Moon Knight – S01E05

Épisode 5 – The Psych Ward – 19/20
Dans une série plus longue, ce serait probablement un 20 car cet épisode est tout à fait dans le genre de délires que j’aime habituellement. Il explore vraiment en profondeur le personnage principal de la série et nous permet d’obtenir quelques réponses tout en proposant un bon paquet d’émotions. Mon problème vient justement de là : les émotions ont du mal à prendre sur un personnage qu’on connaît depuis moins de six heures. Je dois être sociopathe. En plus, l’intrigue n’avance pas tellement avec ce versant psychologique, et c’est intrigant en étant si proche de la fin.

Spoilers

Marc et Steven sont coincés dans un asile… à moins que ce ne soit une métaphore.

You’re not suppose to see. That’s the whole point of you.

Enfin le générique de Marvel Studios ! Et c’est toujours un plaisir de l’entendre, croyez-moi. Le début d’épisode est en revanche super bizarre, avec un flashback dont on ne comprend rien d’abord, puis la reprise sur le cliffhanger de l’épisode précédent… qui enchaîne sur un cri de Marc dans le bureau du docteur Harrow. Forcément.

Cet épisode semble prêt à s’amuser avec le concept de l’asile psychiatrique proposé lors de l’épisode 4, et c’est plutôt une bonne idée, je trouve. Par contre, le docteur explique un peu rapidement ce qu’il en est peut-être : pour faire le point sur ses traumas, les gens s’imaginent des châteaux, des labyrinthes… ou des asiles. Chacun son imagination. Perso, je n’ai jamais eu à vivre ça, et j’espère ne pas avoir à le traverser, même si les séries le vendent toujours bien.

Franchement, ça donne presque envie de se faire interner… mais pas vraiment quand même. Toujours est-il que Marc est rapidement anesthésié à nouveau par les infirmiers quand il essaie de s’enfuir, et qu’il en revient… au cliffhanger, encore. Cette fois-ci, en revanche, il prend le temps de converser avec l’hippopotame, Taweret, la déesse est enfants et femmes. Elle est là pour garder l’après-vie, le royaume de Douât.

Marc et Steven sont donc morts, et ils imaginent ce royaume comme un asile psychiatrique pour réussir à faire face à la situation. En revanche, la situation change bien vite : Marc est d’abord persuadé qu’Harrow a bien raison, puis il ouvre une porte pour prouver la réalité dans laquelle il pense être. Nos trois personnages sont alors sur un bateau qui mènera au paradis ou un bateau sur lequel ils seront jetés par-dessus bord pour rester bloqués éternellement dans le sable d’un enfer. C’est charmant.

Pour connaître leur sort, Taweret arrache les cœurs de Steven et Marc, afin de les juger grâce à une balance. La mythologie égyptienne dans ce qu’elle fait de mieux, donc. De nouveau, la balance pose problème à ne pas réussir à pencher d’un côté où de l’autre. Taweret explique rapidement que c’est parce que les cœurs qu’elle vient de leur arracher sont incomplets. A eux de réussir à retourner dans l’asile pour que tout soit complet à nouveau, sinon, elle sera forcée de détruire l’esprit de chacun d’entre eux.

Le but est donc de faire face à son passé, et pour ça, chaque porte de l’asile mène bizarrement à un souvenir. Pour nous le montrer, on commence par des extraits de la série, mais assez vite, il est question d’une rue qui dérange dans les souvenirs de Marc. La pièce suivante, visitée par Steven quand il entend un garçon l’appeler à l’aide, est pleine de cadavres – les victimes de Marc. S’il se justifie en affirmant qu’il s’agit uniquement de criminels que Khonshu lui disait de tuer, il y at tout de même un petit garçon qui inquiète Marc et attire l’attention de Steven.

Le petit garçon réussit donc à nous les séparer : Marc ne veut certainement pas aller vers lui, mais Steven le fait. Il découvre alors qu’il avait un petit frère, et que ce petit frère lorsque Marc lui a dit de le suivre dans une grotte qui a fini coulé sous l’eau de pluie. Le petit frère s’est donc noyé alors qu’il était sous la surveillance de Marc.

Steven se retrouve alors dans la maison de son enfance, en plein milieu de l’enterrement. C’est l’occasion pour lui de retrouver Marc, qui est là aussi pour assister à une scène terrible : Marc, l’enfant, est accusé de la mort de son frère par la mère. C’est extrêmement violent, mais elle n’arrive pas à pardonner ce qu’il s’est passé.

C’est problématique, et Marc n’apprécie pas de voir Steven tenter de monter à l’étage de la maison. Chaque étage montre un souvenir plus douloureux pour Marc cela dit : un anniversaire où sa mère n’est pas venue, un autre où elle lui a reproché explicitement la mort de son frère, une fois de plus, mais avec l’alcool en plus cette fois. Et dans sa chambre ? On ne sait pas exactement ce qu’il s’est passé pour Marc, mais ce n’est pas bon signe.

Le Marc adulte empêche Steven de pénétrer dans la chambre, le faisant plutôt sortir dans la rue où ils voient un Marc adolescent quitter définitivement la maison familiale puisque sa mère n’est pas soignée et prise en charge correctement. Pas évident tout ça. Malgré tout, Marc adulte n’assume toujours pas ce qui est en train de se passer et essaie à nouveau d’empêcher Steven d’assister à tout ça.

Bon, il faut se faire une raison : Steven est une création de son esprit pour se faire à une vie de merde, clairement. Le souvenir suivant les emmène dans le désert égyptien où Marc est responsable de la mort du père de Layla. Rien de bien nouveau après l’épisode précédent, mais on voit ça surtout pour apprendre que Marc était prêt à se suicider quand Khonshu l’a contacté pour la première fois. Il s’est arrangé pour que Marc devienne son cavalier de la nuit, outil de sa vengeance.

