Camille Cottin (#111)

Salut les sériephiles,

Comme chaque dimanche, je reviens ce soir sur les performances de la semaine et si l’article est publié si tard cette semaine, c’est tout simplement parce que je n’ai pas trouvé de quoi faire au cours des épisodes vus durant ces sept derniers jours. Heureusement pour moi, il me restait à rattraper Dix pour Cent, et je savais que quoi qu’il arrive, j’y trouverai mon bonheur, grâce à la présence de…

Camille Cottin. - Forum du Site Univers-L.com

La performance de la semaine :
Camille Cottin

La série concernée : Dix pour Cent
L’épisode : S04E02 – Franck – 18/20


camille cottin ennuyer Image, GIF animéPourquoi Cela fait quelques années que j’adore cette actrice française et il était plus que temps à mon sens de prendre le temps d’écrire un article sur elle. Les épisodes de cette semaine était bien fun et on sent que les scénaristes ont compris quelque chose dans l’écriture de cette saison : le premier épisode commence sur Andrea. Le second aussi. Il se termine même sur elle. En fait, la série m’a paru plus déséquilibrée que d’habitude où l’on se centrait beaucoup aussi sur Mathias et Gabriel. Maintenant qu’Andrea est DG de la boîte, elle est au cœur de tout ce qu’il se passe, y compris les intrigues qui ne sont pas les siennes.

Je sais, c’était déjà le cas l’année dernière, mais là, c’était encore plus flagrant. Ce qui aide aussi, c’est qu’elle est le seul personnage à avoir une vie personnelle vraiment déconnectée de sa vie professionnelle. Les autres couples de la série sont soit peu évoqués, soit uniquement liés à l’univers du cinéma dans lequel ils évoluent. Forcément, comme Andrea doit consacrer toute sa vie à son travail, il y a des problèmes qui germent pour son couple avec Colette, pas aidé non plus par l’arrivée du bébé.

Camille Cottin - Marie Claire

J’ai adoré voir le personnage d’Andrea tenter de tout gérer de front, avec le stress et les échecs que cela implique. Quant à Camille Cottin, elle a toujours cette capacité hallucinante à débiter les meilleures répliques avec un ton super sérieux et juste, c’est fou. Vraiment, on lui donne des lignes de dialogue qui n’auraient aucun sens ailleurs et aucune efficacité si ce n’était pas à elle de les balancer. Là-dessus, ça fait plaisir de retrouver la série, aussi, parce que son écriture fluide est excellente. On peut dire que ça change d’autres productions françaises, hein.

dix pour cent | Tumblr
Toujours à se barrer, elle. Tss.

Vue aussi dans : Oh, Camille Cottin est vraiment une actrice montante en France – enfin, elle ne l’est plus, je crois qu’elle a atteint le sommet déjà avec le rôle d’Andrea qui lui permet en plus de se faire un sacré carnet d’adresses, je pense, parce qu’elle a joué avec des acteurs mondialement connus avec cette série.

blague - WikiPME

Pour en revenir au sujet de ce paragraphe, je l’ai découverte avec la série d’humour Connasse, où elle incarnait un cliché parisien poussé à l’extrême en caméra cachée. Le concept était parfois poussif, mais dans l’ensemble, ces capsules étaient à mourir de rire et j’ai dévoré plus d’une fois la série… mais aussi le film Connasse princesse des cœurs. Parfois, j’aimerais la retrouver dans ce rôle, mais cela n’arrivera pas malheureusement, parce qu’une caméra cachée suppose qu’elle soit anonyme et, bon… je vais me contenter d’Andrea qui a des répliques aussi géniales, après tout ! C’est fou cette capacité à garder son sérieux dans toutes les situations, je veux le même !

Outre la télévision, Camille Cottin se fait aussi une place dans le cinéma avec de nombreux films, en comédienne de doublage (Petit Vampire) ou avec des rôles hyper éloignés de ceux qu’elle a eu à la télévision (Les Eblouis, où elle nous sort encore des répliques folles).

Puis, bien sûr, elle a eu le rôle-titre de Mouche, le Fleabag français, et un rôle cette année dans Killing Eve. Comme si je manquais de raisons de regarder cette série.


118

L’info en + :Si ce soir, je publie mes critiques des deux premiers épisodes de la saison 4, France 2 a déjà pris la décision de diffuser les deux épisodes suivants sur ses sites internet – le replay de France 2 et la nouvelle plateforme Salto. Je ne pense pas que ce soit une très bonne idée pour les audiences en direct le mercredi soir, mais ça donne plus de liberté pour regarder ces épisodes, on va dire. Je suis curieux de ce qui a poussé la chaîne à prendre cette décision, mais ça semble être un moyen de lutter contre le piratage… et peut-être que ça fait aussi un appel du pied intéressant pour Salto, histoire d’attirer les fans.


Voir aussi : Les performances des semaines précédentes

Films vus – Semaines 11 et 12

Salut les cinéphiles confinés,

Comme chaque semaine, on se retrouve en ce mercredi après-midi pour parler un peu de cinéma et des films que je regarde cette année. Si j’approche à pas certains de mon objectif annuel – je suis déjà dans le dernier tiers !, j’accumule en effet du retard à vous parler des films que je regarde : il est question aujourd’hui des films vus début mars, j’ai donc un peu plus d’un mois de décalage. Autant dire qu’en plus, tout ça ne va pas aller en s’arrangeant : le confinement, les vacances et Disney +, voilà un cocktail explosif pour ma productivité… Allez, tout ça, c’est du blabla, c’est parti pour les films regardés en…

Semaine 11

mommy xavier dolan | Tumblr

Mommy

Dans le genre film culte, on commence cette semaine par du lourd avec l’un des Dolan les plus populaires… que je n’avais encore jamais regardé ! Et j’ai eu la naïveté de croire que j’allais m’en tirer sans sous-titres grâce à mes habitudes de « Ma série au Canada » sur TV5 Monde quand j’étais adolescent. J’ai vite changé d’avis !

