Riverdale – S05E04

Épisode 4 – Purgatorio – 15/20
Alors attendez, je mets une bonne note, mais rien ne va, hein. C’est juste que le procédé narratif utilisé ici pour relancer la série fonctionne suffisamment pour attirer mon attention bien plus que lors des délires sur la vie de lycéens des personnages menant une vie d’adultes. La série fait table rase de son passé (pour combien de temps ?) et ça lui permet d’emprunter de nouvelles pistes qui me motivent un chouilla plus que les précédentes… Sans grand espoir d’une amélioration à long terme, par contre.

Spoilers

Les héros inséparables et brillants du lycée de Riverdale se sont démerdés pour ne plus se voir pendant sept ans, à l’ère des réseaux sociaux. Quel événement va-t-il bien pouvoir les réunir ? Spoiler : pas le mystère annoncé par Jug dans l’épisode précédent.


Riverdale’s dying and we might be the only ones who can save it.

WTF ? Est-ce qu’Archie est devenu acteur ? Voilà les premières questions que je me suis posé quand j me suis forcé à reprendre, mais… non ? Pfiou. La flemme est totale. Archie est donc un soldat qui imagine le champ de bataille comme un terrain de foot de lycée. Il s’imagine donc sur un terrain de foot lorsque Reggie (est-il devenu soldat ?) se fait tirer dessus et il voit Cheryl après un bombardement. On est loin de ce que la série nous avait promis en fin d’épisode précédent.

C’est particulièrement naze tout ça, et ça finit par Archie faisant ce qu’il peut pour sauver Jug (??) avant de se faire tirer dessus par Hiram. Mais lol. Sept ans dans l’armée et il cauchemarde d’Hiram ? C’est du foutage de gueule. Archie est donc devenu sergent en sept ans, et il se réveille à l’hôpital où il reçoit l’ordre de retourner à Riverdale. Mdr.

Archie en sergent chargé de recruter des lycéens ? C’est une blague ? Non, c’est la nouvelle réalité à laquelle il va falloir se faire. Allez, au moins, ça renverse la tendance : je vais maintenant reprocher à des adultes de se comporter en lycéen, je pense. Et sans la pause entre saison, ça fait étrange ce saut dans le temps – il ne paraît pas beaucoup plus vieux que dans l’épisode précédent, hein. Bon, par contre avec les flashbacks de la saison 1, c’était fou… Mais ils n’en font pas cette fois. Avant de repartir à Riverdale, Archie prend le temps de parler avec Jackson, désormais amputé d’une jambe.

Le type s’en fout apparemment, parce qu’il est surtout content de devoir la vie à Archie. Allons bon. Un vrai héros cet Archichou. Il rentre toutefois à Riverdale pour découvrir que Pop’s existe toujours, même si c’est loin des souvenirs qu’il avait de sa ville. La serveuse est plutôt sympathique avec lui et lui conseille de descendre au Whyte Wyrm s’il veut quelque chose de plus fort. Non, Veronica n’y a plus son speakeasy, mais Toni y est désormais chanteuse de cabaret.

OK ? Est-ce qu’ils vont oser faire un épisode musical sept ans plus tard ? Ce serait rigolo. Kevin semble être là dans le public, mais Archie ne va pas le voir, préférant rattraper le temps perdu avec Toni qui a donc racheté aux Lodge le speakeasy avec les Serpents. NORMAL. Accessoirement, Toni est aussi enceinte. Ils ne savent pas quoi inventer, sérieux, mais ça fait des mystères à résoudre.

Et le mystère principal, c’est la disparition de Pop Tate, apparemment. Pas le temps de s’y attarder cependant : maintenant qu’Archie est revenu à Riverdale, il faut se concentrer sur Betty qui, sans la moindre surprise, est désormais à… Quantico. Yep, notre lycéenne est désormais une recrue du FBI qui parle à un psy (yes, merci pour le Bingo) de sa frustration d’être reléguée aux affaires Cold Case, c’est-à-dire les archives. Non mais attendez avec son profil et ses traumas passés, comment peut-on nous faire croire qu’elle a pu devenir agent du FBI de toute manière ?

