Riverdale – S04E03

Épisode 3 – Dog Day Afternoon – 14/20
C’est tellement mauvais que c’en est ultra-comique et franchement réussi. J’ai mal au ventre après cet épisode – mais pas autant que celui qui, dans cet épisode, voit son ventre être occupé. Je n’en dis pas plus, je ne veux pas spoiler, mais bon dieu, la série est de retour au stade où elle est risible, le sait très bien, mais préfère en jouer sérieusement que de tenter d’être crédible. Ca marche mieux sur moi que l’insupportable saison 3, pour le moment en tout cas.

> Saison 4


Spoilers

This place… This is how we’re gonna save Riverdale.

Grâce à Mad Dog, Archie se trouve une nouvelle vocation. Bon, pour être tout à fait honnête, il l’avait déjà, mais la vie l’a écartée de son projet de transformer son gymnase en centre communautaire. Par contre, ça ne se fait pas comme ça, il faut de l’argent et des toilettes en plus, apparemment. Pour réussir à faire ça, la solution est toute trouvée pour Veronica.

Elle organise un car-wash avec Reggie, Archie et Mad Dog torse nu. Kevin ne se lance pas dans l’aventure, et nos héros gagnent un peu d’argent, mais pas plus que ça. La rentabilité des pectoraux d’Archie, ce n’est plus ce que c’était… Ou alors, les scénaristes se sont souvenus que les persos n’étaient toujours pas majeurs et que c’est super gênant d’imaginer toute la ville baver sur des ados boutonneux ? Au moins, ça aura permis d’ajouter un point au compteur d’Archie à poil.

Le deuxième ne tarde pas à arriver avec un entraînement de boxe durant lequel Mad Dog débarque énervé pour des raisons qui vont rester floues (son frère s’est fait tabasser, parce que oui, il a un frère) parce que j’en ai rien à taper de cette intrigue. Notons tout de même qu’Archie est sûr de pouvoir sauver Riverdale (mais de quoi ???) grâce à son gymnase, alors tout va bien, hein.

De son côté, Veronica a pris la décision de changer son nom pour prendre celui de sa mère et s’appeler Gomez, mais elle change d’avis au dernier moment. Elle fait plutôt bien, parce que dans la soirée, son père lui rend une visite. Oui, oui, il est en prison, mais c’est lui qui la possède, alors il entre et sort comme il veut selon lui. C’était ridicule, mais la réponse de Veronica l’est encore plus : elle n’a jamais sorti les poubelles, mais elle connaît l’odeur des déchets. Et son nom est un déchet. Putain, ça ne s’invente pas.

Hiram se lance dans un petit monologue sur le nom de Lodge et sur l’héritage de Veronica dont elle ne saura jamais se débarrasser, avant de se barrer en assurant que ça ne sert à rien de changer les serrures. Mais putain, retourne en prison. Veronica, elle, décide d’aller voir sa belle-mère pour lui filer 40 000$. La mère d’Archie refuse, mais Veronica fait une meilleure avocate qu’elle, assurant qu’elle veut simplement investir dans Archie, en qui elle a toute confiance. Si elle savait…

Archie, lui, découvre que sa mère veut l’emmener à Boston avec elle pour qu’il finisse son année scolaire… mais aussi qu’il a de l’argent sur un compte ouvert par ses parents pour ses études. Ah ben super, problème réglé. Bien sûr, sa mère n’a pas envie de le voir investir dans une ville aussi merdique que Riverdale, mais Archie y tient vraiment.

Quelques coups dans un sac de boxe plus tard, le voilà qui enfile ce qui ressemble immanquablement à un masque Covid aujourd’hui pour aller tabasser ceux qui ont tabassé le petit frère de Mad Dog. Et il y va seul, avec une batte de baseball, pour foutre cinq personnes à terre. Il y arrive bien sûr, et il gagne au passage un temps d’argent sale à blanchir. Et pour ça, l’idée de Mad Dog est évidemment d’utiliser Veronica !

