Debris – S01E11

Épisode 11 – Asalah – 16/20
C’est un bon épisode, mais je suis déçu qu’il ne soit pas excellent comme les précédents. On touche du bout des doigts des réponses que les scénaristes refusent toujours de nous donner, ce qui laisse une grande frustration à l’écoute du générique final qui ne fait que poser les questions qu’on se pose. Le sort de la série reste incertain, en plus, mais les audiences sont au plus bas alors…

Spoilers

Bryan Beneventi est l’obsession de la personne affectée par un débris dans cet épisode.


Sola is possible. Always.

Ce fut très compliqué, mais je suis content de pouvoir enfin en revenir à mon Week-end en séries avec ce que je sais être un très bon épisode. Il ne peut pas en être autrement avec cette série, elle est bien trop bien pour me décevoir. On commence de manière surprenante avec une équipe de scientifique marchant à travers bois, comme moi tout l’après-midi, mais avec des combinaisons les protégeant en plus.

Les protégeant, oui. Il y a clairement beaucoup de radiations sur toute la zone, et elles semblent émerger d’une femme qui réclame Bryan Beneventi en boucle. Au moins, ça va être un épisode intéressant, on va enfin en savoir plus sur lui. Je suis content que ça soit abordé : la série va probablement être annulé – toujours pas de nouvelles pour le moment – alors il est temps d’en savoir plus sur lui.

Avant que cela n’arrive, nous avons droit à une longue scène d’introduction où Finola est couverte de café et où elle découvre que son père est en train de se rendre seul en Virginie pour mener sa propre enquête de son côté. Ce n’est pas exactement ce qu’il est censé faire.

Bon, elle n’a pas trop le choix de le laisser faire de toute manière, elle est bien trop loin de lui et il a le portable de Garcia pour être traçable malgré tout. Elle se rend donc avec Bryan sur les lieux où la femme continue de réclamer Bryan. Elle s’appelle Mariel, elle est maîtresse d’école et elle était en randonnée quand un étrange éclat de lumière l’a finalement rattrapé.

C’est gênant comme tout, parce qu’à présent, elle se trouve à être en boucle sur Bryan, alors même qu’il n’a aucune idée de qui elle est. Quand il s’approche et se présente à elle, elle semet soudainement à changer de disque, parlant de Surobi, une ville d’Afghanistan dans laquelle il a été déployé.

Et pour cause, elle se met à réciter des bouts de conversations du passé de Bryan, assez logiquement énervé par la situation. La femme est emmenée dans un laboratoire où elle finit par toucher Bryan qui s’effondre.

Alors que son cas médical devient la préoccupation numéro 1 de l’équipe de scientifiques sur place, Finola se retrouve ainsi seule à mener l’enquête, pendant que Bryan subit une IRM pour qu’on comprenne ce qui lui arriver. Au passage, Finola découvre l’obsession de la femme pour Surobi, puis que Mariel et Bryan sont liés d’une manière ou d’une autre par un débris.

Malheureusement, les agents restés dans les bois ne trouvent pas du tout de trace de débris, alors c’est juste frustrant. Sans trop de surprise, Maddox finit par débarquer à son tour dans le laboratoire, et alors que Finola l’interroge, il cache très clairement des informations qu’il a. Je suis sûr et certain qu’il sait ce qu’est Surobi, mais il n’en dit rien.

Il insiste juste pour dire que Surobi est une mission importante de Bryan, mais sans l’évoquer en détail. C’est un peu fou, tout de même. Cela n’empêche pas Finola de lui faire à nouveau beaucoup trop confiance : elle lui explique toutes ses théories, sans le moindre filtre. Et sur ce qui arrive à Bryan, sa seule théorie possible est une sorte de réseau reliant tous les débris entre eux.

Lorsque Bryan a été cloné, il a ainsi probablement donné au débris une partie de ses souvenirs, ou tous. Pourquoi cette mission exactement ? Mystère… Mais une chose est sûre, les débris sont connectés selon elle, et ils ont des parties de Bryan, mais aussi probablement des parties d’elle-même. Humph. Je sens que le cliffhanger de la saison va nous montrer ce que la série voulait proposer, et ça va être dingue.

En attendant, le débris finit par être trouvé, mais malheureusement, il est déjà désactivé. Il s’est infiltré en Mariel avant d’être désactivé, et donc le lien ne peut plus être rompu entre elle et Bryan de la manière simple envisagée par Finola jusque-là.

La seule solution pour Bryan est donc un reboot selon Finola. Cela semble une procédure bien risquée, mais c’est tout ce que Finola a en tête. Elle laisse Maddox avec le médecin de Bryan, et il est à nouveau question du dosage qu’il doit prendre. Je me demande vraiment de quoi il est question, mais cet épisode devrait enfin y répondre.

En attendant d’y arriver, nous suivons donc Finola mettre en place une thérapie par l’électrochoc à Bryan, dans l’espoir qu’il se réveille de l’état catatonique dans lequel il sera. Tout ce que ça fait, c’est que ça l’affecte au sein du flashback qu’il est en train de vivre.

Pendant ce temps, Bryan est donc en train d’avoir une crise de quelque chose, et ça nous mène enfin à quelques réponses sur son passé. Je ne vais pas mentir sur ce coup-là, je ne suis pas fan du tout des séries militaires et des épisodes qui se déroulent en Afghanistan avec encore et toujours le même filtre.

Ce n’est pas fou, quoi. Et le look de Bryan avec une barbe de je ne sais combien de semaines, autant ne pas en parler ! J’ai par conséquent décroché de l’épisode assez vite – ou en tout cas de cette partie. Il est pourtant question d’une mission très importante pour Bryan, où il croise une femme qui demande à lui parler. Soit. Non, vraiment, j’ai décroché. Moi qui espérais un bon épisode, c’est malin.

