Riverdale – S05E03

Épisode 3 – Graduation – 12/20
La fin d’une ère de drames est arrivée ! Sympathique fin de saison 4 pour la série qui ne parvient absolument pas à trouver son équilibre entre nostalgie et avancée de l’intrigue. Comme d’habitude, tout semble rushé après une attente interminable et le mot que j’ai le plus utilisé dans la critique est : ridicule. Je n’attendais pas autre chose de cet épisode, de toute manière, mais ça me donne encore plus envie d’arrêter définitivement la série. Ce que je ne ferai pas, let’s go saisons 5 et 6 maintenant. Oh boy.

Spoilers

C’est le dernier jour de lycée, celui de toutes les décisions radicales.


Are we just doomed to be haunted by this town for the rest of our lives ?

Ce début d’épisode sent bon la fin de saison alors même que nous sommes au début, merci le covid. Cela sent bon la connerie aussi : Jug nous fait un petit récap des plus gros psychopathes de la série, laissant de côté Edgard mais ajoutant Jellybean à la liste – oui, il compare sa petite sœur à la Cagoule Noire. Elle n’a absolument rien fait, sérieusement, c’est ridicule.

Tout aussi ridicule est la suite de cet épisode et nous n’en sommes qu’à moins de trois minutes : FP décide de se barrer avec sa fille à Toledo pour l’éloigner de Riverdale, mais pas avant d’avoir remis la main sur tous ses complices. Pour cela, il a besoin qu’Hiram abandonne son poste de shérif (et apparemment il le fait sans opposer de résistance ?) et qu’Archie lui ouvre sa salle de gym où se planquent les complices.

  1. Comme d’habitude, la série décide de nous débarrasser d’une intrigue en deux scènes et on peut ainsi enchaîner sur une toute autre ambiance : la nostalgie des départs et des fins. Il s’agit en effet du dernier jour de lycée de tous nos héros, et chacun se prépare en étant hanté par la ville. Jug et Betty se contentent de réfléchir à tout ça, mais Archie est hanté par un rêve de son père qui ne pensait pas vivre pour voir ce jour où son fils obtient son diplôme (outch… bonne utilisation de cette scène en vrai, mais ça fait mal comme l’acteur est mort) et Cheryl l’est par le souvenir de son frère.

Veronica ? Elle se rappelle le tout début de la série, où elle promettait de rester du côté de son père quoiqu’il arrive. Bon, les choses ont un peu changé en cours de route, forcément. On en arrive alors à la fin des cours et, pour le dernier jour, on a droit à l’ouverture d’une capsule temporelle datant de 1945. Il semble assez clair que le but est de faire un peu d’humour et d’avoir la tristesse et nostalgie d’une fin de lycée.

C’est plutôt chouette avec aussi des livres-photos pour se souvenir du lycée et des meurtres – chouette. On enchaîne vite toutefois sur Archie qui apprend qu’il va devoir redoubler. Il préfère toutefois mentir à tout le monde et dire qu’il passera l’été au lycée. Ceci étant réglé, on peut dire adieu au lycée de la meilleure des manières pour cette série, c’est-à-dire de manière absolument pas crédible avec tous les étudiants bien silencieux lors de la dernière minute de cours.

Jamais ça ne peut se passer comme ça, franchement. Les cris de joie à la sonnerie ? Tiennent-ils vraiment jusqu’à la sonnerie ? Ils s’embrassent en tout cas de joie – histoire de nous rappeler que Kevin finit en couple, contrairement à Archie et Veronica. C’est vrai que je n’aurais pas parié là-dessus si on m’avait demandé avant… mais pas de quoi s’inquiéter tout de même : on a une scène avec un Archie à moitié à poil en train de se réconcilier avec Veronica.

Plutôt que de réconciliations, je pense plutôt qu’il faut voir ça comme un adieu. Rien de tel qu’un dernier baiser et un moment au lit pour se dire au revoir, après tout. Et ceci étant fait, il faut envisager le futur de nos héros à présent : Archie continue de mentir sur son avenir proche alors que Jug envisage de partir à Toledo finalement.

