Top Persos TVtime #20

Salut les sériephiles, 

Avec tous les bugs WordPress, j’ai des articles habituels qui ont tendance à passer la trappe. Celui-ci en a été victime à plusieurs reprises puisque je n’ai plus fait le tour du côté de mes stats TVtime depuis… octobre ! Il faut dire aussi que dans mes bilans mensuels, je parle désormais des personnages ressentis comme mes coups de cœur au cours du mois.

Seulement voilà : les statistiques disent parfois autre chose, parce qu’elles se concentrent sur des votes de personnages au sein d’épisodes en particulier. Et comme j’en ai peu vu ces derniers temps et que je ne me suis pas lancé de Challenge Séries, j’étais curieux de ce que ça pourrait donner. Une fois n’est pas coutume : j’ai eu quelques surprises cette fois-ci.

Voir aussi : Top Persos TVtime #19

Lire la suite de « Top Persos TVtime #20 »

Bingewatcher les séries de networks, quel kiff !

Salut les sériephiles,

Je vais repartir sur un article qui est très blabla ce soir, mais comme je ne publie pas grand-chose ces derniers temps, personne ne pourra m’en tenir rigueur car il est plus difficile de se rendre compte que je blablate régulièrement quand je ne mets pas tout en ligne dans les temps. Malin, non ?

Les faits…

Aujourd’hui, samedi 16 juillet 2022, j’ai décidé qu’il était temps pour moi de me rattraper mon retard dans Station 19 et Grey’s Anatomy. Cela est en train de se voir sur le blog car j’ai programmé plein d’articles sur ces séries pour une publication ce soir – et demain soir pour le final de la deuxième série. Et si ce soir j’ai la migraine parce qu’enchaîner plein d’épisodes un jour de canicule n’était peut-être pas la meilleure des idées, j’ai quand même envie d’en parler sur le blog parce que… ça fait du bien !

Voir aussi : Station 19 (S05)Grey’s Anatomy (S18)

Concrètement, cela faisait trois mois pile que j’avais arrêté de regarder ces deux séries. Depuis une semaine ou deux, j’essaie de me remettre le pied à l’étrier en étant à jour dans mes hebdos du moment et en reprenant progressivement mes séries arrêtées en cours de saison, mais je le faisais à coup d’un épisode ou deux de la même série par jour. Il y a eu une exception : j’ai enchaîné quatre épisodes de Moon Knight. C’était bien, mais ça ne m’a fait pas le même effet qu’aujourd’hui. J’ai donc cherché à comprendre pourquoi.

La particularité Shondaland

Bizarrement, pour les séries Shondaland, j’ai plus de mal à le faire. Cela s’explique : il y a plein de personnages et tous ne sont pas forcément présents à chaque épisode, les intrigues se bingewatchent bien car elles avancent un peu à chaque épisode, l’habitude de regarder les séries est ancrée (depuis dix-huit ans)… Rien de bien compliqué à enchaîner les épisodes, surtout qu’avec les possibles crossovers, il faut regarder un épisode de chaque pour tout voir dans l’ordre sans risquer de se spoiler.

C’est ce dernier élément qui est le plus compliqué : je les vois vraiment comme des blocs de deux épisodes, et c’est difficile de regarder un bloc de deux épisodes sans avoir envie d’en voir un deuxième, histoire de voir un peu tous les persos, même s’il n’y avait pas de gros cliffhangers. Du coup, pourquoi pas un troisième bloc ? Et pourquoi pas juste un épisode de plus ? Et pourquoi pas le dernier de la saison ? Je suis en vacances, j’ai le droit de faire ça, non ?

La comparaison douloureuse

Bref, j’y ai passé ma journée en retrouvant le sentiment qui fait que j’aime tant les séries : c’est fluide, ça s’enchaîne tout seul, on sent qu’il y a un début, un milieu et une fin à l’épisode, mais aussi à la saison. Et bordel, ça fait du bien, en fait. Comme ici, il s’agit d’un duo de séries un peu plus anciennes, ça me rappelle ce que j’adore tant dans les séries, cette impression que l’histoire ne s’arrête jamais, mais qu’elle continue à un bon rythme tout de même, sans vrai temps mort. Oui, il y a eu des épisodes qui servaient à combler le temps, mais ça ne me fait pas l’effet des productions Netflix où on est calibré sur des épisodes d’une heure avec temps mort pour étirer l’épisode et faire une pause dans l’intensité d’un bingewatching…

Je parlais de Moon Knight plus haut, et elle a un peu ce défaut aussi. Sur Disney +, le problème est aussi que les saisons ne font que six épisodes, mais tentent de raconter énormément de choses. Par conséquent, on se perd dans le mystère et la mythologie de ce qui est raconté, au détriment d’un vrai attachement aux personnages. Et les séries de networks font tout l’inverse, surtout celles-ci : elles développent vraiment les personnages (au pluriel), et elles le font un peu à chaque épisode.