Celle-ci accepte, ce qui permet à la mère d’Archie de se rendre compte que le projet de son fils peut fonctionner : Mad Dog est un bon prof de boxe et elle, elle peut gérer tout le côté administratif du projet. Elle réussit donc à poser définitivement ses valises à Riverdale. Fallait bien remplacer Fred, j’imagine.

Autrement, on ne se débarrasse pas de Jug si simplement : il part de son lycée pour la fac, certes, mais on le voit toujours dans la série, hein. Il emménage dans une chambre d’étudiant où il emmène directement sa copine, et où clairement, je veux bien vivre moi. Contre toute attente, il a toutefois un coloc qui s’avère être… Moose. Oh boy, il n’était pas mort lui ? Je n’arrive plus à suivre, c’est du beau.

Il n’est donc pas mort, s’est fait interner à l’arrestation de son père et se fait désormais appeler Marmaduke. Super. On découvre rapidement dans l’épisode qu’il est bisexuel, également, parce que… Pourquoi pas ? Avec cette série, il ne faut pas toujours chercher des raisons logiques. Ils ont aussi un autre colocataire, mais il est assez insupportable et cherche en permanence Jug pour s’assurer de le faire virer au plus vite : si Jug lui file le moindre coup, c’en est fini pour lui dans sa fac.

Le tout est réglé grâce à un concours d’écriture… que Donna remporte et que Jug et Bret perdent. Forcément. C’était si inintéressant comme intrigue – mais bon, est-ce que c’était vraiment mieux de savoir que finalement Veronica décidait de s’appeler Veronica Luna et de dormir avec une arme sous son oreiller ? Pas vraiment. Hiram est de retour en prison, en tout cas, et elle le met en échec pour l’instant.

De son côté, Betty continue d’enquêter pour le FBI, avec Charles qui lui laisse accès à absolument tous ses documents… y compris les audios en cours lorsqu’il envoie un agent infiltrer la Ferme et que l’agent en question se fait tuer rapidement. Le problème, c’est que cela éveille les soupçons d’Edgar, qui interroge ensuite Alice.

Il est en effet persuadé d’avoir une taupe dans ses rangs, et ça ne manque pas : Alice confesse tout. Cela se passe hors écran, mais Edgar raconte tout ça à Betty, avant de lui demander de l’argent pour lui et tous ses followers. Décidément, il y en a des besoins d’argent dans cet épisode. Bien sûr, Betty se rend aussitôt auprès de Charles pour lui raconter tout ça… Et ce n’est pas exactement ce qu’Edgar attendait d’elle.

Pour s’en venger, Edgar décide donc de libérer « un otage », à savoir Polly. Celle-ci débarque avec une ceinture d’explosifs (ou plutôt un soutif d’explosifs ?), un détonateur et un chronomètre flippant. Ne vous inquiétez pas, Betty est là : c’est elle qui désamorce la bombe sous les conseils de son frère. Ça n’a pas de sens putain. Le pire est encore que ce qui les sauve est une épingle à cheveux ! J’ai tellement ri !

Comprenant qu’elle n’a pas le choix, Betty se décide à aller demander de l’aide à Veronica. Elle n’hésite pas une seule seconde : Veronica lui file les œufs de Fabergé de sa mère. PARDON ? Mais putain, elle est en train de galérer à trouver du fric pour Archie et n’hésite pas à les balancer à Betty ? Ça n’a aucun sens, et ce n’est que le début.

En moins de douze heures, Toni se démerde pour trouver des faux passeports à Betty qui, elle, s’arrange pour voler un bus scolaire et l’emmener aux disciples d’Edgar, qui a oublié comment boutonner une chemise dans l’entre-saison. C’est si ridicule ! Et Betty conduit un bus ? Je… À quoi bon chercher à comprendre ?

