Bingewatcher les séries de networks, quel kiff !

Salut les sériephiles,

Je vais repartir sur un article qui est très blabla ce soir, mais comme je ne publie pas grand-chose ces derniers temps, personne ne pourra m’en tenir rigueur car il est plus difficile de se rendre compte que je blablate régulièrement quand je ne mets pas tout en ligne dans les temps. Malin, non ?

Les faits…

Aujourd’hui, samedi 16 juillet 2022, j’ai décidé qu’il était temps pour moi de me rattraper mon retard dans Station 19 et Grey’s Anatomy. Cela est en train de se voir sur le blog car j’ai programmé plein d’articles sur ces séries pour une publication ce soir – et demain soir pour le final de la deuxième série. Et si ce soir j’ai la migraine parce qu’enchaîner plein d’épisodes un jour de canicule n’était peut-être pas la meilleure des idées, j’ai quand même envie d’en parler sur le blog parce que… ça fait du bien !

Voir aussi : Station 19 (S05)Grey’s Anatomy (S18)

Concrètement, cela faisait trois mois pile que j’avais arrêté de regarder ces deux séries. Depuis une semaine ou deux, j’essaie de me remettre le pied à l’étrier en étant à jour dans mes hebdos du moment et en reprenant progressivement mes séries arrêtées en cours de saison, mais je le faisais à coup d’un épisode ou deux de la même série par jour. Il y a eu une exception : j’ai enchaîné quatre épisodes de Moon Knight. C’était bien, mais ça ne m’a fait pas le même effet qu’aujourd’hui. J’ai donc cherché à comprendre pourquoi.

La particularité Shondaland

Bizarrement, pour les séries Shondaland, j’ai plus de mal à le faire. Cela s’explique : il y a plein de personnages et tous ne sont pas forcément présents à chaque épisode, les intrigues se bingewatchent bien car elles avancent un peu à chaque épisode, l’habitude de regarder les séries est ancrée (depuis dix-huit ans)… Rien de bien compliqué à enchaîner les épisodes, surtout qu’avec les possibles crossovers, il faut regarder un épisode de chaque pour tout voir dans l’ordre sans risquer de se spoiler.

C’est ce dernier élément qui est le plus compliqué : je les vois vraiment comme des blocs de deux épisodes, et c’est difficile de regarder un bloc de deux épisodes sans avoir envie d’en voir un deuxième, histoire de voir un peu tous les persos, même s’il n’y avait pas de gros cliffhangers. Du coup, pourquoi pas un troisième bloc ? Et pourquoi pas juste un épisode de plus ? Et pourquoi pas le dernier de la saison ? Je suis en vacances, j’ai le droit de faire ça, non ?

La comparaison douloureuse

Bref, j’y ai passé ma journée en retrouvant le sentiment qui fait que j’aime tant les séries : c’est fluide, ça s’enchaîne tout seul, on sent qu’il y a un début, un milieu et une fin à l’épisode, mais aussi à la saison. Et bordel, ça fait du bien, en fait. Comme ici, il s’agit d’un duo de séries un peu plus anciennes, ça me rappelle ce que j’adore tant dans les séries, cette impression que l’histoire ne s’arrête jamais, mais qu’elle continue à un bon rythme tout de même, sans vrai temps mort. Oui, il y a eu des épisodes qui servaient à combler le temps, mais ça ne me fait pas l’effet des productions Netflix où on est calibré sur des épisodes d’une heure avec temps mort pour étirer l’épisode et faire une pause dans l’intensité d’un bingewatching…

Je parlais de Moon Knight plus haut, et elle a un peu ce défaut aussi. Sur Disney +, le problème est aussi que les saisons ne font que six épisodes, mais tentent de raconter énormément de choses. Par conséquent, on se perd dans le mystère et la mythologie de ce qui est raconté, au détriment d’un vrai attachement aux personnages. Et les séries de networks font tout l’inverse, surtout celles-ci : elles développent vraiment les personnages (au pluriel), et elles le font un peu à chaque épisode.

Voir aussi : A-t-on fait le tour du Marvel Cinematic Universe ?