La série semble avoir du mal toutefois à équilibrer la balance entre passé et avenir – et puis, Toni qui fait la fierté de sa grand-mère ou Archie en tenue de diplômé, qu’est-ce qui est le plus ridicule et le moins crédible ? J’en suis arrivé à espérer un autre meurtre pour la cérémonie de remise de diplôme – où Toni est habillée en rouge, comme promis, même si c’est la seule. À défaut d’un meurtre, on a droit au discours de Betty, tout aussi plein de nostalgie et de tristesse d’une période qui précède « l’ère de drame ». Putain, meuf, ton lycée n’a duré que trois ans, hein.

Allez, hop, les scénaristes peuvent cocher une case de plus dans les choses très attendues d’une fin de lycée. On enchaîne avec la remise de diplômes pour tous nos étudiants, et ça me fait toujours autant rire de voir des ados de 30 ans être fiers d’avoir le bac, hein. Après ne mentons pas, le casting est plein de gens très beaux, du côté des enfants comme des parents, alors le petit montage musical fonctionne plutôt pas mal – en plus, c’est Archie qui nous fait une petite chanson. Archie ? Il reçoit une enveloppe vide et sans diplôme… mais pourquoi reçoit-il quelque chose franchement ?

Qu’il soit là, OK, mais qu’il monte sur scène et soit pris en photo, c’est ridicule. C’est un mot qui n’est pas assez fort pour cette série de toute manière, et je dois dire que j’étais mort de rire à la fin de la scène quand il voit les quatre soldats de 1945 au fond du gymnase s’en aller dans une vibe très YMCA. On se marre bien avec cette série de toute manière… Et il n’en faut pas plus pour qu’Archie se décide à rejoindre l’armée. Après la prison, il fallait bien sécuriser une autre case du bingo fantasme chelou des scénaristes.

Au rang des intrigues à boucler, il y a aussi la mère de Cheryl, encore et toujours, qui débarque cette fois-ci pour dire qu’elle est prête à aller en prison. Soit ? Je ne vois pas bien l’intérêt, mais eh, si ça fait plaisir aux scénaristes, tant mieux. Alice et FP ? Ils finissent en couple eux aussi, dans un baiser langoureux absolument pas crédible juste avant le départ de FP. Celui-ci renfile sa veste de serpent avant de partir avec Jellybean qui n’a pas une réplique de l’épisode. Elle semble OK avec la décision de son père ? Tu parles d’une ado.

En parlant d’ado, justement, Veronica cède ses parts de Pop’s à Pop. Les scénaristes arrêtent vraiment d’essayer d’avoir la moindre once de cohérence, c’est beau. Au passage, elle récupère tout de même un menu de chez Pop’s pour la capsule temporelle de cette promo de Riverdale. Eh, j’imagine que le but est de faire un goodie à vendre méga cher : la capsule contient plein d’objets collector après tout. Il est même fait référence aux Pussycat et à Josie. Putain, mais on a tous oublié Josie en quatre saison ! Après, ce n’est pas forcément le plus drôle hein ! Jug met un bonnet et Archie un marteau de son père ? Quel putain de rapport avec le lycée ?

Je les imagine bien cinquante plus tard ouvrir la boîte et se dire que vraiment, il n’y a que de la merde dedans. La veste en cuir peut être cool à la rigueur. Tout ça se termine par une petite soirée bière sur les gradins du lycée pour se promettre de se retrouver un an plus tard. Enfin, s’il peut : il s’est inscrit à l’armée et part dès le lendemain matin, hein.

Veronica en profite pour ne pas le soutenir et rompre une fois de plus – même si c’est implicite – parce que bon, le pays est en guerre et qu’il y a des moyens plus simples d’obtenir son diplôme, franchement. Tout ça interroge Jug sur les tensions existant entre Veronica et Archie… Alors Betty se met à culpabiliser d’un coup mais promettre que ça fait quelques temps que ça arrive. Elle balance donc à Jug tout ce qu’il s’est passé et il lui pardonne bien vite son petit baiser, préférant ben… baiser. Pardon, le jeu de mots était trop simple.

