How I met your father – S01E01

Épisode 1 – Pilot – 12/20
C’est moins bien que ce que j’en attendais, et c’est bourré de petits défauts qui ne parvient pas à la rendre charmante pour le moment. Je suis frustré parce que j’avais bon espoir d’accrocher à fond avec ce casting, mais une partie des changements opérés à la formule d’origine ne fonctionnent pas du tout. Les gags sont loin d’être aussi efficaces que dans la première série, et on a surtout peine à voir comment ils arriveront à être en avance sur leur temps si la série reste si convenue. Pas de quoi devenir culte, donc, Et comme toute la saison est déjà filmée, je doute que ça s’améliore rapidement, puisqu’ils n’ont pas eu le recul des critiques avant…

Spoilers

En 2050, Sophie appelle son fils pour lui raconter comment elle a rencontré son père.

I had to meet you Sophie.

Bon. Cela commence déjà mal : ils ont foiré le générique ? C’est un vrai plaisir de réentendre les notes de musique qui participaient au succès de la série originale, mais cette superposition de photos est déjà clairement moins fun que le générique de base. Purée, on est en 2022, pourquoi ce look années 80 aux photos ?? Et pourquoi tant de photos où ils sont… seuls ? On dirait un book plus qu’un générique sur un groupe d’amis.

Eh, j’ai déjà fait pause avant même la fin de la première minute. Je m’étais promis de me regarder tout l’épisode sans interruption, mais j’ai trop envie de noter plein de choses. Difficile de regarder l’épisode sans comparer à l’originale, et ça blesse vraiment, parce que rien ne va par rapport à ce qui a fait le succès de la première : on commence en 2050, pourquoi pas, avec Kim Cattrall. Elle n’est donc pas que narratrice, on la voit.

C’est un changement de focus qui casse une grosse partie de la série, parce que ça va être dur de nous faire avaler qu’Hilary Duff finira par ressembler à Kim Cattrall. Et puis, même, si tout commence par un coup de fil… pourquoi est-ce que son fils ne raccroche pas quand sa mère bourrée se met à lui raconter toute sa vie ? Je comprends l’idée du coup de fil, pourquoi pas, mais c’est super bizarre. Puis la blague facile sur la commande vocale, ça ouvre mal l’humour de la série, même si je vois bien l’hommage à la dernière scène de How I met your mother et Robin qui n’arrive pas à faire fonctionner sa télévision.

Au moins, les rires m’ont beaucoup moins dérangé que prévu. C’est une bonne chose… ou pas : je crois que j’étais plus dérangé par le jeu de l’actrice. Bon, allez, il est temps d’entrer dans la série cela dit : un flashback nous fait quitter 2050 pour nous rendre en 2022, le present day sans le moindre covid. Soit.

Sophie se rend donc à un rencard Tinder et utilise un Uber pour cela, Uber dans lequel elle va rencontrer deux meilleurs amis, Jesse et Sid, qui deviendront ses amis si l’on en croit le générique de départ. Alors. Comment dire ? Je ne prends pas de Uber, mais j’ai trouvé extrêmement forcé cette scène d’introduction où ils se mettent à se raconter leur vie. Déjà que Sophie monte dans la voiture alors qu’il y a deux types qu’elle ne connaît pas dedans, en plein New-York, bonjour la crédibilité.

Qu’ensuite l’un des deux se mettent à lui raconter toute sa vie et sa demande de fiançailles qui sent bon le fail… Je ne sais pas, c’était bizarre. Après, je ne peux rien dire, dans les Blablacar, on se raconte nos vies aussi parfois, mais ce n’est pas un Uber quoi. Toujours est-il que Sophie enchaîne en racontant son histoire, ce qui est étonnant aussi.

J’aime bien le plan dans la voiture qui ressemblait vraiment à la série d’origine, et en vrai, je me suis retrouvé plutôt bien embarqué par l’histoire de sa rencontre avec Iain. OK, je ne vais pas critiquer Tinder, ce serait facile et franchement malhonnête de ma part, parce que ça m’a réussi. Qu’elle fasse un rencard de merde, ça ne me surprend pas. Qu’elle réagisse en hurlant, j’y croyais vraiment moyennement. Qu’elle trouve l’amour au moment de supprimer Tinder ? Pourquoi pas.

Bref, tout ça passait bien, de même que tout le montage où elle apprend à connaître son futur par messages interposés. Il est vrai que la romance en 2022 peut commencer comme ça, et qu’elle commence souvent comme ça. Ce n’est pas la mythique introduction de Barney, mais admettons.

