The Walking Dead (S10B)

Synopsis : La saison 10 de la série s’est achevée difficilement avec un dernier épisode des mois après l’avant-dernier, pour cause de covid. Du coup, la décision a été prise de proposer de nouveaux épisodes ajoutés à cette saison, comme si de rien n’était.

Saison 7 Saison 8 | Saison 9 Saison 10

Pour commencer, je sens mal cette deuxième partie de saison qui promet de sentir le réchauffé et l’ennui, avec des épisodes fillers. Je vois d’ici les moments de flashbacks et l’insistance sur des personnages secondaires auxquels je n’accroche que peu. Je reste bien trop surpris des décisions prises par AMC sur ce coup-là, parce que ça n’a pas trop de sens, je trouve, de ne pas proposer une saison 11 plus courte quand la 10 était entièrement tournée.

Voir aussi : Le point sur la franchise The Walking Dead au Comic Con @home

Bon, les stratégies et les plannings sont compliqués pour tout le monde en ces temps de pandémie de toute manière. D’ailleurs, notons que l’épisode sort une semaine plus tôt que prévu, avec une diffusion prévue dimanche soir prochain sur la chaîne américaine. Ils ont dû comprendre que les zombies commençaient vraiment à nous manquer depuis la mi-saison de Fear the Walking Dead qui date d’il y a une petite éternité déjà.

Bref, c’est reparti pour la série, et tant pis si je n’ai pas prévu le coup avec un résumé de la fin de saison 10… De toute manière, ces épisodes sont censés s’en détacher, si j’ai bien compris.

Voir aussi : Les critiques du début de saison

S10E17 – Home Sweet Home – 18/20
Oh purée, pour un épisode qui surgit par surprise en ce lundi, c’était beaucoup, beaucoup trop bon. Je suis très surpris parce que je m’attendais à un tout autre genre de retour pour la série qui semblait vouloir prolonger la saison de la pire des manières. Là, j’ai juste eu l’impression de voir une nouvelle saison – même si effectivement, ce n’est pas écrit comme un premier épisode. Bon, bref, de belles performances d’acteurs, de l’action et un développement intéressant, c’est déjà beaucoup – vraiment – pour un épisode de cette série !
S10E18 – Find Me – 13/20
Bizarrement, j’attendais plus de l’épisode après l’excellent retour de l’épisode précédent, mais on tombe exactement sur ce que je redoutais avec ce principe des one-shots. Ce n’est pas tant que je n’aime pas les personnages sur qui on se concentre cette semaine, c’est que l’épisode manque de rythme et nous prend pour des truffes à révéler des informations cruciales pour la construction de personnages que l’on aurait dû avoir il y a fort longtemps.
S10E19 – One More – 14/20
C’est un épisode qui me laisse un peu plus mitigé que la semaine dernière : il a trop de longueur et de blabla franchement inutile, mais il a aussi un message que j’aime bien concernant l’espoir. C’est redondant dans cette série, seulement, c’est un peu ce qu’on en attend aussi, et la vision du monde développée ici reste prenante pour du Walking Dead. Un épisode classique qui sera vite oublié, donc, mais qui n’est pas aussi mauvais que bien d’autres avant lui.
S10E20 – Splinter – 16/20
Eh mais… c’était beaucoup trop court ? C’est tellement rare que je dise ça de cette série dont les épisodes sont toujours super lents, mais là, pour une fois, je n’ai pas vu venir le cliffhanger car je pensais qu’il restait encore du temps. Pas convaincu au départ par le concept de l’épisode, j’ai fini par m’y faire et accrocher beaucoup en cours de route. La série nous propose en effet de suivre un personnage qui pourrait devenir l’une de mes préférées par la suite, parce qu’elle est drôle et touchante. Bref, un bon épisode. C’est vraiment une semaine sur deux…
S10E21 – Diverged – 08/20
Je veux bien qu’on nous vende ça comme des épisodes bonus de la saison 10, mais il y a tout de même des limites à ce qu’on veut bien endurer. J’adore l’aspect « survie » de la série, mais là, si je n’avais pas eu un fou rire à un moment de l’épisode, j’aurais pensé que les scénaristes cherchaient juste à se foutre de nous. Et peut-être que c’est le cas, d’ailleurs. Quel ennui, cet épisode ! Si c’est ça leur spin-off, ils peuvent se le garder…
S10E22 – Here’s Negan – 16/20
Bien que je n’aime pas la construction inutilement alambiquée de l’épisode, il faut bien reconnaître qu’il s’intéresse à personnage fascinant et à un acteur génial, alors ça passe tout seul. Du point de vue la continuité de la série et du futur du personnage, je ne comprends pas trop où va cet épisode, particulièrement sur sa fin. Du point de vue de l’intérêt de cette origin story, ça passe aussi bien aujourd’hui que ça ne l’aurait fait en saison 6 ou à n’importe quel moment, et ça, c’est une prouesse. Bref, je suis mitigé et pas mécontent que la saison se termine – même si ce fut rapide.