Du film en lui-même, j’aurais envie de commencer par le négatif, à savoir l’intrigue pas exceptionnelle à mon goût et lente pour ne rien arranger. C’est à peu près tout ce qu’il y a de mal à en dire : le film est très bien servi par un excellent casting qui déchire tout et une réalisation soignée qui compense largement l’histoire lente. Dolan tire parti de tout ce qu’il peut à l’image, y compris du format et des bouffées d’oxygène qu’il souhaite inculper au film.

Bref, c’est du Dolan, j’accroche bien à sa réalisation en général et il n’y a pas de changement avec Mommy. Je comprends le succès du film et j’ai totalement accroché au personnage de la voisine enseignante alcoolique. Allez savoir pourquoi !

Semaine 12

Review : Connasse, Princesse des Coeurs - « Ok les grosses on est ...

Connasse Princesse des Cœurs

Il s’agit ici d’un film que je revois pour la quatrième ou cinquième fois, mais il me fascine toujours autant. L’humour de la connasse fonctionnait mieux en série qu’en film, c’est vrai, et j’ai possiblement fait une petite sieste en cours de film tellement je le connais… mais il n’empêche que j’ai éclaté de rire à plusieurs reprises. Et puis, c’est bluffant à quel point cette production nous enseigne qu’avec un peu de franchise et beaucoup de culot, nous pouvons faire des tas de choses qui paraissent totalement impossibles quand on réfléchit trop. Bon, ça a ses limites car on n’a pas une équipe de production pour nous sortir du commissariat en cas de pépin nous, mais ça rappelle qu’il faut parfois oser s’affirmer davantage.

Meilleurs GIFs Eden Lake | Gfycat

Eden Lake

Petit film d’horreur ou simple thriller, je ne sais pas trop, mais en tout cas, c’était sympathique à regarder. L’histoire est assez banale au premier abord : un couple de jeunes amoureux part en week-end sur les bords d’un lac abandonné… mais tombent sur des adolescents mal élevés se croyant tout permis. La tension monte et paf, on bascule dans le film avec un week-end qui tourne à l’horreur quand adolescents et couple se prennent en grippe.

Bien sûr, il y a des grosses ficelles dans le scénario et comme souvent, je me dis que rien de tout ça ne m’arriverait jamais car dès les premières décisions, les personnages semblent faire les mauvais choix. Pour autant, il y a de bons moments d’horreur dans le film, quelques passages un peu sanglants et une histoire qui s’avère plutôt fluide pour mener à une conclusion qu’on sent venir, mais qui est tout de même bien fichue.

Autrement dit, c’est pour les amateurs du genre en quête d’un bon moment, mais pas forcément incontournable.

Voir toutes les photos du film Mon Idylle et affiches officielles ...

Mon idylle

Pour un film lancé par hasard sur Prime Video, je dois avouer que celui-ci a été un petit coup de cœur, même si on est loin d’un gros suspense ou d’un bon film d’action. À des années-lumière de ça, en fait, on y suit tout simplement la vie amoureuse d’un couple d’hommes, Diego et Matheus. Leur passion transcende à l’écran, mais c’est assez logique car il semblerait bien que le film s’inspire de la vie de son co-réalisateur, tout simplement. Et comme le co-réalisateur est également acteur…

Thiago Cazado est donc un réalisateur dont j’ai hâte de voir le prochain film, même s’il ne semble pas trop changer de sujet pour l’instant. J’espère qu’il ne s’enfermera pas trop dans une case, car il fournit un film qui est une jolie tranche de vie et d’acceptation. Après, c’est un film de romance LGBT, alors bon, j’y reproche comme souvent une fin prévisible.

À l’inverse d’autres films, par contre, il bénéficie d’un couple d’acteurs crédibles, portant le film sans difficulté et avec des nuances très sincères dans le jeu. Le projet tient à cœur à l’équipe de production et ça se sent, ce qui est positif ici. Je n’ai retenu que ça du film finalement alors que l’histoire m’échappe un peu après un mois. Comme quoi, ce n’est pas l’histoire qui fait le succès d’un film, parfois.

➽ L'ECHANGE | | - .

L’échange

Pourtant, voilà un très beau film bluffant d’Angelina Jolie. S’inspirant malheureusement d’un fait réel, il nous raconte la vie d’une mère bouleversée par le kidnapping de son fils… Rapidement, elle se retrouve prise dans un engrenage terrible où la police se met à la harceler et la faire passer pour folle. Le film parvient bien à nous montrer combien il est facile pour l’autorité de modifier la réalité et combien il est difficile pour la mère de faire entendre raison à ses interlocuteurs. C’est glaçant.

J’ai beaucoup aimé le film, même s’il est difficile à cause du sujet évoqué. C’est toujours le problème des films inspirés de faits réels, parce qu’on ne peut pas se cacher derrière la fiction quand les faits décrits ne nous plaisent pas ou paraissent trop énormes pour être crédibles. Parfois, la réalité est énorme, et puis c’est tout. Ici, j’ai trouvé énervant de me souvenir de la fin de l’histoire en cours de film : je connaissais l’affaire, mais je n’avais pas fait le rapprochement au début du film.

En tout cas, pour quelqu’un qui n’aime pas les films historiques, je me suis laissé embarquer par une histoire qui pourrait malheureusement encore être d’actualité. Bref, je me répète, mais c’est un très beau film, et c’est bluffant. Quant au message final, il participe largement à la beauté du film : c’est toujours bien d’avoir un film capable de délivrer un message !