Grey’s Anatomy – S18E07

Épisode 7 – Today is a Fairytale – 15/20
Comme chaque fois, l’épisode est dense et concentré en une multitude d’intrigues, mais ça marche bien car les scénaristes ne cherchent pas à tout prix à caser tous les personnages dans l’épisode. Et comme il me manque des personnages que j’aime moins, ça ne me dérange pas plus que ça. Ce qui me bluffe le plus dans cet épisode, c’est surtout qu’il arrive à me faire apprécier une intrigue que j’avais décidé de détester avant même qu’elle ne commence tant je ne voulais pas la voir… et voilà, de bons acteurs et une écriture efficace plus tard, je me retrouve à envisager ce que je ne voulais pas voir. Pff.

Spoilers

Il n’y a que Maggie et Winston qui savent profiter à sa juste valeur d’un jour off apparemment.



Everyone knows: when Meredith Grey wants something to happen, she finds a way.

Lincoln est toujours déprimé de s’être fait larguer par Amelia alors qu’elle a toujours envie de coucher avec lui. Il n’est pas au bout de ses peines, je crois… mais en attendant, Jo le force à sortir pour leur jour de congé. Tu parles d’un jour de congé : une sortie avec deux bébés à se remémorer de leur passé en tant que serveurs.

Je ne sais pas, ça n’a pas l’air si dingue que ça Après, Jo a l’air tellement heureuse de son programme à emmener les bébés voir Raiponce dans un parc que… bon. Comme on s’y attendait tous avec cette série, Jo et Lincoln se rapprochent donc de plus en plus, au point que des passants les prennent pour un couple marié. Evidemment. Autant j’aime voir Jo heureuse d’être mère après tant de temps en galère, autant cette intrigue, c’est non.

Heureusement, on s’en éloigne vite avec des débats sur les contes de fée et un prince pour Raiponce qui nous fait un malaise au moment d’escalader la tour. On s’y attendait très clairement car on connaît la série, par contre, vraiment, le public qui reste tout calme quand il tombe alors que clairement on voit bien que c’est un accident médical, c’était ridicule, un peu comme la manière de Jo de se relever. Ah la joie d’être médecin dans une série médicale, pas une journée de pause… à moins d’être Maggie.

Et oui, Maggie est enfin de retour dans cet épisode ! Il faudrait que je me renseigne davantage sur la raison de son absence, mais à vrai dire, qu’importe ? Il y a tellement de personnages désormais qu’elle n’a pas manqué tant que ça à la série – juste à Winston. Et c’est cool de les revoir ensemble… jusqu’à ce qu’ils passent tout l’épisode à coucher ensemble. Il y a des limites, franchement.

Pour en revenir à Jo et Lincoln, j’ai bien aimé la panique de leur intrigue, avec un comédien de parc dont il faut sauver la vie avec deux bébés à gérer en même temps et ses collègues paniquées. L’homme est finalement sauvé grâce à l’allergie d’un des enfants du spectacle et emmené à l’hôpital par une ambulance… qui n’est ni de la caserne 19, ni de la caserne 23. Franchement, on nous fait des « crossovers » ratés toutes les deux semaines mais quand il y a une vraie intrigue qui le justifierait, on n’a pas d’acteurs disponibles ? C’est abusé.

C’est abusé aussi que je me retrouve à apprécier la manière dont la relation Jo/Lincoln est traitée dans l’épisode : ils soignent l’homme, en partie grâce à Teddy au bloc opératoire, et Jo se retrouve à se moquer d’une des collègues du patient assurant être sa meilleure amie alors qu’elle est très clairement amoureuse de lui. C’est là que Lincoln lui révèle qu’il était lui-même amoureux d’elle il y a des années de cela, avant que la vie ne les mène loin d’une relation amoureuse. Et… Autant ça me soule royalement cette habitude des séries de nous affirmer qu’une amitié homme/femme n’est pas possible, autant cette évolution me paraît… plus crédible ?

On sent clairement que ça bouscule JO dans ses certitudes d’apprendre que Lincoln a été amoureux d’elle, et elle le joue super bien. La gêne s’installe entre eux sans même qu’il ne s’en aperçoive, avec Jo qui se retrouve soudainement fan des contes de fée et s’espère une jolie fin comme celle-ci. La pauvre en arrive donc à expliquer à Lincoln qu’ils auront peut-être une fin heureuse eux aussi, après avoir traversé bien des difficultés…

Lincoln analyse ça comme une possibilité pour se retrouver avec Amelia : il n’a pas besoin d’un happy end immédiat, il peu bien supporter quelques turbulences de plus… Et Jo va devoir y faire face également. La pauvre m’a vraiment fait de la peine à devoir ravaler ses sentiments naissants face à l’excitation de Lincoln. Je suis partagé : je veux que Jo soit heureuse quoiqu’il arrive à la fin de cette saison, car j’ai peur d’une fin de série à nouveau ; mais j’adore aussi le couple Amelia/Lincoln, même si Amelia a encore fait n’importe quoi, j’avoue. J’ai beau adorer Amelia, il faut bien le dire, elle n’a pas fait beaucoup d’efforts pour réparer sa relation avec Lincoln.

