Grey’s Anatomy – S19E06

Épisode 6 – Thunderstruck – 17/20
L’épisode parvient à frapper par surprise sur une de ses intrigues que je n’avais pas forcément envisagée, mais qui permet un joli symbole de passation pour préparer le départ de Meredith, parce qu’il devient difficile d’ignorer qu’Ellen Pompeo va s’absenter du reste de cette saison. Pour le reste, la saison poursuit son cours avec son soft reboot toujours bien efficace et des personnages que l’on apprend à connaître de plus en plus.

Spoilers

Meredith envoie un mail pour annoncer son départ, alors qu’une masse orageuse importante frappe Seattle.


Kids need messy stories.

Comme dans l’épisode de Station 19, cet épisode aura pour sujet un gros orage, mais la vraie tempête est clairement dans la vie de Meredith : elle accepte la proposition de Jackson et déménage à Boston, ce qui signifie qu’elle doit prévenir ses collègues de son départ. Elle le fait dans un mail pour confirmer toutes les rumeurs, et le montage de début d’épisode nous montre où est chacun au moment où il reçoit le message. Et oui, la série va vite en besogne, mais bon, il ne reste que deux épisodes à Meredith pour cette saison.

Ainsi, Lucas et Simone continuent de passer beaucoup de temps ensemble à l’hôpital, avec une tension sexuelle évidente entre eux qui est interrompue par le message de Meredith. Ils doivent tout de même continuer leur journée d’interne, qui se déroule moins bien que prévu pour Lucas : il retombe assez vite sur Amelia qui est énervée de se rendre compte qu’il n’a toujours pas annoncé la vérité aux autres internes. Par conséquent, elle se décide à le forcer à le faire.

Dommage, j’aimais bien les quiproquos et l’humour que Kwan mettait sur le sujet. Cela dit, sa tête quand il apprend la vérité n’a pas de prix, et ça se fait devant un Nick quelque peu désarçonné par la manière dont tout ça est géré. Tu m’étonnes. La première question de Mika, qui comprend vite qu’il est de la famille de la moitié de l’hôpital ? Savoir pourquoi Meredith se barre et ce que ça signifie pour leur année d’internat, sachant que Meredith est derrière leur programme.

Nick recadre assez vite les internes, leur rappelant qu’il est surtout question de la vie des patients. De son côté, Teddy gère les urgences quand elle lit le mail sur le téléphone d’Owen, à qui elle continue de faire la gueule. Pour la journée, elle se récupère Mika comme interne qui va l’aider à gérer le cas du journaliste qui était dans l’hélicoptère frappé par la foudre dans Station 19. Et je crois que c’est l’une des premières fois que je me rends compte à quel point c’est débile d’avoir un chirurgien qui dit aux urgentistes « allez doucement en transportant le corps ». Genre, c’est leur boulot ? Evidemment qu’ils y vont « slowly, slowly » connasse. Et pourtant, il y a eu tellement d’épisodes de la série depuis 20 ans où un chirurgien le dit.

Bref. C’était chouette d’avoir un lien entre les épisodes, mais comme je n’ai pas accroché plus que ça à l’intrigue de l’hélicoptère et que le crossover n’est que de principe (je crois que c’était le premier épisode de la série-mère pour Théo ?), ben… Pas bien passionnant.

Sinon, Owen reste insupportable dans cet épisode, mais c’est une constante depuis quinze ans après tout. Concrètement, dans cet épisode, il essaie de se trouver une utilité ou un rôle, et ce n’est pas gagné. Cela fait quinze ans que ça dure, je sais, mais c’est pire maintenant qu’il a sa licence suspendue, franchement. Par chance pour lui, Teddy a rapidement besoin de lui sur son patient, parce que c’est un sacré trauma qu’il a vécu.

Le pauvre n’est pas au bout de ses peines en plus : il se retrouve à être opéré par Owen, Teddy, Link et Amelia. Autant dire qu’il y a de la tension dans l’air, en vrai. Je ne vois pas comment ils arrivent encore à tous bosser ensemble quand on voit le passif de tous, mais bon.

Pendant ce temps, Jo apprend le départ de départ de Meredith sur une matinée qui est loin d’annoncer une bonne journée : l’orage gronde, Meredith se barre, Luna n’a plus de vêtement à sa taille et le tout a lieu alors que c’est supposé être la première journée de la clinique pour aider les femmes enceintes ayant besoin d’avorter. Cela fait beaucoup d’un coup pour Jo qui préfère rester chez elle – jusqu’à ce que Link trouve les mots pour la remotiver (et les vêtements de Scout pour Luna).

Jo aurait peut-être mieux fait de rester chez elle, cependant : quand elle arrive à la clinique, elle apprend de Carina (ouf, content de la voir dans cet épisode !) et de Bailey que la clinique n’ouvrira pas, à défaut d’avoir obtenu l’autorisation administrative de le faire. La paperasse et les administrations sont les mêmes partout, c’est fou. En tout cas, Jo se retrouve à devoir aider aux urgences plutôt qu’à la clinique, et elle est ravie d’être sous les ordres de… Levi.

C’est un euphémisme évidemment, et elle ne manque pas de lui rappeler que dans le monde de la chirurgie, elle était au-dessus de lui. D’un côté, ça la rend super chiante et narcissique ; de l’autre, ça m’a fait plaisir de voir Levi se faire enfin remettre un peu à sa place, parce qu’il est vrai qu’il a pris la grosse tête trop vite.

Enfin, Maggie décide de rester à la maison pour éviter Winston qui veut changer de spécialités, essayant de convaincre Meredith de faire de même. C’était chouette de revoir les trois sœurs, parce qu’Amelia était là aussi, ensemble dans cette scène, surtout qu’elle avait vraiment un petit côté Charmed avec l’électricité vacillante de la maison. Meredith souhaite malgré tout aller au travail où elle doit retrouver Nick, même si celui-ci évite soigneusement de parler de son déménagement à Chicago.

C’est vrai qu’on l’imaginait plutôt se rendre dans le Minnesota, tant qu’à faire. Quoiqu’il en soi, le plan de Magie tombe doublement à l’eau : elle ne passe pas la journée avec Meredith et Winston comprend bien qu’elle est en train de l’éviter, et il ne compte pas la laisser faire. Les voilà donc qui se retrouvent à faire les cartons pour Meredith et sa famille ensemble – et franchement, Maggie est insupportable à nouveau ?

La voir voler le post-it de Meredith et Derek, c’est déjà quelque chose que je n’ai pas kiffé, mais la voir essayer de forcer Winston à rester sous ses ordres au boulot quand très clairement ça ne fonctionne pas pour leur couple, c’était super chiant. Alors bien sûr, elle a raison dans le fond : il va regretter son changement de spécialité (quand ils divorceront hum), mais bon, elle le fait avec le mauvais argument, comme toujours.

