The Book of Boba Fett – S01E01

Chapter 1 – Stranger in a Strange Land – 16/20
Un bon début de saison, mais qui ne permet pas encore tout à fait de se faire une idée de ce que réservera la série. On y retrouve les personnages, les codes esthétiques de la saga et du Mandalorian, ce qui aide à entrer dans l’univers, mais j’espère que les scénaristes trouveront vite un fil rouge à ce qu’ils veulent raconter car, pour le moment, ça peine à m’intéresser pleinement. Oui, malgré ça, c’est un 16/20 : les effets spéciaux sont dingues, les acteurs géniaux et on ne s’ennuie pas. J’attends davantage d’enjeux, mais j’ai l’habitude désormais.

Spoilers

Boba doit s’imposer après avoir repris la place de Jabba, mais il est aussi tourmenté par son passé.

 

Things would go a lot smoother if you accept their ways

Honnêtement, je ne sais toujours pas bien ce que je fous dans l’univers de Star Wars et de ses séries alors que je connais si mal les films des premières trilogies. Malgré tout, j’ai fini par accrocher beaucoup à The Mandalorian et j’aime les personnages de cette nouvelle série, alors je considère que j’ai ma place ici. Ne vous attendez juste pas à une critique qui vous éclairera sur les films et sur toute la mythologie, ce n’est pas mon genre.

Par exemple, j’ai eu du mal à comprendre le début de la série qui voit un homme – Boba Fett sans son armure, donc – dans un pod s’enchaîner quelques flahsbacks autour d’un casque célèbre, avant qu’on ne suive Boba Fett en armure en train de se réveiller dans ce qui ressemble fort aux boyaux d’un animal. Parmi ceux-ci, il y a également un Stormtrooper. Pas de quoi s’inquiéter pour Boba cependant : il parvient à s’extirper de cette situation périlleuse en utilisant un laser dans son bras.

OMG. Attendez, je sais ce qu’on nous montre là ! Dans les films, il finissait mort avalé par je-ne-sais-plus-comment-ça-s’appelle (le Sarlacc) en plein désert. Et là, il est affalé dans le désert ? Est-ce qu’on nous fait le lien entre les films et le Mandalorian ? Est-ce qu’on ne verra pas Fennec de l’épisode ? Je suis triste si c’est le cas. Oui, je sais, j’ai commencé par dire que je n’expliquerai rien des films, et bam, je le fais déjà.

Bon, en tout cas, s’affaler dans le désert, ce n’est pas une bonne idée. Il est vite dépossédé de tous ses biens pendant la nuit, y compris de son armure, avant d’être retrouvé et réveillé en pleine tempête de sable. Malgré sa faiblesse et sa déshydratation évidente, on le fait esclave ou prisonnier, et on le fait marcher dans le désert, d’abord sous une tempête de sable (j’imagine qu’il y a beaucoup d’effets spéciaux, sinon pauvre acteur), puis sous un soleil accablant. Pas étonnant qu’il finisse par s’évanouir et être traîné au sol, les mains liées. Bon, sept minutes et toujours pas une ligne de dialogue. Pas de doute, nous sommes devant une série Star Wars.

Pas de générique pour ce début, juste un encart avec le titre… Je mise beaucoup sur le générique de fin, cependant. À son réveil, Boba se fait tabasser par ceux qui viennent pourtant de lui sauver la vie et de l’extirper du désert. Je n’ai pas assez de connaissance en Star Wars pour être tout excité de reconnaître qui fait ça ou non, par contre. Ce qui est sûr, c’est qu’il se réveille à nouveau prisonnier, mais plus seul prisonnier. Son geôlier, autour d’un feu de camp, n’apprécie pas trop de le voir essayer de s’échapper, même s’il n’est jamais qu’une grosse bestiole extraterrestre.

Il en faut plus pue ça pour faire peur à Boba, cependant : il se libère de ses liens sans mal et propose au Rodien de le libérer lui aussi. Ce n’est pas exactement ce qu’attendait de lui ce Rodien apparemment : au contraire, il prévient aussitôt le reste du campement de ce qui est en train de se passer. Boba s’échappe donc, épargne au passage la vie d’un enfant (je crois ?) avant de s’enfuir. La course poursuite n’est que de courte durée : il est rattrapé par un extra-terrestre, puis forcé de se confronter en duel avec l’une des personnes du campement.

Même s’il gagnait ce combat, il y en a encore beaucoup d’autres avec elle, cependant. Je dis elle car la silhouette est féminine malgré le masque et les lunettes et le capuchon et tout ce qu’il faut pour qu’on ne sache pas de qui il s’agit. Une chose est sûre : elle gagne son combat contre Boba Fett, qui est à nouveau tabassé pour faire bonne mesure… avant d’être abandonné ?

