Resident Alien – S02E06

Épisode 6 – An Alien in New-York – 16/20
Même dans les épisodes où l’intrigue avance, il y a encore des scènes pour ralentir le rythme en développant les personnages secondaires, mais ces développements sont intéressants et permettent de mieux les cerner, donc tant mieux. Surtout, ils apportent une touche d’émotions bienvenue dans un monde d’humour brut – et bordel, qu’est-ce que j’ai ri face à certaines scènes de l’épisode. La série part en vrille tellement souvent.

Spoilers

Harry doit partir à New-York, et il va le faire, mais avant ça, la série a encore quelques pistes à nous proposer pour la suite.


Asta, why does this city smell like so many things ripening at once ? AH. You’re not Asta.

Quitte à m’être remis dans l’ambiance de la série hier, je me suis dit qu’il valait mieux continuer mon rattrapage. Cela me permettra d’être à jour pour la suite de la saison 2, en plus, et donc de me conforter dans l’illusion que je rattrape mon retard. C’est donc mieux de voir cette série que celle dont les derniers épisodes ont été diffusés, vous voyez.

La série reprend par un étonnant flashback dans cet épisode : six mois plus tôt, avant l’arrivée de l’extraterrestre, Sam a rendu une visite à Harry pour se plaindre de photos prises à New-York. Assez clairement, on voit ensuite Harry appeler quelqu’un qui ordonnera le meurtre de Sam, parce qu’il se plaint des plaintes de Sam. Il est question d’un chantage, de don d’argent qui ne sont pas tant du bénévolat que ça et d’un mystère qui va probablement rattraper notre Harry maintenant qu’il est prêt à se rendre à New-York.

Enfin, prêt, c’est un grand mot. Il passe un peu de temps à parler à Nathan Fillon, la voix du poulpe, pour savoir comment s’habiller et révèle à Asta qu’il a un sac plein d’argent dans sa maison. Oui, oui, il lui révèle ça comme ça et la réaction d’Asta était à mourir de rien. L’air de rien, ce sac qui sort de nulle part nous apporte un tas d’informations pour avancer dans l’intrigue fil rouge de la saison 1 : Harry a tué Sam, certes, mais c’est apparemment un ordre du groupe Galvan/Powell si l’on en croit les documents qu’Asta trouve dans le sac.

Ce n’est pas rien : il y a le dossier médical de Sam, des photos d’Harry et Sam ensemble, mais aussi des photos de Liza… Il faudra toutefois attendre un peu plus pour avoir d’autres informations, car le départ d’Harry pour New-York ne se fera que le soir avec Asta qui a pris les billets les moins chers possibles, n’ayant pas un sac d’argent, elle.

Avant le départ pour New-York, la série n’oublie pas en effet non plus de régler l’intrigue du chien qu’Harry a kidnappé. Je pensais qu’ils avaient oublié, mais non : le chien est toujours là et Sahar vient voir Harry pour le récupérer. Elle indique au passage que la boule a été volée par le gouvernement, essayant de vendre ça pour une bonne blague. Harry ne trouve pas ça spécialement drôle, et ça empire quand le chien n’hésite pas à bouffer 42, le poulpe.

Harry aurait pu intervenir pour empêcher la mort de son ami, mais il est trop lent pour ça, préférant faire la morale à Sahar sur cette histoire de boule (titre). Le pire, c’est que la série parvient à rendre ça vraiment triste. Je m’étais habitué à la présence de 42 dans la série, l’air de rien, mais le guest-star devait coûter un peu cher ? C’est triste franchement.

Le montage pour dire adieu à 42 fonctionne bien même si la dérision n’est pas franchement la plus attendue à ce moment… mais elle permet d’atténuer le choc de voir ensuite Harry manger 42. J’ai tellement ri tellement c’était en décalage avec nos attentes. C’était bien vu par la série.

Une fois 42 mangé, Harry peut en tout cas se rendre à New-York avec Asta, pour se aller directement à la pizzeria dont il a reçu le numéro. C’est un vrai échec, avec Harry qui veut même manger une assiette en carton pleine d’huile, mais ça finit plutôt bien pour Harry tout de même quand il aperçoit une fresque mural dans la rue en face de la pizzeria, signé Goliath. Dans sa langue maternelle.

C’est une bonne idée de la part des scénaristes, parce que ça force Harry à faire le tour de la ville pour en trouver d’autres quand Asta se rend compte qu’il s’agit d’un artiste célèbre, mais à la Bansky. Il est anonyme, personne ne sait qui il est, et c’est intrigant. Le groupe Galvan/Powell est aussi trop intriguant pour Asta : elle décide donc de faire une pause dans le bâtiment new-yorkais du groupe pour enquêter.

