Riverdale – S01E05

Épisode 5 – Heart of Darkness – 15/20
Archie est mon nouveau héros, clairement. Et Hermione ma nouvelle actrice préférée. Et Betty ma performance de la semaine. Et vraiment rien ne va, tout est plus cliché que cliché, le ton faussement sérieux frisant toujours la parodie. Du coup, ça a tout à fait le potentiel de devenir addictif. Je ne m’attendais vraiment pas à ça avec cette série par rapport à tout ce que j’avais entendu de positif sur cette saison 1. C’est fou.

> Saison 1


Spoilers

105-celleci

Slut-shaming. It’s what they’re calling it when sluts get shamed.

C’est reparti pour un nouvel épisode de cette série qui part en vrille dès ses premières secondes pour nous informer que Cheryl vit dans une maison digne d’un film d’horreur et fait des cauchemars où son frère cadavérique vient la tuer. Après, je dis cauchemar, mais ça ressemblait plus au début d’un mauvais film porno, et la tenue qu’elle porte au réveil dans le lit de son frère n’arrange pas cette impression.

Cet épisode propose de se concentrer sur l’enterrement de Jason avec de belles incohérences et moments wtf, entre les parents qui invitent toute la ville pour être sûre que le meurtrier soit là et Cheryl qui organise une soirée pyjama la veille après avoir balancé des invitations comme un élève de primaire content de fêter son anniversaire. C’est tellement n’importe quoi, c’en est kiffant.

De son côté, Archie commence l’épisode à moitié à poil, cette fois-ci parce qu’il fait de la boxe. Ah, première nouvelle. Y a-t-il quelque chose qu’il ne fait pas ? Au moins, ça, ça permet de l’enduire d’huile histoire que son papa le mate. Pardon. Le but pour lui est soi-disant de se remettre en forme pour le football, mais il n’est pas très doué quand il retourne sur le terrain.

Le coach le met donc sous la tutelle d’un autre joueur qui voudrait devenir capitaine à la place de Jason et qui se retrouve à devoir l’aider à le devenir. C’est ridicule ! En plus, c’est une scène de vestiaire où tout le monde se dénude sauf Archie. C’est très étrange. Archie n’est pas bien de toute manière, et c’est l’essentiel à retenir : Géraldine est partie, il est en pleine déprime et évite complètement d’y penser en se jetant corps et âme dans le foot.

Pas de bol pour lui, Val débarque pour lui proposer des cours particuliers de musique avec un prof célèbre. Oups. Il s’agit d’un certain M. Castillo, et ce simple nom me file déjà de l’urticaire à cause de How to get away with murder. Il est donc parfait pour la série. On est sur un cliché de prof de musique qui ne vit que pour ça, et ce n’est pas dingue. Tout ça mène à une Val forcée de venir aider Archie à bosser sur sa musique jusque tard le soir.

Genre assez tard pour que Fred passe dire à son fils de se coucher, mais pas assez tard pour qu’il vire Val de chez eux, apparemment. Bien sûr, le lendemain, le petit Archie nous fait de la merde totale sur le terrain et refuse d’arrêter de jouer malgré son mal de main. J’ai tellement levé les yeux au ciel face à cette scène d’égo masculin, mais ce n’était rien par rapport à ce qui m’attendait ensuite avec Veronica jouant les infirmières pour lui, en étant jalouse de Val et en lui disant que sa main est son instrument et qu’il doit prendre soin. Ah ben elle en prend tellement soin qu’on sait à quoi elle servira la nuit suivante cette main, hein. Pardon.

Tout ça, en plus, pour aboutir à une scène où Castillo dégage Archie-sans-talent de sa vie, parce qu’il ne se voit pas avoir la même relation que ce que Géraldine avait avec son élève. S’il savait ce qu’il disait. Heureusement, Val finit par remettre les choses en perspective pour Archie qui a besoin d’être recadré dans son désir de musique.

Pendant ce temps, Kevin vient aider Betty et Jughead à recréer le « tableau de meurtre » de son père, histoire d’être de meilleurs journalistes et flics que leurs parents qui sont clairement peu doués. Ainsi, Betty a un rencard avec un certain Trev, mais elle explique à qui veut l’entendre que ce n’est pas vraiment un rencard : elle veut juste les infos qu’il pourrait avoir sur Jason.

Il en a et n’a apparemment que ça comme sujet de conversation, balançant au milieu de son rencard que la grande sœur de sa possible future copine était avec un Jason qui dealait de la drogue. Normal. Du coup, on est parti sur une intrigue qui explore un peu le personnage de Polly, et c’est terrible comme je n’arrive pas à prendre au sérieux l’acteur jouant le père de Betty. C’est Jack de Charmed, à vie. Pourtant, la scène est dramatique : si Polly est en hôpital psychiatrique, c’est parce qu’elle a tenté de se tuer (ou parce qu’on le revoit ensuite en train de regarder de vieilles vidéos de sa fille).