Bon, il reste des mystères et des choses à régler, mais c’est un bon épisode pour enfin apprendre à connaître le personnage principal et tout comprendre de ce qu’il s’est passé avant le début de la série. Les pièces manquantes ne sont pas pour tout de suite : alors que la balance semble s’équilibrer de nouveau, Steven et Marc retrouvent Teweret.

Celle-ci a peur de ce qui est en train de se passer : le plan d’Harrow est en train de se réaliser, et les esprits sont jugés trop tôt. Le seul plan est désormais de stopper Harrow en demandant l’aide d’Osiris pour ressusciter Steven et Marc, puis pour leur permettre d’être réunis à Khonshu pour survivre.

C’est original comme plan, mais ça ne règle pas tout. Il faut encore que Marc assume la fin du voyage dans son passé. Il ne veut pas le faire toutefois, et ça se comprend parce que clairement il a créé Steven à partir des souvenirs de son petit frère. Comme Steven refuse de se contenter d’un récit du passé, Marc fait une petite crise et se retrouve à nouveau face au Dr Harrow. Bizarrement, c’est lui qui réussit à convaincre Marc de montrer le passé à Steven.

Nous les retrouvons donc dans la chambre d’enfance de Steven, mais il ne reconnaît pas tout. Et pour cause : il comprend enfin que c’est Marc qui a décidé de le créer, dans son esprit, pour ne plus avoir à supporter sa réalité difficile, avec notamment une mère qui le bat à l’aide d’une ceinture. Le pauvre. Les pauvres. La crise existentielle qui suit est extrêmement difficile pour Steven : il comprend qu’il n’est pas la personnalité originale, mais ça, je m’en doutais. Il découvre aussi que sa mère est morte, ce qui n’est pas très surprenant non plus, parce qu’après tout, on l’a vu lui téléphoner, mais jamais lui parler directement.

Le problème, c’est que Steven se réveille alors dans l’asile, face au Dr Harrow. S’il se prend d’abord un verre d’eau dans la tronche, Harrow est rapidement capable d’expliquer à Steven tout ce qui est arrivé. Sa mère est bien morte, et il faut qu’il en prenne conscience grâce à un appel téléphonique. Bien sûr, Steven ne pouvait pas sans rappeler : Marc a bu et a évité autant que possible de se souvenir de l’enterrement de sa mère.

La double scène est poignante : d’un côté, Steven prend conscience de la mort de sa mère en parlant avec le Dr Harrow, de l’autre, Marc assiste à nouveau au jour de l’enterrement. Il n’a pas réussi à rentrer chez lui malgré la demande de son père… et hop, Steven a fini par prendre le dessus. C’est le moment où les vies de Marc et Steven ont commencé à entrer en conflit l’une avec l’autre, parce que Marc ne supportait plus sa réalité et ne pouvait plus faire face à son deuil.

C’est terriblement simple comme idée, mais ça fonctionne. Bon, par contre, ça ne fonctionne pas pour équilibrer les cœurs et la plume de la justice, loin de là. Teweret leur explique donc ne pas avoir d’autres choix que de les laisser faire face aux cadavres du royaume qui vont venir les jeter par-dessus bord.

Elle était pourtant de leur côté pendant tout ce temps, mais elle ne peut pas faire autrement que de laisser justice divine se faire. La fin d’épisode voit donc Marc tenter de faire face aux morts pendant que Steven se cache… Mais rapidement, Steven comprend qu’il ne peut laisser Marc tout faire : ils ne sont qu’un après tout. C’est tout de même intéressant de voir qu’il y a deux esprits pour un seul corps et que la création de Marc n’est pas si immatérielle que ça. Steven parvient donc à sauver Marc, mais il passe par-dessus bord au passage.

Comme trop souvent avec les mini-saisons, je ne suis pas encore assez attaché au personnage de Steven pour vraiment pleurer face à la scène, mais son sort est tout de même horrible : Marc ne parvient pas à arrêter le bateau ou à le récupérer avant qu’il ne se change en statue de sable. C’est terrible, ma foi. Et dès lors que Steven devient statue de sable, les cœurs s’équilibrent avec la plume, laissant Marc pénétrer le paradis. Tout ça ne va toutefois pas l’aider à aller arrêter Harrow par contre. Je pensais pourtant que ça serait réglé à ce stade de la série.

Nous verrons bien ce que réserve le dernier épisode, écoutez.

4 commentaires sur « Moon Knight – S01E05 »

    1. Depuis que j’ai écrit ça, j’en suis revenu : je m’attache dans les films après tout… bon, ce sera partiellement l’article du jour que je publie tout à l’heure : le problème vient du fait qu’ils veulent trop en raconter en peu de temps ; on en revient à cette histoire de saison de six épisodes qui veut en raconter autant que dans dix ou douze…

      J’aime

      1. Oui c’est vrai que pour d’autres personnages du MCU arrivent à être attachants en un film. Mais comme tu le dis, ils mettent trop de choses, on n’a pas toujours le temps de se poser. Pourtant, je trouve Oscar Isaac très bon dans le rôle, je l’ai aimé autant en Steve qu’en Marc.

        J’aime

      2. C’est exactement ça : on ne se pose jamais, donc pas le temps de vraiment s’attacher au personnage ou de le découvrir dans sa vie perso, en quelque sorte. Il est toujours « utile » pour avancer… C’est très étrange comme sensation !

        J’aime

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.