Le constat

Voilà, c’est ça le fond du sujet de cet article : ce n’est pas tant que j’aime les séries du Shondaland où certains vont parfois stagner faute d’être dans l’épisode ou d’avoir une nouvelle histoire à vivre, c’est que j’y retrouve ce que j’aime depuis toujours… Un bon rythme pendant 42 minutes, des avancées pour les personnages, des dynamiques cools et la sensation d’avoir toujours envie d’un épisode de plus pour avancer jusqu’à la fin de saison, sans jamais s’ennuyer en cours de route. Désolé Netflix, mais tu n’arrives plus à me convaincre de le faire autant avec des séries dont les épisodes durent une heure. Pourtant, je suis sûr qu’il y en a plein que j’aimerais.

Je m’y remettrai aussi. Il faut d’abord que je regarde mes autres séries de network. Je suis sûr qu’elles me feront le même effet, en plus, si je les bingewatche. Reste à trouver le temps, par contre, et ça, ce n’est pas gagné. En attendant, c’était une belle journée qui me rassure un peu sur ma sériephilie. Il faut bien, de temps en temps.

Mes cinq séries françaises préférées

Salut les sériephiles,

Il est l’heure pour moi de me concentrer sur un nouveau TFSA qui m’a donné du fil à retordre : Tequi nous demande cette semaine de parler de nos séries françaises préférées. Si ça me donne du fil à retordre, c’est parce que je suis un mauvais compatriote et que je n’en regarde pas tant que ça. Et le peu que je regarde est de qualité quand même très variable, ce qui complique la donne.

Voir aussi : Mes cinq nouveautés préférées du premier semestre 2022


  1. Missions

Une équipe d’astronautes est envoyée sur Mars pour porter secours à la toute première équipe à s’y être rendue, disparue en cours de route.

Missions (S01) – Just One More EpisodeIl me reste une saison à voir, mais la saison est plus courte heureusement, alors j’ai bon espoir de prendre le temps de la voir prochainement. En attendant, ça reste une très bonne série française qui a le mérite de proposer une aventure de science-fiction. C’est suffisamment rare dans le paysage français pour être souligné, et même si ça me demandait toujours de me réadapter au fait que ça parle français, le mystère était bon. La série est trop peu connue et mérite d’être vue.

Voir aussi : Les meilleures séries dans l’espace


  1. Plus Belle la Vie

La vie des habitants du quartier du Mistral à Marseille.

https://www.stars-actu.fr/wp-content/uploads/2019/01/pblv-plusbellelavie-2019.jpgJ’ai beaucoup hésité sur la place à donner à la série. Concrètement, je ne pouvais pas l’exclure du top, car c’est la série que j’ai regardé le plus longtemps. J’ai environ onze mois de retard et la série s’approche de sa fin tellement elle était à bout de souffle depuis quelques temps. Cependant, si la qualité s’est nettement dégradée en cours de route et que les intrigues ou jeux d’acteurs n’ont pas toujours été au rendez-vous, le feuilleton quotidien a mérité sa place dans ce top pour des périodes et intrigues vraiment marquantes – la tromperie du mari de Johana avec Blanche, l’intrigue de l’éboulement du gymnase, celle de l’Enchanteur, tout ce qui touche Victoire ou même les débuts de Samia/Boher, en passant par, évidemment, l’évolution du personnage de Tom… Beaucoup de moments font de cette série une bonne série française, aussi critiquée soit-elle.

Voir aussi : L’annulation de Plus Belle la vie et moi


  1. Les bleus, premiers pas dans la police

La vie de jeunes policiers intégrant pour la première fois la police.

Les Bleus, premiers pas dans la police, Série TV, 2006-2009 | Crew UnitedLa série avait tout plaire, avec une équipe de jeunes acteurs brillants – la série a révélé Elodie Yung, à la tête aujourd’hui de The Cleaning Lady – et un synopsis très à la mode, pas sans rappeler Grey’s Anatomy, mais dans la police. Difficile de ne pas penser à la série aussi quand vingt ans plus tard, ABC se lance dans Quantico puis The Rookie… Bref, une série française qui a réussi à marquer son époque, et pas qu’un peu, avec des intrigues géniales, des scènes hyper marquantes (la nuit je mens) et un renouvellement de casting souvent réussi. A redécouvrir, vraiment, ne serait-ce que pour cette habileté à s’adapter à une production subissant de nombreux changements.

Voir aussi : The Cleaning Lady (S01)


  1. Dix pour Cent

Le quotidien des agents de stars de l’agence ASK.