The Walking Dead – S10E16

Épisode 16 – A Certain Doom – 16/20
Moui, bon, l’attente n’en valait pas vraiment la chandelle… Je m’en doutais, mais ce dernier épisode paraît long et son suspense est énormément atténué par les annonces faites pour la suite de la franchise. Il est sympathique, mais ce n’est pas le meilleur de la saison et ce n’est certainement pas la meilleure fin de saison. Après des mois de teasing de la part du casting, ça tombe un peu à l’eau comme fin de saison.

> Saison 10


Spoilers

We still have things to do here.

Après quelques mois d’attente, le dernier épisode de la saison est enfin disponible et il était donc temps pour moi de mettre à le regarder… J’ai un peu attendu, par habitude de voir ces épisodes le dimanche ou le lundi. En plus, j’ai déjà vu les premières minutes de l’épisode lors du Comic Con @home, alors que je fuis tout ça d’habitude, et je sais que ces premières minutes ne me fascinent pas.

Voir aussi : Comic Con @home, le récap (part.2) : le point sur la franchise The Walking Dead

Mon souvenir est le bon : on reprend par Gabriel qui fait un serment aux enfants pour les rassurer sur leur sort, alors que leur sort pue tout de même. Le montage a la bonne idée de nous aider à nous rappeler où on en est cela dit : les Chuchoteurs sont là et prêts à s’attaquer à nos héros.

Ils sont quasiment tous piégés. Même Daryl, Carol et Kelly se retrouvent forcés de s’enfermer dans l’hôpital, alors que celui-ci est complètement cerné par les zombies – dans un tournage qui n’a rien à voir avec les règles du Covid. Je ne vois pas comment ces séries vont pouvoir continuer, franchement… Encore que bon, ils peuvent toujours mettre des masques sous le maquillage, mais bonjour la chaleur…

Bref, Gaby nous fait un petit point de la situation bien malgré lui, avec ceux qui sont coincés dans l’hôpital, ceux qui sont à vélo à la recherche d’aide, Aaron et Alden tombent sur un type armé et surtout, SURTOUT, Maggie est de retour ! Elle se sera fait attendre plus que jamais, elle, mais ça fait plaisir de la voir recevoir une lettre de Carol ! Ça me fait plus plaisir en tout cas que de voir Bêta mener ses Chuchoteurs à l’attaque dans des plans franchement approximatifs et crédibles – les Chuchoteurs qui se retournent au milieu des zombies, ça n’a pas de sens.

Daryl et Carol sont donc encerclés par les zombies, mais pas de quoi s’inquiéter du tout, ils ont encore le temps de parler de Michonne et d’être inintéressants. On n’est pas sortis de l’auberge avec eux de toute manière, puisqu’ils ont leur ticket de survie pour les deux prochaines années : un spin-off se concentrera sur eux après la saison 11. Au secours.

Ils rejoignent rapidement Gabriel et le reste des survivants – tiens Briana Venskus est là ? J’avais oublié qu’elle était encore en vie dans cette série. Elle est tellement partout… Ici, elle joue une membre de Oceanside, qui a même le droit de gagner le prénom de Beatrice dans cet épisode. C’est chouette de redécouvrir des gens comme ça, mais on sait ce que ça veut dire, hein. La série redonne une importance aussi à Dianne, un perso oublié avec le temps et qui a maintenant une dent contre Carol, comme le reste du monde. C’est fou, ça, tous les personnages qu’on oublie avec le temps.

J’avais oublié aussi le pétage de câble de Carol qui fait qu’elle a encore tout le monde à dos, alors que Lydia, elle, l’aime bien et vient carrément la remercier d’avoir fait tuer Alpha. Bien sûr. Soyons rassurés, elle ne vient pas chercher une autre mère en parlant à Carol. C’est déjà ça… mais ça traîne en longueur. On est là pour de l’action, on nous a promis un épisode épique !

À la place, on a droit à des préparatifs interminables de Luke et sa nouvelle copine, Daryl, Magna… Pfiou. Negan, lui décide de rester en arrière, avec Judith qui n’est qu’une enfant, notamment, ou Lydia qui ne doit pas troi aimer le plan de nos amis. Tous les autres héros se recouvrent de sang et se font passer pour des zombies au milieu de la horde qui est à leur porte.

Je comprends ce plan, on a l’habitude après tout… mais c’est faire fi de la présence des Chuchoteurs qui peuvent les tuer à tout instant, ça, non ? Et que dire de la focalisation de la série sur le personnage de YYY qui est au milieu des zombies alors qu’elle n’entend plus rien. La scène traîne en longueur, comme toujours, mais elle offre de bons moments, notamment lorsque l’on a des gros plans sur Magna qui vit sa pire vie.

