Charmed (2018) – S02E15

Épisode 15 – Third Time’s the Charm – 18/20
J’ai toujours eu un faible pour ce genre d’intrigue et ce type d’épisode, et ce n’est pas celui-ci qui va me faire dire le contraire. C’était une bonne aventure, j’ai bien aimé ce que ça donnait et ça permet d’aboutir à ce que j’attendais depuis une quinzaine d’épisodes. Par contre, côté développement, les personnages secondaires sont sur la touche et le titre spoile beaucoup trop à mon goût.

> Saison 2


Spoilers

215

You made Whitelighter, didn’t you?

Quelle inspiration pour les titres des épisodes cette saison, c’est quelque chose ! L’épisode reprend avec la bonne idée d’une scène entre les sœurs pour parler de ce que leur Gardienne a dit et des angoisses de Maggie par rapport au Pouvoir des Trois. De son côté, Harry tente de dupliquer le talisman permettant de contrôler Jimmy. C’est une bonne idée, et meilleure que celle de Macy qui veut le refusionner avec lui, je pense.

Pour la première fois depuis bien longtemps, les sœurs ont aussi une alerte qui les mène à Portland pour sauver une sorcière. Elles font tout ça comme si c’était la routine, alors que franchement, je pense bien que ça fait au moins cinq épisodes que ce n’était plus arrivé. À Portland, elle retrouve Bruce, un type de l’épisode 12 si ma mémoire ne me trompe pas. Il sort un flingue, mais est vite arrêté par les filles. Il leur fait alors découvrir qu’il possède un démon en cage.

Sans plus réfléchir que ça, les sœurs passent à l’action pour se battre contre le démon qui reste à bonne distance d’elle, offrant ainsi une scène d’action qui n’en a pas l’allure et qui n’est pas dingue. Bruce ? Il avait clairement une montre pour contrôler le démon, sauf que Maggie a la bonne idée de lui détruire, inquiète de ce qu’il pourrait faire avec.

Pas un instant les filles ne le comprennent avant que Bruce ne se fasse tuer alors qu’il tentait de fuir le démon qui se venge avant de se barrer. Il faut dire que les pouvoirs des sorcières sont inefficaces sur ces monstres, en plus. Prises de court, il ne reste plus aux sœurs qu’à libérer la femme que Bruce avait enlevé et qui a déclenché l’alarme.

Entendant d’autres véhicules arriver, les filles sont forcées de nous ramener Eillis Grey au QG… Et il s’agit en fait d’une Fondatrice, nommée Céleste, pas du tout de la maman de Meredith Grey ou la vice-présidente des États-Unis de Scandal. Comme ça ne m’étonne pas qu’elle soit une Fondatrice, du coup. Une actrice pareille, il fallait un rôle pour justifier sa présence.

La Fondatrice a quelques siècles d’âge et c’est également une pote de Da Vinci, paraît-il ! Rien que ça. Forcément, c’est aussi quelqu’un dont Harry se souvient bien : elle était là quand il a été séparé de Jimmy. Il se sent alors plein de rage envers elle et refuse de rester dans la même pièce que celle qui a créé les êtres de lumières. Certes, je le comprends bien, surtout que Celeste est aussi insupportable et cryptique que dans l’ensemble de ces rôles. C’est quand même dingue qu’elle soit toujours dans des rôles différents, mais toujours pète-c*uilles, si vous me le permettez.

En tout cas, même si je comprends Harry, sa réaction immature n’est pas des plus utiles : Céleste est prête à aider les sœurs et elles en ont bien besoin comme elles n’ont plus le Pouvoir des Trois. Macy ne l’entend pas de cette oreille après avoir parlé avec Harry. Elle refuse donc son aide et les sœurs découvrent qu’il n’est pas évident de dire « non » aux Fondateurs : Céleste n’hésite pas à jeter un sort.

Bien qu’elles pensent l’avoir arrêtée, Macy se retrouve alors dans un univers parallèle plutôt drôle.

En effet, alors qu’elle se rend au Manoir pour parler à Harry, elle découvre que celui-ci est marié, mais aussi papa de deux filles, avec… Abigael. Magique. Mel et Maggie trouvent cela parfaitement normal, avec une Mel qui semble en vouloir à Macy et une Maggie égale à elle-même, c’est-à-dire prête à tout pour faire régner la paix des ménages dans sa famille.

Ce n’est pourtant pas évident dans ce monde où Macy a abandonné sa famille pour aller bosser avec Julian. Dès lors, Abigael a servi de remplaçante à Macy dans le Pouvoir des Trois, puisqu’elle avait ses pouvoirs démoniaques. C’est aussi perché que crédible comme scénario, ils savent déjà quoi faire en cas de mort de Macy comme il avait fallu tuer Prue, quoi.

Comme toujours dans ce genre d’épisode, Macy lutte pour faire entendre raison et personne ne croit à ses histoires : ni ses sœurs, ni Harry ne se souviennent de Céleste et de ce qu’elle avance. Pire encore pour Macy, Abigael est mariée avec Harry et vit dans sa chambre.

