The Walking Dead – S11E13

Épisode 13 – Warlords – 17/20
J’ai l’impression de retrouver la série en bien plus grande forme avec cet épisode qui propose une narration éclatée à reconstituer. Cela fonctionne bien pour ménager quelques effets de surprises et nous balader, et c’est rare que la série y parvienne, alors ça se souligne ici. C’est un très bon épisode, ça m’a raccroché en cours de route alors que je pensais que ça n’allait plus arriver à force.

Spoilers

Hilltop reçoit une demande d’aide de la part d’une communauté utilisant un messager inconnu pour le transmettre.

Being outnumbered never stopped you before.

Il y a désormais à Hilltop des archers de talent, c’est assez incroyable. Et l’un d’eux, Elijah, est clairement amoureux de Lydia. Pas de bol pour lui, Lydia prend la décision de quitter Hill, avec l’accord de Maggie. L’épisode commence donc par un petit moment de dragouille sympa entre les deux, le type la demandant plus ou moins en rencard quand il propose de l’accompagner.

Pourtant, ça vire vite à autre chose, comme souvent avec la série. Ce petit moment sympa est en effet interrompu par l’arrivée d’un jeune homme blessé par balle. Ils ne le connaissent pas, mais il a un message peu rassurant pour Hilltop. Il le transmet à Lydia, lui expliquer qu’ils les massacrent tous et qu’ils ont besoin d’aide.

Maggie refuse toutefois d’intervenir et de leur venir en aide. Elle peine à convaincre ses troupes de la suivre sur ce coup-là, Lydia trouvant au contraire qu’il faut absolument aller aider cette autre communauté qui est tout autant en galère qu’eux. L’argument semble être suffisant pour convaincre Maggie, qui les rejoint. Je considère que Lydia est éblouie par le soleil durant cette scène, d’ailleurs, et que ça me fait un point de Bingo Séries. Je veux dire, elle passe toutes les scènes depuis le début de l’épisode avec les yeux à moitié fermés.

Si c’est une bonne nouvelle que Maggie se remette à l’action, ça ne l’est pas pour le prétendant de Lydia. Il se retrouve sur la banquette arrière de la voiture au lieu d’être avec elle tout seul pendant que Maggie raconte ses histoires chiantes sur la ferme de son père. Je l’avais presque oubliée depuis le temps ! En tout cas, Lydia confronte à nouveau Maggie dans la voiture, lui demandant pourquoi elle refuse l’aide du Commonwealth.

Les arguments de Maggie se tiennent à peu près, mais en vrai, elle passe trop de temps à craindre le pire et pas assez à profiter de la vie. Le destin lui donne raison une fois de plus : elle est forcée d’arrêter la voiture quand sur la route, ils découvrent trois soldats du Commonwealth, zombifiés. Et une fois les zombies tués, Aaron débarque en criant le nom de Maggie. Bon.

C’est mystérieux, et pour comprendre ce mystère, il faut revenir apparemment une semaine en arrière pendant un sermon de Gabriel. Oui, l’Eglise du Commonwealth est construite et elle est en service, avec un Gabriel qui fait un sermon interminable et particulièrement inintéressant. Aaron lui ment ensuite en expliquant que son sermon était génial, mais bon, Gabriel est heureux d’être prêtre, c’est déjà ça.

Il explique qu’il entend de nouveau Dieu et qu’il est heureux, avant que la conversation ne tourne sur le Commonwealth, évidemment. Aaron a en fait besoin de Gabriel pour se rendre auprès d’une communauté religieuse qu’il faudrait convaincre de les rejoindre. Pour cela, la présence de Gabriel est la bienvenue.

Au passage, on nous présente Jesse, un jeune qu’Aaron forme… et qui est celui qui finira mort à donner son message à Lydia. C’est triste. En attendant d’en arriver là, il faut donc suivre la mission de Gabriel et Aaron pour convaincre une nouvelle communauté de les rejoindre. Ils le font avec un tas de gardes, avec Tobby (inconnu au bataillon, non ?) et avec Jesse. Le problème, c’est que le leader, c’est l’inconnu, plutôt débile, qui est incapable de comprendre que la communauté est loin d’être aussi sympathique que ce qu’il indiquait.

Au contraire, les lieux semblent plutôt hostiles aux nouveaux arrivants, avec un côté prison, mais possédant des croix sur la devanture. Franchement, tout ça nous donnait un côté prison des saisons 3 et 4. Aaron est celui qui initie la conversation, et il se retrouve finalement face à un groupe étrange, dirigé par une nana dont l’arme principale est une faux. Pas bien rassurant tout ça.

Elle récupère leurs armes, à l’exception du bras d’Aaron, fait refermer la porte derrière eux, avec trois verrous, puis les fait fouiller. Enfin, elle leur indique de se rendre dans une autre pièce, sans elle. Elle n’est pas la leader de cette communauté finalement. Leur QG est plutôt cool franchement. Ce ne serait pas une dernière saison, je serais même prêt à m’accrocher à eux. La vérité ici est toutefois que ça ne sert pas à grand-chose : je ne donne pas cher de la peau des nouveaux venus à ce stade de la série.