Voir aussi : A-t-on fait le tour du Marvel Cinematic Universe ?

Le constat

Voilà, c’est ça le fond du sujet de cet article : ce n’est pas tant que j’aime les séries du Shondaland où certains vont parfois stagner faute d’être dans l’épisode ou d’avoir une nouvelle histoire à vivre, c’est que j’y retrouve ce que j’aime depuis toujours… Un bon rythme pendant 42 minutes, des avancées pour les personnages, des dynamiques cools et la sensation d’avoir toujours envie d’un épisode de plus pour avancer jusqu’à la fin de saison, sans jamais s’ennuyer en cours de route. Désolé Netflix, mais tu n’arrives plus à me convaincre de le faire autant avec des séries dont les épisodes durent une heure. Pourtant, je suis sûr qu’il y en a plein que j’aimerais.

Je m’y remettrai aussi. Il faut d’abord que je regarde mes autres séries de network. Je suis sûr qu’elles me feront le même effet, en plus, si je les bingewatche. Reste à trouver le temps, par contre, et ça, ce n’est pas gagné. En attendant, c’était une belle journée qui me rassure un peu sur ma sériephilie. Il faut bien, de temps en temps.

A-t-on fait le tour du Marvel Cinematic Universe ?

Salut les sériephiles,

Aujourd’hui, je poste un article que j’ai repris tout au long de la semaine dernière, pour vous dire à quel point il m’a travaillé. Attention, spoilers sur tout le Marvel Cinematic Universe, soyez à jour avant de lire !

Voir aussi : Le résumé Marvel pour les néophytes 3 (Phase 4)

https://www.cloneweb.net/wp-content/uploads/maxresdefault-21.jpg

Spoilers

Thor: Love and Thunder - Réservez vos places & bande-annonce | DisneyAvec la diffusion du dernier épisode de Ms Marvel le jour de la sortie officielle de Thor Love & Thunder, hier, le MCU s’apprête à marquer une pause de quelques semaines avant de revenir au cours de l’été par le petit écran, une fois de plus. Alors que She-Hulk et la mini-série animée sur Groot préparent leur arrivée, force est de constater que la phase 4 se disperse dans tous les sens ces derniers temps, et que ce n’est plus aussi efficace qu’il y a quatre ans.

Voir aussi : Thor Love & Thunder, une bonne blague ?

C’est plutôt logique : difficile de rivaliser avec Infinity War et Endgame, après tout. Certes, le fan-service de Spider-man a aidé à y croire (malgré des soucis scénaristiques), mais voilà, quand je prends les deux derniers gros films sortis, Doctor Strange et Thor, donc, je vois surtout une frustration concernant le scénario et des promesses qui ne sont pas vraiment tenues concernant le multiverse. On nous a vendu de grandes choses et ça tarde à arriver. Et oui, la fin de Ms Marvel m’aide à revoir légèrement ma copie en nous promettant à la fois un excellent The Marvels et l’arrivée prochaine des mutants (enfin !).

Voir aussi : Ms Marvel (S01)

Ma plus grande frustration vient toutefois de la gestion de l’ensemble des productions Marvel Studios en tant qu’ensemble, justement. Ou plutôt, en tant qu’unité. Si j’ai adoré les premières séries proposées, notamment WandaVision, j’ai bien compris à présent que le but était que les séries aient l’impact le moins grand possible sur les films. Franchement, je sais bien que Wanda finit avec le DarkHold dans la série, mais la voir revenir en tant que méchante alors que toute la série la faisait apprendre de ses erreurs, ça n’avait aucun sens. Au moins, Captain America avait moins fait semblant de voir les personnages évoluer – la série finissait à peu près au même point qu’Endgame.

Voir aussi : WandaVision a déjà un an (et cette série a tout changé)

Cela pose un problème évident : il devient difficile de s’investir avec autant de ferveur dans tous les projets si ceux-ci n’ont pas vraiment d’impact pour la suite, et surtout s’ils sont moins efficaces. Et autant les premières séries avaient su me convaincre, autant avec Ms Marvel ou Moon Knight, le studio commence à montrer ses limites.

