Riverdale – S06E09

Épisode 9 – The Serpent Queen’s Gambit – 14/20
Franchement, j’aurais été capable d’enchaîner sur le dernier épisode diffusé, mais j’avais autre chose à faire ce soir, et c’est presque dommage tellement toute l’intrigue parvient à me motiver par rapport à d’habitude. Vraiment, la série me propose plus que ce que j’en attends en ce moment. Bien sûr, ce n’est pas exceptionnel, mais j’ai toujours mes petits fous rires face aux répliques et situations débiles, avec en plus une histoire qui reste sympa à suivre. Bref, c’est mieux que les deux ou trois saisons précédentes, ou alors j’ai juste ajusté mes attentes et sait exactement quoi en attendre désormais. Dans un cas comme dans l’autre, ben, je ne m’ennuie pas.

Spoilers

Abigail passe à l’attaque, mais elle n’est pas aussi douée que Percival.

We’re the good guys.

Si l’on en croit le titre de l’épisode, les scénaristes vont s’inspirer de quelques succès Netflix pour marquer des points auprès de son audience. Il faut bien, parce qu’Archie a décidé non seulement de garder son t-shirt, mais désormais d’en porter deux quand il fait son sport et court en ville. Il faut dire qu’il fait froid en ce moment, il a même un bonnet !

Quand il rentre, c’est pour mieux être déçu par son oncle en plus : Frank est désormais complètement manipulé par Percival, dont il accepte le recensement sans souci. Le problème, c’est que le recensement révèle surtout les problèmes de gang de la ville : Percival s’attaque donc à Toni dès la scène suivante. Les problèmes de gang ne plaisent pas à la ville, mais ils ne plaisent pas non plus à Kevin. Il s’est vite remis de son coup de marteau et joue à nouveau les babysitters.

Comme d’habitude, il est ensuite réduit à un rôle de gros connard jouant contre les héros, qui sont supposés être ses amis. Comme d’habitude, il est donc brainstormé par Percival et reproche à Fangs et Toni d’être membres de gang, car ce n’est pas bon pour « bébé Anthony ». Pourquoi tout le monde l’appelle-t-il bébé ? Je veux dire, il ne s’appelle pas Toni, donc ça irait, personne ne confondrait ?

Cela dit, la vraie question de la scène est… Pourquoi Tabitha porte-t-elle une perruque immonde ? Et si ce n’est pas une perruque qu’a-t-elle fait à ses cheveux ? Je sais, je pose les vraies questions, j’y tiens, il faut que cette critique serve à quelque chose. Et ça ne peut pas être autre chose que ça quand la critique serait autrement obligé de résumer les scènes d’Archie et les références multiples aux X-Men.

Genre, maintenant qu’ils ont donné des pouvoirs de « mutants » aux héros de la série, les scénaristes sont trop heureux de pouvoir faire des références comics et les enchaînent quand le trio tente de monter un plan pour mettre à mal le plan de Percival. Ce n’est pas aisé, mais leur plan en arrive à l’idée de se servir de Cheryl. Une fois de plus. Pas si évident !

Si dans l’épisode précédent il neigeait et si le début de celui-ci donnait cette même impression, nous découvrons qu’il pleut en fait à verse sur Riverdale. On le sait lorsque Britta accompagne Abigail au cimetière. Cette dernière en profite pour révéler son plan machiavélique : se servir du corps de Toni pour faire revenir l’âme de son amour de toujours avant de tuer Fangs, Archie, Jug et Betty. Super plan, ma foi, je veux bien moi.

Le problème, c’est donc que ce sont justement Archie, Jug et Betty qui viennent consulter Abigail qui vient de découvrir le latex si j’en crois son horrible outfit. Loin de vouloir les aider, celle-ci les chasse en leur reprochant ce qu’ont fait leurs ancêtres. Vraiment, on avance de fou dans cet épisode, je n’ai pas l’impression de tourner en rond. Le schéma même de l’épisode tourne en rond : n’ayant pas l’aide de Cheryl, le trio se tourne vers Veronica.

Ils y vont en marchant sur des œufs, craignant que Veronica ne soit manipulée elle aussi. Au contraire, elle leur apprend qu’il n’existe aucune trace de Percival ailleurs et qu’il a convaincu un de ses clients de se suicider. Ils n’ont pas le temps d’en faire quoique ce soit que Tabitha leur demande aussitôt de se rendre au conseil des quatre.

Pendant ce temps, l’intrigue sur la guerre des gangs qui pose soudain problème aux habitants de la ville continue. Allez savoir comment, ça ne posait problème à personne quand Toni était élue au conseil municipal, mais suite à une fusillade sortie de nulle part à l’encontre du diner où Tabitha servait à peine deux clients, le conseil des quatre veut subitement se débarrasser de Toni. Bon, le conseil des quatre, ou plutôt des deux : Frank et Alice, manipulés par Percival.

Voilà donc pourquoi il est important de se rendre à l’El Royale pour le conseil des quatre. On notera autrement que l’actrice incarnant Betty a clairement un problème de continuité tout au long de l’épisode. Elle est censée en avoir marre des lumières et ne pas les supporter à cause de son pouvoir, mais elle ne porte ses lunettes de soleil que dans des endroits sombres, jamais quand elle est face à une lumière ou les multiples bougies du manoir Blossom.

Elle les retire aussi quand elle arrive au gymnase un brin trop tard : Toni se fait écarter du conseil des quatre, qui devient un conseil des trois, par un vote unanime (à l’exception de Tab) contre elle. Ben voyons. Ce n’est pas très crédible tout ça, mais bon, Pickens a des pouvoirs après tout, et c’est toujours mieux que l’intrigue suivante qui voit Abigail empoisonner Archie, Jug et Betty. Ou du moins essayer.

