Fear the Walking Dead – S06E12

Épisode 12 – In Dreams – 16/20
J’y ai vraiment mis de la mauvaise foi au début et ça se sent dans la critique, mais encore une fois, la série parvient à me faire tomber dans son piège cette semaine. Je n’aime pas spécialement la construction de cet épisode, mais le message que ça fait passer et les intentions des scénaristes sont parfaitement clairs et efficaces pour mener à une fin d’épisode que je n’oublierai pas.

Spoilers

Grace se réveille, apparemment amnésique, au milieu d’une jolie forêt rose.

She was in labor when we left.

Bon, j’ai parié dans mon article du jour sur un article de qualité très inférieure après une excellente reprise et je dois dire que la première scène de l’épisode ne me rassure pas tellement avec un filtre et des arbres roses absolument partout autour d’une Grace endormie. Evidemment.

Elle manque de se faire tuer par un zombie, mais est sauvée in extremis par une jeune femme qui dit se nommer Athena, comme la déesse grecque. On note rapidement que Grace n’est plus enceinte, même si elle continue de marcher comme une femme enceinte et que la série est partie dans un délire de filtre et d’abus de rose un peu partout, exactement comme sur mon blog en ce moment, hein.

Bien sûr, il est évident que Grace n’est pas vraiment en danger dans cet épisode : elle est simplement en train de rêver, comme le révèle le titre de l’épisode qui n’est pas qu’une simple référence à une chanson, cassant tout ce que nous sommes en train de regarder. Bon, en revanche, vraiment, il est évident que ma prophétie auto-réalisatrice va bien se concrétiser : cet épisode va être chiant à regarder.

Grace est débile à ne pas comprendre qu’elle est la mère d’Athena, quand c’est évident très rapidement que c’est le cas : la petite lui dit qu’elle vit depuis seize ans à la communauté établie par Morgan quelques mois plus tôt. Nous voilà donc seize ans plus tard, et la série en profite pour nous établir un très joli futur pour tous les personnages.

Alicia est donc retournée au stade brûlé par sa mère pour créer sa propre communauté avec Luciana et Wes, Al est partie à la recherche d’Isabelle sans donner la moindre nouvelle, et les autres sont encore là. Dwight a deux enfants de sa Sherry (jeu de mots ô combien original), Daniel et Victor sont devenus amis et il n’y a que Morgan qui paraît ridicule avec sa barbe de père Noël.

Tout ça est bien gentil, mais le docteur Dorie, aka June, ne voit pas de concussion quand elle examine Grace, alors c’est très étrange comme épisode. Finalement, il est rapidement révélé qu’il y a quelque chose à deviner sur le présent au milieu de tout ça, parce qu’on a quelques flashs de l’hôpital où Grace était censée se rendre – à moins que ce soit autre chose ?

Cela sent vraiment mauvais, en tout cas, car il y a des zombies dans le tas, et rapidement, on en arrive à une voiture « The end is the beginning » dont Morgan se souvient. Il n’en faut pas plus pour que la voiture explose et qu’on comprenne qu’elle a probablement subi un traumatisme, ou une explosion, ou allons savoir.

Grace est en train de rêver de toute manière, et elle se retrouve prise dans une sorte de boucle temporelle pas exceptionnelle où Athena tue toujours le même zombie en essayant d’attirer sa mère vers le mur. Celle-ci comprend alors qu’elle est inconsciente après un attentat à la voiture piégée – et bien sûr, la série ne met pas longtemps à nous révéler que c’est le cas. Dans notre présent, Morgan essaie de réveiller Grace, parce qu’ils sont entourés par les zombies et parce qu’il faut bien qu’elle accouche. C’est plus simple si elle est réveillée tout de même.

Evidemment. L’épisode est long à nous montrer Grace comprendre tout ce qui arrive, mais je dois dire que j’ai fini par accrocher à tout ce qui arrivait. C’est chiant d’avoir tout un épisode se centrant uniquement sur ce personnage, évidemment, surtout dans un rêve, mais ça marche bien parce que la grossesse de Grace a été un point de suspense très important de tout ce début de saison.

Voilà donc qu’elle est en plein travail et inconsciente dans une écurie entourée de zombies et où Riley, le méchant de l’épisode précédent, ne met pas longtemps à débarquer aussi. Morgan communique avec June par radio avant leur arrivée, et ce n’était peut-être pas très malin de le faire. Il se retrouve forcé de déplacer Grace dans une brouette pour échapper à quelques balles tirées par Riley et ses hommes.

Cette partie de l’épisode fonctionnait étrangement bien, alors que dans son rêve, Grace entend en partie ce qui arrive dans la réalité. Elle peut notamment le faire grâce au lecteur et aux écouteurs de sa fille, qui est encore plus conne qu’elle à ne pas savoir ou comprendre que c’est sa mère. Franchement, ce n’est pas bien compliqué à comprendre, non ?

Bon, il faut toutefois que l’épisode avance, alors quand Morgan retire les écouteurs de Grace, Grace n’entend plus trop la réalité dans son rêve. Elle se présente toutefois à sa fille et s’arrange pour qu’elle la conduise à une intersection où elle pourra à nouveau appeler Morgan et peut-être lui parler. Soit. Le chemin à faire est long et semé d’embûches.

