Riverdale – S05E05

Épisode 5 – The Homecoming – 14/20
Franchement, j’ai le divertissement que j’attends de cette série avec cette nouvelle intrigue. Pour une fois, ça ne part pas trop dans tous les sens et même si rien ne va, c’est tellement habituel que je n’arrive plus à m’en formaliser. C’est ma comédie depuis un peu plus d’un an, après tout, et j’ai peine à croire que je m’approche du moment où je vais pouvoir me dire à jour !

Spoilers

Archie met au point un plan pour que ses amis l’aident à sauver Riverdale.


Either way it’s time to get creative and bring an old friend out of mothballs

On reprend dans cet épisode où le précédent s’est arrêté, et je suis mort de rire de constater à quel point Toni et Jug sont maltraités par les scénaristes. Sérieusement, c’est la pire déchéance possible là. Si on reprend où on s’est arrêté, les scénaristes n’ont rien de plus à nous raconter, alors on arrive vite à des retrouvailles entre Betty et Jug. Il faut bien nous expliquer comment ce couple s’est perdu de vue, à se rejeter la faute parce qu’ils n’ont juste pas gardé le contact dans les moments importants.

Euh… OK ? Un couple, ce n’est pas vraiment ça. Veronica doit le savoir puisqu’elle est mariée à la copie conforme de son père (mais quelle tristesse). C’est évidemment de ça qu’il est question quand elle parle avec Archie, parce que oui, elle rentre à pied avec lui. Qu’est-ce qu’ils foutent tous à pied dans une ville devenue un ghetto, sérieusement ?

Il y a quelques alarmes au loin, mais ça ne semble inquiéter personne. Où vont-ils dormir ? Archie, a priori, dans sa salle de sport. Betty, chez sa mère, qui vit désormais avec Polly et les jumeaux dans la même maison qu’avant. Pourtant, les voisins, ça ne doit pas donner envie de rester. Quant aux jumeaux, ils ont donc 8 ans si je calcule bien, mais Alice se comporte comme si elle s’occupait de bébés. Ah, Veronica reprend l’appartement familial (pourquoi personne ne le loue ? C’était pas censé être un hôtel ?) et enfin Jug dort dans le bunker, encore.

Le lendemain, Betty retourne dans les locaux de Charlie pour on ne sait quelle raison, avec Kevin, pour on ne sait quelle raison non plus, et retrouve les enregistrements audio des appels téléphoniques d’il y a sept ans. Pour on ne sait quelle raison.

De son côté, Veronica découvre qu’Hiram a géré la ville comme de la merde en son absence – ça alors ! – alors que Jug se rend compte que son livre a été très mal pris par les Serpents. Comme c’est étonnant, son ancien gang n’apprécie pas d’avoir ses codes et secrets révélés dans un bouquin de merde ? Vraiment, je ne comprends pas, c’est super étonnant et imprévisible ! Personne ne veut aider Jug à écrire, ça alors. Il se retrouve tout de même à essayer d’écrire chez Pop, quitte à fantasmer sur Tabitha – qui doit être de la famille de Pop comme elle a son nom de famille.

Il est rapidement révélé qu’elle est sa petite fille et qu’elle n’est pas aussi généreuse que son grand-père. En même temps, je ne comprends pas trop ce qu’il fout là – les Serpents passent par là tout le temps, c’est risqué. Il n’y a pas que les Serpents d’ailleurs, il y a aussi Hiram qui vient proposer un nouveau poste mieux placé à Toni.

Elle refuse, mais bon, je la comprends… Quand on la voit au lycée, elle est carrément en train de jouer les principales à la place du principal (toujours le même oui) lors d’un conseil d’administration ridicule. Bim, j’ai utilisé encore ce mot, désolé… Mais bon, Kevin qui enseigne cinq matières, laissez-moi rire. Laissez-moi rire aussi de voir Betty et Archie se rapprocher pour espionner les Monstres ou Archie demander au père de Kevin où est le reste de son équipe au commissariat alors que Toni a déjà dit qu’il bossait seul dans l’épisode précédent. J’ai tellement ri de cette merde que j’en ai oublié de suivre la scène.

