Faut-il vraiment tolérer le sexisme (et tout le reste) de Perry Mason ?

Salut les sériephiles,

ray collins Tumblr posts - Tumbral.com
/!\ Un mini spoiler sur la série d’origine et des spoilers sur les cinq premiers épisodes de la version HBO (2020).

Cela fait une bonne semaine que je vous en parle l’air de rien dans plusieurs articles, mais voilà, j’ai cet article qui me titille le petit doigt depuis tout ce temps alors il était temps de me poser pour l’écrire. À la question posée par le titre de cet article, la réponse est évidemment non, c’est indiscutable. Pourquoi la poser alors ? Parce que c’est ce qui semble être fait et c’est précisément ce qui m’énerve le plus avec la série. Celle-ci a d’autres défauts, notamment une tendance fâcheuse à la scène inutile et longue pour le plaisir de combler du temps, mais ce qui m’énerve le plus, c’est son côté rétro cherchant à légitimer des trucs qui ne devraient pas l’être en 2020 : racisme, homophobie et surtout patriarcat écrasant.

juin 2020 – Just One More Episode

C’est normal, c’est dans le passé.

L’argument est celui qui vient le plus spontanément à l’esprit : la série est un reboot d’une série datant de 1957 et son action se situe en 1932. Evidemment qu’on est confronté à du racisme, de l’homophobie et une place de la femme très, très bas sur l’échelle sociale, c’était le quotidien de l’époque et ce serait idiot de faire comme si ce n’était pas le cas. Là-dessus, je ne peux qu’approuver et aller dans le sens de légitimer ce qui est mis en scène… Sauf que ce n’est pas si simple, ni évident.

Patriarcat

OK, la série d’origine a pléthore de personnages masculins et le monde dans lequel évolue Perry Mason est particulièrement masculin. C’est évident. Seulement en 2020, cela ne semble pas compliqué d’injecter de nouvelles scènes avec plus de femmes. La série se borne à montrer des tas de scènes avec au moins cinq hommes blancs de plus de 50 ans à l’écran. C’est assez hallucinant. Des scènes entre secrétaires, des témoins féminins, des croyantes religieuses… Les occasions ne manqueraient pas en les cherchant un peu plus. Ne pas le faire, c’est au mieux de la paresse, au pire… ben c’est juste être rétrograde et s’enfermer dans le passé, en s’en justifiant par le reboot d’une série du passé.

Plus la série avance, plus les personnages féminins commencent à gagner de l’importance et passent un peu plus le Bechdel Test (et encore, c’est vraiment de justesse), mais pour l’instant, on dirait vraiment que la série tente de nous justifier ce qu’elle propose par le contexte historique. Or, ça ne saurait être suffisant.

Voir aussi : Ce que c’est que le Bechdel Test

perry mason | Explore Tumblr Posts and Blogs | Tumgir
L’excuse des scénaristes, probablement. 

« Regardez, on fait les choses bien ».

Un autre aspect dérangeant devant la série et cette impression que la série veut cocher un bingo diversité et minorité, quitte à bâcler les choses et tomber encore plus dans les clichés. Ainsi, j’aime beaucoup le personnage de Drake, un policier noir très bien introduit dans la série… mais finalement, il est introduit uniquement pour poser des questions par rapport au racisme ambiant de l’époque et pour combler le temps avec une sous-intrigue qui ne fera rien avancer. C’est très frustrant : le personnage est sous-exploité et réduit quasiment uniquement à sa position de noir dans la société (certes, il y a aussi le personnage de sa femme… mais de quoi parlent-ils tout le temps ? Bingo, des problèmes de Drake avec sa hiérarchie raciste et de la manière dont il faut se comporter face à des situations racistes).

HBO's Perry Mason Tweaks the Past to Build a More Exciting Future ...
Je fondais tellement d’espoir sur ce personnage que je suis déçu de son traitement, inévitablement.

