direz, mais bon, ils ne changent pas une équipe qui gagne, pas de raison que ça change, donc.

> Saison 3


Spoilers

306.jpg

Ma vie, mon œuvre, mes cancers.

Contrairement à ce que je pensais la semaine dernière, cet épisode n’est pas le dernier de la saison, et c’est tant mieux, parce qu’il y a encore plein d’intrigues à gérer et développer. Bon, et je sais aussi qu’il y a probablement des points du nouveau Bingo Séries qui vont être dans cet épisode, mais tant pis, j’ai trop hâte de savoir comment tout ça va se passer pour ne pas le voir ce soir.

L’épisode recommence par ce qui ressemble fort à un cauchemar de Clément, en pleine opération. Il voit sa chambre d’hôpital, son sac et une nuit orageuse au cours de laquelle une voix l’appelle. Comme il s’agissait d’une voix féminine, j’ai eu vraiment espoir qu’il s’agisse de Sarah dès le départ… mais quand on a vu une brune l’emmener vers la lumière, j’ai compris que c’était foutu. C’est simplement Nour qui l’attire pour un baiser, et avec des cheveux s’il vous plaît.

Le réveil est moins agréable par contre : il passe de Nour à ses parents, et il leur demande aussitôt où ils sont. Oh. Des parents aimants comme ça, c’est beau, de même qu’un patient qui survit malgré des chances terribles de 3%. Pourtant, l’opération s’est bien déroulée, sans problème.

De son côté, Mehdi a donc géré le garage comme il pouvait et ça se passe bien, avec même un putain de pourboire improbable. Si les bracelets ne sont pas en salle de réveil pour Clément, ils reçoivent tous un SMS pour les prévenir de la bonne nouvelle de son réveil. Mehdi au garage, Thomas chez lui et Roxane… au travail ? Elle galère toujours autant en tant que barmaid, mais bon. Elle n’est pas aidée non plus par sa sœur, qui ne la croit pas quand elle dit que son copain la mate. Triste.

Thomas retourne au lycée dans cet épisode, miracle ! Il impose carrément la bise à Laura, sa pote de l’épisode précédent qui est loin d’être toujours aussi sympathique maintenant qu’il l’a envoyé bouler. Elle a surtout l’impression qu’il ne vient lui parler que quand il a besoin. Bref, ça se passe mal pour lui, et c’est chouette comme tout de le voir en parler à Clément.

Il est déprimé d’avoir raté sa chance avec Laura apparemment, surtout qu’elle a maintenant un copain. Clément lui conseille donc de mieux faire voir son nouveau handicap en lui coupant un bout de pantalon, histoire que tout le monde voit sa prothèse de jambe. Et hop, ça fonctionne pour que Laura s’occupe à nouveau de lui. Une vraie girouette, celle-là, elle n’est pas mise à son avantage par cet épisode.

Et quand il est question d’aller boire un café avec Thomas, j’ai tout de suite senti la mauvaise idée se profiler : il ne peut que l’emmener auprès de Roxane, genre, la pire idée du monde, non ? On verra dans le prochain épisode si c’est bien ça.

Une fois à l’hôpital, Mehdi aperçoit, pendant son service, un visiteur pour son grand-père. Il s’agit d’un ami à qui il confie le garage, mais ça ne plaît pas tellement à son petit-fils, forcément. C’est encore pire quand il comprend qu’il s’agit en fait d’une vente du garage. Le grand-père vieillit, il ne veut plus s’embêter avec tout ça. C’est tout triste comme scène, alors que Mehdi est tellement chou avec son grand-père.

Il est perturbé comme tout par l’information, le pauvre. Du coup, il en arrive à « faire la gueule » en distribuant les repas aux patients, y compris au vieux monsieur ronchon du premier épisode de la saison. C’est un retour sympathique, ça. Mehdi étant ce qu’il est, il s’arrange alors pour aller faire casser la vente qui se profile dans son dos depuis le départ : il se rend à la visite et montre tous les défauts imaginaires du garage.

Il est aussitôt rappelé à l’hôpital par Valentine et le docteur Catalan, mais ce n’est pas pour le virer comme on pouvait le supposer. J’ai compris un peu avant l’horreur qui allait se produire dans la vie de Mehdi : son grand-père est mort. Evidemment. De manière imprévisible. Evidemment. Le pauvre. Le jeu de l’acteur est toujours d’une justesse phénoménale et les violons n’arrangent vraiment rien. Quelle tristesse.