Le plan est un peu improbable, mais il fonctionne à peu près : nos héros dans la horde servent d’appât pour révéler les Chuchoteurs qui sont observés par Gabriel, Dianne, Lydia et d’autres. Eux, ils ont des arcs et savent viser assez bien pour blesser les zombies. Le plan ne dure qu’un court temps avant que Bêta ne réagisse en resserrant les rangs de la meute.

Pour ne rien arranger, des zombies parviennent à entrer dans l’hôpital et forcent ceux qui étaient restés à l’abri à faire face à la menace, avec Lydia qui comprend qu’elle va bien devoir renfiler un masque de zombie. Quelle chance.

Elle est bien plus habituée que nos héros et n’a aucun mal à rattraper rapidement Carole et Beatrice qui trainaient vraiment beaucoup la patte. Tellement, d’ailleurs, que comme prévu cette dernière se fait tuer dans cet épisode, de la plus atroce et douloureuse des manières. Bon ben, c’était cool de revoir Briana Venskus, on va dire. Elle se fait donc dévorer par les zombies, de même que la nouvelle seconde de Beta, si je ne m’abuse.

Hop, deux personnages de moins, alors que le sac de Beatrice est récupéré bien vite par Lydia. Finalement, Carol et Lydia rejoignent donc le reste du groupe qui est à l’abri dans la forêt et le plan est enfin révélé : ils ont un chariot avec une chaîne hi-fi qui fait assez de bruit pour attirer tous les zombies loin de l’hôpital.

Cela ne peut durer qu’un temps et à la tombée de la nuit, les Chuchoteurs repassent à l’attaque, mettant à mal le plan de nos héros. Ceux-ci se retrouvent rapidement sans stéréo, sans chevaux et sans charrette. Qu’à cela ne tienne, Daryl se propose d’aller tuer les Chuchoteurs directement dans la horde pour protéger au mieux leurs alliés de l’hôpital qui n’ont peut-être pas réussi à évacuer et Lydia a la bonne idée de prendre la place de Beta pour mener les zombies vers un ravin. Ben oui, Alpha lui a appris à guider les zombies, bien sûr.

Cela ne semble pas bien difficile, cela dit… mais bon, admettons, elle semble être la seule à pouvoir le faire pour le moment. On suit donc des scènes sympathiques où nos Chuchoteurs se font massacrer par Magna ou Daryl. Finalement, Lydia est repérée par Beta et manque d’y passer, mais Negan sort de nulle part, déguisé en zombie sous sa veste en cuir quasi intacte pour s’en prendre à Beta. Avec l’aide de Daryl qui lui sauve même la vie (allons bon), Negan participe donc à la mort de Beta, qui finit aveuglé par Daryl et content de retrouver Alpha dans son nouvel handicap lui offrant quelques flashbacks de son amour perdu.

Le pire ? Beta est heureux de mourir ainsi et Negan regrette presque de l’avoir tué, parce qu’il le reconnaît. On sait qu’il s’agit d’une star de la musique, mais on n’en saura apparemment jamais plus.

En parallèle, dans l’hôpital, les choses empirent avec l’utilisation de bombes par les Chuchoteurs. Normal. Gabriel survit malgré tout, hein, ça va de soi… mais il décide de se sacrifier en restant en arrière pour protéger Judith et les autres qui descendent par un ascenseur. Oui, Gabriel décide de se suicider en laissant juste un dernier message pour Rosita, grande absente de l’épisode.

Malheureusement et contre toute attente, Gabriel est sauvé de justesse par l’étrange homme armé croisé par Aaron en début d’épisode… Il s’agit du bras droit de Maggie ! Bon, ben, il faudra faire avec Gabriel l’an prochain quand la série reviendra, hein… pour la suite de sa saison 10 parce que non, cet épisode final n’est pas tout à fait la fin de la saison 10 finalement, mais en fait si, mais pas vraiment parce qu’il y aura huit épisodes de plus quand même, mais huit épisodes hors sujet. Quelle idée de merde. J’anticipe trop là.

Le lendemain, on retrouve Lydia qui continue de mener la horde de zombie vers un précipice énorme, même si ça suppose de se suicider. Finalement, Carol décide de prendre sa place au dernier moment et s’apprête à se suicider, pour absolument rien, parce qu’une fois que les zombies sont lancés dans une direction, il n’y a pas de raison qu’ils s’arrêtent.

Lydia le sait et elle empêche donc la mort de Carol au dernier moment. Bon, de toute manière, ça aurait fait un cliffhanger tout naze (littéralement, en plus) parce qu’on sait déjà qu’elle va survivre un moment. Là, la scène entre Carol et Lydia est sympathique. Elles reviennent de loin. Quant au jeté de masque parmi les zombies, c’est un symbole plutôt joli pour marquer la fin des Chuchoteurs dans la série. Toute la meute se jette donc de la falaise, et Lydia et Carol restent en vie, en prenant le risque insensé de rester un moment à découvert sur le bord du précipice alors qu’on est toujours à zéro certitude de la fin de l’ensemble des Chuchoteurs, mais bon.

