9-1-1 – S05E06

Épisode 6 – Brawl in Cell Block 9-1-1 – 14/20
Un épisode tout ce qu’il y a plus de classique pour la série, avec une surenchère dans l’intrigue et des ficelles grosses comme ça… mais eh, je n’en demande pas autre chose, finalement. C’est efficace pour donner de grandes émotions et oublier un temps le fil rouge de la saison. Oui, il faut bien se changer les idées de temps en temps.

Spoilers

Les pompiers interviennent en prison où plusieurs incendies sont déclarés après une émeute de prisonniers.


What if he doesn’t look like a firefighter ?

L’épisode commence par la routine habitude d’un garde de prison qui semble être presque content de venir faire son job. Il a ses petites habitudes, une routine qu’il aime bien… et un prisonnier qu’il déteste. Ce dernier demande toujours le même garde pour la balade, et ça le saoule clairement d’être son préféré. L’épisode est un peu longuet, surtout qu’on sait bien que ça va partir en vrille à un moment ou un autre.

Bien évidemment, c’est le genre d’intrigue où l’on attend et le suspense réside dans l’attente du moment où ça partira en vrille… mais j’ai tout de même du mal à comprendre l’intérêt de faire une introduction si longue pour mener à une mutinerie en prison. Concrètement, on passe près de cinq minutes avec des personnages qu’on ne connaît pas, tout ça pour avoir un accident qui se produit sans qu’on ne sache bien comment les prisonniers ont pu se coordonner pour que ça se passe comme ça.

Le but est en tout cas de ramener en prison les pompiers, parce qu’ils doivent éteindre des incendies et… aider des prisonniers à s’enfuir. Là encore, c’est très long dans la mise en place : au milieu du chaos, les pompiers trouvent deux prisonniers en piteux état. À aucun moment ils ne songent à vérifier s’il s’agit bien de prisonniers et, évidemment, il est révélé plus tard dans l’épisode qu’il s’agit des gardiens que nous suivions au début de l’épisode.

C’était évident, mais la panique et le chaos en prison faisaient qu’il était plus compliqué que prévu de faire toutes les vérifications. Alors que la manière de filmer nous cachait les visages des gardiens accompagnant Buck et Eddie, nous suivions en effet Hen, Bobby et Ravi en situation périlleuse : ils se retrouvent rapidement enfermés dans l’infirmerie alors que l’endroit le plus sécurisé de la prison est pris d’assaut. Problème : il y a les clés de l’infirmerie dans cette salle.

Il faut donc réveiller le garde du début d’épisode, Vaugh, pour obtenir des informations précieuses sur les protocoles de la prison et mettre au point un plan où Ravi se fera passer pour un prisonnier afin d’aller déclencher du gaz hilarant sur la prison. Rien que ça. Au passage, les pompiers réussissent à blesser le médecin de l’infirmerie, mais ça permet surtout une scène où Hen sympathise avec lui.

C’est exactement ce qu’il fallait : le médecin est blessé à la main, mais il peut compter sur Hen pour opérer le gardien. La scène est un brin cheloue et super lente, mais eh, c’est chouette de voir Hen souriante quand elle réussit son opération. Quant à Ravi, il parvient à échapper aux prisonniers quand j’étais à peu près sûr qu’il y passerait au cours de cet épisode. Le privilège des nouveaux : les derniers arrivés se font toujours dégager en premier… mais ce n’est pas le cas, heureusement.

Les pompiers peuvent donc quitter la prison en paix, ce qui permet à Bobby d’appeler Athena pour la rassurer… et surtout pour avoir des nouvelles du reste de son équipe, parce qu’il n’a plus eu de contact avec Eddie et Buck depuis qu’il a compris qu’ils étaient pris en otage. Forcément.