Pendant ce temps, Jessica se prépare à un autre type de confinement : celui de la chambre stérile. Eh oui, avant une greffe, il faut en passer par là et se séparer de tout ce qui n’est pas neuf. La pauvre nous fait bien l’éloge du confinement comme elle peut, mais pour se remettre des deux mois difficiles qui l’attendent, elle préfère s’amuser de la situation de Nour et Clément. Elle a bien cramé qu’ils crushaient l’un sur l’autre…

C’est donc sans surprise qu’on enchaîne ensuite avec une scène entre Nour et Clément. La scène était super drôle, avec un Clément sous morphine faisant plein de compliment à Nour… et à sa belle-mère, qu’il rencontre à nouveau dans de bien mauvaises conditions.

Celle-ci fait alors un effort de communication en retournant voir Clément une fois qu’il est mieux réveillé – et qu’il annonce à Louise, toujours à New-York, qu’il a une copine. C’est vraiment cool de continuer à voir Louise comme ça dans la série, ça permet de savoir que son évolution se passe bien de son côté. Par contre, la scène est beaucoup moins cool avec une mère qui veut tout contrôler dans la vie de sa fille et qui demande à Clément de ne plus voir Nour. Raaah. Les parents comme ça, ça me soule tellement. Ils n’ont jamais lu le moindre livre ? Roméo et Juliette, je sais pas ?

Le pire, c’est encore de voir Clément rentrer dans le jeu, franchement. Qu’est-ce que ça m’énerve de le voir la négliger comme ça, juste parce que la mère lui demande alors même que ça le fait pleurer en plus. Au moins, la scène a fini par me faire rire pour la réaction de Nour, exceptionnelle. Elle retourne ensuite dans sa chambre pour mieux tomber sur toute la famille prête à faire la fête pour elle. L’angoisse. Enfin, c’est sympa de la part de la mère, hein, je dis pas, c’est juste qu’à faire de l’ingérence elle rend sa fille malheureuse et ce n’est pas sa solution qui va rendre le sourire à sa fille… surtout quand ça parle d’amour.

Forcément, Nour sort et débarque dans la chambre de Clément, super énervée. Elle veut comprendre la vérité, mais parfois, c’est douloureux de l’entendre. Et pour Nour, et pour sa mère qui se prend les quatre vérités de la vie à l’hôpital en pleine face, et en public en plus, devant sa mère à elle qui lui explique calmement qu’elle devrait avoir honte.

Bien que les visites étaient censées se terminer, la mère est encore là un peu plus tard pour une explication avec sa fille où on explore un peu mieux son sentiment à elle. Rien de bien exceptionnel, mais une intrigue sympathique, qui finit sur des retrouvailles entre Nour et Clément.

Jessica, elle, est finalement forcée de quitter sa chambre avec Nour, laissant simplement derrière elle un nounours à rendre à son frère si jamais un malheur lui arrivait. Son entrée en chambre de confinement, minuscule, est particulièrement dure à vivre pour elle et terrible à voir pour nous. Enfin, après, ça ne fait jamais de mal d’avoir un rappel des règles pour se laver les mains. Et puis, elle, au moins, elle a un vélo d’appartement pendant le confinement.

En parallèle, Côme a un nouveau rendez-vous médical au cours duquel il demande bizarrement à son beau-père d’être présent dans le bureau avec le médecin. Il est question des résultats positifs d’un IRM, puis inévitablement d’Iris. Nathalie est dépassée par les événements et ne croit toujours pas à l’histoire d’Iris et Olivia. Pourtant, le médecin lui conseille vraiment, une fois Côme hors de la pièce, de le suivre dans sa démarche. On ne sait jamais, quoi, face à quelqu’un en délire, mieux vaut le suivre dans ses délires.

C’est aussitôt ce que fait le beau-père en se rendant dans la chambre d’Iris contre l’avis de Nathalie. Celle-ci finit par comprendre ce qu’il se passe et débarque dans la chambre pour l’empêcher de faire une connerie… mais Côme profite que Nathalie soit distraite par son compagnon pour au contraire fouiller dans le portable d’Iris, déverrouillant son portable avec son empreinte.

Il n’en faut pas plus pour qu’il puisse enfin appeler Olivia et faire avancer son intrigue. Côme s’arrange carrément pour faire venir Olivia à l’hôpital et l’amener à Iris. C’est super triste à voir, mais au moins Nathalie ravale sa fierté et laisse les choses se dérouler. Sans trop de surprise parce que je l’aurais parié dès le premier épisode, il est révélé qu’Olivia est la petite-amie d’Iris. Elle semble accepter assez bien les explications de Côme, mais comme tout se fait hors écran, c’est un peu dur de tout suivre. J’ai adoré en tout cas voir Nathalie s’excuser auprès de Côme. L’intrigue n’a aucun sens rationnel, mais au moins, ça rend justice à Côme. Et puis, la larme finale d’Iris au départ d’Olivia, c’est beau.

> Saison 3