Dix pour Cent – S04E05 – Just One More EpisodeTrop courte, aujourd’hui copiée à l’internationale, mais bien trop excellente pour être ignorée, Dix pour Cent est une véritable pépite du service publique. Avec des répliques cultes ou tranchantes, des personnages inégalables (Andrea en tête, bien sûr, mais aussi Noémie ou Hervé) et hilarants, des intrigues perchées et surtout une particularité remarquable : celle de faire intervenir de grands acteurs français mettant en scène leur vie. Enfin, acteurs français… Ils ont réussi à avoir en guest Sigourney Weaver tout de même ! Et la série a contribué à révéler au monde entier le talent de Camille Cottin. Vraiment incroyable et efficace de bout en bout concernant l’humour, la série s’est parfois perdue dans son intrigue, mais ça n’a jamais été grave.

Voir aussi : Call my Agent The Musical?!!!


  1. Les Bracelets Rouges

Le quotidien des enfants malades d’un service hospitalier, unis par les bracelets rouges du bloc opératoire.

Les Bracelets rouges – S03E08 – Just One More EpisodeLe synopsis ne donne pas envie, je sais. Cela paraît improbable que la série soit première avec un tel résumé, d’ailleurs. Cela m’embête de lui donner la première place pour une autre raison : il s’agit du remake d’une série espagnole, et c’est loin d’en être le premier remake (Red Band Society, par exemple)… mais ce n’est pas grave, on va faire fi du manque d’originalité car la série était brillante, tout simplement. Les meilleurs ingrédients de la version espagnole se retrouvent ici avec en plus la capacité de proposer de bonnes répliques et un vrai sentiment que ça se passe dans un service hospitalier français. Je l’ai dit pendant toute la diffusion de la série : je ne suis pas entièrement neutre sur le sujet pour avoir passé enfant quelques nuits à l’hôpital, mais au-delà même de ça, je trouve que la série a révélé d’excellents acteurs et a réussi à conserver le ton du livre dont elle s’inspire : on n’est jamais dans le pathos malgré le sujet, et au contraire même, la série parvient à donner le sourire. Et je ne vous parle même pas de ses autres qualités, comme la musique par exemple, parce que ça va finir par être trop long comme article !

Voir aussi : Piqûre de rappel pour Les Bracelets Rouges


Enfin, je ne peux pas terminer cet article sans citer également la géniale Fais pas ci, fais pas ça. Si elle n’est finalement pas dans la liste, c’est parce qu’elle s’est un peu perdue en cours de route, je dirais aux alentours de la saison 5 ou 6, à trop se concentrer sur les parents (excellents cependant) plutôt que les enfants. On aurait pu avoir mieux… mais eh, je les aime quand même les Bouley et les Lepic !

Voir aussi : Fais pas ci, fais pas ça, LA comédie française à (re)voir

Sinon, j’ai bien sûr retiré du lot les webséries, mais il y en a d’excellentes qui sont à voir, hein – Ulysse, Preview, Le Visiteur du futur (qui revient en septembre au cinéma, comme annoncé en… 2018 !!). Je n’oublie pas non plus les programmes courts qu’étaient Bref, Connasse ou même Kaamelott. Depuis, cette dernière a eu tendance à s’éterniser un peu trop et les dernières saisons font que je ne peux pas la citer ici, mais bon, elle rejoint les rangs d’autres séries que j’aimais beaucoup sans être dans le top, comme, par exemple au hasard… Léa Parker.

Non vraiment, la production française, c’est parfois quelque chose quand même…

Voir aussi : J’ai tout oublié de Kaamelott, bordel !

A-t-on fait le tour du Marvel Cinematic Universe ?

Salut les sériephiles,

Aujourd’hui, je poste un article que j’ai repris tout au long de la semaine dernière, pour vous dire à quel point il m’a travaillé. Attention, spoilers sur tout le Marvel Cinematic Universe, soyez à jour avant de lire !

Voir aussi : Le résumé Marvel pour les néophytes 3 (Phase 4)

https://www.cloneweb.net/wp-content/uploads/maxresdefault-21.jpg

Spoilers

Thor: Love and Thunder - Réservez vos places & bande-annonce | DisneyAvec la diffusion du dernier épisode de Ms Marvel le jour de la sortie officielle de Thor Love & Thunder, hier, le MCU s’apprête à marquer une pause de quelques semaines avant de revenir au cours de l’été par le petit écran, une fois de plus. Alors que She-Hulk et la mini-série animée sur Groot préparent leur arrivée, force est de constater que la phase 4 se disperse dans tous les sens ces derniers temps, et que ce n’est plus aussi efficace qu’il y a quatre ans.

