9-1-1 Lone Star – S03E12

Épisode 12 – Negative Space – 17/20
L’épisode est bourré de facilités, mais il a réussi à m’endormir suffisamment longtemps pour me balader un bon moment. Au-delà de ça, je suis content de retrouver les personnages sur deux intrigues qui étaient intéressantes, même si tous ne sont pas assez mis en avant dans cette intrigue. C’est le problème avec cette franchise : il y a toujours des personnages mis de côté… mais bon, on ne peut pas tout avoir, et je me contente très largement de cet épisode de reprise qui avait plein de points positifs.

Spoilers

Owen se demande qui peut bien être son stalker, mais c’est bien le seul.

.

Attention shoppers, it may interest you to know that this establishment has hired as a security guard a murderous murderer who murders.

Oula, drôle de début d’épisode, je me suis cru devant NCIS avec cette scène de crime… mais il faut dire que depuis le temps, j’avais oublié sur quel cliffhanger je m’étais arrêté. L’avantage, c’est que la première scène m’a immédiatement remotivé, avec la présence d’Amy Acker et d’une intrigue curieuse voyant Owen trouver un cochon mort dans son lit.

Le mot « toxic » en commun sur cette attaque et celle dont fut victime Catherine inquiète nos protagonistes et le flic en charge de l’enquête – le père de Carlos, évidemment. Si Owen se croit encore sans ennemi particulier, la série a le don de nous rappeler, via Mateo principalement, qu’Owen a eu tendance à se battre un bon nombre de fois au cours des derniers épisodes. Les réactions de Catherine m’ont bien fait rire, jusqu’à ce qu’il soit question à nouveau de Roy Griffin… qui n’est plus en prison.

Un mois plus tôt, il a été libéré de prison car les charges contre lui ont été abandonnées faute de preuves suffisantes. C’est problématique pour Owen, parce qu’il se retrouve avec un dangereux ennemi. Cependant, c’est Marjan qui s’énerve le plus de savoir qu’un tel meurtrier puisse être libéré. Elle se met aussitôt en tête de le retrouver et d’en savoir plus sur la nouvelle vie qu’il mène après son passage en prison et son procès (enfin, ce n’est pas un procès qu’il a eu du coup, il a été libéré avant d’en arriver là).

Si je comprends sa rage, ses actions la desservent complètement : quand elle se rend compte que Roy a été embauché dans un supermarché en tant que garde de sécurité, elle ne trouve rien de mieux à faire qu’un appel au micro pour souligner ses actions de meurtrier mortel qui tue les gens (tiens, c’est moins lourd en VF). Franchement, elle s’affiche et tout le monde la laisse faire dans le magasin.

Ce n’est pas le cas quand elle revient à la caserne : Owen la convoque aussitôt parce que des rangers en couverture dans le magasin l’ont prévenu immédiatement des actions de Marjan. Roy se fait évidemment virer de son poste et ça énerve Owen parce que Marjan ne fait que s’assurer que Roy se souvienne bien d’eux.

Marjan s’inquiète pour eux quand elle l’apprend, inévitablement, mais elle s’inquiète aussi pour Sadie, qui est de retour en ville. Elle organise un vernissage pour ses œuvres artistiques. Marjan et Owen en profitent pour aller la voir et la prévenir de la libération de Roy, ce qu’ils font bien de faire : il est évidemment présent sur les lieux pour se venger de ce qu’a fait Marjan au supermarché.

Il y parvient à merveille : alors que Sadie a appelé les flics contre lui, les flics finissent par arrêter Owen qui est celui qui le frappe. Oui, Owen frappe à nouveau l’ex flic, parce que Roy a la présence d’esprit de narguer Sadie, Marjan et Owen en expliquant calmement qu’il aurait bien aimé tuer Marjan dans le blizzard s’il en avait eu l’occasion.