En plus, elle en oublie de surveiller les gamins de Meredith, et je n’aime vraiment pas ça quand il y a un orage en cours. Vraiment, Maggie, arrête d’être insupportable comme ça. Après, Winston est mignon à lui dire qu’elle est sa passion, là, mais la déclaration romantique a beau être mignonne, je peux comprendre qu’elle ne soit pas sûre de respecter ça. Clairement, voilà Winston et Maggie dans une impasse : il est prêt à tout sacrifier pour elle, mais elle n’aime pas ça ? Dur de trouver une solution, cette fois.

Et comme l’impasse n’était pas assez dramatique, il fallait qu’un éclair frappe la maison et que les enfants les appellent à la rescousse.

Lorsque nous retrouvons Meredith, elle est avec Nick, Lucas et Simone. Cela fait plaisir de voir ces deux derniers encore ensemble dans une intrigue, même si la romance entre eux est un peu clichée à ce stade. Au moins, ils sont du même rang médical pour une fois. Bon, les quatre chirurgiens s’occupent d’une patiente dont ils sont fans – une auteure de livres que Meredith lit depuis petite, au point de demander une dédicace pour ses enfants aussi.

Simone aussi est fan, lui donnant l’impression de devoir opérer son enfance, avec une auteure qui ne veut pas mourir (et vraiment, elle va mourir, vu le pataquès qu’ils en font) et à qui on s’attache nous aussi, parce qu’elle a tout de la perfection sur le papier… Simone s’en confie à Lucas, qui de son côté lui confie son sentiment d’être différent maintenant que le secret est révélé. Ils sont mignons, mais vraiment, ils se tournent autour comme des adolescents.

Au passage, Nick a également la visite de Richard pour savoir s’il doit se préparer à son départ. Le problème, c’est que Meredith a pris sa décision sans même lui en parler. Elle ne lui a pas parlé non plus de Lucas, alors autant dire que Meredith lui cache plein de choses et que la conversation entre eux est tendue.

Du coup, ça donnait l’impression que Meredith s’acharnait sur Lucas une fois au bloc, histoire de passer ses nerfs. En même temps, c’était bizarre : Lucas semblait vraiment avoir l’esprit ailleurs. Simone se retrouve donc à le remplacer après l’avoir aidé, tandis que dans la galerie, Richard essaie de convaincre Miranda de reprendre le taf de Meredith.

Ils sont interrompus par un coup de fil de Ben informant Miranda qu’un incendie est en cours chez Meredith. Voilà donc l’appel de fin d’épisode de Station 19 ? Difficile d’en être certain, mais en tout cas, Richard interrompt immédiatement l’opération de Meredith. Alors. Pourquoi ? Je veux dire, c’est très bien qu’il le fasse, mais ça va à l’encontre de tout ce que la série a toujours fait : combien de fois les a-t-on vu opérer et ne pas être tenu au courant de nouvelles catastrophiques ?

Certes, la nuance vient peut-être du fait que Meredith est capable de se faire remplacer rapidement cette fois. Elle se rend donc aussitôt chez elle où Ben et Andy sont en train d’intervenir pour tenter d’éteindre l’incendie. Pas évident, cependant. La bonne nouvelle, c’est que tout le monde va bien. La maison, en revanche… La voilà qui crame. C’est un beau symbole, j’imagine ?

L’opération de Meredith et Nick se termine très bien même sans elle, grâce à Simone. L’opération de Owen et Teddy se termine bien également, mais contre toute attente, ça se termine avec Mika en admiration totale face à Teddy qui est une super boss ? Franchement, Mika vient de perdre plein de points de sympathie de ma part. Et les scénaristes aussi quand Owen propose à Teddy de devenir cheffe de l’hôpital.

Les autres internes – Kwan et Jules – se retrouvent avec Levi aux urgences. Comme par hasard, on retombe également sur un couple en train de se former, hein. Aux urgences, Levi abandonne rapidement ses internes qui s’occupent, bien sûr, de gens percutés par la foudre – ou plus précisément de gens à proximité d’objets frappés par la foudre. C’est quelque chose, tout de même. Grosso modo, tout le cas médical n’était qu’une excuse pour voir Kwan et Jules se tourner autour, et ça fonctionnait bien.

On les voit apprendre à se connaître, et on apprend au passage aussi : la mère de Jules fabriquait des bijoux dont la vente était une couverture pour un trafic de drogue ; Kwan n’a pas fait ses études de médecine aux USA, mais à… Saint-Christophe-et-Niévès. OK, on ne va pas se mentir : j’ai dû activer les sous-titres, puis faire une recherche Google, parce qu’au départ, je pensais carrément que c’était le nom d’une école son truc. La série me rappelle violemment que je suis mauvais en géographie, là. J’ai même l’impression de n’en avoir jamais entendu parler avant ?

Bref. Kwan était un excellent élève – et champion d’échec, même – jusqu’à la mort de sa mère, ce qui a quelque peu compromis son futur et ses études. Intéressant, sans être incontournable.

L’épisode se termine aussi en jouant sur nos nerfs : Jo et Link se tournent de plus en plus autour, avec un Link clairement amoureux de sa meilleure amie désormais. Ils n’en parlent pas, cependant, préférant se rendre à l’ouverture de la clinique Amelia Bailey (la mère de Miranda). Yay. Par contre, Carina me manque, vraiment cette semaine.

Les autres cliffhangers ? Lucas s’en veut d’avoir raté l’opportunité de briller lors de sa chirurgie, mais il compense en embrassant enfin Simone. Malheureusement, celle-ci lui réplique un simple « je ne peux pas » sans plus d’explication, et ça rend curieux tout de même. Ce ne semble pas être un problème de « on est collègue », il doit y avoir autre chose de plus.

Enfin, la maison de Meredith ne survivra pas à cette saison apparemment, parce que la fin de l’épisode nous la montre vraiment en train de cramer. J’ai bien aimé savoir que le post-it de mariage avec Derek était sain et sauf, mais j’ai vraiment de la peine pour eux – Amelia, Meredith, Maggie, les enfants… perdent toutes les affaires, là, clairement. Heureusement qu’ils sont richissimes.