Cela dit, au rang des ruptures et sans crier gare, Cheryl annonce aussi à sa copine qu’elle ne veut plus aller à la fac avec elle. À la place, elle reste à Riverdale pour « réparer les dégâts » et ne pas forcer Toni à choisir entre elle et sa famille. C’est ridicule. Pardon, je l’ai encore écrit. Je devrais me défier de faire une critique de la série sans ce mot.

En attendant, je peux continuer de dire que cet épisode était pas mal ridicule, avec la mère d’Archie qui semble n’en avoir rien à foutre que son fils parte à l’armée avec sa veste de lycéen. RIDICULE BORDEL. Elle semble même fière, alors qu’il prend une décision radicale sur un coup de tête. Le voilà donc qui s’en va en compagnie de Jug qui n’a plus de bonnet. Plus de bonnet et plus d’honneur, aussi, parce qu’il s’en fout de savoir que son meilleur ami a embrassé sa copine.

Bon, ben écoutez, OK, si vous voulez hein ; il n’y avait plus le temps de gérer ce drama de toute manière. Jug pardonne Archie, Veronica pardonne Betty, et hop. Hop, on peut finir cet épisode sur Archie qui monte dans son bus et Veronica qui regrette de ne pas l’avoir serré une dernière fois dans ses bras.

Il n’en faut pas plus pour qu’on nous sorte une vieille voiture d’absolument nulle part pour que Betty puisse emmener Veronica à la poursuite de son copain qui était en plein trip flashbacks (allez, je me compte les deux scènes où il est torse nu). Contre toute attente, la voiture rattrape le bus et chacun peut se dire au revoir. Je veux dire, Archie arrive même à faire en sorte que le bus se gare pour qu’il dise au revoir à tout le monde. Il finit ainsi en couple avec Veronica – et tant pis pour la crédibilité où la sécurité routière (pas de ceinture, un parking en plein milieu de la route, des adieux au beau milieu d’une route… et le tout devant le panneau Riverdale).

Tout ça a clairement l’impact d’une fin de saison… mais pas encore, eh ! Il reste encore une scène pour Betty et sa grand-mère qui reviennent au manoir Blossom ou une petite voix off pour Jug. Il est temps de passer aux adieux des autres héros : Veronica part ainsi en vacances avec sa mère, alors que Betty fait un roadtrip avec la sienne avant de partir à la fac. De toute manière, son mec et elle, ce n’est plus la folie des débuts, hein.

Une distance s’installe entre eux, et Jug n’en a rien à faire que sa copine se barre, préférant qu’elle se concentre sur Yale. Il est très clair que c’est une rupture douce-amère entre eux, et ça force Jug à déménager de chez Betty… pour aller se mettre dans la maison vide d’Archie. Que fait sa mère ? On ne saura jamais. J’imagine qu’elle est partie chez sa copine ?

Le problème d’une maison vide ? Ben, l’électricité est coupée ; puis le gaz. Pas comme dans le bunker perdu au milieu de la forêt ???? C’est là que Jug s’installe jusqu’à la fin août où il se fait un dernier moment chez Pops à se demander si un an plus tard, il reviendrait voir tous les autres.

La série nous répond vite à cette question : oui, il revient à Riverdale un an plus tard… mais il est le seul à le faire. J’ai pas mal ri, même si je m’y attendais. En plus, on nous fout un ersatz de Betty et Archie en couple avant que Jug balance qu’il lui aura fallu six ans pour revoir ses amis.

Euh mec, ce ne sont pas des amis si vous n’arrivez pas à vous capter au moins une fois en six ans. Quel foutage de gueule. Un saut temporel, je veux bien ; mais soyez cohérents un peu bordel !

Compteur d’Archie à poil : +3
En comptant les flashbacks, par contre. En tout cas, ça ne fait que conforter l’avance que j’avais sur le pari d’origine.

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.