Resident Alien – S02E12

Épisode 12 – The Alien Within – 19/20
Non seulement c’est un très bon épisode avec tout ce qu’il faut d’humour, mais en plus, les fils rouges avancent à toute vitesse l’air de rien et une scène de l’épisode m’a laissé bouche bée car je ne l’avais pas vu venir. Eh, ça m’apprendra à ne pas lire les comics, j’imagine ? En tout cas, la saison est vraiment bien gérée, cette deuxième partie est beaucoup plus prenante que la première, que j’avais déjà bingewatchée avec plaisir. Et ça cloture des intrigues de la saison 1 l’air de rien bien avant la fin de saison.

Spoilers

McCallister, Harry et Sahar continuent de chercher le bébé.


Every day you’re here, you become more human. It’s inevitable.

Je n’arrive vraiment pas à voir les épisodes de la série le jour de sa sortie, mais je veux faire attention autant que possible à ne pas prendre de nouveau du retard, parce que je l’aime vraiment beaucoup cette série. Après, sa première scène de cette semaine m’a laissé hyper perplexe : plutôt qu’un flashback, nous avons droit à un flashforward. Soixante ans plus tard, Harry est encore en vie, mais pas Asta, et il contemple un volcan en éruption juste devant sa cabane de Patience. C’est inattendu comme début d’épisode – mais ça l’est encore plus en fin d’épisode, vous verrez.

Dans le présent, nous retrouvons Harry à la recherche du bébé alien, ce qui permet toujours autant de comique. Alan Tudyk est dingue, mais il parvient très bien à nous faire croire qu’il parle l’alien, hein. Il n’a toutefois pas de chance et ne le retrouve pas, alors il laisse de côté cette affaire pour retourner au travail.

Là-bas, il s’éclate sur la déco d’Halloween (un épisode d’Halloween pour septembre, c’est logique ?) en s’amusant avec un faux squelette. Asta n’est pas trop d’humeur à faire la fête par contre, et elle gâche vite sa bonne humeur : elle commence par demander des informations sur l’autre espèce extraterrestre qui veut détruire les humains, ce qui fait qu’Harry se confie sur son incompréhension de voir que le bébé alien ne lui saute pas dans les bras quand il l’appelle.

Voilà comment détruire la bonne humeur d’un extraterrestre : Asta lui fait remarquer qu’il est de plus en plus humain. C’est parfois difficile à croire : il se retrouve par exemple à soigner D’Arcy quand elle vient le voir parce qu’elle a mal au genou – et se contente de lui dire qu’elle a un corps trop vieillissant. Pourtant, quand D’Arcy se met à lui confier ses sentiments et toute sa crainte de ne plus pouvoir skier alors qu’elle n’est bonne qu’à ça (c’est faux ça !), Harry la prend en pitié. Il lui donne ainsi courage, espoir et ordonnance, avant de remarquer qu’il est trop humain, définitivement.

Il décide donc d’aller s’exiler dans la montagne enneigée pour se retransformer en extraterrestre définitivement, là aussi. Bon, le définitif chez Harry est sujet à redéfinition assez rapidement : il a trop faim pour rester dans la montagne. Il retourne donc chez lui… pour mieux découvrir que la cabane n’est pas du tout adaptée à sa taille normale. Le voilà qui revient sur sa décision donc, mais ça se sera fait avec juste ce qu’il faut d’humour.

Pendant ce temps, Olivia et Mike continuent de mener l’enquête en pleine forêt et confirment la pollution de l’eau de la rivière qu’ils soupçonnaient (grâce à Asta et Liv) par des produits toxiques. Cela mène rapidement Liv à la bonne piste : il y a eu une fuite dans le stockage des déchets chimiques qui devaient rester bien en place dans un lac artificiel de Galvan/Powell. Dommage, hein ?

Le groupe industriel est dans la merde, mais ça innocente beaucoup la femme de Sam des charges pesant encore contre elle. L’affaire remonte vite aux oreilles du FBI, alors Olivia et Mike présentent le résultat de toute cette enquête à la femme de Sam et à Asta. Les deux femmes découvrent donc toute la vérité, et ça va tellement vite finalement qu’on a du mal à croire que c’est un fil rouge qui date depuis un an et demi qui arrive à sa conclusion. Et tu parles d’une conclusion pour la femme de Sam, en plus, parce que tout ce qu’elle y gagne, c’est une casquette de baseball offerte par le shérif. En échange, elle a perdu sa maison et a été en prison, quoi. Pas exactement la compensation dont on rêve.