Difficile de ne pas évoquer aussi le cas de Della. Vous vous souvenez de ce que je dis du patriarcat plus haut et des scènes pleines de mâles blancs en mal de jeunesse ? Eh bien, Della, c’est tout l’opposé. C’est une femme de moins de 50 ans, qui gère tout toute seule sans obtenir de vraie reconnaissance de son statut (son boss l’aime bien, mais elle est quand même là pour répondre au téléphone, mince pourquoi essaie-t-elle tant de communiquer ses bonnes idées ?). Une femme forte dans une société où le patriarcat est roi ? Une femme qui porte tout sur ses épaules et qui est en plus capable de faire du bon travail ? « Eh, faisons-en une lesbienne » ce sont dit les scénaristes…

Oui, re-bingo du « regardez on fait les choses bien », Della, personnage qui flirte avec Perry dans la série d’origine, devient lesbienne pour les besoins de ce reboot. Difficile de faire plus cliché : une femme forte et capable de faire tout ça ne peut qu’être lesbienne aux yeux des scénaristes apparemment, parce que bon, ce n’est pas comme si une femme pouvait être tout ça tout en restant hétérosexuelle, hein ? Ugh. Puis, si vous pensez que je vais vous épargner la raison de cette homosexualité, vous vous trompez, il me reste mon dernier point !

Perry Mason' Season 1, Episode 2: In the Trenches - The New York Times
Oui, il y a de quoi être en deuil, effectivement.

Male Gaze

Et enfin, le truc le plus dérangeant dans la série ? Elle tombe dans tous les clichés possibles concernant le male gaze, et c’est probablement ce qui m’a le plus perturbé pour une série sortant en 2020. Pour rappel, le male gaze, c’est la tendance d’une production à avoir un point de vue exclusivement masculin et hétérosexuel de la nudité/sexualité. Je simplifie beaucoup une notion complexe pour le bien de la brièveté de l’article, mais vous avez l’idée.

La nudité dans la série ? S’il s’agit de voir une femme nue, vous pouvez être sûr qu’on verra en détail ses seins au moins et qu’on fera tout pour la sexualiser à fond. Il faut que la nudité féminine fasse naître le désir, et ça se voit dès le pilote de la série et dans une majorité d’épisodes depuis. C’est un festival de poitrines… Sauf quand il s’agit de Della au lit avec sa copine.

HBO's 'Perry Mason' Cast In Real Life: Which Characters Are Based ...

Ben oui, quitte à tomber dans les clichés, Della, le personnage féminin principal (ça se discute comme il y a aussi Alice, mais ne nous leurrons pas) se retrouve à se dénuder dans une scène… mais on ne verra rien d’autre que la caméra s’attardant longuement sur ses jambes et sur le retrait de ses vêtements. Concrètement, c’est pour nous dire que c’est ce que regarde sa copine, alors c’est du male gaze déguisé, mais c’est tellement typique de ce genre de séries rétro… Autant début 2000, ça m’aurait paru bien normal, autant merde, vingt ans après, ça commence à être grossier comme artifice.

Ainsi donc, la seule raison de l’homosexualité de Della semble être d’ajouter cette scène où les deux femmes finissent au lit, mais sans être sexualisées non plus. Il ne faudrait pas trop choquer l’audience avec de la nudité et du sexe lesbien, par contre enchaîner sur du sexe hétéro où on ne voit rien de Matthew Rhys (non pas que ça m’intéresserait de voir ça, merci bien) mais tout de la poitrine de sa partenaire, ça oui. Bref, Della est lesbienne, et tant mieux, mais ça paraît juste être un appel du pied pour qu’on félicite la production de « moderniser » la série avec ce genre d’intrigue auxquelles on ne donne finalement aucun poids ou intérêt particulier.

Perry Mason: Chris Chalk, Juliet Rylance and Susan Downey on TV ...
Elle est bien plus intéressante que sa seule sexualité, heureusement, et elle est autrement un personnage bien écrit et construit. C’est juste dommage de tomber dans un tel cliché qui ne véhicule pas la meilleure des idées, surtout quand on voit que c’est juste pour faire parler d’eux grâce au changement par rapport à la série d’origine.

Les fans les plus attentifs me diront à présent que j’exagère sur le male gaze parce qu’il y aussi plein de nu masculin, et même quelques scènes de nu intégral pour plusieurs acteurs, seulement vous remarquerez que là, il n’est plus question d’érotiser la nudité. Dans le pilote, on a une scène qui a pour vocation d’être comique en s’appuyant sur un ressort de nudité couplé à de la grossophobie (tant qu’à faire), alors que par la suite, les hommes nus sont simplement des cadavres. On a connu plus érotique.

