Station 19 – S05E04


Épisode 4 – 100% or Nothing – 15/20
Il y a des personnages secondaires qui sont très efficaces pour faire avancer les intrigues romantiques de la série, et c’est toujours un plaisir de les retrouver. C’est le cas dans cet épisode où j’ai eu l’impression que certaines choses bougeaient enfin, que j’étais à nouveau investi dans 100% des intrigues et que j’appréciais à peu près tout le monde. Il reste dommage que l’écriture soit parfois trop schématique, mais c’est probablement parce que je suis trop habitué à la formule après tant de saisons de Shonda Rhimes…

Spoilers

Dean organise une formation Crisis One pour les casernes 19 et 23. Comme par hasard, la 23.


I’m the teacher, you’re the leader.

Diane, la psy, est de retour dans la série et c’est une excellente chose, je trouve, parce qu’elle nous permet d’humaniser un peu le chef Beckett. Elle était en effet dans la même promo que lui, apparemment. C’est une bonne chose, je trouve, et ça justifie encore plus son rôle dans l’épisode où elle est censée soutenir Dean à mettre au point une formation pour gérer les situations de crises. Le voilà donc devenu expert des situations de crises quand il ne savait pas comment faire dans l’épisode précédent.

D’ailleurs, la caserne 23 a encore une excuse pour venir passer du temps à la caserne 19 grâce à ça. Ils passent plus de temps avec eux qu’avec leurs collègues de la 23, je crois. Cela tombe bien pour Théo, clairement heureux de retrouver Vic, mais pas si bien pour Andy et Sullivan. Comme personne n’a pensé à prévenir Diane des nouveaux rebondissements, elle décide de faire d’eux ses premiers volontaires désignés pour un exercice de résolution des conflits où ils sont censés jouer un couple marié en train de se disputer.

C’était hilarant puisque Robert comme les scénaristes en profitent pour relancer les disputes entre Andy et lui, et ça marche merveilleusement bien d’avoir Diane qui abandonne l’idée de les réconcilier quand elle comprend que tout ça sort du cadre de l’exercice. On s’amuse bien, quoi. Une alarme interrompt malheureusement l’exercice, forçant Robert à s’en aller.

Si Diane veut le remplacer par Beckett, c’est finalement Théo qui se désigne pour s’y coller. Et c’est une bien meilleure idée, avec Théo qui nous montre à quel point il peut être cliché quand il s’énerve. Puisque ça fait rire Vic, elle décide d’être la conseillère, nous menant à un « mari énervé » qui finit amoureux de la personne censée apaiser la situation.

Pauvre Diane, pauvre Miller, ils ne sont pas sortis de l’auberge avec deux équipes comme celles-ci. L’avantage pour nous, c’est que c’est marrant à suivre, surtout que les personnages se complètent bien et que les acteurs s’éclatent à être des spectateurs. Par contre, vraiment, je ne supporte plus Maddox et je ne sais pas trop comment ils ont eu l’idée de ce personnage. Il se fout littéralement de la tronche de Dean en faisant son exercice, et c’était marrant, mais bon.

Sans plus. Ben excelle évidemment face aux situations de crise et Jack est envoyé en intervention avec Vic et Emmett sur une des vraies crises que Miller est supposé géré. Il est assez évident qu’il veut juste s’éviter de passer du temps avec Vic, mais aux yeux de Diane, il fait une bonne chose en étant un bon leader.

Jack peut ainsi s’exercer pour de vrai sur un jeune autiste qui refuse d’être autiste et c’était plutôt une intrigue réussie à voir. Par contre, c’était ridicule quand on finit en montage musical sur Jack lui expliquant comment faire un bandage, parce que ça donnait plus l’impression d’un montage pour un couple. Allez, au moins, ça permet de se marrer et ça permet de confirmer le succès de la formation menée par Miller – succès que Diane s’empresse de souligner à Dean, évidemment.

En parallèle, Andy profite de la présence de Diane pour une petite thérapie personnelle avec elle. Bon, la vérité, c’est que Jack excelle avec le jeune qui ne veut pas sortir du bus, mais qu’il n’y va pas par quatre chemins avec Andy quand il lui dit qu’elle s’est comportée comme sa mère en fuyant Sullivan comme ça. C’était sympa comme tout cette scène, mais j’ai bien sûr préféré l’analyse de Diane. Le terme hystérique qu’elle utilise, je n’en suis pas fan ; seulement, évidemment que le moment où on ne veut plus parler à quelqu’un du jour au lendemain signifie qu’un trauma passé est en train d’être réactivé.