On sent bien que les équipes cherchent à continuer de sortir des sentiers battus et à se renouveler. C’est plutôt une excellente chose en soi, car trop de super-héros risque de tuer le super-héros… Toutefois, les séries patinent un peu à se trouver un rythme en six épisodes. À plusieurs reprises dans mes critiques, j’ai écrit que j’avais du mal à me sentir investi en si peu de temps – que ce n’était pas si triste de voir certains twists par exemple. Pourtant, le temps n’a rien à voir là-dedans : je regarde beaucoup de films depuis deux ans et demi, ça ne m’a jamais empêché d’être triste pour des personnages, voire même de pleurer.

Voir aussi : Moon Knight (S01)

Non, le problème réside ailleurs : le rythme est haché, on condense beaucoup trop d’informations en six épisodes là où il y aurait moyen d’en faire plus et on n’apprend plus à connaître les personnages comme il le faudrait. C’est mon constat sur les dernières productions, et ça ne se limite pas aux séries : que dire du traitement de Valkyrie après avoir vu Thor Love & Thunder ? Et Jane, qui nous a fait trois films (et une scène) et dont on ne sait rien ? De Darcy Lewis qui redevient une random ?

À trop vouloir se disperser dans des intrigues multiples, j’ai l’impression que le MCU s’affaiblit. Il le fait en plus en affaiblissant ce qui a été fait avant, parce qu’à force, on en arrive à se demander comment certains ne se sont pas croisés plus tôt ou pourquoi certains héros ne sont pas intervenus. En plus, le MCU s’éloigne de plus en plus des comics – Ms Marvel change d’origine, Moon Knight de pouvoir, Thor ne ressemble en rien à son alter-égo papier… C’est tout de même déroutant. Je ne suis pas contre quelques surprises de temps en temps, mais pour le moment la phase 4 peine beaucoup à garder la face. 02Ce n’est pas le retour de Daredevil qui me rassure sur le sujet, d’ailleurs.

Voir aussi : À quand le prochain Marvel ?

Clairement, rien n’est perdu et Marvel a encore largement la possibilité d’offrir de grands moments de cinéma et télévision – de nouveau, la scène post-générique de Ms Marvel me l’a confirmé – mais pour l’instant, la multiplicité des projets semble lui faire perdre son souffle. Il serait temps je crois d’en revenir plus vite à ce qui faisait l’unité des projets et permettait de former un grand tout…

Bref, tout ça manque d’un film Avengers, quoi.

Moon Knight – S01E06

Épisode 6 – Gods and Monsters – 18/20
Le temps passe décidément très vite devant cette série : j’ai eu l’impression que l’épisode ne durait que dix minutes, et c’est toujours très positif quand c’est le cas. La deuxième moitié de saison était très solide et plus intéressante à suivre, ce qui n’empêche pas d’être lucide sur quelques problèmes qui se sentent à nouveau dans cet épisode : il faudrait plus de six épisodes, et il faudrait aussi qu’on arrête de nous cacher une partie de l’action. Ceci mis à part, la série était efficace, et cet épisode aussi !

Spoilers

Marc doit trouver un moyen de revenir dans le monde des vivants pour stopper Ammit et Harrow.

You are the only real superpower I’ve ever had

Il ne faut jamais désespérer : je finis bien la saison avant d’aller voir le dernier Thor au cinéma, et ça, c’est très cool. Je suis totalement en train de me jinxer, je sais, mais eh, c’est le début des vacances, laissez-moi savourer comme il se doit. Enfin pas tout à fait comme il se doit : le générique Marvel Studios est une fois de plus dégagé de l’épisode au profit d’une musique douche et très sympathique plus entendue depuis un moment.

D’ailleurs, c’est peut-être aussi parce que l’épisode reprend sur une scène plus vue depuis un moment : Marc/Steven est ainsi aperçu dans l’eau après avoir été tué par Harrow et ses hommes. J’étais à peu près sûr qu’il avait eu la présence d’esprit de filer Ammit à Layla avant qu’elle prenne la décision maligne de courir, mais ce n’est pas le cas.

Autrement dit, Harrow récupère vite la déesse et ça nous laisse Layla face à une situation compliquée où elle voit le gourou de secte obtenir enfin ce qu’il veut. Il a de bonnes intentions pourtant, à déclarer qu’il veut sauver le monde. Malheureusement, ce n’est pas exactement ce qu’il se passe : il vient de tuer Marc/Steven pour arriver à ses fins tout de même.