C’est gênant comme tout ; ça énerve Owen qui perd son sang-froid et qui se le fait reprocher par la police ensuite, surtout que Roy demande à ce qu’Owen ne puisse l’approcher. C’est ridicule, mais tout joue en la faveur de Roy.

Owen est vite relâché par la police, heureusement, et il peut donc faire une soirée chez lui avec Catherine (yeah, ça devient sérieux cette affaire, ), Marjan, TK et Carlos. Ce qu’il en sort de cette soirée ? Owen décide de vérifier les vidéos de surveillance du jour de l’attaque contre Catherine, grâce à Carlos. Ils espèrent y trouver Roy, pour l’accuser.

Une intervention qui suit tout ça inquiète énormément Marjan et Owen : la galerie d’art où Sadie exposait prend feu et l’incendie est géant. Le problème, c’est que Sadie vit sur place, mais ne répond pas au téléphone quand Marjan essaie de la contacter. Et pour cause : Owen entre contre toute logique ou sécurité dans le bâtiment en flammes pour mieux y trouver une Sadie inconsciente. Il parvient à lui sauver la vie en jouant les rangers solitaires, mais la situation dégénère vraiment concernant Roy, tout de même.

La police ne peut toujours rien faire, par contre : ils n’ont aucune preuve contre Roy. Ce bâtard s’en sort toujours sans le moindre problème, mais le père de Carlos suggère cette fois à Owen de monter lui-même la garde devant la maison de Roy. Cela n’a aucun sens puisqu’Owen a interdiction de l’approcher, mais Owen décide malgré tout de le faire. Pour ne rien arranger à sa situation, il déloge Marjan de sa planque car elle avait eu la même idée et décide de passer sa soirée dans sa voiture en compagnie de Catherine. Rien que ça.

Sans trop de surprise, Roy les prend sur le fait et est assez malin pour les prendre en photo, tout en les narguant à nouveau. J’ai plutôt ri de la situation jusqu’à ce que ça dégénère de manière imprévue. En effet, Roy quitte Owen et Catherine pour aller célébrer sa victoire en mangeant un tacos. Le truc, c’est que sa voiture explose quand il l’ouvre… et Owen se précipite pour lui sauver la vie, évidemment.

Roy est en effet encore en vie quand la voiture explose. Je ne sais pas trop ce que ça donnera comme suite pour Owen, mais cet épisode semble le laisser s’en tirer sans peine particulière.

Par contre, il reste un problème dans tout ça : qui donc a bien pu essayer de tuer Roy ? La réponse est assez simple, et elle est donnée en avance par la musique de cet épisode qui nous l’indique clairement un moment trop tôt ! C’est Sadie qui est cinglée et qui stalke Owen depuis le début. Et elle est complètement folle : on voit bien sa jalousie envers Catherine quand elle la rencontre, mais elle sait la cacher comme il faut.

En revanche, elle ne peut cacher le fait qu’elle se trouvait présente sur les caméras de vidéosurveillance le jour de l’attaque contre Catherine. Elle empoisonne donc TK et Carlos, chez qui elle est pour sa protection contre Roy, afin de protéger ses arrières, et elle fait bien, parce que Carlos trouve assez rapidement le moment où elle apparaît.

Si TK réagit vite à la drogue donnée par Sadie (forcément) en allant se chercher de l’eau, Carlos résiste vraiment bien à l’empoisonnement de Sadie, mais malheureusement, il finit par subir lui aussi ses effets. Avant ça, il a le temps de comprendre le rôle de la psychopathe avec qui il est et de tout lui faire avouer. Elle est persuadée d’être destinée à finir avec Owen, au point de l’avoir stalké, d’avoir empoisonné Catherine, d’avoir foutu un cochon mort chez lui ou d’avoir foutu le feu à sa galerie d’art… pour s’assurer qu’il viendrait la secourir. Ce qu’il a fait, en plus.