La série veut nous faire croire que c’est bon, et la saison se termine donc sur des retrouvailles très mignonnes entre les enfants de la série et Maggie, puis entre Lydia et Negan, Carol et le reste du groupe. C’est bien, Carol et Lydia se font pardonner par tout le monde comme ça.

Ailleurs, on découvre enfin la survie de la Connie, à laquelle plus personne ne pensait la pauvre. Déjà qu’à l’époque où aurait dû être diffusé cet épisode, je ne pensais plus à elle, mais alors après autant de temps, j’avais oublié cette intrigue sur sa présupposée mort. Elle est pourtant le cliffhanger final de cette saison, puisqu’elle est retrouvée par l’homme étranger dont on ne sait pas encore grand-chose mais qu’on a vu en début d’épisode. C’est un peu un Morgan bis.

Sinon, côté cliffhanger, il ne faut pas oublier ceux qui étaient à vélo en début d’épisode, et ce n’est pas glorieux. En effet, comme d’habitude, Eugène est dépité et se lamente sur son sort, parce qu’il se rend compte qu’il n’arrivera pas à temps à son rendez-vous galant. Putain, mais ta gueule le gémisseur. Rendez-moi les chuchoteurs, finalement.

Heureusement, Ezekiel l’empêche de craquer totalement et le remotive, parce que Yumiko est inutile pour ça. Même Princesse finit par avoir plus d’utilité qu’elle, ça craint, tout de même. Elle a réussi à me faire rire sur l’affaire du code secret non fixé entre Eugène et son crush.

Comme prévu, le groupe semble arriver trop tard au rendez-vous, mais puisque la scène est placée stratégiquement en fin d’épisode, on sait bien que ce n’est pas pour rien. Eugene le déprimé a en effet finalement repris l’espoir de trouver sa Stéphanie… Le voir reprendre confiance comme ça m’a donné envie qu’il se fasse tuer par surprise pendant son petit discours, surtout quand ils se sont tous mis à rire.

C’est à ce moment-là que débarque le cliffhanger, mais il n’y aura pas de mort marquante dans cet épisode (hormis Beatrice, mais bon, j’avais oublié qu’elle était là avant cet épisode, alors…) et rien qui ne marquera vraiment les esprits sur le long terme, juste quelques projecteurs braqués sur Yumiko, Ezekiel, Eugene et Princesse, désormais entourés par des hommes armés. Allons bon.

EN BREF – Cette saison 10 m’a redonné le plaisir d’attendre le prochain épisode de la série et m’a plutôt bien convaincu, avec clairement un meilleur niveau global. J’ai réussi à me réinvestir dans la série grâce aux nouveaux personnages, mais j’ai bien conscience que je suis à contre-courant de la majorité des fans qui semble encore en avoir quelque chose à foutre de Daryl et Carol. Moi, j’aurais été partisan d’en voir mourir un des deux, car ça commence à faire longtemps qu’ils tournent en rond, désormais.

Je suis bien content de retrouver Maggie pour le reste de la série, même si elle n’a pas eu grand-chose à jouer dans cet épisode et content d’avoir assisté à un départ réussi pour Michonne. Le coronavirus a fait bien du mal à la série, puisqu’il aura fallu attendre plusieurs mois pour le dernier épisode de la saison 10, qui sera suivi de huit autres en 2021, épisodes qui feront officiellement partie de la saison 10 mais reviendront sur d’autres intrigues et personnages… Je ne suis vraiment pas sûr d’être convaincu par cette idée.

En attendant, la saison se termine sur des cliffhangers sympathiques, mais pas inoubliables, ce qui est vachement problématique comme la saison 11 ne sera que dans un an. Mais bon… j’aurai ma critique pour me souvenir d’où j’en suis !

> Saison 10

The Walking Dead – S10E15

Épisode 15 – The Tower – 15/20
Cet épisode continue de prendre son temps pour mener à quelques cliffhangers qui ont clairement pour but de nous lancer un très bon épisode final. Le truc, c’est que c’est moins prenant que la fin de l’épisode 11 et qu’il faudra attendre plusieurs mois avant de voir la suite. La franchise va me manquer durant sa pause forcée, mais l’attente n’est pas aussi insoutenable qu’elle pourrait l’être. À vrai dire, ça ferait même une bonne fin de saison, narrativement parlant.

> Saison 10


Spoilers

1015.jpg

Selfish and crazy.

AMC continue de diffuser ses séries dès le dimanche matin, mais ce n’est qu’en cette fin de lundi après-midi que je prends le temps de regarder cet épisode. La raison est simple : j’ai tenté OCS pour une semaine gratuite, et je me suis dit que j’allais en profiter pour voir l’épisode en bonne qualité, quand même. Ca me change la vie, je dois dire.