Par contre… Qu’est-ce que j’étais déçu de voir que Ian ressemblait à ses photos Tinder. J’espérais tellement qu’elle s’imagine tout un tas de scènes avec lui dedans alors que finalement non. Cela aurait été dans le style de la série d’origine, mais ce n’est pas le but ici. Le but ici est de nous présenter un rencard absolument parfait… sauf que Ian est sur le point de déménager en Australie. Pas la porte à côté donc.

Cela fonctionne, et ça fonctionne bien plus que les retours à Kim Cattrall. Vraiment, je n’accroche pas du tout à sa manière de raconter l’histoire en regardant la caméra – et donc nous. Cela casse le rythme de la série là où les enfants en donnaient par des réactions amusantes de temps en temps. Là, Kim Cattrall est omniprésente. Non, vraiment, je ne le sens pas.

Et c’est dommage, parce que la série, par d’autres aspects, fonctionne plutôt bien. J’ai beaucoup apprécié la scène où Sophie apprend le départ de Ian, ou le moment où il la ramène chez elle. Je n’ai pas été jusqu’au rire comme avec le premier épisode de l’originale, mais cette fin de rencard où chacun veut s’embrasser sans le faire, ça marche toujours aussi bien.

On enchaîne alors avec une bonne scène où l’on rencontre la colocataire de Sophie (Valentina ?). Là, j’ai commencé à sourire un peu plus et à m’embarquer dans l’humour de la série. Sans être exceptionnel, il est efficace par moment, notamment lorsque Sophie rencontre Charlie. Après, je ne sais pas, je ne comprends pas pourquoi elle a préféré le personnage de Sophie à celui de Kelsey, Hilary Duff. Enfin, si : il y aura plus de gens pour regarder How I met your Father, probablement.

Enfin, le premier épisode. Les autres, je ne sais pas quand même, parce que le scénario est forcé à plein de moments. Il y a des répliques qui fonctionnent, comme celle sur les fruits, et il y a des stéréotypes qui foirent complètement. Charlie l’anglais très à poil qui s’installe avec elles sans l’accord de Sophie et qui découvre le métro, c’était en trop, franchement. Et tellement convenu dans l’humour !

L’échange de téléphones portables avec le meilleur ami du chauffeur Uber ? Beaucoup trop prévisible et complètement illogique. Prévisible au sens où on se doutait bien que Sophie allait devoir trouver une raison de retrouver Jesse et Sid après son rencard si bien qu’on ne regarde pas son téléphone (euuuh, n’est-ce pas la base d’un rencard ?? Regardez votre téléphone sans que ça ne fasse partie de la conversation et c’est NEXT direct perso). La réplique était déjà en trop, Kim Cattrall qui le surjoue, c’était atroce, et… ça aurait pu fonctionner comme twist si Sophie n’avait pas récupéré son téléphone en le regardant dans le Uber. « N’oublie pas ton téléphone », lui a-t-il dit en lui donnant alors qu’il crushait sur elle.

Bon, après, c’est utile pour l’intrigue : Sophie veut retrouver Ian pour l’embrasser finalement, parce qu’elle se rend compte que son rencard était parfait et que c’était con de ne pas en profiter pour tenter quelque chose, même à distance. Pour cela, elle a besoin de son portable. Cela dit, dans tous les cas, elle avait besoin de récupérer son téléphone, quoi.

Voilà donc Sophie qui embarque ses deux colocataires avec elle dans le bar où Sid va faire sa demande en mariage à sa fiancée… au lieu de l’emmener au concert de Beyoncé. Cela sent très fortement le fail, quand même, et c’était forcé par moments à nouveau, avec une Hillary Duff pas toujours convaincue par ou convaincante dans ce qu’elle faisait. Au moins, ça permettait à Jesse de passer un peu de temps avec Sophie. On apprend donc à le connaître comme un type qui s’est pris un râteau lors de sa demande en mariage.

Sa copine ne voulait pas de lui, c’était filmé et apparemment tout New-York a vu la vidéo où il finissait par tomber de scène. Elle n’est pourtant pas si drôle…

Pendant ce temps, Charlie et Valentina rencontrent la sœur de Jesse, dont on comprend assez vite qu’elle sera un ressort comique dans sa tendance à surgir par surprise d’un peu n’importe où. Eh, ça peut fonctionner, mais pour l’instant, elle était plutôt gênante. Pas autant que Charlie, l’anglais un peu riche qui est traumatisé par la vie à New-York et déprime complètement Valentina. Un beau couple, donc. Ils passent le reste de l’épisode à se disputer, ce qui fait rire Sophie et Jesse.