C’est du moins ce qu’on nous laisse supposer, alors que cet immense flashback de douze minutes s’interrompt enfin. En effet, Fennec décide de réveiller son patron, qui est dans un pod comme vu en début d’épisode. J’imagine que le but est de se soigner de quelques blessures ? Il n’est en tout cas pas ravi de recommencer à faire des cauchemars, mais Fennec ne lui laisse pas le temps de s’appesantir là-dessus.

Au contraire, elle lui annonce qu’ils ont des rendez-vous importants à assurer. Il n’en faut pas plus pour que Boba renfile son armure et monte sur le trône de Jabba à nouveau. S’ensuit un défilé d’extraterrestres qui sont tous des officiels censés venir s’incliner devant le nouveau Lord du crime. Oui, censé. Tous ne reconnaissent pas encore Boba comme un seigneur, apparemment. Il y en a même un pour attendre un tribut de la part de Boba. Ce n’est pas exactement comme ça que fonctionne le crime organisé.

Il est en tout cas intéressant de suivre la dynamique qui s’établit dans cette scène entre Boba, le boss, et Fennec, la tête pensante des opérations, en soi. Oh, elle est impulsive et a besoin qu’on la calme, certes, mais elle a les meilleures idées déjà. Après les officiels, Boba se retrouve avec de nouveaux employés : les anciens gardes du corps de Jabba débarquent eux aussi. Boba leur laisse la vie sauve, en échange du service de ces deux gardes extraterrestres.

Bon, soit. Il les embarque ensuite en ville  pour se présentant en tant que remplaçant de Jabba auprès des différents intermédiaires qu’il avait. Nous le voyons donc rencontrer Garsa Fwip et gérer tout ça comme il peut. C’est plutôt intéressant, mais c’est encore trop calme.

Nous sommes dans une série d’action, et personne ne l’oublie : ils sont à peine sorti de cet établissement respectable que les deux gardes de Boba disparaissent derrière lui. Il ne s’en rend pas compte, plongé dans une conversation avec Fennec, et paf, les deux sont pris en embuscade. Difficile de savoir par qui, à ce stade.

Nous les voyons en tout cas en difficultés jusqu’à ce que les deux gardes redébarquent d’on ne sait où pour les aider. Les quatre personnages parviennent assez bien à s’en tirer en tout cas : ils mettent en fuite les assaillants. Bon, malgré tout, Boba finit à terre et demande à ses gardes de les ramener dans son pod. Fennec, elle, se lance dans une course poursuite qui nous montre qu’elle maîtrise vraiment bien le parkour.

Comme d’habitude, Disney + ne lésine pas sur les moyens niveau scène d’action. C’est très fluide et beau à suivre, et ça fait plaisir des séries de qualité comme ça. Bien vite, Fennec parvient donc à faire un prisonnier, à la demande de son boss. Ce dernier retourne dans son pod où il reprend son cauchemar où il l’avait laissé.

Finalement, il n’a pas été laissé à l’abandon au milieu du désert : on l’a juste ramené au feu de camp où il était déjà prisonnier en début d’épisode, et on lui fait refaire une nouvelle randonnée mains liées, mais avec son nouveau compagnon de galère. Je ne sais pas si on peut appeler ça un compagnon cela dit, vu comment il l’a balancé sans hésiter.

En chemin, ils assistent au pillage de Tatooine, puis sont forcés de creuser dans le sable pour se mettre à la recherche d’eau à boire. Oh, pas pour eux cela dit, pour leur boss. L e problème, c’est que Boba est moins fort que son co-prisonnier, et moins docile aussi. Il n’hésite pas à boire une partie de ce qu’il trouve, n’en déplaise à son geôlier. Ce dernier n’hésite pas à donner sa ration d’eau à son animal de compagnie plutôt qu’à Boba.

Sans surprise, quoi. Il est plus surprenant de voir Boba et son coprisonnier déterrer un véritable mastodonte du sable. Le premier prisonnier ne fait pas long feu, pas plus que le « chien de garde » du geôlier, pas plus que le geôlier. Bon, si, plus que le geôlier : celui-ci est sauvé de justesse par Boba. Oui, Boba parvient à se libérer de ses liens et à nous tuer la bestiole monstrueuse, sauvant de justesse la vie de l’enfant qui le retenait prisonnier.

Celui-ci peut revenir victorieux au campement, avec la tête du monstre. Toute l’histoire est rapidement racontée à tout le monde, et ça permet à Boba d’obtenir les faveurs de ses geôliers. Il peut même boire de l’eau. Eh, classe ou pas ?

Plutôt classe. En plus, on a exactement le même générique de fin que pour The Mandalorian, avec une musique qui sera vite entêtante et permet de découvrir les storyboards derrière la création de la série. C’est magnifique à observer. Par contre, j’ai un problème pour le moment avec la série : la construction en deux intrigues à la timeline différente, avec flashbacks, c’est du déjà vu et c’est rarement efficace sur du long terme.

En plus, on passe énormément de temps, les deux tiers de l’épisode, dans le passé cette semaine… et ça laisse peu de temps pour voir ce que le présent réserve comme intrigue. À voir, donc.

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.