Elle parvient toutefois à le faire, tuant un Riley imaginaire au passage avant de monter sur un cheval blanc arrivant comme par magie quand elle en a besoin. C’est pratique les rêves. Cela permet aussi de rendre plus intéressant les monologues habituels des personnages : Grace raconte à Athena son passé et l’identité de son père, Matthew, de manière plus cool que ce qu’on a d’habitude.

Dans ce rêve, Grace finit par arriver dans les mêmes écuries que celles où elle est censée être dans le présent, et on a toujours ces jolies feuilles roses oniriques. Je trouve ça cool car l’esthétique de l’épisode est vraiment sublime. Par contre, ça sent mauvais pour Grace – on sent la mort qui se pointe encore pour elle. Je veux dire, on a vu sa tombe dans ce futur et, après tout, elle a aussi eu droit à sa dose de radiation avant qu’on ne la rencontre.

L’avantage de cet épisode est alors d’avoir une vraie scène émotionnelle entre elle et Athena, qui aurait été moins facile à écrire si elle avait dû interagir avec un bébé. Cela passe bien, avant d’en arriver à une scène d’action peu utile dans un monde rêvé contre un Riley zombifié. Je me dis juste, face à cette scène, qu’Athena me manquera quand elle ne sera plus dans la série.

Dans la réalité, on en arrive aussi à une confrontation entre Morgan et Riley. Le but de ce dernier est de récupérer la clé que possède Morgan. Allons bon. Je ne vois pas pourquoi Morgan s’obstine tant que ça pour une clé qui n’ouvre rien de concret à ses yeux. C’est le symbole de la paix aux yeux de Morgan, m’enfin, quand même.

Morgan parvient à planter Riley, laisser inconscient ou mort ses hommes, et tout semble bien finir pendant un instant… mais Grace s’écroule morte dans son rêve alors qu’elle arrête de respirer dans la réalité. Dans le rêve, c’est un vieux Morgan qui réapparaît et sauve Athena, avant d’emmener Grace vers une jolie porte blanche. Dans la réalité, Morgan fait ce qu’il peut pour que Grace survive… mais son massage cardiaque ne marche du tout.

Oh. L’épisode est bien triste sur ce coup-là, mais ce n’est pas évident de survivre à un accouchement en pleine apocalypse zombie. Grace y arrive pourtant, se réveillant brutalement et sans la moindre crédibilité dans la réalité lorsqu’elle passe les portes blanches des écuries, l’amenant vers la réalité. C’est à une Grace totalement désillusionnée que Morgan peut ainsi parler.

Mourante, toujours, et en plein travail, toujours, elle explique à Morgan qu’elle aura une petite fille, Athena, et que le futur sera beau, comme dans son rêve. Moui. Elle se réveille assez pour avoir le temps de parler et d’enregistrer une cassette pour son gosse, mais aussi de se faire jeter dans du foin par Morgan qui cherche à la protéger d’une nouvelle attaque de Riley.

Celui-ci débarque en voiture dans l’écurie et manque de les percuter, mais ils s’en sortent en vie tous les deux. Morgan est tout de même forcé de lui donner la fameuse clé qu’il convoitait tant que ça et Grace comprend soudainement qu’Athena (pff encore un A majuscule dans la série, c’est abusé après Alicia et Althea) lui a indiqué, dans son rêve, que la clé était une manière d’avoir la paix. Elle supplie Morgan de donner la clé et d’avoir la foi, parce qu’elle sait que tout ira bien.

Sa fille lui a dit, par conséquent, Riley ne peut que perdre. Eh, c’est bien, elle est convaincue par ce qu’elle dit. Elle peut ensuite accoucher en musique dans une scène jolie comme tout, nous réduisant les douleurs de l’accouchement. J’aurais aimé rire un coup en apprenant qu’elle accouchait d’un petit garçon, mais la vérité, c’est que les scénaristes sont bien plus tordus que ça. Ils lui font accoucher d’une petite fille morte-née.

Et on ne peut que se retrouver en plein deuil d’un personnage qui avait l’air très cool. Pauvre Grace. Elle a une vie terrible, quand même, entre Matthew, les radiations et cet accouchement super triste. Elle arrive malgré tout à rire de tout ça, parce que ce n’était qu’un rêve… Oui, d’accord, mais bon. Cette fin d’épisode sera marquante, parce qu’il n’y a pas pire que cette situation pour une maman. Je veux dire, cette grossesse a duré plus de neuf mois pour nous, en plus, alors on a vraiment eu l’occasion de la sentir.

On s’est imaginé un bébé, on s’est imaginé un joli futur… et on n’aura rien de ça. La série a toutefois juste raté un truc, qui nous aurait tous détruit encore plus : le bébé ne s’est pas zombifié tout de suite. M’enfin, à part ça… Quelle horreur cette fin d’épisode. Il n’y a pas de mots face à la mort d’un bébé, de toute manière.

 

Fear the Walking Dead – S06E11

Épisode 11 – The Holding – 18/20
Décidément, la série ne fait pas dans la dentelle depuis son retour et parvient à proposer des épisodes qui me ravissent vraiment du point de vue de ce qui est fait pour l’évolution globale des personnages, mais aussi de la série et des intrigues qu’elle propose. Je trouve que l’ensemble fonctionne vraiment bien à nouveau cette semaine, et pourtant, elle ne se concentre pas forcément sur mes personnages préférés.