Pas exactement non plus la réputation dont Ben a envie pour attirer son nouveau projet immobilier. Ce dernier continue d’attiser la haine de tout Patience, par contre, menant à de bonnes scènes où toute la ville – c’est-à-dire D’Arcy (elle m’a fait mourir de rire avec sa question), Asta et une inconnue, soutenue ensuite par Olivia – se montre ouvertement hostile à la station balnéaire. Bien sûr, ça renforce les doutes de Ben et entame sa confiance en lui, mais il a heureusement Kate pour le soutenir. Ils sont bien revenus de leur crise de couple avec ce bébé, c’est cool. Pour Ben, par contre, ça craint un peu d’avoir toute la ville contre lui – surtout qu’on découvre qu’il a été nommé maire avec juste 49 voix, dont 9 en-dehors de sa vie. Moins une voix parce qu’il a voté pour lui-même.

L’air de rien, cet épisode clôture donc l’enquête autour du meurtre de Sam, mais aussi autour du meurtre le soir de l’anniversaire d’Harry. Il n’en faut pas plus pour que la police se retrouve désoeuvrée. Ainsi, Torres est forcée de retourner à Jessup, espérant tout de même un rencard avec Mike avant que ça ne se fasse. Malheureusement pour elle, il ne semble pas motivé et fuit autant que possible cette possibilité, malgré les appels de phare incroyablement gênants de Torres et Liv. S’il le fait, c’est toutefois en pleine connaissance de cause pour une fois : Harry a décidé qu’il était temps pour lui de quitter Patience et de retourner à Washington. Pardon ? C’est étonnant comme choix, même avec son développement de cette saison.

En parallèle, à l’école, Max regagne la confiance de Sahar comme il peut. Il y en a une qui inquiète rapidement Sahar par contre, c’est la femme de cantine, Agnes. C’est logique : elle connaît le prénom de Max et elle porte une montre qui n’est pas une montre de cantinière selon Sahar. Le truc, c’est qu’elle a tout à fait raison : il s’agit de McCallister, et elle est suffisamment dingue pour avoir placé des caméras partout dans l’école.

Cela permet rapidement à son homme de main d’entendre – parce qu’il y a des micros aussi ! – Sahar et Max parler d’alien. D’ailleurs, Sahar qui essaie de faire l’alien prouve que, clairement, l’actrice a un potentiel de dingue. Je zappe quelques scènes quand même (parce que j’ai trouvé ça super lourd le coup du suppositoire qui ne sert à rien finalement ??) pour en arriver à la journée d’Halloween qui se justifie finalement pleinement pour que Bobby puisse errer librement en ville – il est déjà déguisé.

D’un côté, Harry en arrive à la conclusion de kidnapper Sahar pour retrouver le bébé alien. Sahar y voit une opportunité, car elle ne parvient pas à le retrouver non plus n’ayant pas la langue alien en LV3, alors ne résiste certainement pas. Cela dégoûte Harry de voir que Sahar est une fois de plus plus maligne que lui – la scène était excellente franchement, j’ai bien ri.

D’un autre, pendant que Sahar et Harry quittent l’école, Max retrouve le bébé alien dans les couloirs de l’école. Et c’est génial, parce que vu les habits qu’il avait en s’enfuyant, il est déjà déguisé pour Halloween, donc personne ne se doute de rien dans les couloirs de l’école ! Certes, Bobby est mort il y a des années, mais justement, il n’y a plus grand-monde pour s’en souvenir et le soupçonner d’être un extraterrestre… jusqu’à ce que la vidéosurveillance de McCallister porte ses fruits et que son allié forcé de l’aider ne découvre l’alien.

Aussitôt, l’armée se met en quête de retrouver ce Bobby. Max le ramène bien logiquement chez lui, où ses parents sont déguisés en Sonny et Cher, pour toujours plus d’humour. Ben et Kate rencontrent ainsi Bobby et ne s’inquiètent pas plus que ça de ne pas entendre le son de sa voix autrement que pour leur dire qu’il est un bébé. Il faut dire qu’ils n’ont pas le temps de s’occuper de Max qui entame sa crise d’ado en disant qu’il n’a pas envie d’aller chercher des bonbons chez les voisins alors que la maison du maire est ensuite envahie par Ellen et quelques potes à elle. C’est Halloween après tout : elle en profite pour venir faire peur au maire en étant déguisé en lui, et en déversant sa haine de sa politique.

Bordel, elle est excellente comme personnage, elle me fait rire à chaque épisode dans cette deuxième partie de saison. Pendant que la maison est envahie par à peu près toute la ville, l’air de rien, le bébé Alien s’enfuit. Cela force Max à quitter la barraque à son tour. C’est en revanche en vain qu’il se met à errer en ville à la recherche d’un bébé alien déguisé une nuit d’Halloween. Franchement, on est à ça du détour inutile dans l’intrigue, mais c’est logique car ça permet à l’armée de savoir où est le bébé.

