Riverdale – S04E16

Épisode 16 – The Locked Room – 16/20
C’est étonnant, mais cet épisode réussit vraiment bien à atteindre l’ambiance qu’il souhaite. C’est frustrant, parce que c’est la fin d’un arc qui aura vraiment été chouette dans la série, mais c’est aussi hyper bavard et exagéré à plein d’égards. Allez, c’était dix fois mieux que le reste de la saison et je me suis bien amusé des révélations qui se jouaient dans cet épisode. C’était top.

Spoilers


Rumors of my death have been greatly exagerated

Jug n’est pas mort du tout, mais il assure en voix-off qu’il a eu l’impression de se sentir comme mort lui aussi. Pourtant, il est bien en vie malheureusement, et il nous fait chier un bon moment de cet épisode dans son bunker à chercher à tout prix à trouver de quoi faire tomber les étudiants de Stonewall. Il n’a pas l’air de bien vivre son confinement par rapport à nous.

La série prend le temps de nous expliquer rapidement comment chaque personnage a appris la survie de Jughead, à l’exception de Betty, Archie et Veronica. On ne saura jamais ce qu’il s’est passé dans ce bois apparemment ? A-t-on vraiment besoin de le savoir ? Probablement pas. C’est quand même abusé, mais oui, un certain nombre de personnages savent donc ce qu’il s’est passé, mais on ne parle toujours pas de Charles. C’est chiant.

On enchaîne donc sur un bon huis-clos. Enfin, bon. C’était une bonne idée sur le papier, mais après… Bref, Betty et Jug débarquent ensemble à Stonewall, et Jug peut donc ressusciter beaucoup trop rapidement. Je pensais que ça nous conduirait au moins à la fin de cette saison, pas jusqu’à l’épisode suivant. C’est frustrant… Après, j’imagine que Veronica en avait marre de voir Betty et Archie jouer au petit couple.

Tout l’épisode est donc un huis-clos, avec Donna, Bret, Joan et Mr Dupont enfermés dans une pièce de la fac par Betty et Jug. Ce n’est pas exceptionnel, mais les scénaristes nous assurent qu’ils avaient tout prévu depuis le début, avec des flashbacks qui remontent au début de Stonewall… et qui osent aussi nous remontrer le plongeon du prof à travers la fenêtre.

Ils sont tous si fous. Bizarrement, les révélations autour des mystères de cette saison n’ont pas réussi à m’accrocher du tout. Du tout. Betty et Jug parlent et parlent et parlent et parlent pendant l’épisode, mais concrètement, ils ne nous donnent pas de nouvelles informations pendant trop longtemps. Ils reconstituent un puzzle que nous avons déjà reconstitué, en passant par Mouse et la fausse relation de Donna avec Chipping.

Tout ça nous amène finalement à la révélation que Jug allait être tué parce qu’il écrivait le nouveau roman des Baxter Brothers : tous les auteurs sous ce pseudo ont eu la bonne idée de tuer des étudiants. Et apparemment, c’est simple à prouver, même s’ils ont passé la saison là-dessus. Il reste en tout cas à Jug et Betty le problème de trouver qui est le meurtrier prévu pour Jug.

Pour cela, ils nous racontent une fois de plus que le beanie de Jug a pu le sauver. Heureusement qu’il avait un bonnet, donc… Tout ça pour ça ! On en revient finalement à la forêt et on découvre un peu mieux ce qu’il se passe, alors que Joan est suffisamment stupide pour assurer que Jonathan est celui qui était censé prendre le pouls de Jug pour vérifier qu’il soit bien mort. Nous y revoilà : Bret a attiré Jug dans les bois, Joan a frappé Jug, Donna a emmené Betty à l’écart pour la droguer puis lui donner l’arme du meurtre.

Après tout ça, ils ont mené Veronica et Archie à Betty. Simple, ce perfect murder. On se moque de Jonathan qui ne sait pas prendre le pouls de Jug… mais Archie l’a fait aussi et a dit qu’il était mort, quoi. En fait, Jug est sauvé par ses amis qui lui font un massage cardiaque, et à son réveil, il dit simplement qu’il ne veut pas aller à l’hôpital… avant de retomber inconscient pour 36h. Soit.

Betty a le réflexe d’appeler Charles en assurant qu’on peut lui faire confiance (lol) et celui-ci débarque avec un « van médical du FBI » pour sauver Jug. Je ? Mais mort de rire, sérieusement. C’est aussi lui qui assure qu’il faut brûler les vêtements et nettoyer la scène du crime, et c’est pour ça qu’on en est venu au fameux cliffhanger de la saison précédente.

Après tout ça, bon, on ne va pas y revenir encore, mais on s’amuse de savoir que le légiste pote de Betty depuis quelques saisons a aidé nos amis à faire passer Jug pour mort. Eh, ça, ça passait plutôt bien. Grosso modo, Betty et Jug révèlent qu’ils sont là avec le shérif, Charles et le grand-père de Jug et après beaucoup de blabla pour rien, personne ne semble capter que Dupont va sauter par la fenêtre. On le voit venir une bonne dizaine de répliques avant que ça n’arrive puisqu’il est en échec et mat, mais oui, il plonge exactement comme Chipping pour se suicider.

Reste à régler le cas des étudiants de Stonewall qui n’essaient même pas de s’enfuir. Joan s’en sort autant qu’elle peut grâce à une immunité diplomatique que n’avait finalement pas Bret. Lui, il se fait interroger par Charles et dégommer la face par Jug et FP. Donna récupère toutefois le rôle d’écrivains pour les Braxter Brothers puisqu’elle a réussi à tout faire faire par les autres : elle n’a plus aucune culpabilité… Mais Betty ne veut pas la laisser s’en tirer pour autant : elle sait, grâce à Hermosa, que Donna est la petite-fille d’une étudiante tuée par Dupont. Euh. Honnêtement, en quoi est-ce vraiment la carte maîtresse qu’on nous vendait dans l’épisode précédent ?

Qu’importe. Alice peut vendre son documentaire a une chaîne et devenir célèbre, Betty a sa revanche sur Donna et Cheryl peut narguer Betty parce qu’elle a compris qu’elle était amoureuse d’Archie. Au secours. Tout est bien qui finit à peu près bien et il n’y a plus de fil rouge pour cette saison… qui pourtant n’est pas terminée. Encore trois épisodes… plus autant en saison 5.

Sinon, Jug revient à Riverdale High et Betty comme Veronica font tout ce qu’il faut pour s’assurer que leurs petits-amis passent tout leur temps à réviser désormais. Ouais. C’est pour ça que quand Kevin débarque avec sa nouvelle idée de spectacle musical, Betty inscrit automatiquement tout le monde.

Compteur d’Archie à poil : +1 (et ça compte bien parce que la scène en flashback est plus longue que les fois précédentes, hein).

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.