Cela nous laisse Layla en pleurs, et on comprend bien pourquoi, même si, une fois de plus, la série est tellement rushée que c’est difficile d’avoir vraiment de la peine en même temps qu’elle. Elle laisse finalement le corps de Marc dans l’eau et récupère le scarabée d’or, bêtement laissé là par Harrow. Grâce à celui-ci, elle a une boussole qui la mènera droit à Ammit, et donc à Harrow pour se venger. Par contre, elle fait bien de se dépêcher à monter dans une des voitures des fidèles d’Harrow parce que lui, il commence directement à purifier le monde des mauvaises personnes, comme on le sait depuis l’épisode précédent.

Le savoir est une chose, le voir faire est plus inquiétant : il tue ainsi des policiers, possiblement avant qu’ils ne commettent un péché, et il en tue clairement plus de la moitié. Cela est une deuxième raison suffisante pour que Layla décide d’aller nous tuer Harrow… mais elle est interrompue par les cadavres au sol. En effet, Teweret parle à travers eux pour la prévenir du plan de Marc et Steven de ressusciter pour lui venir en aide, avec Khonshu.

Layla se voit attribuer la mission de casser la statuette du dieu pour le faire revenir. Seulement, voilà, le temps presse. Par chance pour elle, Harrow se rend justement dans la chambre des pyramides où repose la statue de Khonshu afin d’y ressusciter définitivement Ammit. Cela ne lui prend pas beaucoup de temps de venir à bout des juges et de mener à bien son plan, mais Layla aussi est rapide, au moins.

Finalement, Harrow accepte de devenir l’avatar d’Ammit alors que de son côté Layla réveille Khonshu. Le problème, c’est que ce dernier espère aussitôt qu’elle deviendra son avatar. Il n’a pas tout compris, je crois. Elle refuse heureusement de travailler en tant qu’esclave pour lui, et son consentement a beau être remis en question, Khonshu n’a pas le choix de se plier à sa décision. Il a pourtant besoin d’un avatar pour mettre fin à cette résurrection d’Ammit.

Marc n’est toutefois plus là pour être son avatar : il est désormais au paradis où Teweret lui demande de profiter de sa paix maintenant qu’il l’a obtenu. Bon, la paix, c’est donc un champ de blé ? Ce n’est pas exactement le plan de vie de Marc : il souhaite revenir en arrière pour sauver la vie de Steven. Il renonce au paradis et revient bien en arrière, abandonnant définitivement cette possibilité pour lui. Vraiment, c’est sympa la mythologie égyptienne. Au moins, je redécouvre des détails avec cette série.

Marc n’a aucun mal à retrouver la statue de sable qu’est devenu Steven, et je trouve ça un peu trop simple et rapide. Après tout, l’épisode ne dure que 45 minutes, alors bon, il fallait bien que ce soit rapide. Plutôt que de le sauver, Marc comprend assez vite qu’il est en train de devenir lui-même une statue de sable. Il lui prend la main au passage et les deux terminent donc en statue.

Par chance, ce sacrifice de Marc permet aux portes de notre monde de s’ouvrir à nouveau. Bon, ils sont tout de même pressés par Osiris pour les franchir : celui-ci ne souhaite pas voir deux âmes lui échapper comme ça, alors il envoie une vague de sable les abattre. Pas de bol pour lui, Teweret veille toutefois au grain et les aide.

Grâce à ça, Marc et Steven reviennent à la vie juste à temps pour Khonshu : il était en train de se battre avec Ammit, et autant dire qu’il perdait. Il retrouve donc Marc et est surpris par le changement : après son passage par le royaume de Duât, Marc est désormais en paix avec lui-même, passant plus simplement de Marc à Steven que jamais. Grâce à ça, il est possible pour eux d’utiliser les avantages de chacun : Steven négocie donc avec Khonshu pour s’assurer que le dieu égyptien les libère une fois qu’Ammit sera de nouveau enterrée.

En attendant, Layla se sent forcée d’accepter une proposition de Teweret qu’elle avait refusé avant : elle accepte d’être son avatar temporaire, ce qui fournit une scène un peu drôle, mais sans plus. Il n’y a pas de temps à perdre en humour pourtant : Harrow a lancé son plan pour nourrir Ammit et ça craint énormément. Tous les disciples d’Harrow et Ammit se mettent à juger au hasard les égyptiens dans la rue. Ceux qui meurent nourrissent donc Ammit qui gagne sacrément en taille.