Spoilers

Grâce aux informations de Dakota, une partie de nos héros peut enquêter plus précisément sur la menace qui faisait si peur à Ginny.

Then let’s not get caught.

Décidément, la série aime commencer ses épisodes par quelques mots-clés, mais là, je suis particulièrement dégoûté par la jolie scène de ce début d’épisode qui nous explique que les zombies peuvent servir d’engrais. Euh ? Je ne suis pas sûr que ce soit parfaitement saint et sans risque sanitaire cette affaire, mais ça semble donner lieu à une très jolie serre pleine de plantes.

En pleine épidémie de zombies, c’est plutôt cool. En plus, c’est tout un système super organisé que nous découvrons dans cet épisode, avec des poules, des animaux, un véritable restaurant qui est mis au point. Le tout se fait avec une jolie voix-off sur la vie, la mort, tout ça tout ça. C’est un podcast bien particulier qui tourne en boucle dans cet entrepôt.

Entrepôt ? Hum, Dakota nous a informé que c’était sous-terrain la semaine dernière, et ça se confirme vite quand une certaine Sabrina est chargée d’emmener de la nourriture à de nouveaux arrivants. Elle en est chargée par un homme qui lui demande si elle parvient à voir le monde comme Teddy, mais pas encore d’après elle. On en déduit rapidement que Teddy est le mec dont on entend la voix dans les haut-parleurs, alors que les nouveaux arrivants sont révélés être Wes, Al, Luciana et Alicia.

Outch. Ils vont clairement foutre la merde dans cet endroit qui est appelé « The Holding » et qui semble être une communauté bien organisée et franchement pas si mal. Le problème, c’est qu’en surface, The Holding a foutu la merde avec ses tags “The End is the Beginning”. A croire que toute société post-apocalyptique utopique a besoin d’être dystopique.

Bon, là, on a affaire à une secte en même temps, qui procède à un culte du Teddy, même si on ne sait pas encore qui il est. J’ai beaucoup aimé voir comment les entretiens étaient menés par l’homme du début d’épisode pour nous apprendre les règles de ce nouvel endroit proposé par la série où les zombies ne sont toujours pas des zombies, mais des « posters ».

Les réactions d’Alicia, Wes, Luciana et Alicia face à ce Holding qu’on leur vend comme un endroit inégalable valaient de l’or. Bien sûr, nos héros ne sont pas stupides et posent les bonnes questions pour comprendre les coulisses : ils veulent savoir d’où viennent les ressources, s’il est bien sain de manger de la nourriture nourrie elle-même aux zombies (plantes comme animaux) et si tout ça est bien sérieux.

Cela semble l’être, toutefois. L’homme leur révèle qu’ils ont l’intention de fermer définitivement les portes pour ne plus jamais aller à la surface, avant de leur faire passer un drôle de test, leur demande ce qu’ils voient, individuellement, devant un zombie glorifié en œuvre d’art dans leur bunker : un arbre pousse tout autour de ce zombie.

L’idée est simple : la fin peut être le début, comme Madison se sacrifiant pour qu’Alicia vive. La série en profite pour nous faire quelques rappels sympathiques sur l’existence de Nick (tellement dégoûté qu’il ne soit plus là) où les frères de Luciana, Al et Wes. C’est rigolo d’avoir tous un frère décédé ! Nos héros se retrouvent toutefois après ces longues phases de test et ils sont d’accord pour dire que tout ça cache inévitablement quelque chose.

Ils veulent en apprendre plus sur ce qui terrifiait Virginia et gagner la confiance de cette communauté pour cela… sauf que ce n’est pas si simple. En théorie. En pratique, en revanche… C’est simple : Wes retrouve Derek, qui est celui qui a peint la fresque qui intéressait tant Wes quelques instants plus tôt. Bon, Derek, c’est probablement le frère pas si décédé de Wes, et il est intéressant de voir ces deux personnages se retrouver.

J’ai l’impression que Wes mérite un meilleur développement depuis quelques épisodes, parce qu’on a l’habitude de le voir à l’arrière-plan sans trop savoir qui il est. Il a pourtant tout un passé, et ça se voit dans cet épisode où Luciana tente de lui rappeler qu’il n’est pas en sécurité pour autant. Après tout, Wes a été une victime collatérale de ce qu’ils ont fait à leur communauté, et ils ont aussi attaqué celle de Nora dans la tour. Il est donc clair que ce groupe aux allures pacifiques fait des ravages à la surface. Les héros de la série tentent de mieux comprendre tout ce qu’il se passe, mais ce n’est pas encore ça.

En plus, ils ne sont pas aidés par la situation où ils sont en permanence surveillés et interrompus par des gens du Holding, notamment Derek, forcément. Quand celui-ci est obligé de remonter à la surface, Al propose à Wes de fouiller les affaires de son frère pour en apprendre davantage.

Wes finit par trouver quelques plans de la CRM qui ne rassurent pas Al et me font me poser plein de questions sur l’univers de la série, mais aussi la confirmation que Derek savait très bien ce que faisait les hommes de son entrepôt sous-terrain. En fait, il les a aidés à détruire Tank Town, et maintenant, il peint sur les murs ce qu’il a aidé à détruire.