Voir aussi : Thor Love & Thunder, une bonne blague ?

C’est plutôt logique : difficile de rivaliser avec Infinity War et Endgame, après tout. Certes, le fan-service de Spider-man a aidé à y croire (malgré des soucis scénaristiques), mais voilà, quand je prends les deux derniers gros films sortis, Doctor Strange et Thor, donc, je vois surtout une frustration concernant le scénario et des promesses qui ne sont pas vraiment tenues concernant le multiverse. On nous a vendu de grandes choses et ça tarde à arriver. Et oui, la fin de Ms Marvel m’aide à revoir légèrement ma copie en nous promettant à la fois un excellent The Marvels et l’arrivée prochaine des mutants (enfin !).

Voir aussi : Ms Marvel (S01)

Ma plus grande frustration vient toutefois de la gestion de l’ensemble des productions Marvel Studios en tant qu’ensemble, justement. Ou plutôt, en tant qu’unité. Si j’ai adoré les premières séries proposées, notamment WandaVision, j’ai bien compris à présent que le but était que les séries aient l’impact le moins grand possible sur les films. Franchement, je sais bien que Wanda finit avec le DarkHold dans la série, mais la voir revenir en tant que méchante alors que toute la série la faisait apprendre de ses erreurs, ça n’avait aucun sens. Au moins, Captain America avait moins fait semblant de voir les personnages évoluer – la série finissait à peu près au même point qu’Endgame.

Voir aussi : WandaVision a déjà un an (et cette série a tout changé)

Cela pose un problème évident : il devient difficile de s’investir avec autant de ferveur dans tous les projets si ceux-ci n’ont pas vraiment d’impact pour la suite, et surtout s’ils sont moins efficaces. Et autant les premières séries avaient su me convaincre, autant avec Ms Marvel ou Moon Knight, le studio commence à montrer ses limites.

On sent bien que les équipes cherchent à continuer de sortir des sentiers battus et à se renouveler. C’est plutôt une excellente chose en soi, car trop de super-héros risque de tuer le super-héros… Toutefois, les séries patinent un peu à se trouver un rythme en six épisodes. À plusieurs reprises dans mes critiques, j’ai écrit que j’avais du mal à me sentir investi en si peu de temps – que ce n’était pas si triste de voir certains twists par exemple. Pourtant, le temps n’a rien à voir là-dedans : je regarde beaucoup de films depuis deux ans et demi, ça ne m’a jamais empêché d’être triste pour des personnages, voire même de pleurer.

Voir aussi : Moon Knight (S01)

Non, le problème réside ailleurs : le rythme est haché, on condense beaucoup trop d’informations en six épisodes là où il y aurait moyen d’en faire plus et on n’apprend plus à connaître les personnages comme il le faudrait. C’est mon constat sur les dernières productions, et ça ne se limite pas aux séries : que dire du traitement de Valkyrie après avoir vu Thor Love & Thunder ? Et Jane, qui nous a fait trois films (et une scène) et dont on ne sait rien ? De Darcy Lewis qui redevient une random ?

À trop vouloir se disperser dans des intrigues multiples, j’ai l’impression que le MCU s’affaiblit. Il le fait en plus en affaiblissant ce qui a été fait avant, parce qu’à force, on en arrive à se demander comment certains ne se sont pas croisés plus tôt ou pourquoi certains héros ne sont pas intervenus. En plus, le MCU s’éloigne de plus en plus des comics – Ms Marvel change d’origine, Moon Knight de pouvoir, Thor ne ressemble en rien à son alter-égo papier… C’est tout de même déroutant. Je ne suis pas contre quelques surprises de temps en temps, mais pour le moment la phase 4 peine beaucoup à garder la face. 02Ce n’est pas le retour de Daredevil qui me rassure sur le sujet, d’ailleurs.

Voir aussi : À quand le prochain Marvel ?