Comme les personnages ne savent pas qu’on approche de la fin de la série, ils tentent toutefois de convaincre cette nouvelle communauté qu’ils ont un système fonctionnel rappelant l’ancien monde. Le type en face d’eux, leader charismatique de ce groupe tout aussi charismatique, les trolle rapidement : il sait bien que Gabriel est prêtre, même s’il ne voulait pas l’avouer immédiatement, mais il suppose que si c’est l’ancien monde, il doit bien y avoir des prostituées et des jeux, des paris, tout le vice qu’il adore.

Ouais, bon, Aaron et Gabriel avaient donc raison : cette communauté est une communauté hyper violente, comme on en a connu beaucoup trop au cours de la série. Le leader a carrément une étagère avec des crânes de ses anciens ennemis dans un coin de son bureau, sachant que ce qu’il appelle un ennemi est finalement simplement quelqu’un qui voulait s’entretenir avec lui.

Tout cela devrait m’intéresser beaucoup plus que ça n’est en train de le faire, franchement. Aaron négocie comme il peut, avec carrément un iphone (mais y en a encore en état de marche ?) pour montrer à quel point le Commonwealth est génial. Cela n’intéresse pas leur interlocuteur : il comprend bien que nos héros savent où il habite, mais qu’ils refusent de donner l’adresse du Commonwealth.

C’est problématique selon lui, au point de pointer un flingue sur Tobby et de le menacer. Il faut beaucoup de talents de négociation de la part de Gabriel et surtout Aaron pour calmer le type… et finalement, il décide de les laisser partir. Tobby en profite aussitôt pour passer d’un état où il ressemble à une victime terrifiée à celui où il tue deux gardes et tire sur le leader qui devient son otage. O… kay ?

On repart encore en arrière, et c’est surprenant : une semaine et une heure plus tôt, nous voyons donc Toby se rendre dans le bureau d’Hornsby. Il y apprend sa vraie mission : le but n’est pas du tout d’avoir cette communauté de leur côté, c’est de se venger suite à une attaque de cargo et du vol d’armes à feu. Ah. Pour endormir ses ennemis, Tobby a donc pris Aaron, qui parle bien, et surtout Gabriel , qui est un prêtre.

Selon Lance, quand tout partira en vrille, Aaron et Gabriel seront de son côté, parce que c’est ce que tout le monde fait. Ce n’est évidemment pas le cas une semaine plus tard quand Tobby s’avère être un assassin aussi redoutable que terrifiant : oui, oui, c’est un assassin, et il est embauché comme tel.

Gabriel essaie de s’y opposer, mais il se fait finalement arrêter par les gardes du Commonwealth. Et là, tout part en vrille : Tobby a beau expliquer qu’il fait ça pour supprimer des menaces et venir en aide à son peuple. L’idée paraît séduisante, mais il est juste dingue, n’hésitant pas à tuer le leader, et à tirer sur Jesse. Oui, oui, Jesse a trouvé un cheval et a réussi à s’enfuir, mais il se fait donc tirer dessus.

Cela énerve passablement Aaron qui se venge en dégommant le soldat qui a tirer sur ordre de Tobby. Ce dernier essaie donc de tuer Aaron, en vain. Il a une chance incroyable : l’arme n’a plus de munitions. Il réussit donc à s’enfuir alors que des gardes arrivent pour protéger Tobby, et c’est ainsi qu’il finira par retrouver Maggie et se rendre compte qu’il lui manque encore une partie de l’histoire. Et à nous aussi.

En effet, on découvre qu’avant de partir, Jesse a croisé… Negan ! C’est lui qui donne la carte, comprenant qu’Aaron et Gabriel sont en danger. Il fait en effet partie de cette communauté, bizarrement. Il parvient ensuite à venir en aide à Gabriel, mais pas à Aaron. Gabriel, Negan, une de ses potes et tout un tas de gens de ce complexe se retrouvent donc pris en otage par les gardes du Commonwealth les empêchant de sortir de l’immeuble. Le problème, c’est que ça, c’est la version sympa de ce qui leur arrive.

Pour d’autres, ça se passe plus mal : Tobby veut absolument retrouver les armes que ce groupe aurait volé, et il est prêt à commettre tout un tas de meurtres pour avoir des réponses. Le problème, c’est qu’ils affirment tous ne pas savoir où sont les armes. Heureusement, Maggie, Aaron, Lydia et le type dont je ne connais pas le nom arrivent à la rescousse… mais pas tout de suite, c’est le cliffhanger de l’épisode.

Ben merde, pourquoi un cliffhanger ? Je ne m’y attendais pas, et c’est plutôt un point positif pour l’épisode en vrai. En avait-il vraiment besoin quand Negan était de retour ? Possiblement pas. Après, ça ne fait pas de mal car je ne sais pas pourquoi les sacrifiés de Tobby ne l’ont pas fait tomber dans le vide avec lui. Cela me paraissait possible, quitte à mourir, autant se rebeller, ils étaient un bon nombre.

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.