C’est particulier… Wes en profite pour confronter son frère et la scène est franchement intéressante, parce que l’un et l’autre sont persuadés d’avoir raison. Inévitablement, nous sommes du côté de Wes, parce qu’il est l’un des personnages que l’on connaît déjà et parce qu’il souligne que Derek a tué pas mal de gens en suivant son leader dont nous ne savons toujours rien, mais… je ne sais pas, il semble avoir vu la lumière pour de vrai le Derek.

Après, il a confirmé que le groupe lui avait sauvé la vie le jour où il a disparu et n’a plus jamais retrouvé Wes, j’imagine que ça doit jouer tout de même. Derek se laisse peu à peu convaincre que ce peut être une bonne idée de quitter cet endroit et de rejoindre Morgan, et l’argument qui joue en la faveur de Wes semble être la mort de Virginia. Elle a l’art et la manière de se faire des amis, celle-ci.

En tout cas, les deux frères décident de se barrer le plus discrètement possible, avec Alicia, Al et Luciana également. L’ascenseur n’est pas très discret pour autant, alors j’ai du mal à y croire. Alicia n’y croit pas tellement non plus au changement d’avis brutal de Derek. Concrètement, c’est évident qu’il est en train de les manipuler et qu’il les trompe, alors elle lui fout un bon coup de coude dès que les portes de l’ascenseur s’ouvrent vers l’extérieur et tente de se barrer avec son sac contenant tout ce dont elle a besoin pour faire tomber Holding.

Elle n’est pas conne, ce n’est pas nouveau. Pas de bol, Riley est là aussi, et il entend tout son plan. Forcément. La série ne met pas longtemps à nous confirmer que Derek continuait de bosser pour Riley et Teddy, mais aussi que c’est bien cette communauté qui a récupéré le matériel d’embaumement manquant il y a quelques épisodes. Leur torture est simple comme tout : ils veulent savoir où est Morgan Jones, et ils les embaumeront s’ils ne leur disent pas.

Embaumer ? Pour les empêcher de faire partie du cycle de la vie qu’ils construisent, bien sûr. C’est hyper perché, mais j’aime vraiment les détails apportés à la création de cette communauté ! Malheureusement, Derek est donc un traître qui n’hésite pas à s’en prendre à son frère et à demander qu’il soit le premier « torturé ». Cela permet tout de même à Wes de feindre passer de son côté, afin d’être apporté une fois de plus auprès du zombie-arbre pour voir la vérité que Derek affirme voir.

C’est parfaitement impossible de la voir, par contre. Derek est très con, en plus, parce qu’il reste seul avec Wes, sans la moindre surveillance. Il fait confiance à un frère qu’il menace de tuer ? Humph, non, ce ne peut pas être si simple la vie, désolé. Sans trop de surprise, Wes interroge à nouveau son frère pour savoir s’il savait qu’il était à Tank Town, et l’absence de réponse claire et honnête est plus révélatrice encore que la vérité.

Nous ne saurons pas qui étaient les traîtres de Tank Town, par contre, nous saurons que Wes n’hésite plus à s’en prendre à son frère. Il récupère son flingue comme il peut, la lutte nous le montre à deux doigts de se faire tuer par son frère et… Wes balance Derek contre le zombie qui n’hésite pas à le croquer, bien sûr. Un zombie comme élément décoratif, ce n’était pas une bonne idée, de toute manière. Un prisonnier laissé seul sans surveillance avec son frère, ce n’était pas non plus une bonne idée. Ils ne sont pas bien malins, en fait !

Derek se fait donc tuer par son frère, et la scène est horrible à voir, parce que bon, quand même, c’est son frère quoi ! Par contre, le coup de feu qu’il tire pour éviter que son frère ne devienne un zombie est à la fois compréhensible et très con : si le but est de ravager l’Holding, laisser un zombie se promener pendant que tout le monde dort, ça peut déjà être un bon point de départ…

En plus, le coup de feu fait qu’il n’a pas le temps de réfléchir à la suite de l’action. Il se précipite auprès de son groupe d’amies pour les aider à ne pas être embaumées et il prend en otage Riley pour s’en assurer. J’ai aimé son court échange avec Alicia, s’assurant à la fois de la mort de Derek et s’en excusant en même temps.

C’est vrai qu’à une époque, ils avaient une belle relation ces deux-là. C’était il y a tellement longtemps ! En tout cas, on enchaîne rapidement avec nos quatre héros devant quitter ce sous-terrain comme ils peuvent et passant pour cela par une salle pleine de zombies embaumés. Ils ont échappé de peu à quelque chose de bien horrible, dis donc, et Al s’assure qu’Isabelle est saine et sauve elle aussi quand elle voit une garde de la CRM parmi les zombies.

Cela ne plaît pas à Alicia qui n’est pas au courant d’Isabelle et qui fait demi-tour pour sauver in extremis Al, mais je ne m’attendais certainement pas à la suite où Alicia se la joue exactement comme Madison à une époque : elle veut rester en arrière pour tout cramer avec le liquide d’embaumement des zombies pendant que Luciana, Al et Wes fuient. Ce dernier n’est pas ravi à cette idée et moi non plus, parce qu’on nous affirme au passage qu’Alicia lui a transmis la torche du « on peut faire plus ». Alors bien sûr, on craint pour la vie d’Alicia, surtout que comme sa mère, elle est vue pour la dernière fois en train d’allumer un feu qui fera bien des dégâts.