Elle la confronte alors le jour de son anniversaire et ça se passe bien mal, avec un épisode qui part en vrille super rapidement : Abigael et Macy s’affrontent dans un combat qui mène à la mort imprévisible de… Maggie, qui se retrouve victime collatérale de l’affrontement. C’est bien dommage pour elle. Paniquée, Macy se réveille enfin dans le QG et apprend que tout ça n’était bien qu’un sort lancé par Céleste, comme elle s’en doutait.

Pas le temps de s’en remettre que Maggie a alors une vision lui permettant de voir le monstre du début d’épisode dans Safespace. Alors que Mel remet en cause ce qu’elle dit, Maggie se précipite hors du QG dans Safespace et… Tout le monde l’y prend alors pour une gamine, y compris Jordan. Il faut dire que quand elle se regarde dans le miroir, c’est exactement ce qu’elle est : une fillette de dix ans. C’est gênant, comme tout.

Cela l’est d’autant plus qu’elle continue d’avoir des visions du démon prêt à surgir à n’importe quel moment, y compris quand une de ses sœurs vient lui faire la morale. Mel se fait alors tuer comme une merde avec le démon l’attaquant derrière elle. Ce fut rapide de voir la mort de deux des sœurs Vera, ma foi.

C’est là que l’épisode en profite pour nous dire qu’elles dorment encore toutes les trois et que Céleste est en train de les forcer à se voir mourir les unes après les autres. C’est un schéma d’épisode qui m’a rappelé l’un des meilleurs de Dollhouse et ça me paraissait super logique : c’est dans les rêves qu’elles sont le plus vulnérables, donc le plus susceptible de retrouver le Pouvoir des Trois. Ce n’est pourtant pas la voie choisie par cet épisode.

Céleste est surprise dans son plan par Harry, à qui elle explique que quelque chose ne se passe pas comme prévu. Normalement, avec ce sort, la personne doit se réveiller quand elle meurt. Là, ce n’est pas ce qu’il se passe, parce que selon Harry leur plus grande peur n’est pas de mourir, mais de se perdre l’une l’autre. C’est con, parce que si les trois viennent à mourir dans les rêves, alors elles ne se réveilleront plus.

Il faut sauver le soldat Macy ! Céleste décide alors d’envoyer Harry dans les rêves, car c’est le seul moyen de sauver les sœurs. OK, pourquoi pas, surtout que je retrouve là l’habitude de la série d’origine de tuer les sœurs pour le fun. On enchaîne avec le rêve de Mel, dans une sorte d’hôpital psychiatrique où elle est aidée par Jordan, ce qui n’a pas tellement de sens mais permet quelques économies du côté du budget. Pas besoin d’embaucher un nouvel acteur même si en fait Jordan n’est pas Jordan : il est son ancêtre et il est en train de brûler les sorcières !

Mel n’a plus de pouvoir pour l’arrêter, Macy et Maggie sont sur le bûcher, c’est la merde et… Harry débarque comme prévu. On ne saura pas comment il s’est libéré des chaînes qu’il avait en arrivant dans le rêve, mais il parvient à neutraliser l’ancêtre de Jordan, puis explique la situation aux sœurs. Comprenant qu’elles ne doivent surtout pas perdre Macy, Maggie et Mel sont prêtes à se sacrifier pour elle… mais pas autant qu’Harry.

C’est suffisant pour que les sœurs se réveillent alors. Elles se remercient, remercient Harry, c’est plein de bons sentiments et on en oublierait presque que Céleste s’est cassée on ne sait où. Elles s’en rendent compte pour être mieux confrontées une nouvelle fois à l’alerte de Portland. Elles ont toujours peur d’être dans un rêve mais n’ont pas tellement le choix que de faire avec. Une fois sur place, elles entendent un hurlement et retrouvent une sorcière morte dans une maison de l’horreur un tantinet flippante dans laquelle se trouve le démon de l’épisode, pour de vrai cette fois.

Comme elles n’ont toujours pas le Pouvoir des Trois et que les pouvoirs solo ne sont pas utiles, elles n’ont plus d’autres choix que de travailler ensemble et tenter de recréer le Pouvoir des Trois sans la moindre Triquetra au sol. Toujours d’une manière différente, donc. En tout cas, comme l’annonçait le titre, cette fois ça y est, on retrouve enfin le Pouvoir des Trois.

J’ai aimé cette scène d’action, surtout après le mauvais début d’épisode, parce que les trois sœurs ont l’occasion d’utiliser leurs pouvoirs chacune et parce que ça mène à la mort du démon bien rapidement. Une page se tourne enfin avec ce retour du Pouvoir des Trois, ça fait du bien.

Au QG, Céleste est finalement pardonnée par Harry, on ne sait pas trop pourquoi, parce qu’elle a quand même fait de la merde. Elle se justifie comme elle peut auprès des filles et de lui, avant de nous rappeler que le monde magique fait face à sa plus grande menace. Céleste est prête, bien sûr, à les aider quoiqu’il arrive, même si cela devait signifier se suicider. OK. Elle se barre quand même à l’autre bout du monde, au soleil, pour faire bonne mesure probablement.

Quant à la fin d’épisode, elle voit Mel offrir alors une bague à ses sœurs et le Pouvoir des Trois recommencer à briller plus fort que jamais. Alléluia !

> Saison 2

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.