Clairement, rien n’est perdu et Marvel a encore largement la possibilité d’offrir de grands moments de cinéma et télévision – de nouveau, la scène post-générique de Ms Marvel me l’a confirmé – mais pour l’instant, la multiplicité des projets semble lui faire perdre son souffle. Il serait temps je crois d’en revenir plus vite à ce qui faisait l’unité des projets et permettait de former un grand tout…

Bref, tout ça manque d’un film Avengers, quoi.

Thor Love & Thunder : une bonne blague ?

Salut les cinéphiles,

Thor: Love and Thunder - Réservez vos places & bande-annonce | DisneyJe sais, je sais, ça fait longtemps que je n’ai plus publié d’article du jour, et je n’ai même plus vraiment d’excuse autre que je préfère profiter des vacances et regarder des séries que lutter contre WordPress avec la mise en page de ces textes. Ils continuent d’être écrits, hein. De toute manière, je suis surtout là pour parler de Thor Love & Thunder, un film qui sort aujourd’hui (bon quand j’écris ça), mais que j’ai pu voir en avant-première dès vendredi dernier. Il y aura inévitablement quelques spoilers dans la critique express ci-dessous, attention à vous.

Qu’en dire ? La première impression est que c’est un bon film, meilleur que ce que les critiques en disaient déjà quand je suis entré dans la salle de cinéma. Il faut dire que j’en ai surtout lu du négatif avant d’y aller, parce que tout le monde critiquait le fait que le film manque de cohérence et/ou sérieux. Je lisais ça d’un œil aussi peu attentif que possible car je déteste les spoilers, mais je le savais bien malgré moi.

Oui, une bonne blague (potache)

Tessa Thompson explique la confusion sur le roi Valkyrie dans Love & Thunder - SirdForce est de constater, qu’effectivement, le film ne se prend pas au sérieux. En fait, il se prend si peu au sérieux que je l’ai trouvé encore pire que Ragnarok dans l’humour qu’il impose. Je n’avais pas trop aimé ce dernier, c’est donc sans surprise que j’ai eu autant de mal ici. Pour le côté humour, il n’y a pas à dire, c’est Tessa Thompson qui m’a sauvé le film. Elle est sous-exploitée énormément par le scénario, mais elle est celle qui aura le plus réussi à me faire rire, parce que le reste du casting est trop habitué aux rôles plus sérieux apparemment ? Je ne sais pas, ils m’ont moins fait rire, même quand les blagues étaient bonnes.

Taika Waititi a fait filmer par Russell Crowe toutes ses scènes de Zeus dans Thor: Love And Thunder TwiceLes blagues ? Elles sont parfois lourdes, mais je m’y attendais, surtout quand j’avais lu qu’on verrait le fessier de Thor. On pouvait difficilement imaginer plus lourd que cette scène avec Zeus, même si je suis bien forcé de reconnaître que j’ai ri aussi. Par contre, je ne suis pas du tout motivé par ce qu’annonce la scène post-générique. On aura l’occasion d’en reparler de toute manière.

Du rire au détriment de tout le reste

Pour le reste, j’ai eu beaucoup plus de mal avec le scénario de ce film, si tant est qu’on puisse appeler ça un scénario ? Eh, je suis méchant, le scénario est plutôt bon pour l’humour, il y a de bons choix dans la bande-originale, les effets spéciaux accompagnent agréablement l’ensemble ; donc tout n’est pas à jeter.

https://images.rtl.fr/~c/770v513/rtl/www/1524962-chris-hemsworth-dans-thor-love-and-thunder.jpgDisons simplement que la cohérence avec le matériel d’origine est le cadet des soucis de ce film qui ne parvient pas une seule seconde à nous vendre un Thor aussi grandiose que ce qu’il devrait être. Sans être le Big Lebowski d’Endgame (que le film efface en quelques minutes seulement), Thor est toujours présenté comme un dieu un peu ridicule. Même Loki a plus de classe que lui, et c’est un peu étonnant la direction qu’a prise ce héros Marvel sur les derniers films.

Une nouvelle image de Thor: Love and Thunder confirme un lien important avec Moon Knight | TechRadar
Dur de me rendre compte que je n’ai absolument rien à dire sur ce personnage qui finit par n’être qu’une tête d’ailleurs… Mais alors vraiment rien ? Il était là, quoi.