L’épisode commence de manière hyper précipitée, du coup, sans résumé ni rien. On retombe directement sur le trio Eugene, Ezekiel et Yumiko face à celle que l’on imaginait déjà cinglée rien que dans sa scène d’introduction. Après une longue conversation, elle dit s’appeler Juanita Sanchez… mais préfère qu’on l’appelle Princesse. Merveilleux. Elle est complétement perchée notre nouvelle princesse, mais j’ai adoré la manière dont Ezekiel s’est présenté à elle, s’empêchant de justesse de dire qu’il était roi – donc vieux.

Face à elle, les réactions du trio sont exceptionnelles : ils entrent dans son délire comme ils peuvent et j’ai adoré les regards de Yumiko tout au long de l’épisode, que ce soit par rapport à Princesse ou par rapport à Eugène qui fait de la merde en expliquant pourquoi ils sont là ou en insistant pour écouter ce que Princesse a à leur dire, comme Ezekiel. Ils n’ont pas vraiment le choix en même temps : bien malgré elle, Princesse fait fuir les chevaux restants du trio qui risquent donc d’arriver en retard à leur rendez-vous.

Ils acceptent ainsi de s’éloigner de la ville en la suivant alors qu’elle chuchote en espagnol. Tout ça n’a aucun sens : qui suivrait une folle sans se soucier d’où il va ? Personne, mais eux si. Ils se retrouvent donc au beau milieu d’un champ de mines, où Princesse réussit à perdre le compte qu’elle faisait quand elle trouve un des chevaux, mort. Elle annonce tout tranquillement qu’ils sont sur un champ de mine et c’est à peine flippant.

En plus, le coup du champ de mine, on y a déjà eu droit dans Fear the Walking Dead. Mais bon, c’est toujours chouette d’avoir Yumiko qui devient chiante en mode « je vous l’avais bien dit » alors que j’ai écrit plus haut que je la trouvais cool ! Comme toujours dans ce genre de situation, les héros s’en sortent sans avoir de vrais problèmes, pour mieux découvrir que Princesse les balade depuis le début, littéralement. Ouais, elle les a fait tourner en rond parce qu’elle était heureuse d’avoir des amis.

Le pire dans tout ça, c’est que j’ai trouvé que son personnage était plus cool. J’ai toujours un problème avec les personnages qui sont fous… mais pas tous non plus, parce que Beta, non merci.

En effet, à Alexandria, les Chuchoteurs débarquent pour mieux trouver toutes les portes de la ville ouvertes. Eh oui, nos héros ont déserté les lieux, ce qui n’a pas trop de sens pour eux. C’est pourtant bien logique : ils ont été prévenus par la Colline et ils ont fuit leurs jolies maisons et leurs légumes. Je trouve ça bien dommage et surtout super risqué car ça laisse le champ libre pour tout détruire.

Le champ n’est pas tout à fait libre, mais c’est tout de même risqué : Aaron et l’ex d’Enid dont je continuerai perpétuellement à oublier le nom restent en arrière pour surveiller les actions des Chuchoteurs. C’est gros ! Ils ne se font pas remarquer par Beta pour autant, ce que je trouve bien dommage… Seulement, il faut garder l’action pour la semaine proch… Ah ben non, pour l’épisode final, un jour ou l’autre. En tout cas, je n’ai pas trop aimé le passage de relai d’Alpha à Beta : autant les murmures d’Alpha faisaient flipper, autant le même effet appliqué à Beta rend ça quelque peu ridicule. On a limite l’impression d’entendre la voix-off d’un trailer de films, non ? Je ne sais pas, je n’étais pas fan.

Finalement, Aaron et son compère sont repérés par les Chuchoteurs qui les encerclent discrètement et refusent de les laisser partir quand ils se rendent compte que les Chuchoteurs changent de direction. Il était décidé que la meute irait à Oceanside, mais grâce à un chat errant (oui, oui), Beta comprend qu’il doit changer de direction.

C’est dans un hôpital désaffecté que nous retrouvons tout le reste de nos héros, y compris une toute nouvelle qui parle à Luke comme s’ils étaient amis de longue date. Je n’ai pas trop compris d’où elle sortait, mais au-delà de ça, sa scène d’introduction est plutôt cool : c’est un joli plan séquence qui nous montre ce nouveau QG avec tout le monde. Parmi eux, on retrouve Lydia qui caresse un chat – j’ai attendu un mois dans ce Bingo Séries pour en avoir deux en quelques jours, donc ? – et papote avec Judith. Entre petites, ça communique.