Après un épisode à gérer difficilement sa vie privée dans Station 19, Miranda est de retour… mais pas en tant que chirurgienne, en tant que directrice de l’hôpital. C’est plutôt intéressant à voir, puisque ça permet aussi d’intégrer la nouvelle chirurgienne pendant que Winston préfère coucher avec Maggie, qu’Owen est occupé au bloc (sans qu’on ne le voie, ça fait des vacances) et pendant que Meredith est occupée dans le Minnesota.

Ah, Meredith. Elle est en galère sur le projet Parkinson, parce qu’Hamilton est un bâtard sans nom qui n’apprécie pas de voir sa santé se dégrader (comme tout le monde). A l’inverse du reste du monde, il a beaucoup de fric et il ne comprend pas que la recherche médicale n’avance pas. S’il a clairement l’une des meilleures répliques de l’épisode (j’aimais beaucoup celle de Meredith oubliant d’envoyer son SMS aussi), il n’en reste pas moins un gros relou avec elle.

Et il n’hésite pas à menacer de la virer si la recherche n’avance pas assez vite. Il le fait devant tout le monde et le conseil d’Amelia est alors… de prendre une journée de pause ? Comme Jo et Lincoln, la journée de pause de Meredith n’est pas de tout repos puisqu’elle se retrouve à opérer un patient présenté par son nouveau copain.

J’étais franchement convaincu que ça allait être lui le patient vu comme il le présentait et insistait pour avoir Meredith comme chirurgienne, mais bon, ce n’est finalement pas le cas. C’est avec plaisir qu’on se retrouve avec Meredith opérant dans un hôpital qui n’est pas censé être le sien. Bon, elle se rend compte en cours de route que le patient est plus qu’important pour son mec, puisqu’il s’agit de celui qui lui a donné un organe pour la transplantation il y a quelques années. Il n’en faut pas plus pour que Meredith dégage son mec du blog et se retrouve seule avec un autre résident à opérer le patient. Là, elle rencontre en fait un résident qui est archi-fan de Miranda, et ça tombe bien : il souhaite clairement quitter le Minnesota pour bosser à Seattle auprès de Miranda si possible et Miranda avait bien besoin de le rencontrer pour se remonter le moral.

Comme Meredith est bien incapable, apparemment, d’assurer sa vie professionnelle dans deux états différents, elle se rattrape en le présentant à une Miranda dépitée. Cette dernière passe en effet son épisode à essayer de recruter de futurs médecins, et elle se rend compte qu’elle n’est plus du tout dans le coup : ne donnant ni pizzas, ni objets high-tech à ses futurs médecins, plus personne ne semble prêter attention au Grey-Sloan Memorial Hospital. Eh, on en est au point où même la fameuse méthode Weber qui a révolutionné la vie de Levi et de ses compères n’impressionnent personne. C’est la crise du recrutement, quoi.

Franchement, j’ai trouvé cette intrigue assez déroutante après tant de saisons sans jamais voir les médecins de l’hôpital se rendre à ce genre de convention pour recruter de futurs étudiants… et je regrette de n’avoir jamais vu ça avant, parce que ça apportait un peu de fraîcheur à l’épisode, et aussi de l’humour, notamment avec la nouvelle dont je ne connais toujours pas le nom et qui m’a fait mourir de rire à retirer les stylos devant Bailey. Il en faut peu, je sais.

Pendant ce temps, Amelia reste au laboratoire avec Kai, histoire de nous fournir encore plus de scènes. Kai apprend à mieux connaître Amelia, et j’avoue que c’est intéressant même pour nous parce qu’on y découvre une facette d’Amelia qu’on connaît un peu moins, celle qui en a marre d’être dans l’ombre de son frère. De là à dire que Kai est sa personne préférée juste parce qu’il n’est pas question de la réputation de Derek ? Mouais.

Bon, au moins, c’était sympathique de suivre ces scènes qui changeaient un peu de nos habitudes, avec Kai qui ne supporte pas d’être en échec et qui expulse sa frustration en criant dans une pièce vide et en marchant avec Amelia. Cela donnait quelques étranges bouffées d’oxygène à l’épisode. Le côté recherche avec l’aiguille à mettre au congélateur ? C’est une idée sympathique pour l’épisode également, et évidemment, ça marche à merveille pour guérir Parkinson.

La fin d’épisode voit tout de même Amelia rentrer à Seattle, mais elle n’est pas insensible au charme de Kai qui lit en elle comme dans un lit ouvert. Kai ? La manière de se retourner sur les fesses d’Amelia en fin d’épisode en dit long sur ses intentions la concernant, hein. La suite au prochain épisode, du coup.

 

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.