Grey’s Anatomy – S18E08

Épisode 8 – It Came Upon a Midnight Clear – 15/20
La série recycle ses intrigues de manière bien visible à deux ou trois reprises au cours de ces quarante minutes, et c’est inévitablement frustrant quand elle le fait… Mais en même temps, l’épisode a de bons rebondissements quand même et se dirige vers de bons cliffhangers. Une bonne mi-saison comme ils savent les faire, donc.

Spoilers

Un trajet en voiture finit mal, une opération d’un résident en solo aussi.



Think of your kids, Hayes.

Je ne connais pas de chirurgien, mais il ne faut peut-être pas déconner ? Les enfants sont impatients et excités à Noël, je doute que tu sois tout aussi impatient que ça quand tu rentres dans un bloc chirurgical tous les jours ? La première fois, OK, certaines opérations, certainement, m’enfin quand tous les jours tu opères une appendicite là ??

Bon, Meredith est dans l’abus, comme d’habitude, mais elle joue avec ses enfants, c’est déjà ça. Il est aussi intéressant de la retrouver dans une scène avec Cormac pour lui parler de Derek et de la chirurgie révolutionnaire qu’elle est sur le point de le faire. C’est doublement intéressant en ce qui me concerne : cela montre l’évolution des personnages qui ont dépassé le stade du flirt, malgré les regards langoureux encore entre eux. Un jour peut-être ça arrivera, dans un futur distant si la série n’est pas annulée…

A l’inverse, ça permettait aussi de revenir sur la longue intrigue covid de Meredith. C’était nécessaire de le faire car on a eu tendance à l’oublier dans ce début de saison, mais c’est censé avoir bien marqué sa vie, quoi.

Quand on retrouve Cormac plus tard dans l’épisode, c’est pour qu’il drague Megan, encore. Celle-ci devient chiante d’ailleurs, mais c’est compréhensible : son fils est en train de mourir et elle a envie de mourir elle aussi s’il ne survit pas, ce qui est bien compréhensible. Son discours suicidaire fait toutefois peur à Cormac, et moi, ça me soule un peu que Megan soit revenue pour cette intrigue. C’était un personnage qu’on connaissait pour sa joie de vivre, on aurait pu avoir plus d’épisodes comme ça avant son retour.

Bon, ça semble bien continuer cependant, puisque l’hôpital se retrouve avec un donneur compatible pour son fils. Il faut toutefois aller chercher le cœur et comme c’est une mi-saison, je ne m’attendais qu’au pire. Je veux dire, Cormac, Teddy et Owen montent dans la même voiture pour ça, ça ressemble au début d’une mauvaise blague et c’est une série qui est connue pour ses accidents tout de même. En plus quand Teddy balance que c’est une bonne journée alors qu’on en est qu’au début et alors que Cormac les informe de la dépression de Megan, ça puait, c’est tout.

Bref, j’ai rigolé quand j’ai vu le chauffeur qu’on ne connaissait pas faire un malaise alors qu’ils étaient sur une route tortueuse. C’est toujours pareil, franchement. Quelques tonneaux plus tard, les personnages sont au bord d’un précipice. Et vous savez quoi ? Ca m’a fait chier : autant les sorts d’Owen et Teddy me sont plutôt indifférents à ce stade, autant je n’ai pas envie qu’on perde Cormac… or c’est lui qui a eu une scène en début d’épisode avec Mer quoi.

Bon, on suit tout de même les trois personnages dans leur voiture, et c’est flippant. Ils cherchent une solution de s’en tirer, et c’est compliqué puisque nous sommes avec trois parents qui ne veulent pas mourir et veulent revoir les enfants sans les transformer en orphelins. C’est finalement Teddy qui peut sortir de la voiture en premier avec le cœur à apporter au fils de Megan.  

Plutôt que de marcher pour tenter d’avoir une meilleure réception téléphonique, elle attend un peu bêtement qu’une voiture passe et s’arrête pour elle. Pendant ce temps, Owen prend la décision de se sacrifier. Cela m’a rendu heureux, ça fait treize saisons que j’attends de me débarrasser de ce personnage que je n’aime pas.

Malheureusement, je ne pense pas que ce soit la fin pour lui : en sauvant Hayes, il lui révèle en effet qu’il a euthanasié Noah, son soldat, et qu’il a prévu de faire pareil avec trois autres patients. Je doute que le personnage meure après une telle révélation qui viendra bouleverser l’équilibre de l’hôpital… Mais en attendant la reprise, la voiture est au fond d’un ravin, donc… peut-être ?