J’exagère, évidemment : Thor a la classe a plein de moments (et j’ai aimé ce côté hard rock sortant de nulle part), mais il est souvent ridiculisé contre son gré, de manière déroutante. Et la scène avec Zeus n’est qu’un exemple parmi beaucoup d’autres dans le film. À trop vouloir rire, on en perd la classe du dieu tel qu’il l’était dans le premier Avengers à déclamer des répliques dignes de Shakespeare.

Des personnages bâclés

Natalie Portman's Character Dying In Thor: Love And Thunder?Je ne m’attendais pas vraiment à autre chose, cependant… Non, ce qui m’a vraiment dérangé, c’est l’exécution de l’ensemble des idées du scénario. Certaines idées sont bonnes, comme l’introduction de Lady Thor par exemple… mais la réalisation est déplorable : franchement, en terme de logique ou cohérence, on repassera. Demander à un marteau de protéger Jane serait donc suffisant à la transformer en Lady Thor ? Euh ? C’est totalement bâclé comme travail, et ça méritait tellement mieux quand l’idée de base est géniale !

Je suis peut-être de mauvaise foi car j’ai détesté la manière dont on lui donne des pouvoirs, mais je trouve qu’en plus Natalie Portman n’a fait absolument aucun effort dans ce rôle. https://www.presse-citron.net/app/uploads/2022/07/thor-love-and-thunder.jpgElle était bien plus crédible dans les premiers volets que dans celui-ci où son alchimie avec Chris Hemsworth m’a paru franchement inexistante. C’est ma plus grande frustration, je crois : indépendamment de lui, elle est une super super-héroïne. Avec lui, elle semble être une actrice plutôt fade, et je n’ai pas compris pourquoi. J’avais l’impression qu’à chaque fois, les acteurs faisaient le minimum syndical, à part peut-être dans le flashback sorti de nulle part concernant leur relation amoureuse ?

Non, vraiment, du côté de l’évolution des personnages, il faudrait vraiment retravailler tout le scénario. On passe à côté malgré un potentiel énorme pour chaque idée, c’est très déroutant (et parfaitement voulu)… Et Thor n’en a apparemment rien à faire du sort de Jane lors de la dernière scène ?!

Et le méchant dans tout ça ?

Le méchant, il n’est pas du tout comique, lui par contre. Du moins, il n’est pas censé l’être, et il fait un peu peur… même si son histoire, elle, n’échappe pas au traitement un brin ridicule voulu par Taika Waititi. Je sais bien que le style assumé du film, mais ça détonne beaucoup trop par rapport au reste de l’univers – et surtout par rapport au personnage de Thor dont l’ADN semble changer constamment selon les projets auxquels on l’associe.

Thor: Love and Thunder dévoile le vilain de Christian Bale dans sa nouvelle bande-annonce | Pèse sur startBref, pour en revenir au méchant, Christian Bale s’en sort beaucoup mieux dans la peau de son méchant qui fait peur (par contre, le scénario est risible par rapport à la classe de la backstory d’un Thanos, par exemple), j’ai aimé certains choix artistiques le concernant en cours de film – le faux noir et blanc est sublime par exemple – mais même les scènes d’action n’étaient pas toutes super lisibles ou logiques (rien à voir avec le méchant, mais dans le cas de la première avec les Gardiens, c’est parfaitement incompréhensible d’ailleurs). La logique du tueur de Dieux parce que sa fille est morte qui kidnappe des enfants mais n’en fait rien, d’ailleurs, ça m’échappe totalement.

En conclusion…

Bref, j’en retiens que les Gardiens, que Valkyrie et que, évidemment, les chèvres ont sauvé ce film.Thor: Love and Thunder:' Screaming Goats Are From a Taylor Swift Meme C’est un excellent divertissement, on se marre bien, mais ça ne fait rien avancer pour les personnages ; on nous ressort Jane pour mieux la sacrifier aussitôt d’une manière quasi incompréhensible, on refile à Thor un nouveau personnage à gérer qui promet de grandes choses… mais on n’avance pas vraiment.

Bien qu’il soit un excellent divertissement, Thor Love & Thunder était donc extrêmement frustrant concernant le scénario… Et pouvait se voir indépendamment de tout ce qui ne concernait pas directement Thor dans le MCU, contrairement à ce que Marvel avait suggéré en indiquant qu’il pourrait y avoir des références à Moon Knight. Etonnant.