Il me semblait que c’était évident, ou déjà dit, mais c’est une surprise pour Betty qui s’en confie aussitôt à Jughead qui n’a toujours pas d’intrigue propre – du coup, grand mystère de pourquoi il est là et adoré, mais bon. Sa brillante idée de l’épisode ? Profiter de l’enterrement pour fouiller la maison. Il débarque donc en costard chez elle pour l’enterrement, et OK, je vois ce qui fait son charme, mais va me falloir un peu plus pour me sentir un minimum investi et pour que je me foute de sa gueule plus longuement aussi ! Après, il est en costard-bonnet, j’ai déjà de quoi faire, j’imagine.

Avant ça, bien sûr, on a droit à la pyjama-party de Cheryl qui est en fait un tribunal pour Veronica : il n’y a qu’elle qui est invitée et qui se tape un repas de famille avec eux. C’était encore plus angoissant que ça en avait l’air, mais c’était toujours plus cool que la scène où Cheryl se dit heureuse de l’aide apportée par Veronica après sa crise d’angoisse ou Veronica en train de dire que Jason était super beau alors que… euh beh bof, en fait.

En parallèle, on a toujours droit à des scènes reloues entre Fred et Hermione sinon. Cette dernière est une vraie working girl qui récure à présent des éviers (hein ?) dans le diner et nous joue une merveilleuse scène où elle trouve un serpent dans une boîte. OK, Hermione est menacée, c’est triste, mais l’actrice mérite l’oscar de la plus mauvaise performance effrayée vue depuis un moment.

Elle appelle donc Fred pour se débarrasser du serpent parce que… parce que… Non, je n’y arrive pas désolé. Il la débarrasse du colis gênant, allons savoir comment, puis l’interroge comme un policier qu’il n’est pas. Elle lui explique donc qu’elle ne veut pas l’impliquer (lol ?) dans les affaires d’argent qu’Haram doit aux Serpents.

Le lendemain, Hermione se rend à l’enterrement pour être mieux critiquée par la mère de Jason, qui enchaîne sur une scène merveilleuse où elle nous touche les cheveux d’Archie. Tout le monde sait qu’il aime les cougars en ville apparemment. On notera qu’il est en tenue de quaterback avec la veste de l’équipe au beau milieu de l’enterrement et que ça ne semble choqué personne parmi les gens tous habillés en tenue d’enterrement. Bref, la série semble vouloir nous dire qu’Archie pourrait être son fils, je suis blasé devant.

OK, pas tous. Miss Cheryl Drama débarque dans sa petite robe blanche de sa sortie au lac pour faire un discours tout pété, qui n’est pas aussi drôle que sa crise de larmes digne de Clary ou que Veronica chuchotant, depuis l’autre bout de la pièce, à la mère de ne pas bouger parce qu’elle va empirer les choses. Non mais n’importe quoi.

Toutes les intrigues se réunissent en tout cas à l’enterrement, avec Fred et Hermione qui se font un petit câlin et Betty/Jughead qui découvrent que Polly allait se marier à Jason. Yep, merci la grand-mère sénile de nous dévoiler tout ça. Cette famille a vraiment un grand problème en tout cas, parce que la mère est toute aussi perchée que la grand-mère à engueuler sa fille pour sens de la représentation à l’enterrement. Belle psychologue !

Tout aussi psychologue est Betty cherchant à avoir des informations sur sa sœur auprès de son père qui a subitement un rôle bien important dans cet épisode. Il critique donc ceux qui auraient pu devenir sa belle-famille, mais pour le coup, je le comprends, surtout qu’en plus il y a une sorte de guerre de familles débile entre eux : l’arrière-grand-père de Betty s’est donc fait tuer par l’arrière-grand-père de Cheryl et Jason. Passionnant.

J’ai aussi failli pleurer de rire, pour de vrai, quand la fin d’épisode revient sur Veronica racontant sa journée à sa mère (inutile) avant d’enchaîner sur Archie, ce héros, qui refuse de rester quaterback parce qu’il n’arrive pas à tout gérer et qu’il préfère que Reggie s’en charge. Une scène avec Val et voilà, il change totalement d’avis. Archie, mon héros.

Pas Jason et son roux tellement vif que ça en devient ridicule. Ridicule, comme Betty et Jughead jouant les détectives et se mettant à suspecter les parents de Betty. Et ils ont raison : le père de Betty est bien celui qui a récupéré les dossiers du père de Jughead. Ca sent la conspiration tout ça, et le cliffhanger nous promet une rencontre avec Polly, un jour.

Compteur d’Archie à poil : 6 (+1, donc). Cela dit, on aurait pu faire un compteur de mini-short de Veronica, Cheryl et/ou Betty, aussi.

> Saison 1

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.