 

Grey’s Anatomy – S19E05

Épisode 5 – When I Get to the Border – 17/20
Il est compliqué de donner une note à cet épisode car les trois intrigues qui le composent sont vraiment trop différentes les unes des autres. Il y en a une qui est parfaitement horrible et nécessaire, et que j’imaginais bien voir dans la série depuis plusieurs mois sans me douter que ce serait traiter avec le retour de ce personnage emblématique ; une qui paraissait soporifique, mais nécessaire pour le développement de Meredith et enfin une qui permettait d’apporter de la légèreté à l’ensemble. Bref, c’était super hétérogène, et c’est difficile de savoir quoi en penser.

Spoilers

Meredith visite des campus pour Zola, Lucas tente encore de cacher son secret, Addison et Miranda sont bénévoles pour aider dans des cliniques pour femmes enceintes débordées par les avortements de patientes venant d’autres États.


And our hands that are trained to help them… Our hands are tied.

Franchement, ce début d’épisode m’a bien fait rire : Meredith embarque Zola à travers le pays pour qu’elle checke toutes les écoles pour surdoués afin de trouver sa préférée. Je trouve ça dingue, tout de même, parce que la décision vient juste d’être prise. On sent bien que le processus est speedé parce que l’actrice ne compte pas rester bien longtemps cette saison. C’est dommage, parce que l’intrigue pourrait être vraiment intéressante.

Et inutile de préciser aussi que leur rue dans New-York est la rue habituelle de Seattle, légèrement redécorée pour l’occasion. C’était trop gros, là. Allez, qu’importe : Meredith voyage à travers les USA

Contre toute attente si vous n’avez pas Twitter pour vous spoiler le jour-même de la diffusion (vraiment, il va falloir que je fasse du ménage), la série nous ramène également dans cet épisode Catherine, Jackson et Tommy. C’est supposé être une sacrée surprise, puisqu’une partie de ces personnages a quitté la série. C’est toutefois chouette de les retrouver du côté de Boston, où ils reçoivent la visite de Meredith.

Bon, c’est surtout Jackson qui a la visite de son amie, et ça fait plaisir de voir qu’ils continuent d’être proches. J’aurais aimé que la série parvienne à gérer le départ de Cristina de cette manière, c’est bien plus fluide d’avoir le personnage qui revient de temps à temps. Après, je peux formuler la même phrase pour un paquet de personnages tués brutalement sans la moindre raison, aussi.

Bref, Meredith fait le résumé des attaques de panique de Zola et de ses capacités géniales à Jackson, et on la découvre complètement paniquée par sa nouvelle tâche de parent. Non, vraiment, ça donne l’impression que Meredith découvre qu’elle est mère maintenant que Zola a quelques problèmes. Après, le conseil de Jackson face à cette situation était hilarant : il conseille à Meredith de soigner l’Alzheimer, c’est tout. Je ne sais pas si ça méritait trois scènes de l’épisode pour ça, mais bon, c’est ce à quoi on a droit avant que Meredith retourne auprès de sa fille.

Elle explique à Zola que Jackson lui a proposé un job pour tenter de soigner Alzheimer, Zola explique à sa mère qu’elle a adoré sa journée dans cette école de surdoués, et hop, il est décidé que toute la famille emménagera à Boston. Bye bye Seattle, les scénaristes ont trouvé une raison logique pour le départ de Meredith (même si ça semble précipité et un peu forcé, oui).

En parallèle, on découvre aussi que Tommy et Catherine ont un secret à partager désormais : Catherine fait une rechute, avec une tumeur qui grossit. Elle refuse de voir le problème quand il est question de deux millimètres de croissance – et elle refuse aussi le traitement. Tommy n’approuve pas et aimerait qu’elle se mette à en parler à sa famille, mais bon.

Elle lui rappelle, comme toujours, que son nom est sur l’immeuble alors qu’elle fera ce qu’elle veut, et bordel, qu’est-ce qu’elle est chiante ! Elle passe son épisode à expliquer qu’elle veut mentir à sa famille pour garder sa vie privée et familiale aussi heureuse que possible, et il passe son épisode à essayer de la convaincre de leur en parler. Ils étaient insupportables.

Heureusement, il n’y a pas que ça dans cet épisode qui voit aussi le retour d’Addison, et ça fait toujours autant plaisir. Malheureusement, les scénaristes font le choix de la faire revenir pour une intrigue qui n’a rien du tout de plaisant : Miranda et elle se rendent à un centre d’avortements pour aider sur la procédure, et l’accueil est horrible, avec un tas de manifestants anti-avortement. La parole est décomplexée grâce à la Cour Suprême qui a laissé la possibilité de le rendre illégal à nouveau dans de nombreux États et les manifestants sont violents verbalement avec Addison et Miranda.

La scène est une douche froide pour plusieurs raisons. Déjà, elle contraste avec la conversation mignonne dans le camion que Miranda conduisait, où Addison parlait grosso modo de son fils – j’espère qu’on le verra un jour, il commence à être grand maintenant ! Ensuite, elle contraste avec le ton habituel de la série et les messages que la série souhaite faire passer (vraiment, ça fait bien plus Halloween que l’épisode précédent). Enfin, la scène est violente également parce qu’elle met en scène une majorité de femmes. Anti-avortement. Tss. Bon, de toute manière, vous vous doutez bien qu’après dix-neuf saisons de cette série, mon choix est déjà fait sur la question.

L’épisode met en scène des catastrophes médicales qu’on a pu voir passer plusieurs fois sur Twitter déjà. Ainsi, Addison et Miranda se portent volontaires pour aider dans un dispensaire qui manque clairement de main d’œuvres parce que d’autres ont fermé ou ne pratiquent plus d’avortement. La liste des patientes s’allonge à l’infini et nos chirurgiennes sont débordées comme rarement.

C’est horrible cette intrigue, parce qu’elle nous rappelle que les USA ont pris un virage vraiment inquiétant pour les droits des femmes. Bien sûr, les scénaristes sont dans l’abus, comme toujours : ils profitent de l’occasion pour proposer une intrigue où Miranda et Addison se portent volontaires pour aller aider une patiente qui a une grossesse extra-utérine et a besoin d’un avortement urgent, parce qu’elle risque d’y rester.

Malheureusement, sa voiture est en panne et elle est dans un État où il est interdit d’avorter, forçant Addison et Miranda à la prendre en charge, au point de jouer les ambulancières pour elle. On sait tout de suite que ça va mal tourner pour elles, surtout quand il est rappelé que plein de médecins n’osent plus intervenir pour ne pas aller en prison ou être traités comme des criminels.

Cela ne manque pas : comme chaque fois qu’on voit une voiture plus de trois minutes dans un épisode de cette série (on notera que la patiente n’avait pas de ceinture, une fois de plus), elles ont un accident en route quand la femme commence à perdre du sang. Certes, elle est entre de bonnes mains avec Addison qui peut aussitôt intervenir, mais je sentais que l’on allait avoir un problème plus important.

