In the Dark – S03E12

Épisode 12 – Do You Hear What I Hear ? – 15/20
La crédibilité de cette saison est vraiment à revoir, mais je reconnais que tout ça forme une histoire vraiment prenante et intéressante. Par contre, j’ai du mal à me faire à l’idée que la fin de saison approche : ça a été interminable d’en arriver là ; maintenant, ça va me frustrer que ça se termine bien vite alors qu’on pourrait avoir d’autres rebondissements, enfin !

Spoilers

Le 24 décembre, Murphy poursuit avec bien trop de succès son enquête.

Well maybe you should just go kill yourself

Ah ouais. L’épisode reprend sans le moindre résumé, c’est un peu abusé. Ce n’est pas comme si j’avais vu beaucoup d’autres séries depuis le dernier épisode vu, mais tout de même, la vie est remplie pendant une semaine, hein. Et là, ça fait une semaine et demi, hein, et Facebook est mort, et Whatsapp aussi, et Insta aussi. BREF.

C’est pas le sujet. Le sujet, c’est que la meilleure amie de Jennifer Walker a gardé bien des secrets pendant tout ce temps. On commence ainsi par la révélation qu’elle s’est bien disputée avec sa meilleure amie le jour de sa disparition, à propos de son petit-ami imaginaire et plus âgé dont Murphy dé couvre bien vite l’identité : il s’agirait selon elle de l’oncle de Jennifer.

Ce qui est frustrant, c’est que ce sera probablement vrai alors que bon, des personnes plus âgées qui ont des Rubik’s Cube, il doit quand même y en avoir des dizaines dans un rayon de dix kilomètres autour de Jennifer, hein. Enfin, de son ancienne adresse.

Ni une, ni deux, Murphy retourne aussitôt chez l’oncle pour le confronter sur ce qu’elle pense avoir découvert. Soit. Bon, Murphy est quelque peu dans l’abus, à prétendre vouloir s’excuser auprès de l’oncle d’avoir parlé de Jennifer, quand elle confie à sa Jess imaginaire qu’elle espère vraiment la retrouver en remontant la piste de la disparition de Jess. J’ai bien des doutes, là, franchement, et Murphy finit par stresser quand elle pense entendre un coup sourd qui ne peut être que Jess dans sa tête. Mouais.

Après, j’ai pris son regard pour du stress, mais en vrai, elle boit le thé que le type lui apporte, alors elle ne doit pas tellement être stressée. Je ne sais pas, tu soupçonnes un type d’être assez dingue pour être encore à la recherche de Jennifer des années après sa disparition, tu évites de boire ce qu’il te donne.

C’est n’importe quoi ! Elle se démerde ensuite pour convaincre le tueur de l’emmener dans un magasin où elle aurait oublié son téléphone. Bordel, pourquoi tous les mecs de la vie de Murphy se laissent-ils si facilement manipuler par elle ? C’est quand même dingue, ils le font TOUS. Je veux bien que les gens soient sympathiques avec les non-voyants, mais il y a des limites tout de même.

Et bien sûr, une fois dans le magasin, l’oncle en profite pour acheter des tampons. J’y crois moyennement : c’est la pire des idées de faire ça alors qu’il y a une aveugle avec toi, parce que le caissier peut largement et facilement faire une réflexion, franchement.

Bon, le caissier est finalement une caissière, mais ça ne change rien. Ce qui se passe est d’ailleurs bien moins crédible : Murphy s’arrange pour récupérer les clés du meurtrier qu’il oublie sur le comptoir quand elle lui demande d’aller chercher de la bouffe pour le chien. Tout cela n’a pas trop de sens, honnêtement.

En plus, Murphy parvient à disparaître assez vite du parking avant que le type ne revienne : elle demande à être ramenée chez elle à la première passante qui passe… et qui accepte aussitôt de le faire. C’est gros, mais bon, les chants de Noël aident à faire passer la pilule on va dire. C’est au son d’un chant de Noël qu’on voit donc Murphy se débrouiller pour trouver un moyen de rentrer dans la maison. Le suspense dure bien trop longtemps, avec en plus le problème que l’oncle ne met pas longtemps à rentrer chez lui grâce à un uber. Soit.

Murphy est persuadée qu’elle va retrouver Jess dans la cave du type… Pourtant, on devine assez vite qu’il s’agit non pas de Jess dans le sous-sol, mais de Jennifer. Et celle-ci est terrifiée de voir Murphy. Après dix ans bloquée dans le sous-sol, on peut comprendre sa peur – et son syndrome de Stockholm. Plutôt que d’utiliser son téléphone pour appeler les flics, que fait Murphy ? Elle prend le temps de papoter avec Jennifer – et les scénaristes prennent le temps de nous montrer que Murphy avait raison depuis le départ. Tss.