Bon, la femme annonce qu’il l’a sauvée, et on finit par apprendre qu’elle s’appelle Asalah. Comme dans toutes les séries avec des Afghans, Asalah sait parler un anglais quasiment impeccable et cela lui permet de sympathiser beaucoup avec Bryan. Je dis sympathiser, mais c’est à se demander s’il n’essaie pas de la draguer en lui faisant écouter du Elton John, juste parce qu’elle veut jouer du piano.

Elle est charmée, en tout cas. Pas de bol pour elle, elle n’est pas près de pouvoir jouer du piano en plein milieu d’un conflit armé contre les talibans. Elle a pour obsession de protéger son baba – son grand-père, mais elle veut aussi aider Bryan à atteindre la paix – la sola – en lui désignant les talibans les plus proches.

Bryan fait l’erreur de lui promettre de protéger son baba quand il est évident qu’il ne pourra rien pour lui, tout en lui demandant de ne surtout pas se mêler du conflit, car c’est trop dangereux. Sans la moindre surprise, Asalah prend malgré tout des risques : elle réussit à photographier les talibans qui sont dans le village autour.

Impressionné par son courage, Bryan lui demande une fois de plus de ne plus prendre de risque… avant de lui promettre de ne pas la laisser tomber. C’est dommage, on sait déjà qu’il le fera. La scène suivante nous introduit un Maddox bien plus jeune en Afghanistan – c’est le moment de la thérapie d’électrochocs prônée par Finola qui permet même à Bryan de le reconnaître et de nous indiquer qui il est, ça tombe bien.

On le savait déjà, mais on nous confirme ainsi que Maddox surveillait Bryan depuis un moment. Quand ce dernier part enfin en intervention, les électrochocs de Finola lui font prendre conscience de ce qu’il va arriver. Il annonce aussitôt aux militaires avec lui qu’il sait ce qu’il va se passer et qu’il veut tout arrêter.

C’est toutefois déjà trop tard quand tous les hommes disparaissent du champ de bataille : il se retrouve à apercevoir le cadavre d’Asalah. Triste. Nous assistons ensuite à son enterrement, et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il l’a bien laissé tomber, là. Elle s’est fait tuer par les talibans, hein, mais c’est un peu sa faute tout de même.

Une fois l’enterrement fini, Bryan aperçoit de nouveau Mariel et le contact peut enfin être établi avec celle-ci. Bryan dialogue avec elle, pour comprendre la raison pour laquelle ce débris a décidé de le ramener dans son passé et lui faire vivre tout ça. Elle lui tend la main et… Bryan se réveille d’un nouvel électrochoc.

Il demande aussitôt à voir Mariel, mais celle-ci est morte à son réveil, évidemment. Ce serait trop simple. C’est bien beau, mais ça ne nous dit toujours pas quel est le sérum qu’il prend, tout ça ? Tout ce qu’il raconte à Finola, c’est qu’Asalah avait appris qu’il serait pris en embuscade par les talibans et qu’elle avait eu peur qu’il pense avoir été trahi par elle.

C’est en voulant le prévenir qu’elle s’est fait tuer, comme l’apprendra à Bryan le fameux baba. Bryan explique tout ça à Finola, avant de confirmer que Maddox a sorti Bryan d’une prison où il risquait d’être jugé pour crime de guerre. Bon, nous avons donc des réponses, mais pas celles que j’attendais, et certainement pas toutes.

Bryan finit par expliquer à Finola qu’il pense que les débris vivent au contact des humains le même genre d’expérience qu’eux vivent au contact des débris. Et Finola est plutôt d’accord avec lui. Il ne lui dit toujours pas tout pour autant : sa dernière scène le voit parler avec Maddox des doses qu’il prend et qui sont désormais doublées.

Maddox remarque que Bryan est le seul qu’un débris a spécifiquement recherché, et il ne veut pas que cette expérience se reproduise un jour. Je sens qu’on est à la surface d’un complot plus grand, c’est tellement frustrant de ne pas avoir les réponses ! Et la dernière scène de l’épisode m’a laissé… perplexe, avec une sorte de conte où l’on voit un grand-père répartir quatre types de métaux aux quatre points cardinaux. Là, clairement, je n’ai rien compris, et ça me fait un deuxième point du Bingo Séries après le débris désactivé (dead) du milieu d’épisode.

Le générique de fin continue lui aussi d’être très intriguant – il s’agit toujours d’échanges radios, qu’il va falloir que je reprenne tous un jour. Cette fois, on nous annonce que Bryan a été retrouvé, suivi d’un « what the hell happen to these men » ou « this man ». Putain, je veux savoir moi aussi ! De même que je me demande ce que continenent les Laghari files reçus par Finola en fin d’épisode.

 

2 commentaires sur « Debris – S01E11 »

  1. C’est vrai que la partie Afghanistan n’était pas la plus passionnante mais je la pense nécessaire pour comprendre ce qu’il se passe avec Bryan. Pendant tout l’épisode j’ai pensé qu’Asalah allait le trahir à la fin pour sauver son grand-père, mais bon, je dois être un peu tordue car ce n’était pas le cas. Je trouve les messages audio pendant le générique de fin toujours très intrigants. J’espère qu’on aura le fin mot de l’histoire avant la fin de saison… Et ça dit bien « these men ».

    J'aime

    1. Il faudrait que je réécoute tous les génériques de fin… mais bon, faut déjà que je me trouve le courage de terminer la série maintenant. 😦

      J'aime

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.