Anyway, on enchaîne sur Veronica qui veut recommencer sa vie sur la côte Ouest, mais qui se rend compte que ses cartes bleues ne fonctionnent plus. Pff. Un coup de fil à son mari ne lui permet pas d’en apprendre plus, alors que Smithers (j’étais sûr qu’il était mort ??) lui apprend qu’elle est surveillée. Comme elle est incapable de faire la différence entre son père et son mari, la voilà qui ressort son immonde perruque blonde. Je l’ai vue venir à des kilomètres, mais j’ai quand même ri.

Elle s’en sert pour s’acheter un flingue, alors que Betty utilise le sien pour manquer de tuer Polly très clairement en train de mener une vie de prostituée. Enfin, qui suis-je pour juger cette famille, après tout ? Polly travaille officiellement dans une boîte de nuit peu recommandable – tellement peu recommandable que ça fait la Une des journaux pour pourrir un peu plus la réputation du lycée. C’est en tout cas ce que pense Toni.

De son côté, Archie continue d’appeler ses anciens amis pour les faire chier un à un. Il demande donc à Jug d’écrire un discours pour Pop – alors que le type est incapable d’écrire plus que « chapitre un » sur son ordinateur, puis à Reggie de venir vérifier s’il n’y a pas de la drogue dans son ancienne maison. Il sait que oui pour l’avoir surveillée la veille avec Betty, mais rien n’est trouvé au moment de fouiller la maison. Pour quelle raison la fouille-t-il ? D’où Reggie a ce pouvoir ? On s’en fout je crois. Le but est juste de voir que Polly traine avec les Monstres.

Betty est choquée de l’apprendre, alors elle lance un raid mi-FBI (pour quelle raison putain ???), mi-Serpents (D’où acceptent-ils de bosser avec le FBI ??) auquel se joint Archie et… pfiou. La scène d’action est ridicule. Elle nous rapproche encore Archie et Betty, en plus, alors que le jingle-jangle fait son retour pour que les Monstres finissent en prison.

Sans surprise, Betty (pardon, l’agent Cooper) apprend ensuite que Polly ne bosse plus dans sa boîte de nuit. Vraiment, je suis surpris. Et cette connasse de Betty fait quoi ? Elle confronte sa sœur devant sa mère et les jumeaux. Enfin devant les jumeaux… On les voit à peine, ils font de la figuration à ce stade et ne réagissent même pas quand on dit que leur mère fait le tapin. Soit.

Pour se remettre de la dispute qui suit avec Polly, Betty ne trouve rien de mieux à faire que d’aller dans la maison d’en face pour aider Archie à faire le ménage. C’est encore sa maison après tout – ou plutôt celle de sa mère. Pfiou. On les retrouve tout plein de sueur et… bam, il n’en faut pas plus pour qu’ils prennent une douche ensemble. Da hell ?

C’est hyper sexuel d’un coup entre eux, sans qu’on ne sache bien pourquoi ou comment. On finit sous la douche alors même qu’Archie voulait proposer à Jug et Veronica de trainer avec eux le soir ? Et… Bon… Ont-ils vraiment des capotes ? Apparemment, on s’en fout, l’essentiel dans la scène qui suit est de nous rappeler qu’ils évacuent juste une tension sexuelle, que Veronica est mariée et Jug plus avec Betty depuis sept ans. Ou une semaine pour les fans, mais qui compte ? Pas les scénaristes, puisque 2020+7 font 2021.

Quant à Reggie, il a une journée chargée parce que Veronica veut ensuite lui acheter une voiture. Ils sont dans un abus total : aucune vraie scène de retrouvailles n’est proposée… Je sais pas : ils sont ex ? Et là, Reggie propose à Veronica de contacter son père ? C’est ridicule. Oui, encore ce mot, je sais. Je n’y peux rien, moi.

Le pire, c’est encore que Veronica retourne voir son père. Celui-ci lui a reproché de ne pas être là au mariage, mais elle est heureuse de pouvoir compter sur lui pour faire en sorte que son mari arrête de la surveiller ?? Alors qu’elle a tiré dans les pneus du type qui la surveillait ?? Elle demande de l’aide à Hiram ? WHAT THE FUCK ?

