Manifest – S04E04

Épisode 4 – Go Around – 12/20
L’épisode n’est pas mauvais en soi et j’aime bien la partie enquête d’une des sous-intrigues, parce qu’on nous laisse découvrir les choses au fur et à mesure sans prise de tête, mais je l’ai trouvé extrêmement long. Peut-être que c’est juste parce que j’avais faim, mais vraiment, ces 45 minutes furent interminables.

Spoilers

Michaela reçoit un Appel le jour de l’anniversaire de mort d’Evie, Cal fait sa crise d’ado, Ben veut libérer Eagan pour retrouver Eden.

We’re gonna do this our way : Twin power.

Je n’ai pas trouvé mieux que le #WESéries pour me remettre à cette saison 4 de Manifest… C’est ambitieux de commencer son année 2023 par une série qu’on trouve médiocre, mais le but est évidemment de parvenir à me mettre à jour au plus vite afin de pouvoir me relancer dans d’autres séries ensuite. Et puis, cette saison 4 ne commençait pas trop mal, en vrai.

L’épisode 4 commence en tout cas de manière surprenante par un jogging de Michaela – et elle ne trouve rien de mieux pour faire son sport que d’aller dans un cimetière (c’est logique, cela dit : ça fait quatre – ou neuf – ans qu’Evie est morte) où elle se fait finalement attaquer par un oiseau qui lui balance des éclairs dans la tronche. Sympa son Appel. Est-ce que c’est un animal imaginaire ? Est-ce que j’ai mon premier point de Bingo Séries ? Je crois. Un aigle qui envoie des éclairs, ça me paraît plus qu’imaginaire.

De retour chez son frère, Michaela découvre un Ben totalement obstiné à vouloir faire appel à Eagan pour s’en sortir. Elle est sûr qu’il fait de la merde, mais elle a d’autres chats à fouetter – ou plutôt d’autres aigles. La voilà donc qui se lancent dans des recherches mythologiques sur les oiseaux capables de balancer des éclairs.

De son côté, Drea continue de jouer au bon petit soldat du gouvernement : elle se rend à la recherche d’un passager du vol 828 qui a sauté ses rendez-vous obligatoires pour se faire recenser. Il n’en faut pas plus pour qu’elle soit envoyée le récupérer, mais il est sur un territoire souverain l’empêchant d’agir vraiment. Quand elle en parle à Michaela, soi-disant au détour d’un appel amical, elle la débloque dans ses recherches : le logo de cette nation n’est autre qu’un aigle balançant des éclairs.

Michaela se rend directement sur place pour venir en aide à Kyle, le passager en question. Guidée par son aigle, elle n’a aucun mal à gagner la confiance des alliées de Kyle. Pourtant, elle n’inspire pas confiance Michaela avec ses bugs toutes les trente secondes parce qu’elle a un Appel avec ce qu’elle appelle désormais ThunderBird (ça sonne mieux qu’oiseau-tonnerre ?).

Quand elle rencontre finalement Kyle, elle gagne sa confiance en reprenant les mots de Cal : IT’S ALL CONNECTED. C’est justement ce que disait la mère amérindienne de Kyle… et celle-ci est en train de mourir dans un hôpital où il ne peut se rendre sans risquer d’être arrêté. Hop, Michaela joue aussitôt les mères Teresa et cherche un moyen d’aider Kyle, persuadée que c’est la chose à faire suite à son Appel.

Le problème, c’est qu’en retournant en ville, elle a un autre Appel qui la ramène en flashback à… la mort d’Evie. Cela la traumatise suffisamment pour qu’elle fasse aussitôt demi-tour et arrive à convaincre Kyle de la suivre à l’hôpital : il ne sait pas combien de temps il aura avec sa mère avant qu’elle ne meure.

Elle réussit à nous l’infiltrer dans l’hôpital grâce à l’aide de Zeke qui joue de sa carte de psy pour ça… Mais attendez, pardon, un hôpital, c’est un lieu public non ? Genre s’ils sont capables de trouver la chambre de la mère de Kyle par eux-mêmes, à quoi bon faire semblant de venir consulter un patient en tant que pseudo-psy là ?

Bon, cependant, la présence de Zeke se justifie pour aider Kyle à commencer son travail de deuil. Sa mère est déjà semi-inconsciente quand il arrive, mais Zeke peut débloquer ses émotions grâce à ses pouvoirs. La nouvelle mission de ce trio est donc de ramener la mère de Kyle sur ses terres, ce qu’ils parviennent à faire assez vite, en compromettant une nouvelle fois le boulot de Drea. Cela ne pouvait que se faire vite car l’épisode commençait à traîner en longueur quand même. En échange de toute l’aide reçue par Michaela, Kyle décide de lui laisser une écharpe qui l’a aidé et qu’elle ramène chez elle. Bien.

