HTGAWM – S06E01

Épisode 1 – Say Goodbye – 15/20
C’est à croire qu’il est temps que la série s’achève, parce que ce retour n’est pas glorieux du tout. Si je suis content de retrouver les personnages (enfin, certains, mais pas tous) et s’il y a des scènes vraiment bien écrites dans cet épisode, mon ressenti général est loin d’être aussi positif que je ne le pensais. Je suis grosso modo sur un bon « Meh. » face à la saison à venir. Il y a plein de pistes à explorer, on verra, mais pour le moment, ça ne m’a pas pris aux tripes comme ils savent pourtant le faire parfois. Après, c’est souvent que je n’accroche pas au début de saison avec eux !

> Saison 6


Spoilers

601.jpg

If that’s true, I’m gonna kill you.

Les choses sont à la fois claires et floues dès le début, on reprend avec un enterrement auquel assistent Nate, Bonnie, Frank, Michaela, Connor, Oliver et Asher. C’est clair, parce qu’on se sent comme devant la série chaque année, mais flou parce que c’est une fausse piste, évidemment. En fait, c’est Annalise qui imagine déjà le pire.

Bon, donc, elle se fait appeler Karen et est dans un centre de désintoxication où elle imagine le pire parce qu’on lui demande. Le pire ? Elle est dans le cercueil et Christopher essaie de la tuer. J’ai eu peur un moment que tout l’épisode se concentre uniquement sur Annalise, surtout qu’ils ont eu la bonne idée d’embaucher une actrice de Desperate Housewives pour être sa nouvelle amie, Sally, alors bon, ça craignait.

Comme ce n’est pas le cas, revenons-y : à la réunion suivante, Karen se fait détester de tout le cercle de personnes présentes en les insultant, avant de s’insulter elle-même dans ce qui est déjà une scène qui restera culte quand on pensera à la série. Enfin, je crois. Cela fonctionnait très bien, quoi. Bon, après, cette Annalise qui se fouette sans jamais rien révéler de sa vie privée, ce n’est pas ma préférée.

Un petit flashback nous révèle en tout cas qu’elle s’est remise à boire suite à la disparition de Laurel, alors ça prouve au moins qu’elle a un cœur quelque part. Je sais, après six saisons, il n’y a plus besoin de le prouver… mais il n’y aurait pas eu besoin non plus de la voir boire, danser et se droguer dans les toilettes d’un bar avec un inconnu. Bon, tout ce qui permet de découvrir des musiques sympathiques est bienvenue après.

Tout ce qu’elle apprend dans son centre, Annalise, c’est qu’elle doit apprendre à s’aimer à nouveau pour arrêter d’être si altruiste et si peu égoïste, contrairement à ce qu’elle pense. Pourtant, je comprends cette auto-Annalise (oooh elle était facile celle-ci) franchement, parce que l’air de rien, elle se démerde toujours pour tout ramener à elle.

Je veux dire, Laurel disparaît et elle se débrouille pour finir à l’hôpital et dévier l’attention de Bonnie. Ah oui, inutile de préciser que Bonnie est encore et toujours à la botte d’Annalise, hein ? Ainsi, l’héroïne de la série a encore un téléphone portable pour la contacter. Tss. Elle s’en sert devant Sally qui est évidement sa colocataire dans ce centre… et la nuit permet évidemment à Annalise d’enfin se confier à Sally quand cette dernière lui révèle qu’elle déteste ses enfants. Ouep, elle joue le rôle d’une mère de famille parfaite ; et c’est une alcoolique qui est là parce qu’elle hait ses enfants, alors Annalise finit par lui révéler son prénom… Puis, ses secrets, à commencer par le fait que si elle n’a pas tué son mari, elle a aidé à couvrir le meurtre.

Au réveil, elle entend les flics et a peur que ce soit à cause de Sally… mais la vérité est toute autre : c’est un autre membre qui a agressé un flic. Sally, elle, est prête à garder le secret d’Annalise quoiqu’il arrive. Et après une petite crise de nerfs sur un coussin, Annalise se décide à rentrer après une semaine de cure. Pas exactement ce que j’espérais voir, mais bon.

Heureusement, on poursuit donc l’épisode avec d’autres intrigues aussi, notamment l’ensemble du gang qui se demande quoi faire suite à la disparition de Christopher et Laurel. Michaela est particulièrement la plus affectée, ne comprenant pas pourquoi la décision générale semble être de ne rien faire alors qu’Annalise est partie en désintox’. Elle imagine le pire Michaela, notamment que Laurel et Christopher soient dans une cave à être torturés.

La torture, c’est d’ailleurs ce que propose Oliver sur Xavier, histoire d’avoir (peut-être) des réponses. Bref, le groupe se divise comme d’habitude. Ce n’est pas le seul sujet de division : Asher, Oliver et Connor ont découvert que le père biologique de Michaela est un ancien client d’Annalise, et ça les perturbe, parce qu’ils ne sont pas d’accord sur ce qu’il convient de faire de ce secret. En plus, Connor commence à se demander pourquoi Annalise l’a choisi, car elle est clairement liée à eux tous et il l’a compris désormais.