Certes, là on est sur du full frontal, mais malgré leur statut de cadavre, ces nus sont là le plus souvent pour la visée comique : les réactions des personnages face à eux sont censés nous faire rire, parce que trololol il est tout nu et ça dérange les hommes qui doivent le déplacer ou trololol il est retrouvé sur un terrain de golf. Euh. C’est un grand non. Et tout ça m’énerve tellement, putain !

In 'Perry Mason,' Matthew Rhys Is As Sad As Ever | nyob.news

Est-ce que tout ça est hypocrite de ma part ? Peut-être un peu. Après tout, le Bechdel Test n’est pas passé du tout dans la majorité des épisodes de God Friended Me que je regarde en ce moment (mais on a au moins de la mixité dans les scènes) et Suits a lutté avec les mêmes démons pendant des années sans que je ne dise rien (pas la nudité, certes, mais le male gaze et le patriarcat, hein, revoyez les premières saisons). Ouais, mais la série a évolué sur ces questions et on n’était pas en 2020 lorsqu’elle a commencé, j’étais donc possiblement moins renseigné sur le sujet. En 2020, c’est moins pardonnable de ne plus l’être et j’ai mal tourné à trop m’énerver sur ce genre de problème… Ca me décroche des histoires proposées, tout simplement, même si je ne suis certes pas celui qui devrait être le plus énervé de tout ça. L’empathie, que voulez-vous.

Pourquoi je la regarde encore alors ? Pour deux raisons. La première, c’est que je suis pris dans l’intrigue et que j’ai envie d’avoir des réponses. La première scène est tellement marquante qu’il est difficile de faire autrement… La deuxième raison, c’est que j’ai encore espoir que la série s’améliore. Je veux dire, mince, il y a Tatiana Maslany dedans, et l’actrice a prouvé à maintes reprises qu’elle était au point sur les questions de féminisme (refusant même de se raser les aisselles en tant que Sarah Manning parce que ça n’avait aucun sens ni intérêt que Sarah prenne le temps de le faire). Une actrice ne peut pas tout faire au sein de la production d’une série, mais passer d’un extrême à l’autre, j’ai du mal à y croire.

perry mason | Explore Tumblr Posts and Blogs | Tumgir
Canalise ton énergie ailleurs s’il te plaît, on compte sur toi aussi.

Et effectivement, l’épisode 5 diffusé hier semble aller dans ce sens avec une série un peu plus mixte dans ses scènes, et même des scènes avec majorité de femmes. Alice, le personnage de Tatiana Maslany, s’impose aussi face au patriarcat (sans le savoir puisqu’elle confronte sa mère manipulée par les hommes). J’ai bon espoir que la série fasse le chemin du progrès au cours de sa saison. Je lui laisse le bénéfice du doute, mais elle ne sera vraiment pas ma meilleure série de 2020…

and perry mason | Explore Tumblr Posts and Blogs | Tumgir
Bref : PAS CONTENT.

38 commentaires sur « Faut-il vraiment tolérer le sexisme (et tout le reste) de Perry Mason ? »

  1. Si elle avait été hétéro elle aurait déjà couché avec Perry histoire de bien en rajouter une couche parce que oulala il faut absolument sexualiser notre gentille secrétaire (genre la scène dans le 5 où ils picolent ensemble). Je me méfie encore cela dit parce que maintenant qu’elle va devoir bosser avec lui j’ai peur qu’ils chient bien dans la colle en instaurant un flirt sorti de nulle part, ce serait la goutte Jérôme !
    J’ai revu des gifs de la scène où elle se déshabille et toujours aussi énervée de comment la caméra s’attarde alors que ça n’apporte rien 🤦🏻‍♀️
    Et j’en ai pas parlé dans mes commentaires mais pour Drake c’est hyper abusé comment il est mis de côté !
    Bref pas contente ! (Mais j’aime beaucoup Della, je ne sais pas si je l’ai déjà dit ? 😇)

    J'aime

    1. Ah oui, carrément, en tant qu’hétéro, elle y serait passé avec le deuil d’EB, j’ai oublié de l’écrire ça… mais bon. Oh lala, s’ils en font une bisexuelle, je vais monter au créneau sur la représentation et la manière dont c’est écrit s’ils font la moindre boulette tss !
      Drake, je garde espoir… mais bon.