Il le fallait : la série veut faire passer un message, une fois de plus, si ce n’est pas déjà assez clair. Cette décision de la Cour Suprême tue des vies. Et c’est ce qui se passe quand elles se retrouvent dans un embouteillage. Je m’attendais à voir Addison dans la merde comme elle entamait certaines procédures, mais ce n’est finalement pas le cas : la patiente meurt, perdant trop de sang sans pouvoir être prise à temps par une ambulance. Et cela ne serait pas arrivé si l’avortement était resté une option pour cette femme.

Forcément, Addison refuse un bon moment de déclarer le décès avant de péter un câble sur les pauvres urgentistes – et un peu sur Miranda – qui demandent des informations qu’elles n’ont pas. Bordel. Addison. Kate Walsh est toujours aussi exceptionnelle comme actrice, elle sait délivrer ce genre de speech mieux que personne. La rage, la haine, l’injustice. C’est fou. Bien sûr que ce n’est pas le futur que les scénaristes de la série veulent, bien sûr qu’il fallait qu’ils en parlent et bien sûr que Miranda va ouvrir un dispensaire à Seattle aussi.

Addison envisage quant à elle de se déplacer pour aider les femmes enceintes à avorter si elles ont besoin. C’est horrible, parce qu’elle s’apprête évidemment à changer totalement de vie pour venir en aide à ses patientes, une fois de plus. Faites-moi un autre spin-off pour ça, je veux voir plus d’Addison. J’en ai marre de ne la retrouver que pour un épisode sans savoir quand on la reverra à chaque fois.

Malheureusement, Miranda lui conseille de se rendre dans l’Illinois, alors ça ne risque pas d’être pour tout de suite son retour à l’écran. En attendant, Miranda décide de récupérer le camion-bloc opératoire de Ben pour l’offrir à Addison afin de proposer davantage de procédures d’urgences pour les femmes enceintes.

Autrement, pendant que Meredith est occupée à traverser le pays, Lucas vit désormais avec Amelia, yeah ! Cela ne m’étonne pas tellement : il fallait bien que ça arrive, il a été appelé en renfort pour le baby-sitting des petits. Cela n’empêche pas Lucas de complexer encore et toujours sur son lien de parenté avec elle, et il cherche donc à le cacher par tous les moyens possibles.

Sa tâche se complique un peu quand Amelia a une urgence alors qu’elle a Scout en main : le pauvre Lucas se retrouve donc à devoir gérer son petit neveu dans tout l’hôpital où il ne souhaite pas que l’on connaisse son lien de parenté. Sans trop de surprise, prendre l’ascenseur s’avère alors la pire des idées : il tombe d’abord sur Benson, effrayé par la présence du gamin dans l’ascenseur (toujours plus mdr), puis sur Mika et Simone. Bien sûr, Simone connaît son secret, alors elle doit prendre un malin plaisir à l’écouter se justifier de manière peu crédible tandis que Mika est persuadée qu’il couche avec Amelia.

Il est difficile pour elle d’imaginer autre chose, et elle est loin de tout savoir : Lucas se retrouve ensuite à devoir gérer un incident pour Scout dans la journée. Ses parents sont au bloc opératoire et Scout s’est fait pipi dessus. Bim, Lucas doit donc trouver de nouveaux vêtements pour lui dans sa journée… C’est passionnant d’être interne !

Bien évidemment, il se rend dans le magasin de l’hôpital au moment où tous les internes y font leur pause. On n’a jamais vu autant d’internes en pause en même temps, mais les scénaristes s’amusent bien de la situation de Lucas dans cet épisode, et c’est franchement marrant. Simone tente bien de le sauver de l’embarras, mais elle n’est pas assez rapide : Benson paie pour Lucas qui a oublié sa carte bleue et en profite aussitôt pour découvrir qu’il a acheté un pantalon d’enfant.

Le pire, c’est encore que Lucas se retrouve coincé quand il a une urgence à son tour, forcé d’aller porter le pantalon à Scout. Après tout ça, Benson se fait remarquer une fois de plus en expliquant à Amelia qu’il connaît son secret avec Lucas, lançant une scène de quiproquo plutôt amusante jusqu’à ce que Benson soit prêt à lui offrir des faveurs sexuelles en échange de chirurgie. Elle ne le comprend pas immédiatement, (mal ?)heureusement, mais Lucas finit par lui expliquer.

De manière prévisible, Amelia prend très mal que ses étudiants l’imaginent en train de coucher avec l’un d’entre eux. Malgré les arguments de Lucas, qui sont bons et justes, Amelia lui laisse finalement un ultimatum de trois jours pour enfin dire la vérité. C’est bien logique, mais j’ai eu de la peine pour Lucas – comme quoi, même une intrigue drôle peut avoir son lot de dramas aussi. Après, par rapport à l’intrigue Addison-Miranda, c’était quand même super léger.


 

Grey’s Anatomy – S19E04

Épisode 4 – Haunted16/20
La saison se poursuit en remettant peut-être un peu trop l’accent sur les intrigues des saisons précédentes. Il fallait bien que les couples reprennent leur droit sur la série, même si on est épuisé par une bonne partie d’entre eux. Heureusement, on continue d’avoir un soft reboot en parallèle, avec des intrigues plus légères – mais peut-être un peu trop cheesy. Et à Halloween, on veut des sucreries, pas du fromage !

Spoilers

Pour Halloween, les internes ont droit à une surprise de la part de Richard, puis de la part de Meredith, Nick et Winston. Et rien ne va dans ces surprises, mais ça fait un bon épisode.


Tinder, on Halloween ? What’s your costume ?

C’est parti pour un deuxième épisode d’Halloween dans le train, parce que tant qu’à faire, autant passer un joyeux Halloween comme le dit Owen. Tu m’étonnes que Teddy soit dégoûtée par son mari, il est horrible, franchement. C’est déjà Halloween si on commence par ces deux-là, et en plus, tout l’épisode se concentre par touches sur eux : il faut bien que les personnages se retrouvent autrement qu’avec le sexe, non ?

En parallèle, Miranda passe un excellent Halloween, contrairement à Levi apparemment. Le chef des résidents (le chef de lui-même, donc) croule toujours sous le travail quand Miranda, elle, prend la vie côté fun depuis qu’elle n’est plus cheffe. Elle gère tellement mieux son stress que désormais elle vient déguisée en princesse Leia pour Halloween. Normal.