Lydia se retrouve ensuite en duo avec Negan, à qui elle avoue qu’elle l’évite. OK, Alpha ne manque pas à Lydia, mais on dirait bien qu’elle n’est pas prête à sympathiser avec son meurtrier. De toute évidence, elle préfère caresser les animaux – après le chat errant, c’est le chien de Daryl. Tout ça mène à une scène trop prévisible pour quiconque regarde des séries : Lydia nous fait le coup classique de laisser sortir sa haine et sa colère en frappant sur Negan pour mieux finir en larmes dans ses bras. C’est tellement classique que ça m’a fait lever les yeux au ciel, alors que la scène était bien jouée.

En parallèle, Carol se propose pour un petit détour afin de venir en aide à Luke. C’est sa manière de recommencer à se rendre utile, j’imagine. Elle se déplace avec la sœur de Connie qui nous raconte qu’elle est persuadée que sa sœur est toujours en vie. C’est le moment émotions de l’épisode, où elle réconforte Carol qui ne le mérite pas du tout, mais y a droit à quand même. Pire, elle lui balance qu’être une louve solitaire comme elle est un super-pouvoir. Non mais au secours, c’est n’importe quoi, j’en ai tellement marre des rédemptions permanentes de Carol.

De son côté, Daryl essaie de contacter Michonne pour la prévenir de l’évolution du plan… En vain. Il est rejoint par Judith, ce qui n’a aucun sens dans la chronologie de l’épisode où on venait juste de la voir avec Lydia. Enfin bon… Elle parle désormais avec Daryl, voulant rester avec son oncle quoiqu’il arrive.

Il arrive une Chuchoteuse en train de rameuter quelques zombies pour amplifier la meute… ou pas. La théorie de Daryl s’effondre quand il s’avère que la femme était simplement en train de fuir Beta, qu’elle trouve cinglé. Tu m’étonnes. Daryl en profite pour l’interroger sur les faits et gestes de ses ennemis, avant de tuer la femme, sous les yeux de Judith.

L’enfant n’est pas trop ravie de ce meurtre, pas plus qu’elle n’est heureuse d’abandonner la femme morte. Cette fois, ça y est, Judith se comporte enfin en enfant. Elle a tué de zombies, elle a tué des gens, mais c’est ça, cette femme abattue comme un chien (et encore, même les chiens ont un peu de compassion de la part des meurtriers, parfois) qui est la goutte d’eau pour elle. C’est pourtant bien écrit de la part des scénaristes : en fait, Judith s’inquiète du fait que Daryl pourrait parfaitement être abattu de la sorte et ne jamais être retrouvé… comme son père, quoi.

Ce n’est pas exactement la scène que j’attendais, parce qu’aussi sincère que soit Judith, elle ment tout de même à Daryl, par omission. Il n’est ainsi pas question de Rick, mais ça rend l’actrice bien plus touchante. Quant aux larmes qu’elle verse, à son âge, c’est impressionnant d’être déjà une bonne actrice comme ça. La scène est finalement interrompue par un appel de Gabriel, que Daryl entend mal, mais qui indique que la Tour est cernée – c’est-à-dire les Urgences où tous nos héros sont réunis.

Pour en revenir à Princesse, elle réussit à tenir sa promesse et mène notre trio à un garage… à vélo. Touchée de voir que Princesse s’est démenée à sa manière pour les amener à bon port, Yumiko lui propose de se joindre à eux, pour mieux le regretter immédiatement quand elle se met à poser un milliard de questions. Et pourtant, il faudra qu’elle assume sa décision.

Bref, l’épisode se termine donc sur quelques cliffhangers dont il faudra se rappeler pour la fin de saison, quand elle pourra être diffusée post-confinement : Princesse, Yumiko, Ezekiel et Eugène sont à vélo pour aller rencontrer la mystérieuse Stéphanie, Beta mène la meute vers un hôpital où se trouve quasiment tous nos héros, Aaron et l’ex d’Enid sont prisonniers des Chuchoteurs et Daryl rentre au bercail en toute hâte avec Judith. Ah, et Carol est probablement encore avec la sœur de Connie, dont le sort reste incertain pour le moment après l’effondrement de la mine. Bim, la suite dans quelques mois !

1015-2.jpg

> Saison 10

The Walking Dead – S10E14

Épisode 14 – Look at the Flowers – 12/20
Alors que la fin de saison sera diffusée plus tard cette année et qu’il ne nous en reste donc qu’un la semaine prochaine, cet antépénultième épisode perd énormément de temps à nous faire croire qu’il développe des personnages pour finalement faire du surplace pendant 45 minutes. C’était hyper frustrant et il n’y a qu’une ou deux scènes qui s’en tirent (beaucoup) mieux que les autres. Bref, ça manquait de logique et on se serait cru dans la (mauvaise partie de la) saison 4 que le titre de cet épisode glorifie. Dommage.

> Saison 10


Spoilers

1014.jpg

I silenced the Alpha.