      J'aime

      1. Surtout que dans le 5 elle dit quand même qu’elle s’est barrée de chez ses parents à 25 ans pour fuir un mariage arrangé (elle le dit pas exactement comme ça mais c’est clairement ce que ça veut dire) donc bon…

        J'aime

      2. Ah oui merde tiens j’ai oublié mais je voulais dire ça aussi. Hazel = pire introduction d’un perso, on sait même pas qui c’est, à part qu’elles sont ensemble.

        J'aime

      3. Oui, j’ai pas osé l’écrire, je me suis dit que j’avais peut-être juste manqué d’attention à un moment aha

        J'aime

      4. Écoute j’ai revu les scènes (cf Snapchat mdr d’ailleurs j’ai envoyé la deuxième scène avant la première) et je comprends toujours que dalle, elle arrive comme un cheveu sur la soupe en lui lançant un regard plein d’affectation quand elle rentre du boulot un soir et pif paf pouf !

        J'aime

      5. On en parle que j’ai écrit AFFECTATION dans mon com au lieu d’affection ? 😂😂😂

        J'aime

      6. C’est ce qui me fait le plus rire 😂 et le pire c’est qu’en écrivant je me suis dit « affection pas affectation » mais au final j’ai écrit affectation quand même 😂

        J'aime

      7. J’ai envie de croire que Perry va découvrir l’existence d’Hazel. J’y ai presque cru quand il se pointe chez elle !

        J'aime

      8. Rien comme le reste de son intrigue mais juste “ah tiens en fait j’ai une copine”

        J'aime

  2. Je suis tellement heureuse dès que je trouve des raisons valides de ne pas commencer une série 😀
    Déjà, Perry Mason me faisait moyen envie (j’ai genre une personne 100% convaincue – et vocale – dans ma TL, les retours sont plutôt mitigés), mais là tu me convaincs bien de passer mon chemin ! Meeeeurci

    J'aime

    1. Ahahaha comme je te comprends ! Je l’ai commencée donc je vais aller au bout, mais vraiment, c’est parce que j’aime la majorité des acteurs et que je suis curieux que je reste, pas pour la série…

      Aimé par 1 personne

  3. Je me demande vraiment pourquoi je regarde cette série… (bon si je sais, c’est pour Matthew Rhys…)
    En plus j’ai regardé l’épisode de cette semaine hier aprèm après avoir lu ton article donc j’étais encore plus remontée !!! lol
    Comme toi je veux le fin mot de l’histoire, mais en même temps j’ai pas l’impression que l’enquête avance des masses…
    Ha et j’en peux plus des « Sisters »… je connaissais pas du tout ce genre de cultes et là entre Penny Dreadful et Perry Mason, je fais une overdose !

    J'aime

    1. Oui, Matthew Rhys, Tatiana Maslany et Gayle Rankin… C’est l’assurance que je regarde, mais c’est énervant comme série ! Et sa lenteur, purée, c’est quelque chose…
      Je ne regarde pas Penny Dreadful, alors c’est supportable aha

      J'aime

      1. et t’as vraiment bien fait… c’était un peu plus regardable, mais pas franchement plus palpitant… :/

        J'aime

  4. Je ne sais pas trop quoi dire car tu sais que ça m’énerve moins que toi, même si je comprends parfaitement tes raisons. Pour ma part, je suis comme Tequi, le coup de la sister fait très redondant avec celle de Penny Dreadful. Je ne savais pas non plus que c’était une pratique aussi répandue dans ces années-là.

    J'aime

      1. Je pense que les Evangéliques c’est un truc qui a vraiment bien fonctionné à cette époque là. On en trouve aussi dans Carnivalé qui se passe aussi dans les années 30. J’ai l’impression que c’était l’essor de la radio et que du coup les gens n’avaient rien d’autre comme divertissement.

        J'aime

      2. Ce qui est rigolo en plus c’est que physiquement, les deux mères se ressemblent aussi beaucoup dans Perry Mason et Penny Dreadful, alors que les deux actrices pas du tout (et Amy Madigan jouait déjà dans Carnivalé , ce qui est encore plus perturbant ^^)

        J'aime

  5. Pour ce qui est de sister Alice apparemment elle est inspirée de la même personne que la sister de Penny Dreadful. Il y a un article sur syfy mais je sais pas si je peux mettre un lien en commentaire mdr

    J'aime

    1. A priori, tu peux, mais préviens-moi que j’aille fouiller dans les indésirables :’)
      C’est intéressant comme révélation ça en tout cas, ceci explique cela !

      J'aime

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.