Carlos s’effondre, mais Sadie n’est pas tranquille pour autant : Marjan débarque à l’appartement pour visionner la vidéosurveillance, elle aussi. En vain. Elle trouve bizarre que Sadie soit celle qui lui ouvre la porte, mais n’est pas assez sur ses gardes : Sadie parvient à la poignarder dans le dos, avec de la drogue tant qu’à faire.

Cela n’empêche pas Marjan de se défendre et de mettre K.O Sadie, qui obtient le droit de se réveiller pour voir Owen une dernière fois avant d’être menottée. Tout est donc bien qui finit bien, sauf pour TK qui retombe au premier jour d’abstinence. Il s’en sort plutôt bien malgré tout : il ne semble pas avoir d’effets secondaires pour autant.

Roy ? Il pardonne évidemment à Owen puisqu’il lui a sauvé la vie. En plus, en voyant la voiture exploser, Owen a compris que Roy avait obtenu sa liberté en dénonçant le cartel au FBI. Bref, il s’est fait pas mal d’ennemis et il va passer une vie à souffrir de ses brûlures désormais : ça fait plaisir à Owen et on peut conclure toutes les intrigues ici.

Autrement, la première intervention de l’épisode se concentrait sur un appel plutôt intéressant et offrait une intrigue que j’ai beaucoup aimé également. Grace reçoit donc un appel d’une femme effrayée car sa sœur ne répond plus et n’ouvre plus la fenêtre. Cela mobilise la police, pour vérifier ce qu’il en est, puis l’équipe de Tommy.

C’est une bonne chose : il est rare de voir des intrigues si réalistes dans la série, mais en vrai, c’est principalement comme ça que ça se passe. Carlos dégomme la porte, Tommy, TK et Nancy interviennent aussitôt puisqu’ils trouvent la femme inconsciente. Nancy semble avoir du mal avec la situation, donc il y aura probablement un trauma à explorer dans le côté devoir sauver une sœur.

En attendant, c’est un autre trauma qui se produit : la femme survit à son arrêt cardiaque grâce à Nancy… mais c’est pour mieux révéler qu’elle avait un bracelet spécifiant de ne pas la ranimer ; car elle est blasée par son cancer.

Sans trop de surprise, la femme décide ensuite de lancer un procès contre la ville, la caserne et Nancy en particulier. Elle veut surtout prouver un point et leur soutirer un dollar… mais elle souhaite aussi que Nancy soit virée. L’avocat de la caserne rassure immédiatement Nancy et Tommy : la sœur n’ayant jamais parlé de l’interdiction de ranimer la femme inconsciente, la victime portant des manches longues, il est impossible qu’un jury aille dans son sens.

Le problème ? Nancy avoue ensuite à Tommy qu’elle a vu le bracelet mais a pris la décision de sauver la femme quand même. Voilà donc la raison de son hésitation : elle a eu de la peine pour la sœur qui flippait de voir la malade mourir. Bien sûr, en cas de procès, Nancy n’a pas l’intention de mentir à la barre et de se parjurer, ce qui signifie qu’elle risque fort d’être virée. Pour s’éviter cet embarras, elle proposer plutôt de démissionner, ce qui ne convient pas à sa patronne. Tommy décide évidemment de trouver un arrangement à cette situation compliquée à défendre : elle invite la plaignante chez elle pour tenter de la convaincre de ne pas aller jusqu’au procès. C’est un combat perdu d’avance, mais il fallait essayer.

Bon, après, je suis un peu déçu de la conclusion de l’épisode qui précipite trop les choses et offre une porte de sortie trop simple pour Nancy : la patiente décède, mais après avoir décidé que son procès n’en valait pas la peine. À la place, elle fait simplement remettre son bracelet « ne pas réanimer » à Nancy, afin qu’elle l’emmène sur chaque intervention pour se souvenir de toujours vérifier si ses patients portent ce bracelet avant de tenter de les ranimer. Trop simple, l’intrigue n’aura (presque) aucune conséquence pour la suite.

 

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.