Celle-ci raconte donc tout ce qu’il s’est passé et, contre toute attente, on découvre que les images en noir et blanc étaient des flashbacks. Bon, ça ne nous aide pas à savoir où est Jess tout ça, mais c’est rassurant car au moins, on apprend qu’elle n’est pas morte à coup de pelles dans un champ désert. Non, ça, c’était Jennifer qui se prenait un coup de pelle de la part de son copain. Elle l’avait menacée de dire toute la vérité sur leur relation, et ça le faisait flipper.

Le problème, c’est qu’après tout ça, il a sauvé Jennifer et s’est arrangé pour la garder bien discrètement chez lui pendant des mois. Et des années. Bim. De retour dans le présent, Murphy est rapidement confrontée à l’oncle, qui avait bien sûr une clé de sécurité de la cellule de celle qu’il assure aimer.

Il assure aussi avoir toutes les informations nécessaires pour retrouver Jess : ayant vu le nom de Jennifer apparaître à l’hôpital, il a engagé un détective privé » pour retrouver celle qui se faisait passer pour la femme de sa vie C’est plutôt logique, mais j’ai du mal à être sûr que tout ça soit vrai.

Bizarrement, Murphy lui fait pourtant confiance. L’histoire qu’il raconte se tient, mais tout de même, lui faire confiance comme ça, je ne sais pas, c’est gros. Elle lui demande de l’emmener auprès de Jess, qui serait donc en vacances pépère depuis tout ce temps ?, puis de l’emmener au Canada. Rien que ça.

Comme Murphy a toujours raison dans tout ce qu’elle fait et qui défie la logique ou la crédibilité élémentaire, les scénaristes lui donnent bien évidemment raison : l’oncle l’amène bel et bien auprès de Jess, travaillant dans un magasin pour chien, avec un nouveau nom, mais toujours des papiers de Jennifer… Ah, Jess ! J’ai vraiment hâte de la retrouver la semaine prochaine, mais je sens que ça va encore partir en dispute entre les amies. Honnêtement, elle ne paraît pas vraiment ravie d’être face à Murphy. Et surtout, il va falloir qu’elle explique pourquoi elle a fait le choix de ne plus la rappeler.

Du côté de Felix et Max, on n’avance pas trop sur le fil rouge, mais la relation entre Max et Leslie se développe de belle manière en cette veille de Noël. J’ai l’impression que la saison n’en finit plus de nous parler de Noël, ou qu’elle n’en finit pas plus tout court.

Après, Lesley est assez conne pour demander à Felix de sortir les poubelles. Bien sûr qu’il remarque aussitôt les traces de chien dans la neige.  Ah, Pretzel ! Évidemment que le passage de Murphy la veille est suffisant pour avoir laissé des empreintes dans la neige, empreintes qui n’ont pas bougé depuis, parce que le vent n’existe pas… et pour attirer les soupçons de Felix quand Lesley lui dit qu’il a dû oublier de bien les balayer. C’est un peu ridicule qu’elle puisse envisager qu’il croirait un truc pareil, mais c’est encore pire quand ça dérape ensuite.

En effet, les scénaristes nous font croire que la sœur a une caméra de tellement bonne qualité qu’elle enregistre absolument tout ce qu’il se passe devant la porte de la maison. C’est gros, parce qu’il y a la vidéo ET le son. Il n’en faut pas plus pour que Felix voit tout ça sur le portable de sa sœur. L’avantage, c’est que ça permet d’enfin avancer dans cette intrigue. Ainsi, Felix confronte sa sœur qui passe le meilleur des Noël entre son frère qui est légitimement énervé de voir sa sœur lui mentir comme ça et Max qui est énervé de découvrir que Felix a couché avec Murphy, même s’il prétend le contraire et assure que c’est juste le problème de savoir Murphy dans la rue qui l’inquiète. Genre.

Lesley a de bons arguments hein, mais tout de même, elle est totalement dans l’abus et tout le monde le sait. Et alors que Max assure la comprendre, Lesley en rajoute une couhce pour se dédouaner… Ce qui à mes yeux empire la situation plutôt que de l’améliorer. C’est bon, t’es une connasse, on a compris, arrête de faire genre que t’es une grande sœur aimante qui veut protéger son frère. Je l’aime bien Lesley en théorie, mais là… Bon, il s’est passé quoi dans l’écriture des personnages de cette saison ? Et est-ce que Lesley sortira un jour de cette maison ? Et se rendra-t-elle compte un jour que son pistolet a disparu ?