Elle fait tout ce qu’Edgar lui demande et c’est sans surprise que celui-ci la double et qu’Evelyn nous l’assomme dans la scène la moins crédible du monde. Non, pardon, il y en a eu des pires, forcément. Et la suite de cette intrigue en est digne : Betty se réveille au côté de sa mère dans un motel et Alice lui raconte qu’Edgar a construit une fusée. Rien que ça. Morgane m’avait tout spoilé la semaine dernière, persuadée que je le savais déjà, mais rassurez-vous, cette histoire de fusée reste bien trop drôle.

Et là encore, ce n’est toujours pas terminé. Le bus est censé être envoyé dans un ravin pendant que la fusée décolle. Heureusement, Betty et Alice parviennent à se libérer grâce à une idée brillante de Betty qui est plus maligne que McGyver dans cet épisode. Elles mettent K.O Evelyn et réussissent à motiver toutes les troupes de la secte pour qu’elles montent dans le bus d’Edgar. L’idée est que Betty conduira le bus, hein. En attendant, elle récupère le flingue d’Evelyn, que sa mère lui laisse prendre. Une vraie adulte cette Betty.

Elle retrouve et libère même son ex-principal, qui a perdu un doigt au passage, parce qu’Edgar pensait qu’il était la taupe. Je pensais avoir assez ri pour l’épisode… mais je me trompais encore : Alice récupère le flingue des mains de Betty pour aller arrêter elle-même Edgar, parce qu’il est bien connu que les journalistes sont aussi doués que des agents de FBI. On tombe alors dans le plus ridicule possible avec Edgar en tenue stupide, avec une ceinture à son nom, et un drapeau américain auprès de sa fusée.

Dire que j’aimais Chad Michael Murray… Je ne le verrais plus jamais pareil après cette tenue ridicule. Je ne pensais pas qu’il était à ce point en galère de thunes cet acteur, j’ai de la peine pour lui. En tout cas, Alice en vient rapidement à bout avec deux petites balles dans le torse pour le faire compléter son ascension.

Après tout ça, Betty passe la soirée avec Jug et le plus drôle est que celui-ci préfère lui raconter ses mésaventures et le fait que Bret a balancé toutes les infos sur Moose que de s’intéresser à la vie ô combien passionnante de Betty. Pour le cliffhanger, nous nous trouvons alors avec un Jug sans bonnet qui ouvre la porte de Betty et trouve une étrange VHS « famous last words ». On verra au prochain épisode, hein.

Pendant ce temps, Cheryl et Toni continuent de profiter de leur lit deux places… mais elles ont du mal à supporter leur colocataire : la grand-mère de Cheryl. Toutes les nuits, celle-ci pète des câbles, et on en arrive à un stade où elle se met à hurler et à confier à sa petite-fille, qu’elle prend pour Pénélope, qu’elle a eu l’impression de voir les triplés brûler dans les flammes. Des triplés ? Cheryl pense à ses neveux… moi je pense à elle et son frère insupportable.

Toni embauche donc Darius, un infirmier de nuit, pour s’occuper de Nana, contre l’avis de Cheryl, qui s’assure toutefois qu’il n’ira jamais dans la chapelle de son manoir. Tout de même. Je me demande qui fait le ménage dans tout ça. Clairement, ce n’est pas Cheryl, qui se rend par contre compte que le corps de son frère se déplace tout seul. C’est gênant.

Il n’en faut pas plus pour qu’elle décide de virer l’infirmier quand celui-ci annonce la présence de rats… pauvre Toni, elle va devoir supporter la grand-mère alors. Et aussi, accessoirement, supporter le fait de sortir avec une cinglée qui préfère recoudre le ventre de son frère bouffé par un rat que de s’occuper de sa propre santé mentale. Oui, Toni découvre que Cheryl a vrillé dans sa tête en fin d’épisode. La pauvre, j’ai tellement de peine pour elle.

Compteur d’Archie à poil : +2

Saison 4

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.