Riverdale – S03E03

Épisode 3 – As Above, So Below – 13/20
Les deux intrigues de cette saison partent tellement loin que je suis curieux de voir ce que ça donnera sur du plus long terme. Le fait que ce soit n’importe quoi n’empêche pas le tout d’être intrigant. Je me suis un peu moins marré sur cet épisode cependant, parce qu’il proposait du plus classique, malgré de nouveaux concepts et lieux pour la suite de la série qui promettent toujours plus de larmes de rire. Meilleure comédie cette saison 3 !

> Saison 3


Spoilers

Every cult has its king.

Retour en prison où Archie est à l’isolement pour une semaine tant qu’il refusera d’être Mad Dogs. Bon ben, OK. On apprend dans la scène suivante que l’épisode précédent date d’il y a trois semaines dans la série. C’est là qu’on découvre qu’Alice et FP sont désormais en couple, ravis de savoir que plus personne n’a joué au jeu depuis tout ce temps. Ils couchent ensemble, exactement comme leurs enfants dans le bunker de Dilton. Tout est si glauque. Sans surprise, Betty et Jug n’ont pas encore abandonné leur enquête, en plus.

A la prison, Fred cherche à voir son fils, parce que ça fait trois semaines qu’il ne l’a pas vu. Il n’est pas très content de l’histoire. Une fois que c’est fait, Archie se retrouve embarqué par le directeur jusqu’à la piscine sous-terraine de la prison. Celle-ci est vide d’eau, mais il y a Joaquin en train de se faire tabasser par un autre prisonnier.

Archie accepte de prendre sa place pour l’épargner, comprenant que cette fois, il n’a pas d’autres choix que d’entrer dans le jeu du directeur de prison pour sauver son « ami » (??). Il devient ainsi le nouveau Mad-Dogs, prêt à participer aux combats clandestins organisés par le directeur de la prison. La bonne nouvelle dans tout ça, c’est qu’on retrouve Archie à moitié à poil dans son lit, puis sur le ring. Ben oui, il est envoyé faire quelques combats, lui aussi.

Archie gagne, évidemment, mais ça n’arrange personne parce qu’évidemment il est beaucoup trop rapide avec un coup de poing qui terrasse son ennemi en un rien de temps. Ben voyons. S’il obtient des faveurs – des burgers de Pop’s ! – il est averti par les autres prisonniers avec lesquels il s’entraîne qu’il ne doit pas gagner trop vite les matchs : ça ne fait pas assez d’argent et de paris, autrement.

Le directeur de la prison demande alors à Archie de faire le nécessaire pour que les combats durent plus longtemps et Archie… s’en confie à son père ? Oui ! Archie se met à imaginer des conversations avec son père, parce que la solitude a dû lui monter à la tête. Enfin, je ne vois que ça pour justifier à peu près cette apparition fumeuse de Fred.

De son côté, Veronica découvre que c’est compliqué de gérer un club. Elle a beaucoup de dettes à gérer, mais malgré ça, elle refuse d’ouvrir son speakeasy qui lui ferait pourtant des recettes en plus. Ouep, elle ouvre « La Bonne Nuit », un speakeasy… qui ne vend pas d’alcool, parce qu’elle respecte la loi. Euh ? Donc ce n’est pas un speakeasy dans ce cas. Le concept est sacrément tordu, mais c’est rigolo de savoir que Pop’s a un sous-sol dans lequel on peut ouvrir un bar clandestin qui n’a rien de clandestin puisque toute la ville est au courant de son existence, parce que Veronica en parle à tout le monde.

Le problème, c’est que du côté du public, elle reçoit la visite de Penny qui lui propose sa protection… contre elle-même et ses monstres. C’est évident. Veronica ignore l’avertissement/la menace et fait alors la promo de son club, allant même convaincre Cheryl et Toni d’y venir, avec des boissons gratuites. Ah, et les deux semblent en couple désormais, aussi, c’est bien établi puisque Veronica dit qu’elles sont un « power couple ». Soit. C’est encore moins développé que Kevin et Moose, c’est fou.

De retour au speakeasy, on voit que Veronica bosse très dur sur son bar avec Reginald, qui décidément survit drôlement longtemps dans cette série par rapport à ce que j’imaginais. Reginald à moitié à poil lui descend des cartons, qui sont plein de drogues. Non, ce n’est pas exactement la commande de Veronica : merci Penny.

Le shérif choisi ce moment propice pour venir faire une visite du speakeasy, mais tout se déroule bien puisque Reginald est malin et planque tout à temps. Pff, c’est tellement gros. Un peu trop, d’ailleurs : tout porte clairement la marque d’Hiram. Face à tant de menaces, Veronica n’a plus d’autres choix que de contacter les Serpents. On tourne en rond dans la construction des épisodes, puisqu’elle se retrouve une fois de plus à gérer les choses avec Toni et Cheryl, pendant que Jug est occupé ailleurs. Veronica peut ainsi renfiler sa tenue d’espionne qui n’est jamais qu’un énorme décolleté, histoire d’aller avoir des preuves contre Penny et ses Monstres. C’est si simple.