Le problème, c’est que Jesse est clairement séduit par le décolleté plongeant de Sophie, alors que Sophie est une grande romantique quand lui ne croit pas du tout en l’amour. Elle, elle y croit tellement qu’elle est prête à aller à l’aéroport pour lui balancer qu’ils sont faits pour être ensemble. Du grand n’importe quoi.

De son côté, Sid demande finalement Anna en mariage, et elle dit oui, mais avant de se barrer à nouveau à Los Angeles. Bien sûr, oui. La meuf traverse le pays, passe dix minutes avec son mec, se fiance et retourne à l’hôpital pour faire une greffe d’organe ? Ce n’est pas crédible, arrêtez de nous faire croire qu’il n’y a qu’un chirurgien dans les hôpitaux.

En tout cas, ça arrange les affaires de Sophie : Anna a besoin d’aller à l’aéroport, et elle aussi. Tina, toujours en t-shirt-culotte après un passage dans le métro, ça se souligne quand même, suit le mouvement parce qu’elle s’est rendue compte qu’elle détestait finalement Charlie, alors qu’elle l’a invité à rester chez elles. Et la sœur de Jesse est embarquée à son tour, parce que Jesse conduit. Donc oui, la série est en train de nous dire quand même que Jesse a un bar qu’il abandonne totalement avec plein de gens qui sont supposés être des amis d’Anna et Sid mais qui ne leur disent pas au revoir. Y a des problèmes gros comme ça dans ce scénario.

Bon, en tout cas, à l’aéroport, Sophie parvient à retrouver Ian sans trop de mal et lui propose vraiment de s’engager dans une relation avec lui. Il lui fout alors un bon gros râteau, ne croyant pas à une relation avec 14h de décalage horaire. Voilà qui est fait pour le personnage de Sophie, qui vient aussi de se ridiculiser en avouant avoir eu plus d’un rencard Tinder par semaine « cette année ». J’espère pour elle que c’est 2021, hein, sinon ça fait vraiment beaucoup pour 2022.

Ce n’est toutefois pas encore la conclusion de l’épisode : allez savoir pourquoi, j’ai dû rater une référence, Sophie veut ensuite marcher seule sur un pont, mais avec tout le groupe. Ce groupe qui s’apprête à devenir son groupe d’amis inséparables. C’est gros comme manière de rencontrer ses amis, mais ouais, après tout ça, et alors que Valentina et Charlie se réconcilient, Sid et Jesse invitent leurs nouveaux amis à venir boire un verre chez Lily & Marshall. Pardon, chez eux. Le clin d’œil est sympathique et discret.

Me reste à évoquer la sœur de Jesse qui ne se remet pas encore de son divorce mais est prête à redonner une chance aux rencards lesbiens et j’aurai fait le tour de cet épisode. La conclusion est sympathique : on en revient à Kim Cattrall qui annonce que c’est la nuit où elle a rencontré le père de son fils. Si l’on en croit le montage, cela nous laisse donc quatre possibilités : Sid, Jesse, Charlie ou Ian. Difficile de ne pas être déjà team Ian ; ce sera probablement Sid pour la surprise. Ils auraient pu ajouter un ou deux randoms dans l’épisode pour que ce soit drôle.

Le twist est donc ici qu’on nous confirme qu’elle a déjà rencontré son mari. Il fallait bien revoir la formule originale de toute manière, deux fois de suite, ça ne pouvait pas marcher. Je ne suis pas sûr d’accrocher totalement, mais la fin d’épisode m’a donné un peu d’espoir tout de même. Reste à voir ce que ça donnera sur du long terme, mais va falloir virer Kim Cattrall. Et puis, bordel, elle n’a même pas fini son verre, pourquoi irait-elle déjà chercher la bouteille de vin ???

2 commentaires sur « How I met your father – S01E01 »

  1. Arf j’ai eu énormément de mal à accrocher 😅 J’adore le casting mais j’ai trouvé que tout était très lisse, les blagues ne sont pas particulièrement drôles. Et effectivement les scènes en 2050 sont lourdes. Et puis les clichés … l’anglais est lourd comme tout… et la sœur lesbienne ça fait un peu quota pour le moment 🙈 A voir… je vais continuer pour le principe

    J’aime

    1. C’est ça, tout est trop convenu, il n’y a pas de fun et ça manque de l’étincelle qui avait rendu la série originale si particulière – sans compter qu’elle au moins était originale et plus moderne !
      Entièrement d’accord pour le quota. L’anglais… j’attends de voir, mais ça allait pour le moment, faudra juste pas trop en faire car c’est cliché

      J’aime

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.