Cela s’explique parce que Pru est sur le point d’arriver pour faire le tour de l’hôpital afin de récolter des bonbons. Bon. Pru a un sacré Halloween apparemment, entre la caserne et l’hôpital. Va falloir calmer ses parents, je crois (« écrit-il en mangeant des bonbons lui-même). Il faut calmer tous les parents apparemment, parce que Meredith aussi est toute excitée à l’idée d’aller faire le tour du quartier avec ses enfants alors que Jo a déjà fait celui de l’hôpital.

Cela permet de nous présenter un couple Jo/Lincoln qui est bien trop co-dépendant. Il est à peu près évident que Lincoln est en train de tomber sous le charme de Jo, et ça devient lourd de les voir se tourner autour en parlant désormais de rencards Tinder. Que ce soit Teddy qui le souligne pour nous à Lincoln ? C’est parfaitement inattendu, mais ça fait que je l’aime à nouveau. Pour trente secondes à peu près. Ensuite, elle se met à lui dire que coucher avec Jo est la pire idée du monde, parce qu’elle se projette dans la situation. Cela la fait réfléchir sur son couple, et on sent qu’elle est pleine de ressentiments et d’énervement envers son mari. Ce n’est pas gagné les réconciliations.

Comme d’habitude, nous retrouvons également les internes dans cet épisode. Là-dessus, les scénaristes ne manquent pas d’idée pour faire n’importe quoi comme dans les premiers temps. Ainsi, leur activité du jour n’est toujours pas d’opérer – à l’exception de Simone qui parvient à se retrouver aux urgences – mais de… tailler des citrouilles. Une nuit d’Halloween ? C’est n’importe quoi.

En tout cas, les internes s’éclatent bien apparemment. Les différents résultats sont plutôt intéressants, surtout quand on voit ce que propose Benson dans cet épisode. C’est impressionnant. On apprend aussi que Mika déteste les citrouilles, ce qui était plutôt marrant à voir.

Bon, sinon, c’est Halloween : après les citrouilles, les internes sont envoyés dans un laboratoire où Meredith, Nick et Winston ont préparé une petite surprise d’Halloween. Un vrai cadavre, du faux sang et hop, un cadavre à sauver d’une blessure mortelle. Une fois de plus, ça ramène aux débuts de la série – ou peut-être à la saison 5 avec Melissa George (c’était la 5 ?) – et ça fait toujours plaisir à voir.

Cela rend presque sympathique Owen quand, avec Winston, il s’amuse à faire peur aux internes et à tuer tous les faux patients qu’ils ont. En plus, les deux sympathisent en se plaignant de leurs femmes et même si c’est super cliché et chiant de voir ce sexisme, j’ai trouvé que c’était efficace. C’était surtout efficace de retrouver un peu d’entraînement médical pour une fois. Bien sûr, en 2022, les voir s’amuser avec des corps donnés à la science, c’est tout de suite moins fun qu’en 2002. Il fallait donc une interne pour s’énerver de la situation, et c’est Jules qui s’y colle car sa famille a donné son corps à la science elle aussi.

Forcément, Owen rétablit la situation, puis les laisse s’entraîner sur un deuxième cadavre. Concrètement, c’est le même trauma, mais sur un corps différent. Et ils sont tous à fond, parce qu’ils savent qu’ils ont un gain à la clé : une vraie opération. En attendant, ils travaillent en équipe et c’est top à voir.

Bien sûr, ça termine en scène inimaginable il y a vingt ans, car il y a trop de compétition dans le monde d’aujourd’hui. La série souhaite donc plutôt mettre en valeur l’entraide et la bienveillance entre les internes : Lucas gagne la compétition, mais il partage son prix avec tous les internes désormais.

J’ai bien aimé que l’épisode revienne aux sources en rappelant qu’Halloween est aussi une nuit où les urgences sont débordées. C’est Teddy et Maggie qui s’en plaignent et, bien sûr, je n’aime pas ces personnages, mais ça fonctionne vraiment bien. Elles se retrouvent à devoir gérer – avec Simone, donc – deux patients en état critique à cause de LSD. Bon, c’est un rappel rapide et efficace sur la dangerosité des drogues, au moins : ça leur donne envie de voler.

Et quand on a envie de voler, apparemment, on trouve ça drôle de sauter du toit d’une ambulance sur une femme enceinte sur le point d’accoucher, alors que notre père est en train de nous chercher partout dans les urgences car Teddy n’a pas su nous surveiller correctement. Vraiment, du classique pour la série. Le gamin s’explose la jambe, Jo se retrouve avec un poignet endommagé.

Le gamin se retrouve aussi avec Lincoln comme docteur, et je n’aimerais pas être à sa place : Lincoln est clairement énervé par son attitude irresponsable – ou par le fait que Jo a failli mourir, au choix. Il est toutefois forcé de se calmer quand il est temps de calmer le patient. Finalement, tout finit bien pour lui et c’est tant mieux. Son pote, c’est moins évident pour lui : il a de sacrées blessures et a besoin d’être soigné pour de longs moments.

Il est opéré par Maggie et Simone, ce qui est l’occasion pour les deux d’apprendre à se connaître. Nous, on en découvre plus sur Simone, qui a eu affaire à du racisme au cours de sa formation de chirurgienne. Cela l’a obligé à quitter son programme, soi-disant parce qu’elle était trop énervée. Evidemment, cela a finit par l’énerver et la faire péter un câble, au point de détruire du matériel. Le tout a été filmé, et ça a évidemment fini dans les mains des autres internes, sinon ce ne serait pas drôle.

Cela finit par l’être quand elle montre la vidéo à Maggie, cependant. C’est plein de bons sentiments d’un coup, surtout qu’elles sont interrompues par la scène la plus cheesy de tout l’épisode entre deux papas et que ça retermine avec bienveillance entre les internes quand Simone leur avoue la vérité après avoir évité en premier lieu de leur dire.

Sinon, Ben vient déposer Pru à Miranda et c’est encore pire que ce que j’imaginais : après une journée épuisante à la caserne, Pru doit donc parcourir tout l’hôpital ? Et changer de costume pour ça, en plus, parce que Miranda la veut en ewok ? Au secours. Et puis, en quoi une caserne ou un hôpital sont-ils des lieux pour un enfant un soir d’Halloween ? Franchement, Miranda emmène sa fille directement dans une pièce avec un cadavre, quoi, avant de se retrouver entre deux papas déprimés et prêts à s’entretuer en s’accusant l’un l’autre d’être responsable du LSD pris par les enfants. Miranda gère et aide les pères à avoir la bonne attitude envers les gamins, c’est plutôt cool ; mais ça termine donc en scène toute cheesy. Miranda est une super maman, encore et toujours, mais ce n’est pas nouveau, ça.