Si elle est punie, ce n’est pas pour rien : elle a apparemment fait de la merde sur l’affaire du Tueur aux sacs poubelles. J’adore cette série, putain, ils ne déçoivent jamais. Ai-je vraiment écrit ça ? Lisez toute l’ironie qu’il y a s’il vous plaît !

Après son détour chez le psy, nous suivons donc Betty en réunion avec un certain Glen qui est clairement amoureux d’elle et s’inquiète du traumatisme qu’elle a pu vivre avec le tueur. Quelques flashbacks semblent indiquer qu’elle a fini dans un sous-sol à manquer de mourir, mais bon, tout ce que j’en retiens, c’est qu’elle est en passe de devenir vieille à chat là. Mandarine, mandarine, mandarine, caramel.

Betty se réveille en tout cas en pleine nuit parce qu’elle entend son chat miauler, et elle s’inquiète de ne pas le trouver. Quand elle le retrouve finalement, il est en train de lécher des doigts ensanglantés dans le couloir. Yep, Betty est traumatisée au point de faire des cauchemars bizarres et de voir un tueur la découper à la tronçonneuse. Il faut dire que ça ne fait que deux semaines qu’elle est sortie de sa séquestration… et que le tueur est en liberté depuis.

Elle reçoit alors un appel d’Archie, ce qui la motive aussitôt à retourner à Riverdale. Elle fait ainsi ses adieux à Glen qui est confirmé comme petit ami pour elle. Putain, je la voyais harcelée par son collègue en début d’épisode, tout de même.

Allez, hop, Betty retourne à Riverdale donc on peut désormais se concentrer sur Veronica qui, sept ans plus tard, est devenue Hermione, en fait. Sérieusement. La voilà donc mariée depuis un an avec un certain Chadwick qui veut désormais lui faire des enfants. Loin de son speakeasy et du rhum au sirop d’érable, Veronica a désormais un magasin de bijoux où elle se fait bien du fric.

Le problème, c’est qu’elle n’a rien dit à son mari : plutôt que de bosser au Lacy’s avec Katy comme prévu, elle a donc un business où elle peut prendre plus de risques. Si je le résume autrement, on a quitté Veronica en pleine crise de couple et on la retrouve en pleine crise de couple. Entre temps, elle a changé de mec, par contre, et son mari utilise un accident où ils ont failli mourir pour justifier les problèmes qu’il y a désormais entre eux.

Allez, encore un mystère à élucider pour nous. Je me demande combien de mystères ils oublieront en cours de route durant cette saison. Il faudrait presque que je me fasse une liste… Mais la flemme va l’emporter. Je fais des critiques, c’est déjà pas mal. Si je reprenais la critique, justement ? Veronica a peur de devenir une poule pondeuse, et elle en parle à sa mère qui fait désormais une émission de télévision sur les crimes. Bon dieu, elle s’est transformée en Alice ? Et au passage, elle compare Chadwick à Hiram comme si c’était une bonne chose ?

Une fois de plus, rien ne va dans l’écriture du personnage d’Hermione, même après sept ans. C’est bon de savoir qu’elles sont encore en contact avec sa fille, cependant. Quand elle rentre chez elle, Veronica peut en tout cas être ravie du romantisme de son mari, c’est déjà ça. L’accident ? AHAH. Un hélicoptère qui s’est écrasé sur des vignes. J’en peux plus.

J’aurais aimé voir ça, aussi. En tout cas, les problèmes de Veronica sont loin d’être ceux qu’elle croisait à Riverdale. Pas étonnant qu’elle s’emmerde dans son couple après un lycée pareil. Et quand en plus son mari lui offre un œuf de Glamergé pour sa collection, on voit bien que Veronica s’ennuie de ouf. Elle refile donc l’œuf à une cliente dès le lendemain, avant d’avoir un appel d’Archie qui la perturbe au plus haut point.