Pendant qu’Asta fait tout ça, Harry prend le temps d’aller goûter la meilleure tarte du monde juste à côté. Il y rencontre un homme qui n’est pas ravi de le voir à New-York, se demandant ce qu’il fait en ville et s’il a détruit les dossiers médicaux. Asta entend la fin de la conversation, et j’admire sa patience, parce que moi, j’ai bien ri de voir Harry répéter les mots de l’homme comme il lui demandait.

Après ce petit détour de l’intrigue, Harry et Asta se concentrent à nouveau sur Goliath, et ils font une percée intéressante – c’est le cas de le dire : Harry perce la carte de New-York à chaque endroit où il y a eu une peinture, ce qui lui permet de reconnaître la constellation Ursa Major. Grâce à ça, il sait alors où aller en ville, dans une fête organisée par Violinda Darvell.

Cette dernière ne les aide pas pour autant à retrouver Goliath, permettant à Harry de lancer un appel de détresse « silencieux » et à Asta de se rendre compte que Goliath est en ville depuis au moins depuis 2011. Harry découvre clairement le monde de l’art et l’interprétation à faire des tableaux, mais son vrai problème, c’est surtout que Goliath n’est pas là – il ne se montre pas, il est probablement infesté par l’humanité. Violinda passe pourtant un bon moment à l’espionner, mais elle ne l’empêche pas pour autant de prendre du LSD quand un type à la moustache délirante lui en propose. Non, vraiment cette série nous emmène toujours sur des pistes improbables.

Asta aurait mieux fait de surveiller Harry : rapidement, le LSD fait son effet sur Harry qui découvre l’art en mouvement et les écrans de Time Square. On se marre bien de son côté, alors que le sérieux de l’intrigue le rattrape inévitablement : la militaire habituelle est à ses trousses dans la pizzeria, Asta découvre que Violinda connaît Goliath. Celui-ci a peint un tableau pour elle et, mieux encore, Violinda sait qu’Harry est un extraterrestre, et qu’Asta le sait.

Bon, New-York, c’est sympa, mais ça n’empêche pas qu’il se passe plein de choses aussi du côté de Patience aussi. L’épisode commence par Mike et Ben qui se parlent, mais assez rapidement chacun à sa propre intrigue. Ainsi, on retrouve D’Arcy à fond dans un karaoké sur son bar et je ne m’y attendais pas. J’adore la chanson de son karaoké, en plus ! On la voit sur le bar et il n’y a rien pour le justifier, autre que le fait que c’est un bon délire. Ben vient ensuite la voir pour lui expliquer qu’il a besoin d’un tracteur ? Quad ? Comment ça s’appelle ça ?

Elle lui propose aussitôt de l’emmener pour aller le chercher, car elle est la seule à pouvoir aller le chercher légalement, selon les assurances de la ville. Ben ne semblait pas au courant, il ne semble pas ravi de devoir passer la journée avec D’Arcy… mais il s’y fait assez vite.

D’Arcy est super cool après tout, elle l’emmène dans un super spot où ils peuvent observer la vue depuis la montagne derrière Patience, puis le conseille sur son couple. Les conseils qu’elle donne ne sont pas forcément les meilleurs pour une relation à long terme, mais ce n’est pas grave : Ben reprend confiance en lui grâce à elle.

On découvre surtout qu’il n’est pas si heureux que ça dans son couple, puisque sa femme a trop tendance à lui imposer ses décisions et ne pas le laisser vivre comme il l’entend. Ils se rendent donc chez Ben pour un peu de décoration et pour retrouver de la weed cachée dans la chambre de Max par D’Arcy quand c’était encore la chambre de Ben.

Franchement, la série donne ensuite envie de les shipper très fort : Ben redonne confiance en D’Arcy en lui expliquant qu’elle a sauvé sa famille, car c’est grâce à elle qu’il a osé intervenir face aux kidnappeurs.

Du côté de Mike, l’intrigue est bien plus intéressante, car elle risque d’avoir un impact à long terme pour la série : Olivia continue ainsi de mener son enquête sur les extraterrestres, contre l’avis de Mike. Celui-ci lui interdit d’utiliser les ressources du commissariat pour le faire, mais elle ne l’écoute pas. Assez rapidement, en quelques scènes, il y a donc un différend qui s’installe entre eux. Pour le régler, Olivia n’a rien de mieux à proposer que de menotter son boss sur un banc.

Après tout, il lui reproche de trop prendre son indépendance et de faire ce qu’elle veut, alors c’est bien logique. La série perd alors un moment à nous faire une scène d’émotion sur le personnage de Mike. Le problème, c’est qu’on a déjà eu l’occasion d’être bien triste pour lui dans l’épisode précédent quand on a vu ce qu’il s’était passé avec son partenaire. Le revoir dans cet épisode avec juste un discours sur le deuil, j’ai trouvé ça redondant, au mieux, malhabile, au pire.

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.