Autrement, les scénaristes prennent le temps d’approfondir un peu le personnage de Levi dans cet épisode, et c’est plutôt efficace, je trouve. Il est toujours débordé par son travail, bien sûr, mais on finit par comprendre que s’il se laisse affecter à ce point, c’est parce qu’il a peur de perdre un autre patient comme l’an dernier. Mouais. Cela ne l’excuse pas de tout comme il semble le penser, franchement, il parle super mal à une infirmière sans aucune raison.

Richard le voit bien et tente par tous les moyens de lui venir en aide. Il est toutefois dommage que le moyen soit de lui faire creuser des citrouilles, on a connu plus efficace quand même. Perso, ça aurait tendance à m’énerver d’être sous surveillance comme ça pendant que je tente de le faire, parce que ce n’est pas si évident, en fait ?

Cependant, c’est une bonne chose finalement : Richard tente de convaincre Helm de revenir, mais ça ne la motive toujours pas. Contrairement à sa précédente apparition, elle souligne désormais que l’argent pourrait la faire revenir, alors je ne doute pas que ça arrivera un jour ou l’autre. En attendant, Richard propose de venir en aide à Levi autant qu’il le peut en lui reprenant ses patients chaque fois que nécessaire – et en forçant les autres à le faire aussi.

Contre toute attente, Meredith est excitée par Halloween non pas parce qu’elle fera le tour du quartier avec ses gamins, mais parce que c’est l’occasion pour Meredith et Nick de se retrouver tous les deux à l’hôtel. Ils déposent Zola (super costume !), laissent les autres à Amelia (qui redevient une simple babysitter pour cet épisode, super) et vont se faire plaisir comme ils le souhaitent dans une baignoire. Cela faisait longtemps qu’on n’avait pas vu Meredith si souriante, franchement.

Malgré son bain, Meredith a toujours trois tonnes de fond de teint et son bon moment est interrompu : Zola fait une autre crise d’angoisse et appelle sa mère à la rescousse. Zola sera donc la raison pour laquelle Meredith quittera finalement Seattle cette saison : c’est bien logique et on s’y attendait. Son génie finit par la faire stresser beaucoup trop d’avoir Alzheimer un jour, ou de connaître quelqu’un avec. C’est bien malheureux comme tout, cette situation, et ça fait qu’elle devra être prise en main par d’autres experts. Bref, je sens qu’on va avoir nos huit épisodes avec Meredith d’un seul coup… et ne plus la revoir.

Il y a de toute manière d’autres intrigues qui occuperont beaucoup de temps. Owen et Teddy ne sont pas sur le point de régler les problèmes dans leur couple si Owen se met à s’endormir quand Teddy essaie de se confier à lui (choisis ton moment peut-être ?) ; Maggie et Winston vont traverser une crise aussi (parce que Winston ne supporte pas de bosser avec Maggie et envisage de changer de spécialité) ; Jo et Linc se tournent autour ; les nouveaux internes viennent d’arriver… Il y a plein de choses à faire !


 

Grey’s Anatomy – S19E03

Épisode 3 – Let’s Talk About Sex – 17/20
Les quelques surprises de l’épisode sont un peu gâchées par Twitter qui spoile toujours tout, mais ça n’empêche pas l’épisode d’être réussi. Le côté reboot continue en étant toujours aussi efficace, apportant la fraîcheur des débuts et les mélangeant avec les problèmes de 2022. Et c’est très bien comme ça, parce que ça fonctionne très bien cette recette !

Spoilers

Il est temps pour la série de prendre en compte les stupidités de la Cour Suprême.


Sex is fun and I need you to look like it.

J’ai vraiment hâte de voir cet épisode, mais pour les mauvaises raisons : on me l’a spoilé sur Twitter, une fois de plus. Ce n’est pas faute de faire attention, mais apparemment c’est trop compliqué de mettre un hashtag – ou d’avoir l’idée de le mettre EN DEBUT de tweet pour que l’on ne puisse avoir le choix de ne pas lire Kate Walsh avant le reste ? BREF.

Trop de spoilers pour gâcher la surprise, mais pas pour gâcher tout l’épisode, espérons. Personne ne m’avait parlé des petits mouvements de hanche de Lucas qui ouvrent ces quarante minutes. Le début d’épisode fait en effet le choix de nous montrer l’arrivée au travail des chirurgiens, en commençant par deux internes, une fois n’est pas coutume. C’est la nouvelle tradition de cette saison, apparemment.

Pourtant, on nous ramène aussi Amelia de cette manière. Elle n’utilise pas d’écouteurs quand elle a des conversations en visio sur son lieu de travail, et c’est bizarre. Après, ça permettait une scène assez prévisible où Kai débarque la voir par surprise… mais où Amélia refuse de l’embrasser parce qu’elle est au travail ? Excusez-moi ? Quelle hypocrisie cette scène, franchement !

Meredith, elle, arrive au travail avec Zola, qui sèche de nouveau les cours à cause d’une autre crise de panique. A la place, elle espère pouvoir assister à une procédure médicale – préférant ça à la Révolution Française. Super. Meredith refuse, tout en étant surprise de voir Miranda débarquer elle aussi à l’hôpital. Elle apprend rapidement, par Nick, que Miranda et Jo ont décidé de mettre en place un projet avec les internes et qu’il n’a pas su dire non à Miranda.

A part ça, le fait que le programme soit fermé pour ce genre de raison, ça semble bien trop vite oublié. Rien n’a changé à l’hôpital, honnêtement. Sinon, en voix off, Meredith nous parle de l’historique autour de ce qu’était l’hystérie en 1800 et du traitement mis en place pour le traiter – la masturbation, concrètement. Ca m’a fait rire qu’au moment où elle nous indique que les médecins ne masturbent plus les patientes, on se retrouve avec un gros plan sur Levi. J’ai l’esprit mal tourné, ce n’est sûrement qu’une coïncidence.

Levi n’est toujours pas passionnant cette saison, par contre, ça ne lui réussit pas d’être chef des internes. Je veux dire, il leur interdit désormais de poser des questions avant 8h ? Je peux comprendre l’idée, mais s’il les prépare à 7h50, c’est peut-être lui le problème ? C’était un peu n’importe quoi, mais ça apporte un bon humour quand ça permet à tous les internes de rencontrer Bailey sur la pire question possible de Mika : qui est Bailey ?