Elle montre tout ça à son père, et elle récupère 10 000$ par semaine au passage, parce que pourquoi pas. Chacun son argent de poche, j’imagine ? Avec tout ça, elle a de quoi ouvrir son speakeasy sous Pop’s, pour de bon. J’aime beaucoup le look qu’il a, et le look que les gens ont dedans. Tout le casting peut sortir ses meilleures costumes et tenues de soirées… En revanche, franchement, je ne comprends pas comment c’est possible que les acteurs acceptent encore et toujours de voir la série s’enfoncer toujours plus bas.

J’imagine que personne ne veut refuser son salaire ? Puis, bon, un speak-easy qui passe du Axel Red en fond sonore en attendant que Josie vienne chanter, c’est génial, je suppose. C’est parti pour la petite chanson de l’épisode, mais ses parties me font de plus en plus lever les yeux au ciel. J’en ai presque raté le combat d’Archie qui a lieu en même temps, forcément. Il accepte de se faire frapper et de saigner un peu, et plus en fait que quand il se faisait tabasser dans l’épisode précédent. Ri-di-cu-le. Heureusement qu’il a un bon uppercut pour faire jouir le directeur de la prison ensuite, hein.

D’ailleurs, quand il rentre dans sa cellule, il est traité comme un roi, avec télévision et alcool offert par le directeur tout content de lui. Moi, je suis content qu’il reste torse-nu, car c’est une nouvelle scène pour mon compteur, et je suis dépité de voir qu’il gâche du si bon rhum. Oui, il comprend que la bouteille d’alcool vient en fait d’Hiram Lodge alors ça l’énerve.

Il trouve aussi un marteau dans un ancien livre de Mad-Dog, et il décide que c’est un signe d’espoir que lui envoie son guide spirituel de l’épisode précédent. Il promet donc aux autres prisonniers de la prison qu’ils pourront s’échapper car ils trouveront un moyen de s’enfuir et de partir de cette prison. Allez, plus qu’à se faire tatouer les plans de la prison sur le torse.

Autrement, après trois semaines, Ethel est de retour au lycée, et ce n’est qu’à ce moment que Betty fait le lien entre le jeu de rôle et la Ferme. Il serait peut-être temps ! Le lien, elle le fait grâce à Evelyn, qui est amie d’Ethel, évidemment. En tout cas, Betty et Jug vont interroger Ethel pour mieux comprendre ses liens avec la famille Evernever (ce nom !).

Jug y gagne le droit d’être initié à G&G, alors que Beth se fait dégager par Ethel qui ne la juge pas digne. Beth se rend ainsi auprès d’Evelyn pour lui parler de ses convulsions soi-disant toujours très fréquentes et gagner sa confiance. Comme elle annonce qu’elle veut rejoindre la Ferme, Evelyn organise aussitôt une intervention, chez Alice.

Betty rentre donc chez elle pour découvrir quelques membres de la ferme, mais pas le fameux et mystérieux Edgar qui dirige tout ça. Rapidement, Betty pète un câble en tout cas, quand elle comprend que sa mère en sait plus qu’elle ne veut bien le dire sur le jeu G&G. Evelyn fait même l’erreur de lui dire que c’est dans le passé de sa mère, qui a eu la bonne idée de raconter tout son passé à La Ferme, y compris l’intrigue de Chic et le cadavre dans son salon. Charmant.

Tout ça permet à Betty d’apprendre qu’Alice avait dans son passé le fameux jeu de rôle, mais aussi que sa mère n’a pas du tout confiance en elle. Pendant ce temps, Jug rejoint Ethel dans le bunker qu’il occupe désormais pour faire l’amour avec Betty. CHELOU. Ils se font une petite partie de G&G, ça va de soi. Dans le jeu de rôle où il incarne un paladin noir, Jug se retrouve bien sûr devant deux coupes, et il doit en boire une absolument. Il hésite rapidement, mais finit par le faire, alors même qu’une d’entre elle doit contenir du poison. Il finit malgré tout bien en vie et gagne ainsi les règles du jeu, pour essayer de mieux comprendre ce qui est arrivé à Ben et Dilton.

Le problème, c’est qu’Ethel boit la seconde coupe pendant qu’il regarde les règles, en revanche. Très sympathique ce jeu, dis donc. Elle boit donc du cyanure, mais Jug la sauve juste à temps… Elle peut donc se réveiller à l’hôpital où elle est considérée comme suicidaire. Tout ce qu’elle en retient, c’est qu’elle est heureuse d’avoir fini le jeu et qu’elle peut faire une prière à son roi en fin d’épisode.

En fin d’épisode, d’ailleurs, Alice et FP fouillent les affaires de Jug et détruisent finalement devant lui et Betty le seul exemplaire, c’est con pour mener leur enquête. Ce qui est encore plus con, c’est que le guide du jeu est distribué dans tous les casiers du lycée dès le lendemain, et que tous les lycéens semblent fasciner par ce jeu de rôle que personne ne semble trouver ringard. Allez, c’est parti pour encore plus de lèvres bleus !

Compteur d’Archie à poil : +4

> Saison 3

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.