En vrai, il suffisait que j’y pense pour que les scénaristes s’en souviennent, apparemment. Au commissariat, nos flics profitent de ce 24 décembre pour travailler. Cela n’arrange pas tellement Sarah quand Josh parle à nouveau de Darnell, se disant qu’il est peut-être celui aidant Murphy à se loger.

La veille de Noël pour Sarah n’est pas meilleure que celle de Lesley après. En effet, Gene se rend compte qu’il y a des caméras devant l’appartement de Darnell : il habite en face d’une banque. Apparemment, la banque eregistre en continu ce qu’elle filme, et ça permet à Josh et Gene de se rendre que Trey et Murphy étaient bien chez Darnell. Et Sarta aussi. Son histoire de chantage ? Elle passe mal quand elle la balance uniquement une fgois grillée.

Difficile de la croire otage dans ces conditions, c’est vrai… Mais j’ai trouvé ça super triste de voir Gene lui retirer toute sa confiance et ne même pas essayer d’écouter ce qu’elle avait à lui dire. Si ce n’est pas un super Noël pour Sarah, ça l’est en tout cas pour Gene qui semble n’en avoir plus rien à foutre de sa subalterne qui l’a rejeté il y a à peine deux jours dans la chronologie de la série : le pistolet de Lesley finit par ENFIN refaire surface, et ça offre une piste bien trop sérieuse pour être mise de côté. Assez vite, Josh et Gene décident de mener une perquisition chez Lesley. L’avantage, c’est que ça leur permet assez rapidement de retrouver Felix et Max. Pas de bol pour eux, ce n’est pas suffisant : le deal qu’ils avaient ne tient plus du tout.

Ben oui, un deal oral, une Jess laissée pour morte, ça fait beaucoup. Evidemment, Lesley prend aussitôt la défense de Felix et Max. Malheureusement, ce n’est pas tout à fait suffisant pour stopper la stupidité de Felix : il décide de s’accuser du meurtre de Nia pour laisser Murphy en paix.

Arrêté rapidement, Felix part donc avec les flics, et ça laisse Lesley beaucoup trop énervée pour qu’elle ne fasse rien. Elle décide donc de venir en aide à son frère. En plein réveillon de Noël, elle et Max se démerdent donc, sans la moindre crédibilité, pour retourner dans le bar où Felix et Max étaient prisonniers pendant le meurtre de Nia.

Une nouvelle caméra de vidéosurveillance au top de la qualité permet à Lesley d’innocenter rapidement son frère. Beaucoup trop rapidement. Celui-ci est toutefois assez stupide pour continuer de s’attirer des ennuis : quand Gene l’interroge sur Murphy en lui montrant la vidéo HD 4k prouvant qu’il n’est pas coupable du meurtre de Nia, Felix refuse de coopérer. Il se fait arrêter pour obstruction de justice – mais bon, ce n’est pas non plus comme s’il avait grand-chose à raconter sur le lieu où se trouve Murphy.

Il restera aussi coupable d’avoir aidé Murphy et Jess à enterrer le corps… Bordel, ne pouvaient-ils pas tout simplement clamer la légitime défense dès le départ ? Et la crise d’angoisse de Max quand il voit la vidéo là, c’est juste ses sentiments pour Murphy, ou c’est autre chose ? Je n’ai pas trop compris cette partie de l’histoire, surtout si c’était juste pour réaffirmer qu’il forme un beau couple avec Lesley. Leur relation est sympathique, mais ils se connaissent depuis moins d’une semaine et ont déjà une relation avec des engueulades et des affaires de meurtre sordide, sans compter l’ex qui a été hébergée dans la même maison ou le frère qui se fait arrêter.

Jamais de la vie ça tient. Jamais de la vie les flics laissent Lesley si tranquille alors que son pistolet est retrouvé à proximité d’un cadavre – surtout que les balles de son flingue ont bien dû être retrouvées dans la maison du dealer ?

2 commentaires sur « In the Dark – S03E12 »

  1. Bon franchement y a rien de crédible dans cette saison mais je dois dire que c’est plutôt bien amené quand même. Quand on voit le sang dans la chambre d’hôpital de Jess j’ai vraiment cru qu’elle avait maquillé son enlèvement pour se barrer et refaire sa vie mais les flashbacks que j’ai pris pour des flashforwards on assez bien embrouillé mes idées pour que je crois que c’était Jess. Je trouvais quand même depuis 2 épisodes que ça n’avait aucun sens que quelqu’un la kidnappe sans se rendre compte qu’elle n’était pas vraiment Jenny mais bon …

    J'aime

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.