C’est le moment que Steven et Marc choisissent pour arriver : ils s’en prennent aussitôt à Harrow dans une jolie scène d’effets spéciaux, alors que le combat entre Ammit et Khonshu reprend. Le duel entre les dieux est ancestral et s’appuie sur une différence d’opinion majeure. Ammit cherche encore à la comprendre, en vain apparemment. Elle espère que Khonshu pourra s’allier à elle, surtout qu’il est sur le point de perdre face à elle.

Et pourtant, il est important de respecter son libre arbitre. Et pendant que les dieux en reviennent à se battre encore une fois, les avatars en font autant. Cela permet une chouette scène de retrouvailles entre Layla et Marc – puis Steven. Il ne semble pas s’inquiéter plus que ça de voir que Layla est désormais un avatar aussi, bizarrement. Par contre, les deux (trois) se lancent dans un sacré combat contre Harrow.

La scène d’action est efficace et j’aime bien voir Steven se battre dans son costume – autant que de voir Layla affirmer qu’elle est une superhéroïne égyptienne. C’est la première à l’écran si je ne me trompe pas, et c’est cool que la série prenne le temps de le reconnaître. En plus, ça se fait juste avant que Marc soit sur le point de perdre face à Harrow et que Khonshu ne se fasse tuer par Ammit. Bref, c’est vraiment pas un bon timing cette affaire, surtout avec Layla aussi prise à parti par les fidèles d’Harrow et Ammit.

Pourtant, nos héros s’en sortent… mais on ne sait pas exactement comment car nous ne sommes pas Layla, témoin de ce qu’il s’est passé. Comme suggéré dans l’épisode 3, il y a bien une autre personnalité en Marc et Steven. J’ai bien cru que ça n’allait jamais arriver. Nous n’en savons pas plus immédiatement, l’urgent étant de stopper Ammit avant qu’elle ne tue Khonshu ou avant qu’elle ne parvienne à son but. Quelques chants en Ancien Egyptien et c’est réglé : Ammit est aspirée en Harrow, son avatar.

Il ne reste plus qu’à tuer Harrow pour que tout soit terminé définitivement. C’est du moins ce que Khonshu insiste à dire… mais Layla est capable de stopper Marc avant qu’il ne commette l’irréparable. Khonshu n’a d’autre choix que de libérer une fois pour toute Marc cette fois-ci et la libération le ramène tout droit à l’asile psychiatrique où il est en session avec le Dr Harrow.

Marc et Steven comprennent toutefois assez vite que c’est du grand n’importe quoi cette réalité : ils ont bien conscience que la réalité est ailleurs et ils y reviennent, quitte à finir la saison à se réveiller dans l’appartement du début, sanglé au lit. Il y a désormais deux poissons et tout va bien – mais on a besoin d’une deuxième saison désormais pour avoir toutes les réponses. Au moins, cette saison est assez clairement conçue pour être une série plus longue. Je ne m’y attendais pas avec Marvel. Par contre, je m’attendais à une scène post-générique. Je suis donc resté patiemment devant mon écran.

Assez vite, on en arrive à découvrir qu’Harrow est désormais en asile psychiatrique. Il n’y reste pas bien longtemps : un homme vient le chercher, tuant au passage au moins un infirmier. Le problème, c’est qu’on nous révèle bien vite que l’homme, Jake Lockley, est l’avatar de Khonshu. Et Jake Lockley, évidemment, est la troisième personnalité de Marc et Steven. Eh ben super.

EN BREF – Si la série est excellente et fait passer un vrai bon moment, si le temps passe vite sur les derniers épisodes, si les réponses apportées sont intéressantes, je ne peux m’empêcher de remarquer que je ne suis pas fan du format en six épisodes. Ce n’est pas surprenant, hein, ça a toujours été le cas, mais je trouve que ça se sent particulièrement dans ces épisodes, notamment au tout début quand tout était rushé et rapidement présenté. Trop rapidement.

Pour le reste, la série est tout bonnement excellente, avec un casting impeccable et de jolies musiques. Malheureusement, il reste ce problème de rythme qui explique probablement le fait que la série soit si critiquée de manière négative. Je suis bien plus nuancé : c’est une excellente histoire, je suis content d’avoir pu la binger et je suis content de l’avoir terminée. Si saison 2 il y a, je serai au rendez-vous. S’il n’y a pas, je serai déçu.

Par contre, on ne va pas se mentir, d’ici la suite, je vais clairement oublier les trois quarts de ce que je viens de voir. Je n’aime pas le bingewatching, j’aurais mieux fait de la suivre lors de sa diffusion en direct !