Pendant ce temps, Eddie et Buck comprennent d’ailleurs qu’ils sont pris en otage un peu tard. C’est plutôt cool de les retrouver ensemble dans cette position, c’est toujours bien d’avoir des épisodes qui se concentrent sur leur amitié. Bien sûr, le but est aussi d’avoir deux personnages très attachés à Christopher : ainsi, quand les évadés commencent à le menacer en soulignant qu’ils savent où vit Christopher, Buck et Eddie peuvent s’énerver… et être bien soumis à leurs kidnappeurs.

Ils font donc tout ce qu’on leur demande : les prisonniers veulent absolument que le garde survive, car le but est en fait d’infiltrer l’hôpital pour aller rendre visite au fils de l’un d’entre eux, entre la vie et la mort à l’hôpital. Heureusement, de son côté, Athena bosse correctement et comprend ce qu’il se passe à temps pour arriver à l’hôpital.

Ainsi, Buck est sauvé de son preneur d’otage lorsqu’ils entrent ensemble, avec le garde blessé, dans l’hôpital. Malheureusement, Eddie reste quant à lui coincé dans le camion de pompiers avec le cerveau derrière l’évasion : le prisonnier lui révèle donc qu’il veut absolument entrer dans l’hôpital pour pouvoir donner son cœur à son fils, qui a besoin d’une greffe. Bien. Cela me paraît un motif de visite valable, mais c’est vrai que ça sous-entend de tuer un prisonnier, ce qui est tout de même problématique, même pour les USA.

Bizarrement, cet épisode souligne un autre problème plutôt très incompréhensible : les prisonniers n’ont pas le droit de donner leurs organes, même dans le couloir de la mort. Alors, certes, je ne suis pas sûr de vouloir les organes d’un serial-killer quand on prend en considération le côté spiritisme de la chose, mais eh, tout de même… s’ils sont prêts à venir en aide à des gens, laissez-les faire ? Ce n’est pas comme si on avait trop d’organes, franchement.

Alors que Buck se heurte à bien des incompréhensions face à cette situation ridicule, la police refuse d’entendre la demande de Mitchell, le prisonnier qui s’est évadé. Mitchell, lui, parvient à parler cœur à cœur avec Eddie et s’assure que le pompier fera tout ce qu’il peut pour venir en aide à son fils. Une fois que c’est fait, il peut prendre la décision de se suicider, en espérant que le pompier fera ce qu’il faut pour garder son cœur en train de battre assez longtemps pour que ce soit donné à son fils.

C’est du grand n’importe quoi, mais le message des scénaristes face à cette injustice du don d’organe est très clair : il est temps de changer certaines lois. Athena et sa boss y arrivent contre toute attente, en contactant le gouverneur pour qu’il accepte ce don d’organe de Mitchell, mort, à son fils. La médecine fait des miracles, tout de même. Les séries américaines aussi, de toute évidence. Et après tout ça, tous les pompiers restent à l’hôpital pour savoir si le fils survivra.

Sérieusement ? Ils ont été pris en otage ou enfermés dans une prison, c’est quand même n’importe quoi d’imaginer qu’ils attendent toute la durée d’une greffe de cœur. Dans le même genre, Hen qui décide de sa spécialité chirurgicale juste parce qu’elle a fait UNE opération, j’ai du mal à y croire. J’ai bien plus accroché aux doutes du personnages de Ravi quand il doit rentrer seul chez lui après une journée éprouvante.

C’est plutôt cool de voir Bobby s’occuper de lui et s’assurer que son bleu aille bien et, en vrai, je trouve ça super sympa de voir les scénaristes s’occuper d’introduire vraiment ce nouveau personnage. J’imagine qu’il est là pour rester, du coup ! En tout cas, ça permet de passer tranquillement à la fin de l’épisode, avec Buck qui rentre auprès d’une Taylor inquiète (je n’arrive pas à l’aimer plus que ça) et Eddie qui réveille Christopher pour un bon câlin à son fils. Il y a des journées qui remuent plus que d’autres, clairement.

Et il y a des épisodes qui tentent de nous faire oublier que Chimney et Maddie ne sont pas là sans y arriver pleinement.

> Saison 5

 

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.