Gabriel et Michaela ? C’est toujours aussi compliqué. Il est amoureux d’elle, mais il y a encore trop de complications dans la vie de Michaela pour se concentrer sur une relation. Elle laisse donc Asher le gérer, ce qui est à peu près la pire des idées possible. En parallèle, Coliver doivent supporter Frank qui leur reproche d’avoir laissé Gabriel se faire kidnapper devant eux.

Forcément, ça finit par Oliver déclarant à Frank que Laurel leur a demandé d’être parrains à eux et pas à lui. Sympathique révélation. Cela les sépare rapidement, histoire que Connor et Oliver s’isolent dans leur chambre pour chercher Laurel et faire bruyamment l’amour. La scène était toute mignonne jusqu’à ce qu’il soit révélé que leurs ébats s’entendent jusqu’au rez-de-chaussée où Michaela continue de chercher ses parents biologiques devant un Asher qui essaie de la détourner de cette idée en lui parlant… de Gaby, bien sûr.

Cela permet de savoir que Michaela n’ose pas coucher avec lui, parce qu’elle a peur du chaos qui s’ensuivra le jour où il découvrira la vérité. Frank, lui, continue d’être obsédé par Laurel qui ne répond pas à ses messages – et elle a toujours la meilleure messagerie vocale du monde, j’adore ! C’est lui qui finit par aller chercher Annalise à son retour de cure, alors que Michaela se décide enfin à retourner voir Gabriel.

Elle lui avoue qu’elle le désire elle aussi, lui apprend le départ de Laurel, qu’elle ne fait pas passer pour un kidnapping contrairement à ce qu’elle pense. C’est si étrange : Michaela joue la carte de l’honnêteté et de la peur de l’abandon… tout en trouvant encore le moyen de mentir. Rien n’est jamais sain dans cette série, franchement ! Il en va de même de la relation de Gabriel avec sa mère parce qu’il décroche le téléphone après avoir couché avec Michaela pour mieux mentir à sa main… qui est pourtant en train de l’espionner depuis la rue. Ils ne connaissent donc vraiment pas les volets aux États-Unis ?

Enfin, on retrouve aussi Tegan en plein interrogatoire par le FBI enquêtant sur la mort d’Emmet. Il est donc bien mort, et si elle essaie de faire en sorte que la Gouverneur soit dans le radar du FBI, elle se rend vite compte que c’est elle qui semble avoir le meilleur motif à leurs yeux. Ben oui, elle récupère son poste à Caplan & Gold du coup.

Elle s’attire aussi des ennemis quand Nate remonte, grâce à Bonnie, la piste du cadavre d’Emmet : il est envoyé à Londres sur ordre de Tegan qui explique qu’elle n’y est pour rien et ne fait que suivre les ordres qu’on lui donne, justement. On ? Les partenaires à Caplan & Gold bien sûr. Elle est clairement terrifiée par une affaire qui la dépasse et, même si j’aime le personnage de Tegan, je ne me suis pas senti hyper investi dans l’intrigue.

Reste le dernier acte de l’épisode avec le retour d’Annalise qui réunit ses étudiants pour les convaincre de… la rejoindre dans son auto-thérapie qui consiste à frapper un coussin en hurlant tous les ressentiments qu’ils ont. Elle en profite pour leur expliquer que Bonnie et Frank sont finalement allés voir la police pour signaler la disparition de Laurel.

Voilà qui nous mène au montage final : Nate est obsédé par Tegan dont il cherche à comprendre les liens avec Castillo, la police fouille la chambre de Laurel, Frank découvre une clé cachée dans un cadre photo de la chambre sans que la police ne le voit et la mère de Gabriel s’installe à l’hôtel où l’on découvre qu’elle a un carton au nom de Sam et qu’elle fait suivre Annalise.

Pendant ce temps, Annalise pousse ses étudiants à se débarrasser de leur rage et leur peur en frappant un coussin. Ce ne doit pas être évident du tout à jouer, franchement : Asher, c’était bof, Connor, c’était touchant, Oliver, c’était peu convaincant et Michaela était terrible, comme d’hab. Faut dire que la pauvre a encore bien dégusté avec le départ de Laurel. Pas convaincue par l’exercice, c’est finalement celle qui s’excite le plus contre son coussin. Triste.

Asher profite donc de ce moment pour révéler à Michaela qu’Annalise connaissait son père biologique. Oups. Michaela le prend comme prévu : super mal. Elle menace donc de mort Annalise… et la dernière minute de l’épisode nous plonge enfin dans le futur aux (vraies cette fois) funérailles d’Annalise. On ne distingue personne dans la foule, cela dit, et le cercueil est fermé, alors désolé, mais tout ce que j’ai dit, c’est : « Non, je n’y crois pas. » On verra la suite, hein.

> Saison 6

2 commentaires sur « HTGAWM – S06E01 »

  1. C’était laborieux… Et la fin je ne sais pas quoi en penser. La connaissant elle a mis en scène sa mort 🙈
    J’aime pas du tout l’actrice blonde de Desperate 🙈

    J’aime

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.