Hamilton débarque à Seattle avec Kai pour une opération liée à son projet, ce qui permet des scènes intéressantes, notamment lorsque Richard doit faire face à Hamilton. La rivalité est ancienne, et ça se sent… Une part de moi a eu envie qu’Hamilton ne survive pas à son opération d’ailleurs. Ce serait chiant pour Meredith bien sûr, mais je n’aime pas tellement le personnage. Je n’ai jamais aimé cet acteur de toute manière, à l’exception de son rôle dans Zoey’s Extraordinary Playlist.

Tout ça finit quand même par stresser Meredith particulièrement : elle s’apprête à faire un trou dans le cerveau d’un chirurgien renommé pour le guérir d’une maladie incurable avec une solution qu’elle vient d’inventer, bien sûr que ça la stresse. C’était une bonne chose de la retrouver dans cette position, surtout après l’intrigue Covid… mais c’est devenu relou quand tout ça nous a finalement conduit à Hamilton qui ment sur son état de santé pour que la chirurgie se fasse comme prévu.

Cela termine très mal, avec un Hamilton entre la vie et la mort en fin d’épisode après la révélation d’une douleur abdominale qui mène Meredith à l’opérer. On sent que ça ne m’intéresse que moyennement ? Allez, il est autrement intéressant de voir Hamilton et Kai débarquer à Seattle vis-à-vis d’Amelia. Celle-ci n’a clairement pas tenu au courant Linc de ses activités, et c’est juste triste : Linc annonce à Jo qu’il veut partir au Minnesota pour retrouver Amelia alors qu’on sait qu’elle est à l’hôpital de Seattle ?? C’est excellent à voir en tout cas, surtout que c’est Jo qui s’en rend compte en première.

Elle se sent obligée d’appeler Linc pour le prévenir, alors qu’elle est en train de se battre elle-même avec ses propres sentiments. La série va trop vite en besogne par contre : j’ai envie de shipper Jo et Lincoln, mais quand Linc débarque pour faire une déclaration d’amour à Amelia en s’entraînant sur Jo, c’est trop rapide et trop ridicule. C’est vraiment dommage, ils avaient bien commencé pourtant. Et à l’inverse, on se retrouve maintenant avec l’intrigue clichée que je craignais, Jo n’osant rien dire de ses possibles sentiments pour son meilleur ami. Pff.

Pire encore, Amelia confirme qu’elle a bien un crush pour Kai, si jamais on en doutait encore, lors d’une conversation avec Maggie. Maggie ? Ecoutez, elle vient juste de revenir et elle est déjà chiante : elle n’est pas convaincue par la méthode Weber et elle passe l’épisode à critiquer son père et son idée. Ce pourrait être intéressant, mais on a déjà eu ça avec Bailey.

Bien sûr, la série lui donne raison une fois de plus : on suit Schmitt et Helm avec leur propre patient, un type sur lequel Levi a très clairement un énorme crush. Il le connaît de son podcast et ça termine mal quand il décide de prendre la décision d’opérer seul plutôt que d’attendre Richard comme convenu. Levi était sûr d’avoir affaire à une opération routine, mais ce n’est pas le cas. Putain, je n’ai pas envie qu’il se fasse virer moi. Bailey est assez horrible en plus, à lui donner une leçon à le forcer à déclarer l’heure du décès.

Elle ne peut pas savoir, bien sûr, qu’il était fan de ce patient qu’il vient de tuer, mais bon… c’est horrible, tout de même. Enfin, après, c’est une intrigue qu’on a déjà connu plusieurs fois au cours de la série, la tradition avait commencé avec Izzie de mémoire. Du coup, je m’y attendais pendant l’épisode, mais ça ne rend pas ça moins terrible à voir. Il y a pire dans l’épisode, hein.

Bon, dans tout ça, Amelia finit par faire ce qu’elle a envie de faire depuis quelques épisodes : elle embrasse à pleine bouche Kai après une petite séance de méditation. Et bien sûr, Lincoln assiste à tout ça. Bien.

Hamilton et Kai ne sont pas les seuls à débarquer du Minnesota pour cet épisode : le docteur Wright, vu dans l’épisode précédent, débarque donc lui aussi pour continuer sa formation en tant que résident. Je suis très partagé vis-à-vis de ce personnage. Je trouve ça cool d’avoir un fan de Bailey dans la série, mais ça va un peu loin quand il refuse que Weber lui enseigne quoique ce soit pour être mieux avec Bailey.

Personne ne semble s’en préoccuper, au contraire : il obtient ce qu’il veut sans problème. Il a juste envie de draguer Miranda, franchement. Et il le fait sans mal, puisqu’elle opère avec lui – et tout ça pour qu’il l’étudie. Je ne sais pas où ils iront avec ça pour la suite de la saison, parce que ce n’était pas le point central de cet épisode évidemment… Il y avait des cliffhangers plus importants.

 

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.