Quand ta série a une réplique qui est restée aussi culte, j’imagine que tu te sens un peu forcé de l’utiliser comme titre d’épisode six ans plus tard. Je ne sais pas, ça se tient, je trouve. En tout cas, j’étais dégoûté d’avance d’avoir un épisode se concentrant inévitablement, ENCORE, sur Carol. En même temps les membres du casting présents depuis la saison 1 ne sont plus si nombreux, alors c’est logique qu’on tourne en boucle sur eux, non ?

La première scène est un flashback sympathique qui nous montre l’alliance entre Carol et Negan. Rien de bien neuf sous le soleil, de toute manière, ils n’ont pas de soleil depuis longtemps dans cette série super sombre, mais un pacte sympathique où Carol promet à Negan que tout le monde le pardonnera et oubliera ce qu’il a fait s’il est capable de tuer Alpha.

Il a donc fait tout ce qu’il a fait pour le plaisir d’être enfin pardonné, mais Carol ne l’entend pas de cette oreille, finalement. En effet, dans le présent, elle est toute satisfaite de mettre la tête d’Alpha sur un piquet comme cette dernière l’avait fait avec ses proches, mais elle annonce aussi à Negan qu’il a d’une part pris trop de temps à faire ce qu’elle lui demandait et d’autre part qu’elle a désormais besoin d’être seule.

Bref, elle ne le ramène pas à Alexandria pour annoncer la bonne nouvelle. Trop sympathique cette Carol, vraiment. Negan se retrouve donc coincé : retourner à Alexandria, c’est l’assurance d’être tué ; retourner auprès de Beta, c’est la même chose.

Dans la planque de nos héros qui viennent d’essuyer un bon gros siège, tout le monde se remet de l’attaque de la Coline. Oh, ce n’est pas exceptionnel, surtout quand on voit que tout le monde est content de retrouver Magna aussi, à commencer par Jerry. Hein ? Depuis quand ils sont potes, eux ?

Bref, de son côté, Eugene refuse d’annoncer aux autres qu’il a peut-être une nouvelle copine, préférant s’occuper de Rosita, blessée. Une fois de plus, c’est donc elle qui prend la bonne décision et le force donc à annoncer qu’il connaît une nouvelle personne, « en-dehors de leur orbite ».

Cela énerve un peu tout le monde, mais Ezekiel ramène le calme dans ses troupes bien rapidement, en décidant de soutenir Eugene. Cela n’a aucun sens par rapport au passé de la série, mais voilà, nos héros se préparent donc à se rendre au rencard d’Eugène tous ensemble. Bon, pas tout à fait tous ensemble : Yumiko et Magna viennent à peine de se retrouver, mais elles se séparent déjà bien vite. La première décide de partir en expédition alors que la seconde n’est pas tout à fait capable de le faire encore. La scène suivante nous montre l’au revoir d’Ezekiel à Jerry, mais c’est une pseudo-passation de pouvoir qui ne m’a pas fasciné non plus. Je suis vraiment un public difficile ce soir, je ne sais pas pourquoi. C’est peut-être que cet épisode se concentre trop sur des personnages que je n’aime pas bien.

Bref, c’est donc le trio Eugene, Yumiko et Ezekiel qu’on a le droit de suivre ensuite. Les trois se déplacent lentement à cheval, mais alors vraiment lentement. Cela permet de papoter un peu et surtout d’observer le charmant paysage. Charmant ? Ouais, il y a quelques zombies en cage sur le bord de la route. Le trio s’arrête donc un moment pour enquêter… ce qui nous permet de découvrir qu’Ezekiel continue de s’affaiblir petit à petit.

La maladie gagne du terrain sur lui, c’est triste… mais pas autant que ce qui lui arrive durant la nuit où il n’a pas le choix de tuer son cheval, mordu par un zombie. Par contre, quand on se sent plus triste pour un cheval que pour n’importe quel autre personnage de l’épisode, on sait qu’il y a un problème dans la construction de la série. Finalement, Yumiko sait comment s’intégrer à un groupe. Je sais, elle est là depuis un petit moment dans la série, maintenant, mais elle semble vraiment avoir fait ses preuves dernièrement.

Ainsi, elle parvient à convaincre Ezekiel de reprendre espoir et motivation quand tout l’accable et qu’il est prêt à abandonner, demandant même à ce qu’on le laisse derrière s’il devait lui arriver quelque chose dans son chemin pour rencontrer Stephanie. Cette dernière se trouve donc à Atlanta, aussi déserte de loin dans la série qu’elle ne l’est aujourd’hui en plein confinement. C’est triste quand la réalité rejoint la fiction. Enfin, une réalité relative, on n’a pas de zombies dans les rues d’Atlanta aujourd’hui.

Par contre, dans la fiction, si : le trio de héros tombe sur une ville où les zombies sont de véritables marionnettes fixées pour recréer des petites scènes du quotidien. Tout cela fait mourir de rire Ezekiel… jusqu’à ce qu’ils tombent sur une femme, probablement Stephanie, qui est armée et heureuse de les voir. Mouais. On verra au prochain épisode.