En parallèle, l’épisode insiste sur la crise d’adolescence de Cal qui est encore un enfant à l’intérieur. Olive se confie la mission divine de l’aider, encouragée par Zeke. C’est super chiant : Olive est supposée être un de mes personnages préférés, hein, mais bon, elle n’est pas aidée par les flashbacks. On y voit un Cal frustré de devoir prétendre qu’il n’existe pas – histoire de comprendre sa crise du jour – et une Olive en plein deuil de sa mère, mais forcée de jouer les adultes avec son jumeau. Quand Zeke vient voir comment elle va, elle s’effondre donc (et désolé, mais je trouve leur relation super cheloue). Quand il lui prend la main (pour se présenter et repartir à zéro avec elle, mais je ne sais pas comment il en est arrivé là), il réussit à lui absorber sa douleur, découvrant ainsi son don avec plus de précision. C’est que ça tombe bien : il en a eu besoin dans le présent avec la mère de Kyle.

Dans le présent, Olive parvient à convaincre Cal de reprendre de l’énergie en reprenant sa méthode des recherches sur la date d’expiration pour enquêter sur la cicatrice avec laquelle il doit désormais vivre. J’ai plutôt aimé cette partie de l’épisode : on nous reprend toute la partie mystère et intrigue de l’épisode, et c’est quand même beaucoup plus efficace que les délires de Michaela avec son oiseau-tonnerre et sa brume partout. On nous rappelle au passage que l’expiration est pour le 2 juin 2024.

C’était sympathique et on se doute bien quand on voit Michaela débarquer dans le salon avec sa nouvelle écharpe que l’on va pouvoir avancer un peu plus dans le mystère global grâce à cet épisode. Avant ça, il faut toutefois supporter un développement psychologique de Michaela pas si dingue, avec sa culpabilité concernant Evie, encore et toujours. Heureusement que Zeke est là pour elle.

En attendant, dans le salon, Olive déplie l’écharpe et y trouve une étoile qui la ramène à la carte de tarot obtenu il y a un moment dans la série. Grâce à celle-ci, ils parviennent avec Cal à avancer vraiment vite : ils trouvent un bouton sur la boussole qui permet de détacher le fond de celle-ci. Ils y trouvent gravé les mots « Divine conscience », mais en latin, pour faire genre que c’est difficile. De là, Cal voit tous les objets glanés au cours des quatre saisons se mettent à briller ; et il en déduit que pendant tout ce temps, ils étaient tous « dans la divine conscience ». Il est tout content de lui, mais soyons honnêtes : ça ne veut rien dire. 

Et en fait, dans tout ça, Ben et Eagan ? Ce dernier insiste pour dire qu’il a des infos concernant Eden. Et il en a, grâce à ses Appels : il a tout ce qu’il faut pour convaincre Ben qu’il a des informations et qu’il faut l’aider à organiser sa sortie de prison. Il n’en faut pas beaucoup pour que Ben soit hyper relou à nouveau, en allant gueuler sur un officier de police qui ne l’aidera certainement pas.

On note que la barbe de Ben me paraît encore plus fournie que dans les épisodes précédents – et ça ne lui va toujours pas comme look, même si la barbe est mieux taillée. Bref. Confronté à une impasse administrative, Ben a la réaction la plus logique possible : il se rend auprès de Vance pour faire libérer Eagan. C’est rigolo.

Il n’a pas parlé à Vance depuis un an, mais il revient le voir juste pour obtenir un service de sa part. S’il ne l’obtient pas parce que Vance est incapable de pouvoir l’aider, il découvre en revanche que Saanvi travaille désormais (ou encore ?) pour Vance. Soit.

Bon, Vance est incapable de l’aider car il n’a plus les contacts pour ça MAIS la scène suivante les voit tous les deux à la prison avec un formulaire pour une libération d’Eagan. C’est n’importe quoi ? Ben découvre au passage, devant Eagan, que Vance est divorcé à cause de ce qu’il s’est passé en fin de saison 3. C’était si ridicule de voir Ben et Vance s’engueuler devant Eagan !

Celui-ci parvient quand même à négocier sa libération en échange d’un bout de papier qui se consume dans les mains de Ben dès qu’il le touche, parce que c’est rigolo de faire un peu de drama avec un Appel, j’imagine. Ben et Vance se séparent en tout cas, et Ben en profite pour utiliser un nouveau téléphone avec une puce prépayée, laissant Vance le traquer dans la mauvaise direction. C’est si chiant de voir Ben se la jouer cavalier solo.

Une autre sous intrigue nous montre aussi Drea utiliser sa position au bureau de surveillance du 828 pour obtenir des informations et les refiler à son mec – Jared. Ce dernier continue d’aider les passagers en faisant de l’ingérence dans des enquêtes en cours ; et là, il est question d’engrais collectés pour fabriquer une bombe d’après le marchand.

Le problème, c’est que Jared n’est pas aussi discret que ce qu’il pense quand il fait ses enquêtes en parallèle de sa journée de boulot. Cela dérange fortement son nouveau partenaire, Diaz, qui en a marre d’être pris pour un idiot. Pourtant, il est dans Manifest, alors ce n’est probablement pas terminé. En attendant, Jared et Drea mènent l’enquête et remontent la piste de cet engrais jusqu’à une passagère qu’ils relient facilement à Adrian.

Les voilà qui trouvent la maison d’Adrian – et donc Eden. Ils ne le savent pas encore, et Ben non plus. Pourtant Ben est bien devant la bonne maison. Quand il entre à l’intérieur, en revanche, il se fait assommer. La suite au prochain épisode.

 

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.