Bon, il devrait y avoir pire. Le projet de Miranda et Jo ? Eh, elles font appel à Addison, ou l’inverse d’ailleurs, je ne sais pas trop, pour que les internes puissent prendre le temps de faire de la prévention vidéo sur l’éducation sexuelle. Cela semble carrément nécessaire à ce stade. C’est toujours un plaisir de retrouver Addison ou de la voir rencontrer (enfin !) Jo, de manière officielle. Je n’arrive pas à croire que ça ne soit jamais arrivé tant les deux paraissent iconiques pour la série, mais bon, c’est le privilège des séries qui durent dix-neuf saisons, ça, j’imagine.

Toujours est-il que l’intrigue de cet épisode vient directement toucher une corde très sensible et révoltante : la Cour Suprême a eu la merveilleuse idée de rendre de nouveau illégal l’avortement dans de nombreux États, rendant la prévention plus que jamais nécessaire pour sauver des vies – au sens propre si les avortements illégaux tuent des gamines comme au sens figurée pour les gamines qui se retrouveraient à s’occuper d’enfants bien avant l’âge où elles sont supposées avoir envie d’être mères.

Dans le même état d’esprit, Addison parle de patientes venant la voir, dès 18 ans, pour se faire ligaturer les trompes et être sûre de ne pas tomber enceinte avant d’avoir terminé leurs études. Pardon ? La réflexion de Jo sur le sujet est tellement vraie – elle n’a pas voulu d’enfant avant ses trente ans – mais l’information d’Addison, qui j’en suis sûr s’appuie sur un fait avéré, me fait juste carrément flipper. C’est une conséquence à laquelle je n’avais jamais songé, mais je les comprends, les étudiantes terrifiées ou toutes celles qui ne veulent pas être mères.

Du coup, c’était un peu dérangeant de voir les internes chercher à se défiler face à ce genre de problématique. Tu peux bien laisser tomber une journée ton bistouri pour ça, surtout si tu es payé. Je comprends toutefois Lucas qui se barre quand Addison vient le voir et lui parler de manière super sympa. Avec sa robe à décolleté toujours aussi iconique, Addison lance bien malgré elle de nouvelles rumeurs sur Lucas, j’en suis sûr, puisqu’elle lui parle devant Simone.

Lucas demande donc à travailler aux urgences avec Teddy et Owen (il doit vraiment être désespéré) quand Benson, lui, n’a pas le droit de s’échapper. Lucas doit regretter son choix malgré tout, car il se retrouve à devoir s’occuper d’aider une vieille femme à retrouver sa petite-fille en train d’accoucher. Nous reconnaissons immédiatement la grand-mère de Simone, mais Lucas met un peu plus de temps à découvrir la vérité. C’est violent toutefois : il finit par faire le lien en lisant le dossier médical de Denise Griffith sur sa tablette.

Humph. Ils sont vachement à jour dans les archives pour avoir une version numérique accessible si rapidement, depuis tablette, d’un dossier datant de 1995. Et bordel, Simone est née en 1995 ? Ce personnage est plus jeune que moi. C’est logique, mais ça me fait bizarre devant Grey’s. On note aussi qu’elle est née un 19 octobre, l’épisode étant diffusé le 20 ; on sait déjà pourquoi la grand-mère est là.

Cela n’empêche pas Simone d’être surprise de croiser sa grand-mère avec Lucas. Et cela n’empêche pas la grand-mère d’être complètement confuse quand elle retrouve Simone et qu’elle demande à voir Denise – qui est morte en accouchant. La situation est un peu horrible à voir, mais heureusement, Meredith passe dans le coin et sait reconnaître les symptômes. Elle intervient aussitôt pour s’occuper de la grand-mère et rassurer ses internes. Ah, Meredith.

Elle est une super mentor à ce stade. Elle se débrouille en effet pour trouver Simone ensuite, lui raconter son propre calvaire avec sa mère et se montrer plus humaine que le reste de l’hôpital ne le fut avec elle. Elle lui conseille même d’entrer dans les délires de sa grand-mère pour que ça fonctionne mieux entre elles. C’est difficile à faire, mais ne pas aller contrer toutes les idées d’une personne qui perd la mémoire est en effet un bon moyen d’apaiser les difficultés de cette personne.

C’est une bonne intrigue et je suis content que ça soit vite mis en place. En plus, j’aime aussi le fait que Lucas découvre le secret de Simone, et inversement. De manière prévisible, Simone apprend en effet l’identité de l’autre interne en faisant quelques recherches sur lui pour comprendre son interaction avec Addison. J’ai aimé voir ces deux-là se rapprocher, tout comme j’ai trouvé efficace d’avoir Lucas qui s’occupe de la grand-mère de Simone. Ca le rend plus humain. Et comme toujours avec cette série, c’est un rapprochement à surveiller car il cache sûrement plus que ça… mais j’avoue, une part de moi est dégoûté que ça ne termine pas en couple Lucas/Levi. Si vous trouvez l’idée bizarre, regardez The Thing About Harry et on en reparlera ?

Pendant ce temps, côté vidéo d’éducation sexuelle, c’est la catastrophe. Les internes se retrouvent à devoir lire des scripts devant caméra et devant toute une classe d’adolescents qui est juste heureuse de pouvoir sécher les cours à mon avis. C’est un peu trop cliché de les voir s’endormir et être sur les portables comme ils le sont – la vérité, c’est qu’ils feraient un bruit de malade s’ils s’ennuyaient comme ça tout en se connaissant et en étant de la même classe, mais bon.

L’essentiel est ailleurs : Jo était sûre que les internes sauraient rendre intéressant son projet, mais bon, elle leur fait lire des faits vraiment inintéressants. Cependant, la journée n’est pas perdue pour autant : Addison croise une adolescente inquiète de son retard de règles quand une autre fait un malaise. La pauvre assure être vierge et regrette de savoir que sa mère balance à tout le monde l’existence de ses règles douloureuses… mais un petit scan montre un problème médical bien plus important, une torsion ovarienne, qui va forcer Addison à l’opérer car Carina est déjà en pleine hystérectomie.

Je trouve ça franchement dommage que Carina ne soit pas présente pour cet épisode, ce serait un peu la base tout de même, même si son intrigue où elle galère à tomber enceinte ressemble à celle qu’a pu être Addison. Bref, l’essentiel, c’est qu’elle choisit le bon jour pour son malaise : Addison et Miranda sont ravies de redemander l’autorisation d’opérer dans l’hôpital.

L’opération ne se déroule pas au mieux, mais ça permet à Jo d’apprendre de nouvelles choses, parce que, eh, bosser avec Addison Montgomery, ce n’est pas tous les jours non plus. Finalement, tout est bien qui finit bien et les nouvelles sont bonnes pour la maman de la gamine qui se fait opérer. La mère culpabilise tout de même et Miranda lui souligne à quel point le manque d’éducation sur le sujet est banal et explique qu’elle soit passée à côté du problème. Cela fait toujours du bien à entendre.