Autrement, D’Arcy vient également chercher Kate pour faire la fête, et ça laisse Ben seul avec toutes les personnes qui le détestent. C’était plutôt drôle, mais je ne suis jamais très objectif quand on me met Don’t fear the reaper en fond sonore. Le but de rameuter Kate à la soirée d’Halloween est toutefois de la convaincre que la station balnéaire est la pire des idées. La pauvre est clairement prise en otage à ce stade : ses « amies » la mènent à un pont qui sera détruit par les travaux, mais où tous les enfants de la ville ont gravé leurs noms. C’est une belle manière de la prendre par les sentiments : elle y voit l’inscription de son mari et ses amies l’invitent à inscrire le sien aussi, comme elle n’a jamais eu ça pour son enfance.

Les filles ne s’arrêtent pas là : elles emmènent ensuite Kate dans le diner du père d’Asta pour la convaincre encore plus que la ville est exceptionnelle et qu’il ne faut pas que de grandes chaînes le chassent de là. Oh. Cela finit par prendre comme il faut sur Kate : elle affirme aux autres filles qu’elle est désormais de leur côté. Mais pauvre Ben, il va vraiment finir seul à vie.

Pendant ce temps, dans les bois, Bobby entend la voix de Sahar l’appeler vers sa caravane habituelle. Quand il s’y rend, il a toutefois une mauvaise surprise. Ce n’est évidemment pas Sahar comme on pouvait s’en douter puisqu’elle est avec Harry, mais bien l’armée qui organise le kidnapping de Bobby. Dans les bois, Sahar et Harry entendent l’hélicoptère qui vient retirer la caravane de son emplacement, mais ils arrivent trop tard : ils ne peuvent que voir bébé Bobby s’envoler dans les cieux. Sahar est traumatisée par ce qu’il se passe, surtout qu’elle se rend compte qu’elle ne pourra plus jamais voir son bébé et qu’elle en est responsable.

Harry continue d’affirmer que c’est lui qui l’est, mais il est tout de même terrifié de voir qu’il est touché par les larmes de Sahar. J’ai bien aimé cette scène d’humanité entre eux. Il n’empêche qu’Harry n’a plus rien à faire d’autre que rentrer chez lui pour chercher des idées afin de retrouver le bébé.

Il envoie au passage un texto incompréhensible à Asta qui est paniquée et débarque à toute vitesse chez lui – pour rien. L’urgence est passée après tout. Alors qu’Harry mange égoïstement sa pizza seul, Asta en profite pour voir les enveloppes qui s’entassent chez Harry car l’alien ne les ouvre jamais. Elle y trouve même une enveloppe venant de Violinda. Il s’agit d’un livre avec toutes les peintures de Goliath, et on se doute bien que ça va avoir son importance. Asta y découvre bien une peinture qui la perturbe (et je veux noter ici à quel point le scénario est brillant avec son « unless » qui revient après avoir été évoqué par Mike et Liv en début d’épisode !)…

L’épisode peut alors se terminer soixante ans lus tard, avec la cabane d’Harry en flammes – et le reste de la ville aussi. Pas de quoi s’inquiéter, cependant : 300 ans plus tard, Harry est toujours sur Terre et tout semble bien détruit. Il trouve alors un portail qui permet à quelques mouettes de venir se cramer. Cela confirme à Harry l’existence des ley lines et de l’énergie qu’elles renferment. Notre héros décide aussitôt de trouver un portail pour revenir en arrière et sauver la planète. Le Harry du futur, mais cette fois-ci 500 ans dans le futur, décide donc de passer un portail pour revenir dans le passé. Oh bordel.

La révélation est vraiment inattendue – et cette paire de fesses aussi, d’ailleurs – Goliath est donc… Harry lui-même ? Le bébé est bien le sien ? Non, vraiment, je ne m’y attendais pas. Pire encore : le portail déjà vu dans la série, bien plus tôt, menait à Goliath. Celui-ci étant Harry, il a pu peindre Asta et Harry dans la neige en saison précédente.

Mindblown. Reste à voir si la série va se lancer dans une théorie du paradoxe temporel où Goliath parvient vraiment à changer le passé… ou si tout est déjà écrit et que la planète est condamnée. À vue de nez, j’aurais tendance à penser que le futur va changer : je ne vois pas l’intérêt d’un Harry du futur revenant dans le passé pour tout changer et recommençant tout exactement pareil. Et en même temps, si tout n’est pas exactement pareil, il y aurait dû avoir d’autres impacts sur ce qu’il savait de Patience – l’effet papillon, tout ça tout ça, impossible qu’Asta se retrouve avec la même veste là.

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.