Son conseil de voir un psy, un vrai, ou un conseiller conjugal avec Robert est clairement le bon et je n’arrive pas à croire qu’il faille le personnage de Diane pour qu’Andy en arrive à cette conclusion. Personne n’a eu cette idée dans son entourage jusque-là ?

L’intervention de Sullivan et Maya ? Ce n’est pas exceptionnel, mais c’est marrant aussi avec un homme se retrouvant la tête coincée dans une trappe pour chien. Bien sûr, l’intrigue permet de nous mettre en avant un couple qui se dispute, histoire de rappeler la situation actuelle de Sullivan, et qui se dispute notamment sur le fait qu’il est alcoolique (ehe) et qu’ils n’ont jamais eu d’enfants, histoire que ça tracasse aussi Maya. C’est simple, mais efficace.

Les personnages du couple le sont aussi, à se disputer jusqu’à ce que le danger paraisse réel et que la femme se mette à avoir peur pour lui. C’était plutôt sympa et c’était sympa d’avoir les personnages qui se rendent compte qu’ils se projettent chacun dans ce couple, surtout que ça permet à Maya de demander à Robert de rendre Andy heureuse à nouveau. Y a du nouveau, pour une fois, et c’est rare d’avoir Maya aussi sincère avec Robert – ou Maya qui se rappelle qu’Andy est sa meilleure amie.

En tout cas, ça permet à Robert de prendre la décision de signer les papiers du divorce et de les remettre à Andy, pas sans lui dire qu’il est encore amoureux d’elle et qu’il le fait uniquement parce qu’il souhaite qu’elle soit heureuse – et qu’il soit heureux aussi. Aah. La scène était sacrément frustrante parce qu’Andy est incapable de trouver les mots pour lui dire une bonne fois pour toutes que ça y est, elle est prête à se battre pour leur couple elle aussi. La suite au prochain épisode – j’imagine que c’est une bonne chose que je sois à nouveau investi dans ce couple.

Autrement, Ingrid, la patiente sauvée par Ben il y a quelques épisodes est de nouveau de retour à la caserne pour flirter avec Ben. Cela devient lourd, elle n’est pas foutue de voir que son beau pompier a une alliance ? Et Ben ne peut pas l’envoyer bouler une fois pour toute ? On verra où ça mène.

Dans les intrigues secondaires, le père de Travis est de retour lui aussi, ou plutôt, il part en vacances avec son mec en demandant à son fils de le couvrir en s’occupant de sa mère. Et malgré l’aide d’Emmett, ce n’est pas évident pour Travis de faire face. Par chance, il a justement une formation sur la résolution de crise, alors eh, il a de quoi aider à résoudre ce problème – et ses problèmes de colocation avec Vic. J’aime vraiment bien cette colocation à quatre, l’air de rien.

De son côté, Vic profite de l’exercice sur les crises pour en apprendre plus sur le passé de Théo… et elle n’est pas heureuse de découvrir qu’il a deux ex qui ont fini en hôpital psychiatrique. En ce qui me concerne, le problème et le vrai red flag de cette scène, c’est que ça semble faire rire Théo de dire qu’il a un type pour les femmes folles, alors que le terme « folle » est franchement problématique, dans ce cas-là.

Bon, il s’en tire bien ensuite à s’expliquer, s’excuser et lui dire qu’il l’aime, et son sourire est toujours aussi craquant alors je continue de penser que Vic et Théo sont un très bon couple. Il fait oublier Ripley, ce qui n’était pas gagné, tout de même. Et en plus, je l’adore parce qu’il fait en sorte que Dean se sente con, et j’ai envie qu’il se sente con d’aimer Vic parce que ça n’a aucun sens de tomber amoureux d’elle comme il l’a fait. J’espère que la nana que Ben ramène de force dans sa vie parce qu’elle veut ouvrir un Crisis One dans une autre ville fera en sorte que Dean fasse enfin son deuil d’un couple possible avec Vic.

PS : Carina n’était pas dans l’épisode et j’ai honte d’avouer qu’elle ne m’a même pas manqué tellement j’étais investi à nouveau dans certains personnages. Bordel, je suis à deux doigts d’apprécier Andy à nouveau ???

 

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.