Ceci étant fait, on peut en arriver à la réintroduction du personnage de Jug. Et… Bon dieu, les bonnets et vestes en cuir vont vite lui manquer ! Il est un auteur raté, en panne d’inspiration après le succès de son premier roman. On le retrouve donc en peignoir et caleçon, et il sent l’alcool et la transpiration à travers l’écran, tout en étant un acteur hollywoodien incapable de nous faire croire à sa déchéance.

Il est aussi en couple avec Jess, un sacré canon qui l’appelle Jones, mais ça ne dure pas. Les problèmes de fric et les usuriers, ça n’intéresse que moyennement Jones. Elle le plaque le jour où il reçoit un avis d’expulsion, et ça me fait bien rire. Il finit donc dans un bar où il rencontre une fan de son livre, Cora. Et comme elle trouve le livre sexy grâce à Cheryl et Toni, BAM, ils couchent ensemble.

Le lendemain matin, Cora est encore là pour lui emprunter un t-shirt et révéler qu’elle est fan de Jughead au point que ce n’était pas un hasard si elle était dans son bar préféré. Elle couche donc avec lui pour lui demander de lire son roman et le proposer à son agent. Merveilleux. Sans trop de surprise, Jug prend plutôt mal ce qui est en train de se passer, mais il s’y fait malgré tout bien vite quand Cora peut le sauver d’un face à face avec ses usuriers. Soit.

Il accepte donc en retour de lire son roman, mais il le commence à peine qu’il reçoit un appel d’Archie – de quoi lui faire oublier sa promesse à Cora qui reviendra forcément à la charge une semaine plus tard. Et comme ces quatre-là sont les seuls qui comptent pour les scénaristes, il est enfin temps d’en revenir à Riverdale, et tant pis si nous ne savons pas encore ce qu’est devenue Cheryl. En attendant de la revoir, on retrouve ainsi Archie rattrapant le temps perdu avec Kevin, Toni et quelques Serpents. Toni a bossé pour les services sociaux, avant de devenir conseillère d’orientation au lycée.

LOL. Elle ne semble pas trop orientée elle-même pourtant. Elle vit en colocation avec Kevin et Fangs, qui sont toujours en couple par paresse scénaristique, j’imagine. À ce stade, ça ne peut être chose. Je veux dire, Kevin est devenu sans trop de surprise un prof de théâtre du lycée, ce qui veut dire qu’on se retrouve avec trois personnages bossant au lycée de leur ville natale… L’ambition de dingue pour des lycéens qui devaient avoir de brillants avenirs.

Après, les Serpents sont devenus routiers depuis que Toni en a pris le leadership, hein. Cela mène logiquement à aborder ENFIN le cas de Cheryl. Celle-ci n’est plus en couple avec Toni, ce qui est bien dommage, et elle semble être partie en vrille plus vite encore que Pénélope. Elle rejette clairement Toni quand elle la voit. Cela semble la rendre triste, mais ça ne l’empêche pas d’être toujours une femme de poigne.

Yep, elle est capable désormais de rejeter les offres de rachat d’Hiram. Oui, oui, Hiram est toujours dans l’équation à Riverdale, et il a désormais Reggie comme homme de main. Lol. Cependant, refuser les offres d’Hiram, c’est une chose, mais accepter d’être heureuse, c’en est une autre. Ainsi, même si Toni enceinte jusqu’au cou demande à Cheryl de se remettre en couple avec, Cheryl se refuse à elle – malgré l’accord de la famille de Toni.

Cheryl est persuadée d’être frappée d’une malédiction familiale, alors elle refuse de se mettre en couple avec elle, préférant la peindre et lui envoyer le portrait – après en avoir fait une copie. Cela inspire à la grand-mère, toujours en vie oui oui oui, une idée de carrière pour Cheryl, devenue asociale : faire des copies de Rembrandt. Passionnant avenir pour elle.

Pour en revenir à Archie, il reste un peu de temps dans le bar avec Toni, pour appeler tout le monde et pour découvrir que la ville est laissée à l’abandon : Hiram en est propriétaire et s’en fout, le père de Kevin est un shérif qui n’en a plus rien à foutre et se retrouve à bosser seul. Les plus riches ont donc quitté la ville, devenu un vrai ghetto.