Bien sûr, les Chuchoteurs ne mettent pas longtemps à découvrir la tête d’Alpha sur son piquet. C’est bien triste pour Beta, mais ça l’est encore plus pour ceux qui pensaient naïvement qu’il allait devenir le nouvel Alpha. Encore plus cinglée qu’elle, Beta s’en prend donc immédiatement à un de ses hommes qui a osé dire la vérité, à savoir qu’il allait obtenir une promotion pour leader le groupe.

Bon, Alpha se retrouve donc à bouffer une oreille d’un pauvre type qui continue malgré tout de suivre Beta jusqu’à ce que celui-ci lui plante un couteau dans le dos. Beta ? Les scénaristes décident de s’intéresser davantage au personnage. Comme suggéré la semaine dernière, il n’est pas n’importe qui. Un easter-egg bien planqué dans Fear avait vendu la mèche : Beta est en fait… une star de la chanson. Non, mais vraiment ! Cela ne change pas grand-chose pour nous, à part qu’on sait qu’il faut se méfier des stars désormais.

En tout cas, il vrille sévère pour une star : il décide de passer sa musique à fond et d’accueillir la foule de ses fans… qui sont désormais des zombies. Remarquez, c’est facile de devenir célèbre comme ça, c’est cool les zombies finalement. En fin d’épisode, Beta reprend peu à peu ses esprits, remercie Alpha car il est désormais capable de voir et… recommence à créer une meute avec ses fans zombies. Mouais, ce n’était pas glorieux comme progression.

Negan ? Il décide de retourner libérer Lydia, mais bon, il est trop tard : non seulement elle n’est plus là, mais en plus, Daryl l’attend de pied ferme pour l’interroger et découvrir son histoire pas bien crédible de la mort d’Alpha. Au moins, Negan a encore le masque de celle-ci pour tenter de prouver ses dires.

Daryl le croit plus ou moins et décide donc de vérifier son histoire, le prenant en otage jusqu’au piquet où n’est plus la tête d’Alpha. C’est intéressant sans être exceptionnel, jusqu’à ce que des Chuchoteurs débarquent auprès d’eux et reconnaissent Negan comme leur Alpha. Ben oui, ils n’ont plus Beta qui a pété un câble, alors ils se tournent vers Negan.

Alors que ce dernier pourrait en profiter pour se venger de Daryl sans que personne n’en sache jamais rien, il décide finalement de venir en aide à Daryl en tuant les Chuchoteurs qui le vénéraient. C’est complètement con, il aurait mieux fait d’annoncer, une fois le fusil récupéré certes, qu’en tant qu’Alpha, il voulait faire la paix. Là, il tue des Chuchoteurs, ce qui veut dire que ces derniers vont juste se retrouver à errer dans la nature sans leader et avec une dent contre nos héros ? Pas malin.

Finalement, Negan et Daryl se décident à attendre Carol, même si maintenant Daryl sait que Negan a dit toute la vérité – y compris quand il a avoué qu’après tout, ça lui plaisait bien après sept ans de se retrouver libre et apprécié parmi les Chuchoteurs. Il confie même à Daryl qu’il était heureux de se sentir apprécié par Alpha. APPRECIE ? Elle l’a foutu dans un trou à excréments, sérieusement ?! Je préfère qu’on me déteste et me tue si c’est ça d’être apprécié. En tout cas, je comprends pourquoi Daryl se barre après cette petite conversation.

De son côté, Carol nous pète une durite également et se met à voir Alpha alors qu’elle marche seule dans les bois. Au secours. Il ne manquait plus que ça ! Carol se met donc à halluciner qu’Alpha lui parle et la respecte, reconnaissant

Heureusement que l’actrice interprétant Alpha est toujours aussi exceptionnelle et douée pour interpréter son personnage. Sans ça, j’aurais eu du mal à accrocher à cette intrigue. Il faut dire aussi que ça fait un moment que j’ai décroché du personnage de Carol, quoi. Une fois de plus, la série nous fait croire qu’avec son pétage de câble, elle est en danger et risque de mourir sous des décombres qu’elle fait elle-même tomber sur elle, avec en plus des hallucinations d’Alpha lui disant de regarder des fleurs.

Et puis, contre toute attente (ah, ben non en fait), Carol se relève et tue le zombie qui allait s’en prendre à elle – le maquillage était mal fait, on aurait dit un Chuchoteur. Après tout ça, elle rentre à la maison où l’attend évidemment Daryl. Si ce n’est pas magnifique. Ils ont encore trouvé le moyen de passer plus de vingt minutes à suivre « l’évolution psychologique » de deux personnages – Carol et Beta – qui évoluent tellement qu’ils en sont exactement au même point au début et à la fin de l’épisode. Juste entre temps, on a perdu notre temps. Bref, j’ai speedwatché une partie de l’épisode, comme au mauvais vieux temps.

> Saison 10