Betty perçoit son aura à temps pour refuser et pour aller alerter les garçons. On notera donc qu’Archie bouffe de manière plus crade qu’un enfant de trois ans, avec des miettes absolument partout, et que Jug est une fois de plus présenté comme une sorte de boulet beauf s’empiffrant toute la journée. Pas assez pour être empoisonné, malheureusement.

Il reste le seul affecté par ce qu’il s’est passé : Archie est increvable après tout. Voilà qui tombe bien. Dans le même genre, ça tombe bien : Jug est capable de lire dans les pensées désormais, et il pourra donc savoir ce que pense vraiment Cheryl. Cheryl ? Oh, Abigail a clairement en tête de récupérer le corps de Toni pour elle. Elle s’arrange donc pour récupérer son sang avec quelques roses, avant d’apprendre plus d’informations intéressantes concernant les Monstres voulant tuer Archie. Et Toni lui raconte tout sans se douter de rien ?

Il faut dire qu’elle prend cher Toni dans l’épisode. En effet, en parallèle de tout ça, Percival continue ses multiples manipulations en s’en prenant à nouveau à Toni et Fangs. En effet, il se démerde pour découvrir que Fangs a des armes illégales cachées dans l’appartement ; et il le fait parce que les Serpents veulent se battre et rester un gang. C’est à l’encontre des idées de Toni qui envisageait de les faire devenir une association.

C’est bien foiré tout ça, parce que la perquisition menée par Kevin, Percival et le shérif ne mène qu’à l’arrestation d’un Fangs, forcé de reconnaître qu’il s’agit bien de ses armes. Inévitablement, Toni reçoit la visite de son assistante sociale préférée, Janet, qui est inquiète pour « bébé Anthony ». Cela donne un sentiment de déjà vu à Toni qui commence à se rappeler de Rivervale. Alors là, c’est couillu. Les scénaristes veulent en revenir là, encore ? Non merci.

Je me demande ce que sera l’intrigue de la saison 7 après tout ça, parce que si on en revient à Rivervale, c’est sûrement pour que les héros perdent les pouvoirs qu’ils viennent de gagner. En attendant, c’est baby Anthony qui est perdu par Toni. Le gamin se fait kidnapper la nuit où Cheryl jette un cocktail molotov aux pieds d’Archie – c’est fou, même là avec ses vêtements qui crament, on ne le voit pas torse nu.

Cette intrigue est vite mise de côté de toute manière, avec Jug qui découvre par Britta la vérité concernant Abigail/Cheryl et surtout avec Toni qui reçoit un coup de fil de Twyla. Pour nous, c’est l’occasion de découvrir que Bébé Anthony a été kidnappé par Percival (qui d’autre ?) et que les Monstres propose un marché à Toni.

Pour récupérer son gamin, elle doit accepter un combat contre les Monstres. Bon, ça, c’est la théorie. La pratique est ailleurs : la police organise une chasse aux Serpents, tout simplement, toujours sous l’impulsion de Percival. C’est bien impossible d’y croire, parce que même Kevin ne dit rien alors qu’il est le père du bébé. Heureusement, Tabitha est là pour le secouer et pour prévenir Toni dès qu’elle est au courant de ce qu’il se passe.

Un twist plus tard, et surtout un livestream « au monde entier » (lol) plus tard, Toni est saine et sauve en prison, les Monstres sont exterminés par Percival à l’exception de Twyla (forcément) et tout est bien qui finit mal : Percival est élu à l’unanimité (moins Tabitha, toujours) au conseil des quatre de la ville. Sinon, Toni continue de tout perdre quand Kevin lui révèle également, et c’est bien logique, qu’il va demander la garde d’Anthony (non, pas de bébé Anthony, pas cette fois-ci).

Il faut dire que le reste du groupe est occupé ailleurs qu’au gymnase pour une énième réunion : ils ont à secourir Cheryl d’Abigail. Un coup de bluff d’une Betty faussement en larmes suffit à y parvenir, heureusement. Le trio, Britta et, allez comprendre pourquoi, Nana décident de bannir Abigail pendant une lune rousse. C’est abusé comme c’est allé vite cette intrigue, mais voilà Abigail prisonnière d’une poupée. Ben super.

Ah, et autrement, ça n’a rien à voir avec le reste de l’épisode, mais il faut savoir que le père de Reggie a des problèmes d’argent provoqués par une addiction aux jeux et au casino de son fils. Cela met Veronica dans une position délicate où elle souhaite virer son beau-père avant d’en parler à son mec. Reggie refuse toutefois d’ouvrir les yeux sur son père, même lorsqu’il perd une bonne grosse partie de son argent, et donc de son business.

Refusant d’y voir une nécessité de virer son père du casino, Reggie décide donc de gérer par lui-même le problème en allant voir les criminels qui ont volé l’argent de son père (enfin, non, d’ailleurs, ils l’ont gagné de manière réglo).

Reggie termine l’épisode en assurant à Veronica que le problème est désormais réglé concernant son père : il est banni du casino… Mais la fin d’épisode nous révèle que ce n’est pas si simple : le père de Reggie a en fait un cancer et est sur le point de mourir. Cela sort encore plus de nulle part que le reste, mais il faut faire avec. On est habitué après tout.

L’épisode se termine d’ailleurs par une autre révélation qui sort de nulle part : les 22 Monstres abattus par la police se sont en fait suicidés. Heureusement que Betty est du FBI pour qu’on le sache et pour qu’elle puisse commencer à anticiper les prochains mouvements de Percival qui, selon Archie, a pour ambition de détruire la ville. Rien que ça.

 

Compteur d’Archie à poil : même le feu ne vient plus à bout des vêtements d’Archie 

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.