On apprend ainsi dans les dernières scènes que Wes, Al et Luciana sont rentrés auprès de Morgan sans savoir si Alicia s’en était sortie, tellement le feu était gigantesque et dangereux – et partout. C’en est fini de l’Holding, mais il reste peu rassurant de savoir que cette communauté voulait mettre fin à la vie à la surface de la Terre pour pouvoir créer son renouveau, surtout qu’ils étaient à ça de fermer définitivement leur porte.

J’ai bien ri de cette fin d’épisode où tout le monde se demande comment la communauté peut connaître Morgan Jones alors qu’il y a toujours des putains de VHS partout dans la région où il présente son groupe, mais bon, j’imagine que l’idée est d’oublier tout ça. Maintenant le nouveau plan consiste à retrouver Alicia comme ils peuvent – et ils feraient mieux d’aller vite. Dakota avoue alors qu’elle souhaite aider, ce qui n’a aucun sens même si elle tente de le vendre bien, alors j’étais content de voir Morgan lui refuser cette proposition.

J’étais aussi content de voir Dwight prendre le temps de demander à Al comment elle allait et en savoir plus sur « beer lady ». Al veut désormais prévenir Isabelle de la fuite de documents CRM qui pourrait lui coûter gros… et j’ai déjà hâte de voir ce que donnera cet épisode. Non, vraiment, ce spin-off s’en tire bien mieux que la série-mère pour me donner envie de la continuer.

En effet, elle est tombée aux mains de leurs ennemis, et ils ont toujours pour plan de l’embaumer. Elle est heureusement assez forte pour s’en démerder toute seule. J’avoue avoir eu peur pour elle comme je n’avais pas eu peur depuis un moment – un autre épisode où elle était enterrée vivante d’ailleurs – mais elle finit par s’en tirer en utilisant la machine dont on voulait se servir sur elle.

C’est une survivante, on ne lui retirera jamais ça. Elle peut alors être confrontée à Teddy, et j’ai vraiment cru que la série allait nous ramener un personnage oublié depuis des plombes tellement du mystère était fait autour de son visage. Finalement, ce n’était pas dingue, on nous cachait juste qu’il s’agissait de John Glover, un acteur que je n’aime pas. Il a perdu son potentiel de méchant il y a des années, ce Lionel Luthor, désolé. J’ai déjà hâte de le voir mourir.

La fin de l’épisode est alors un peu trop bavarde, même si elle permet au moins de comprendre que Teddy souhaite se servir d’Alicia – reste à savoir comment. Au moins, ça lui assure la vie sauve.

 

 

Fear the Walking Dead – S06E10

Épisode 10 – Handle with Care – 17/20
J’ai beau ne pas aimer le personnage qui est au cœur de la narration de cet épisode, j’ai trouvé que l’ensemble fonctionnait plutôt bien. L’intrigue repart sur de nouveaux terrains et les prochaines histoires qui occuperont cette mi-saison se dessinent peu à peu. Cela fonctionne plutôt bien et je trouve que les scénaristes gèrent vraiment bien les conséquences de l’épisode précédent.

Spoilers

Daniel nous raconte une journée importante de la nouvelle communauté de Morgan accueillant les leaders des autres groupes alentours

.

Are we here again, Daniel?

Oui, je sais, j’ai pris un peu de retard, mais ce n’est pas bien grave, me voilà enfin pour voir cet épisode de reprise… Si je ne l’ai pas vu tout de suite, c’est parce que j’ai voulu profiter du soleil malgré la rentrée, mais aussi parce que l’épisode précédent terminait tellement bien tout ce qui était entamé que je ne suis pas bien sûr que ce soit une bonne idée de continuer la série. Cela ne peut qu’être décevant, non ?

Et la première scène semble vouloir me le confirmer, avec un focus sur Daniel nous balançant des mots sans rapport les uns avec les autres. Au secours, il va nous péter un câble dans l’épisode alors ? Heureusement, c’était mieux quand on a enchaîné sur la petite communauté de Morgan qui se met en place dans la joie et la bonne humeur. Une bonne musique et tout le monde qui se met à bosser ensemble, c’est top à voir. Par contre, je n’aime pas bien avoir Daniel interrogé par quelqu’un qui nous commente tout ça d’une voix off peu rassurante alors qu’il est derrière les barreaux d’une prison.

La série semble vouloir osciller entre le confort de cette communauté qui s’installe, avec aussi la relation Morgan/Grace, et l’incertitude sur l’avenir liée à cette franchise. Forcément. On est vite les témoins d’une réunion des différents chefs des clans de la région. Il est assez évident qu’on a là la constitution d’un nouveau G8, pour cette série uniquement.

Sarah est ainsi dans son clan – avec June qui s’excuse auprès de Morgan par son intermédiaire, Sherry est toujours là avec le MRAP, Victor est tout content de venir aussi. Bien sûr, c’est Morgan qui leur demande de venir, parce qu’il compte bien casser la bonne ambiance générale cette fois – même si Alicia s’assure aussi de le faire en partant en expédition avec Al pour ne pas voir Victor. Il leur explique en effet que Virginia lui a parlé d’une menace à laquelle ils vont devoir faire face, et autant le faire tous ensemble. La menace ? Les fameux types qui taguent les murs… je les avais presque oubliés depuis le temps !