Je suis bien heureux de le voir lui dire non. Il est un peu temps que quelqu’un explique à cette adolescente comment fonctionne la vie… même si bon, elle n’est plus officiellement adolescente et que ça n’a AUCUN sens. Comme d’hab. On se marre quand même, on va dire, parce que c’était agréable de voir Veronica supplier son père en vain.

On enchaîne avec les usuriers de Jug qui parviennent à le retrouver et avec le personnage de Tabitha qui devient encore plus géniale à le couvrir, puis à l’embaucher comme serveur. Eh, j’ai besoin de personnages que je peux apprécier, et ce ne sont pas les anciens qui peuvent permettre ça, surtout que Cheryl est encore très absente de cet épisode.

Et puis, allez savoir, peut-être que ça finira par me faire apprécier Jug aussi. Ce n’est pas gagné, par contre, parce que pour régler ses problèmes avec son éditeur, Jug lui envoie ensuite son hommage au départ à la retraite de Pop. L’hommage est tout naze en plus ! Toni en profite pour tenter de faire de la politique avec Cheryl, espérant qu’elle puisse payer le lycée.

Ah oui, la guerre contre Hiram n’est pas terminée : Toni découvre qu’il a pour but de dissoudre définitivement Riverdale au prochain conseil municipal… Pas gagné en théorie, mais sur le point de se faire quand même. Pas étonnant que Toni fasse du chantage affectif à Cheryl pour avoir l’argent, quoi… Reste à trouver des professeurs pour sauver le lycée, mais la série a sa petite idée en tête pour ça.

Je n’étais pas prêt, même si je le voyais venir à des kilomètres l’Archiechou. Nous y voilà donc : il propose à Betty, Jug et Veronica de devenir des profs du lycée, pour au moins un mois ou deux. Cela n’a probablement aucun sens d’un point de vue politique américaine, mais je n’ai même pas envie d’aller chercher comment fonctionne leur système pour voir à quel point c’est naze.

Même pas besoin non plus. Pour Jug, admettons – ça lui fait deux nouveaux jobs en un épisode, en plus de celui d’auteur, mais on a l’habitude avec cette série. Pour Veronica, c’est ridicule alors qu’elle se fait une fortune ailleurs. Pour Betty, c’est juste du foutage de gueule. Quantico peut attendre ? Je suis sûr que le FBI recrute comme ça, oui.

En tout cas, le lycée de Riverdale devient un lycée privé et gratuit avec des anciens élèves comme profs. Cela fait chier Hiram, surtout que notre quatuor a quand même un bon CV si on en croit Toni, mais ça ne l’empêche pas de se démerder pour dissoudre la ville avec un vote apparemment à la majorité – merci Reggie de voter pour la fin de la ville que tu adorais ???

La scène va tellement vite que je me suis demandé si je n’avais pas mis l’épisode en accéléré, mais non. Hiram sait juste compter très, très vite. Pas comme les scénaristes. Elle était trop simple, celle-ci. En parlant de simplicité, il est évident que Jug arrive à convaincre sans mal son éditeur que le récit sur Pop est génial. Le voilà donc qui lui demande d’écrire un bouquin sur les petites villes mourant et sur les habitants vivant des vies misérables sur place.

La bonne blague. Il apprend tout ça au téléphone pendant qu’il travaille, mais sa patronne semble s’en contrecarrer – jusqu’à ce qu’elle voie le résultat un jour ou l’autre, j’imagine. En attendant, Jug prend la décision d’emménager chez Archie et d’être son colocataire. Du côté de Veronica, il est temps pour elle de se confronter à son mari et de lui dire de débloquer les comptes en banque, sinon elle ne sera pas contente du tout. En gros.

Quant au cliffhanger, il voit Betty s’inquiéter pour Polly qui ne rentre plus à la maison suite à la petite dispute toute naze du milieu d’épisode. Il faut dire que Polly est occupée à courir alors qu’un camion met trois plombes à essayer de la rattraper. Oui, le même camion que dans l’épisode précédent, évidemment.

Compteur d’Archie à poil : +2
Les scènes s’enchaînent, mais ce ne sont pas les mêmes. On est parti pour un petit Betty/Archie, même s’ils ne sont qu’amis.

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.