En parallèle, les internes continuent de se démerder comme ils peuvent pour gérer les lycéens. Simone se barre aussitôt qu’elle est bipée, heureuse de pouvoir s’échapper – tout ça pour tomber sur sa grand-mère – et l’épisode en profite pour nous révéler que Mika est bisexuelle, ne couchant presque qu’avec des femmes. Ma foi, c’est un coming-out comme un autre, et tout le monde s’en foutrait si ça ne l’empêchait pas d’expliquer comment mettre un préservatif sur une banane.

Jules finit par proposer une approche différente et s’éloigne rapidement des scripts soporifiques de Jo. Cela marche beaucoup mieux, il y a un bon humour dans la manière d’expliquer la sexualité et de montrer comment mettre un préservatif sur une banane – Benson m’a fait rire à expliquer qu’il n’avait jamais eu à le mettre sur quelque chose d’aussi petit qu’une banane, tout en m’intriguant à vouloir fuir le sujet à chaque fois ; mais la plus drôle était encore Mika et sa distribution de préservatifs.

J’ai beaucoup moins apprécié la partie où Jules cherche comme elle peut une solution pour expliquer ce qu’est le consentement à des adolescents. C’était marrant de la voir s’adresser à Link pour ça, même si ça tourne au harcèlement à force ; moins de voir Winston l’envoyer bouler sans vraie bonne raison. Le seul couple qui accepte de parler de consentement devant des gamins ?

Owen et Teddy, bien sûr. Qu’est-ce que je les déteste ! Cependant, ça m’a fait rire de voir Owen être si à la ramasse et leur échange en vidéo fonctionnait bien. Je me suis aussi éclaté à constater qu’il y avait toujours le même figurant en train d’écouter les échanges entre les internes ; il m’a fait mourir de rire à chaque fois. Ce n’est pas du bon travail de figurant, j’imagine, mais ça colle bien d’avoir un ado qui écoute aux portes – surtout quand il n’y a pas de porte.

Cette intrigue finit donc par me faire apprécier Owen et Teddy, qui terminent l’épisode en couchant ensemble et en apprenant à mettre en pratique les zones les plus érogènes. Je trouve ça dingue, quand même, qu’un adulte de l’âge d’Owen puisse passer tant de temps à côté de la plaque – mais après tout, je me dis que c’est peut-être une question de génération et d’éducation tout ça.

Côté génération, je ne suis vraiment pas convaincu par la mise en pratique des conseils des internes pour les vidéos. Si ça marchait bien de les voir s’ouvrir et quitter les scripts, si c’était cool de voir Bailey et Jo reconnaître qu’elles avaient tort… ça l’était moins de voir le résultat final des vidéos en musique. Ca m’a fait rire de voir le casting danser – j’aime toujours quand le casting de cette série danse – mais la vidéo sur l’ordinateur de Miranda ? Pas dingue.

Miranda profite en tout cas de ce projet pour revenir à l’hôpital, et ça c’est chouette comme tout. Même si elle ne le fait pas en tant que cheffe. Elle le refuse catégoriquement : elle veut bien redevenir prof pour les internes, elle veut bien ouvrir une clinique pour les adolescentes et les cas problématiques, mais pas être cheffe. Bien, plus qu’à retrouver un nouveau chef désormais. En tout cas, Miranda fait bien : il y a beaucoup trop de problèmes quand on est chef, et les internes qui se mettent à coucher ensemble, ça va clairement finir par être un problème. Je veux dire : Benson et Jules couchent en fin d’épisode, juste pour une fois, sans sentiment.

Heureusement que Benson était coincé tout l’épisode – mais j’avoue, ils se font du rentre dedans tout l’épisode aussi. On verra bien à quoi ça mènera, mais il me fait rire le Benson à demander pourquoi tout le monde est marié avec tout le monde dans cet hôpital et ne pas se tenir plus de trois épisodes avant de commencer à coucher avec tout le monde. Enfin, avec Jules, en tout cas.

Reste à parler du cas de l’adolescente ayant du retard dans ses règles : Addison la confie finalement à Levi quand elle doit aller opérer. C’est Levi qui est forcé de lui expliquer qu’elle est enceinte et peut avorter si elle ne souhaite pas le garder ; puisqu’avant dix semaines, il suffit de prendre une pilule qui provoque « de grosses règles ». Mouais. J’ai déjà attendu ce mensonge ; et on m’a dit que c’était mensonge, parce que c’était plus douloureux que ça. J’imagine que chaque cas est différent, après.

C’était tout de même un peu bouleversant de voir cette ado faire face seule à cette décision. C’est bien de montrer que c’est possible, mais j’aurais aimé la voir avoir au moins une personne avec elle – pas forcément un parent, mais genre, un(e) ami(e) de confiance, par exemple.

Autrement, Zola est donc de retour à l’hôpital après une crise d’angoisse et il va de soi qu’elle ne reste pas dans le bureau de sa mère toute la journée, comme elle le devrait. Non, elle tente de trouver une opération à laquelle assister et tombe sur Nick, qui la prend sous son aile pour mieux remarquer extrêmement rapidement, avec Kai, qu’il a affaire à une véritable génie. Zola est en effet capable de reconstituer des puzzles censés être impossibles à faire pour son âge – des puzzles de logique qui dépassent même certains adultes, ou Nick.

On se croirait dans Alias, je sais, mais j’aime voir ça, et j’aime voir les tantes débarquer pour constater le phénomène avec stupeur. Attendez, ça fait trois ou quatre saisons qu’on nous dit que Zola est géniale, faut pas abuser, on le savait tous ! Meredith réagit d’ailleurs un peu comme ça, tout en étant énervée de voir sa fille être examinée par tout l’hôpital à peu près, sans son accord.

C’est de la fierté mal placée, mais en fin d’épisode, elle reconnaît que c’est bien pratique tout de même d’avoir pu avancer dans un diagnostic pouvant expliquer ses crises d’angoisse : elle est trop intelligente et a besoin de challenge différents, exactement comme Maggie à l’époque. J’ai aimé voir Maggie culpabiliser d’avoir raté ça – parce que je n’aime pas Maggie après tout, j’ai aimé voir Amelia lui donner des conseils, mais ça ne me fait pas oublier que nous n’avons pas eu de scène Amelia/Addison cette semaine.

Bon, Amelia était occupée avec Kai, on va dire. Meredith l’est aussi avec Nick et de toute manière toute la fin d’épisode est juste un grand bal de gens qui s’embrassent et couchent ensemble. Grey’s Anatomy quoi.