Malheureusement, il va vite être interrompu par des contractions de Grace annoncé par Charlie. C’est assez intéressant, parce que Sarah contacte aussitôt June qui annonce revenir. Il lui faudra toutefois une bonne journée pour arriver, alors Morgan part aussitôt avec le MRAP à la recherche d’un matériel médical qu’il a préparé quelque part, pour le principe. Il se barre avec le rabbin, confiant à Daniel la direction de la communauté, avec pour mission de garder la paix en celle-ci.

Ce n’est toutefois pas gagné, surtout quand il est révélé que Dakota est invitée à assister à la réunion des différents personnages principaux de la série et des chefs de communauté parce qu’elle pourrait avoir eu des infos intéressantes de la part de Virginia. Mouais.

Au cours de la réunion, on découvre aussi que Sarah a encore de la rancœur envers Victor, mais Daniel rappelle à tout le monde de mettre derrière eux ce genre de rancune, pour se concentrer plutôt sur le futur. Il y a de quoi faire ; surtout que Dakota n’a pas vraiment d’informations pour eux. Elle leur explique juste, tout comme Luciana, qu’il est probable d’avoir un traître parmi eux, comme à Tank Town.

Super. Et alors que tout le monde s’engueule pour savoir qui peut être la taupe, de la dynamite explose soudainement juste derrière ce conciliabule. C’est hyper embêtant, parce que Luciana rappelle que ce qui est arrivé à Tank Town a commencé comme ça : un accident qui n’en était pas un et qui les a tous mis en danger. Forcément, avec le bruit de l’explosion, les zombies du coin débarquent aussitôt, alors que les soupçons sont à leur plus haut niveau. Daniel refuse de rendre les flingues… mais il se rend quand même à l’armurerie, avec Charlie qui passe par là comme hasard (humph, j’ai de moins en moins confiance en elle, merde). Bien sûr, il découvre aussitôt que l’armurerie est vidée de ses armes.

C’est con. Daniel décide aussitôt de transporter Grace loin de leur communauté, trouvant apparemment qu’elle serait plus en sécurité ailleurs que dans cette communauté avec un traître. Il envoie aussi Charlie avec elle pour la protéger, parce qu’il sait que ça risque de vite partir en vrille ensuite. Et il n’a pas tort, surtout que Charlie est une ancienne traîtresse, après tout.

Pour savoir qui a pu vider l’armurerie, Daniel a la drôle d’idée de faire entrer quelques zombies dans l’enceinte de leur communauté. Je n’aime pas tellement ça, parce qu’il met en danger nos héros pour pas grand-chose. C’est Dwight qui a le plus de mal à se débarrasser de son zombie alors qu’il a une hache et que Sarah avait une simple chaise par contre, et ça, c’est fou à voir. Il est heureusement sauvé de justesse par Victor qui utilise… un flingue.

Il est aussitôt soupçonné par Daniel d’être responsable des vols de l’armurerie… Autant dire que je n’y crois pas une seconde. Il a toujours été insupportable ce personnage, je ne dis pas, mais je ne vois pas pourquoi il ferait ça à ce moment-là, cela n’a pas trop de sens. Tout le monde a beau lui dire, Daniel refuse de les écouter. Il constate que les zombies s’accumulent à l’extérieur de la communauté, et il n’aime pas bien ça, alors il retourne interroger Victor, quand Sherry prend Charlie en grippe. Heureusement qu’elle n’est pas là.

J’ai aimé voir Daniel interroger Victor à nouveau, parce qu’il nous révèle qu’il a quand même quelques cicatrices de leur passé en commun, à commencer par une joue qui s’affaisse s’il ne porte pas une sorte de dentier ou prothèse. C’était sacrément bien pensé de la part des scénaristes, et ça m’a presque fait m’accrocher à ce personnage. Malgré tout, je continue de ne pas beaucoup l’aimer. Je ne pense pas qu’il puisse être le traître, même s’il finira derrière les barreaux et même s’il n’a jamais eu ma confiance depuis qu’Ofelia est morte (même avant ça d’ailleurs).

En tout cas, il est à deux doigts de nous tuer Victor lorsque le rabbin et Morgan reviennent à la communauté et n’hésitent pas à utiliser le MRAP pour nous débarrasser de tous les zombies. Cela fonctionne vachement bien, dis donc. Au moins, ça calme le suspense. Il reste toutefois à retrouver Grace – et c’est bien chiant parce qu’avant que Morgan ne retrouve Grace, on a droit à une longue scène entre Victor et Daniel. Et celle-là, elle ne servait pas à grand-chose.

J’ai largement préféré le suspense de savoir que Grace et Charlie n’étaient pas au bon endroit… et lorsque Grace répond enfin à la radio lorsque Morgan veut la contacter, on découvre en plus que les filles allaient vers les cavernes, comme il leur avait demandé, selon ce qu’elles disent. En parallèle, Daniel continue de nous commenter tout ce qu’on voit, et je n’aime pas du tout le personnage. Il est super chiant, et comme c’est lui qui nous narre tout cet épisode, il y a plein de longueurs qu’on aurait pu éviter et ces effets d’annonce à base de faux suspense parfaitement insupportables… pfiou. Cela me rappelait l’horrible saison 3 de 13 Reasons Why, et ce n’est jamais une bonne chose.

Comme l’épisode est de son point de vue, on ne sait pas exactement si Grace et Charlie mentent, en plus, c’est frustrant. Elles ont en tout cas une carte pour prouver ce qu’elles disent, et la situation de Daniel n’est pas exceptionnelle lorsque Luciana et Dwight retrouvent finalement les flingues de l’armurerie… dans les affaires de Daniel.