Cela ne semble pas inquiéter Toni de se balader dans une ville aussi délabrée en étant enceinte, par contre. La ville est souvent en feu, les bus n’y passent plus, la ville ne fait vraiment pas rêver. Reste à comprendre pourquoi tout finit comme ça : Hiram a envie d’étouffer Riverdale pour rendre son projet immobilier, SoDale, particulièrement attractif pour les riches.

Malgré tout, le lycée n’a pas bougé : il est intact, parce qu’Hiram fait partie du conseil d’administration. Eh, ça tombe bien, faudrait quand même pas avoir à payer des nouveaux décors, hein. C’est déjà dur de devoir refaire les anciens décors, j’imagine. Ainsi, la maison d’Archie, en vente dans le dernier épisode, est toujours à la mère d’Archie finalement. Et elle l’a mis en location à… Aux Monstres, bien évidemment. LOL.

Cela n’a aucun sens, c’est ridicule. Je n’ai pas tenu, il fallait que je l’écrive, impossible de faire autrement. Bon, allez, tout le monde se retrouve finalement chez Pop’s. Le propriétaire en est encore en vie, d’ailleurs, il part juste à la retraite. J’avais déjà oublié qu’il était censé être le mystère expliquant pourquoi Archie téléphonait à tout le monde et pourquoi tout le monde plaquait sa vie pour revenir à Riverdale. C’est donc pour fêter la retraite d’un type qu’ils n’ont plus vu depuis sept ans et qui n’a jamais été une part si importante de leur vie ? En sept ans, ils ont pas été foutus de se téléphoner ou se voir pour des trucs peu importants genre LE MARIAGE DE VERONICA mais le départ à la retraite de Pop, ça les fait tout plaquer ??

Tout ça me fait bien rire en tout cas, parce que Toni, Veronica, Jug, Betty et Archie se retrouvent autour d’une table de Pop’s sept ans après, sans s’être vus entre temps. Le malaise est palpable, mais c’est tout. Qui fait ça ? Pas de « tu m’as manqué », pas de « eh, on n’a pas tenu notre promesse ». Et en même temps, c’est pas si déconnant quand on considère que dans l’épisode précédent, 1945 était 75 ans avant : ils sont la promo de 2020… et sept ans plus tard, Veronica nous affirme que nous sommes en 2021. Dans un monde sans covid, qui plus est. Vraiment, ces scénaristes sont des génies.

Bref, ce n’était plus à prouver de toute manière… Archie a réuni tout le monde afin de leur souligner qu’ils sont désormais les seuls à pouvoir sauver la ville de l’enfer dans lequel elle est tombée. Dingue de se dire qu’on veut nous faire croire que quatre lycéens suffisaient à mettre un terme aux agissements d’Hiram pendant tout leur lycée et qu’à la fin du lycée, tout le monde s’en est foutu totalement de la ville.

Sauvons donc le ghetto de sa pauvreté, mais n’oublions pas que Riverdale reste une ville pleine de problèmes et drames. On finit ce début de saison par une serveuse, Lynette/Squeaky, démissionnant de chez Pop’s pour aller vers San Francisco en faisant du stop et en montant dans un camion de routier avec une tête de mort sur le capot.

Incroyable mais vrai, en voix-off, Jug nous dit alors qu’elle n’atteindra jamais San Francisco. Bizarre, je m’en doutais, je ne sais vraiment pas ce qui a pu me mettre la puce à l’oreille ! Bref, Jug annonçait en fin d’épisode précédent qu’un mystère allait les réunir, mais finalement ce n’est pas le cas : c’est Archie qui les réunit pour le pot de départ en retraire de Pop, quoi. Le mystère va arriver après, et on ne l’a même pas vraiment dans cet épisode.

Ne rien attendre et être quand même déçu, du pur Riverdale.

Compteur d’Archie à poil : Y a pas une de scène et j’ai même oublié l’existence du compteur 😮

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.