S’il clame son innocence, Daniel finit par reconnaître auprès de Morgan qu’il ne se sent pas si bien. La conclusion logique est qu’il devrait parler à quelqu’un, et ce quelqu’un s’avère être June. Oui, celle-ci est de retour, sans son chapeau et de manière trop humaine à mon goût, dans son rôle d’infirmière. Je la voyais plutôt parcourir les routes seule, moi. J’aime toutefois la retrouver comme ça à s’occuper de Daniel et à lui faire passer quelques tests.

Malheureusement, elle en arrive à la conclusion que son problème est plus psychologique qu’autre chose, alors elle ne peut pas tellement l’aider. Elle préfère retourner auprès des petites contractions de Grace qui ne la feront pas accoucher tout de suite, en assurant à Morgan que Daniel ne fait pas semblant. Malgré tout, il restera coincé en cage, hein.

Alors que Victor et Sherry prennent la décision de quitter (oh, Dwight qui lui dit au revoir, j’adore !) les lieux, Morgan prend le temps de leur annoncer qu’il a vu tout de même de nouveaux graffitis lors de son expédition. Suite à de nouvelles révélations de Dakota, tout le monde met au point un plan pour checker de nouveaux endroits et en apprendre plus sur leurs potentiels ennemis.

Je n’aime pas trop ça, parce que l’épisode se termine ainsi sur de nouvelles divisions de tous les personnages : et plus ils se séparent, plus on a des épisodes qui fonctionnent sur une qualité fluctuante, en mode un sur deux si je puis dire. Malgré tout, Luciana et Wes partent donc ensemble, Daniel fait ses adieux à Charlie et Morgan pour se rendre à Lawton avec Victor (dahell ?), Alicia et Al sont toujours dans leur coin (j’espère qu’elles auront un épisode !) et Sarah retourne auprès de son frère.

Cela fait beaucoup de mouvements et de scènes pour se dire au revoir… J’espère que ça mènera à de bonnes scènes par la suite ! On verra à partir de lundi prochain, j’imagine.

Fear the Walking Dead – S06E09

Épisode 9 – Things Left To Do – 20/20
Je ? Est-ce que c’était censé être la mi-saison ? OK, on n’a pas d’épisode la semaine prochaine, mais vraiment ça me paraît être une fin parfaite avant une très longue pause. C’est chiant ce covid qui détraque tout… mais je ne bouderai pas mon plaisir devant cet épisode qui était exceptionnellement bon et certainement très loin de ce que j’imaginais. Très, très loin. J’ai adoré à peu près chaque personnage et chaque twist de l’épisode, et c’est suffisamment rare avec cette franchise pour que ce soit souligné.

Spoilers

Le meurtre de John s’avère être le premier domino à tomber sur de nombreux autres juste derrière lui.

She’s not my sister, she’s my daughter.

J’ai vu beaucoup d’épisodes cette semaine, mais je stresse quand même à l’idée d’avoir seize hebdos encore la semaine prochaine… Par conséquent, j’en regarde un de plus, et en avance en plus : merci à AMC de diffuser toujours aussi tôt ses épisodes du dimanche soir. Je ne comprends vraiment pas l’idée de le rendre dispo en streaming avant la première diffusion, mais ça m’arrange, parce que j’ai plein d’épisodes qui s’entassent demain.

Le début de celui-ci est particulièrement poignant, et je regrette de ne pas l’avoir vu la semaine dernière, parce que cette scène où June enterre le corps de John est particulièrement prenante. Elle fait une sacrée tombe à elle toute seule par contre, c’est fou. Bien sûr, elle est sous surveillance alors qu’elle prépare la tombe de son mari, donc lorsqu’elle récupère le pistolet de celui-ci, c’est sans surprise qu’elle ne peut pas s’en servir pour tuer Virginia.

C’est dommage, ça aurait été plaisant à voir. A la place de ça, la série nous rappelle que June a décidé de sauver Ginny uniquement parce qu’elle lui parlait de Dakota, et ça commence à faire vraiment beaucoup à gérer pour June. Malgré tout, elle est toujours la prisonnière de Ginny et elle cherche encore à comprendre ce qu’il s’est passé dans la tête de Dakota.

Ginny assure qu’elle n’en sait rien, avant de ramener June dans la ville où elle a fait aligner chaque personnage important encore prisonnier de Ginny. Ils sont donc tous là à genou, à l’exception de Victor, qui joue les gardes et les lieutenants de Virginia, quoiqu’elle fasse à ses anciens amis. Daniel se prend donc un bon coup dans la gueule, et Victor ne bronche pas. Il reste de marbre quand Ginny menace aussi Daniel avec un flingue, puis s’en prend à tout le monde. Elle est sûre que quelqu’un est au courant de l’endroit où se planque Morgan, ou de la personne qui l’aide, et elle veut absolument que quelqu’un lui parle.

C’est d’une tristesse, parce qu’elle s’en prend aux mauvaises personnes, juste dans l’espoir de revoir Dakota. Elle décide donc de contacter Morgan pour faire du chantage. Malheureusement, Morgan ne semble pas écouter la radio pour une fois, et il ne peut pas lui répondre, même quand elle menace Grace, enceinte jusqu’au cou. Eh, ça se saurait si les femmes enceintes avaient une quelconque protection dans cette série.              

Par chance, Morgan débarque alors de lui-même en ville, sauvant de justesse Grace et ses amis d’un affront supplémentaire de Grace enfin Virginia. Il annonce à Ginny qu’elle n’a pas intérêt à le tuer si elle veut revoir sa sœur, permettant l’ouverture d’un dialogue entre les deux personnages, devant tout le monde. Clairement, Virginia ne s’attendait pas à ce retournement de situation et il lui assure qu’elle n’est pas au bout de ses peines.

Il a raison. Morgan s’amuse alors à balancer à tout le monde que Ginny a mis à mort Janice pour couvrir le meurtre commis par Dakota, et il éparpille aussitôt le doute parmi tous les fidèles de Ginny. Prise de panique, celle-ci tente de se tourner vers ses lieutenants les plus fidèles, pour s’assurer de survivre et garder le contrôle de la situation. Victor est donc censé tuer Daniel, mais il hésite lui aussi.

Victor reprend donc enfin son rôle de toujours : il révèle à Virginia qu’il n’a jamais été tout à fait sous ses ordres lorsqu’elle lui demandait de mettre sur pied une armée. Il n’a jamais abandonné et il reste largement loyal à ses amis de toujours. Alors, oui, il a créé une armée pour s’en prendre à Virginia, et ce depuis le début. C’est agréable de voir Ginny perdre tout son pouvoir comme ça, mais tant qu’elle n’est pas morte, je ne suis pas satisfait.

En plus, évidemment, elle a encore des hommes loyaux prêt à se battre pour elle… Ce qui la motive à tenter de s’en prendre à Victor. Ginny se fait donc tirer dessus par celui-ci, mais ce n’est toujours pas suffisant pour arrêter ce personnage increvable. Evidemment.

Dans la fusillade qui s’ensuit entre les différents groupes, elle prend Grace en otage et tout part en vrille beaucoup trop rapidement. Nos héros se retrouvent pris entre les balles de cette fusillade, galérant à s’en sortir. Daniel et Grace restent ainsi prisonniers des hommes de Ginny, de même que June, et vraiment, j’admire Grace qui reste une femme enceinte au milieu de tout ça, quoi.  Ses otages n’empêchent pas nos héros de s’en prendre encore à leurs ennemis, en tuant quelques-uns au passage.

Malheureusement, ils n’arrivent pas à empêcher une voiture d’emmener Daniel et Grace bien loin. Virginia est alors bloquée par Morgan lui-même qui avait prévu son point de chute derrière une voiture. Les tensions sont loin d’être apaisées pour autant : Victor veut voir Ginny mourir, mais avec ces otages dans l’équation, Morgan a plutôt envie d’être prudent. Ginny négocie ainsi sa vie auprès de Morgan qui refuse de la remettre à Victor et ses hommes. Il n’a pas envie d’être responsable de la mort de Grace, ni de ne plus jamais la revoir.

Bref, dans tout ça, Victor récupère la place de leader de Virginia et Morgan se retrouve à former une alliance avec cette connasse de Ginny, tout ça pour récupérer Grace. C’était une scène sacrément intense, tout de même, et ça m’énerve de voir Ginny s’en sortir une fois de plus. Elle n’a plus tellement de pouvoir par contre, mais elle se sert de ce qui lui reste assez intelligemment.

Coincée avec Morgan dans son repaire du début de saison, elle trouve encore le moyen de balancer à ses hommes où elle se trouve en les rassurant sur son état alors même qu’il a fait en sorte de lui laisser la vie, franchement. Il a même pris soin de nettoyer sa plaie, tout de même.

En revanche, il est content d’annoncer à Virginia qu’il a découvert qui avait réussi à le garder en vie en fin de saison précédente : Dakota, pour qu’il puisse tuer sa sœur. Elle refuse de le croire, jusqu’à ce qu’elle constate qu’il a bien une note écrite de la main de Dakota. Elle a pris trop de risque, elle, franchement.

Par contre, je suis rassuré, parce qu’il est révélé que Ginny n’aurait probablement eu aucun souci à tuer sa sœur si elle avait été sa sœur. Seulement voilà, Dakota est sa fille. Je l’ai vu venir directement quand elle a commencé sa réplique, mais je ne l’avais jamais trop envisagé avant. C’est pourtant un point essentiel de la narration de tout ce début de saison.

Une fois cette révélation faite, ce sont finalement les hommes de Sherry qui retrouvent en premier Morgan et Ginny. J’avais déjà oublié ce groupe masqué dans l’équation. Même si Virginia est blessée, Morgan décide de la faire courir sans ménagement pour monter dans une voiture qu’ils abandonnent au bord d’une route, pour mieux se dissimuler dans la forêt.

Il est ensuite obligé de se séparer de Ginny, qui tente de se mettre à l’abri comme elle peut. Quel plaisir de la voir souffrir ainsi après avoir canalisé notre haine tout ce temps ! La saison a fait un bon travail pour nous montrer son point de vue et, à vrai dire, elle aurait pu être l’héroïne de son propre spin-off et être à la tête d’un groupe que l’on adore. Bref, les scénaristes ont fait un bon travail sur le personnage ; mais je reste de ceux qui aimeraient la voir éliminée, histoire de ne pas se retrouver avec une rédemption qu’elle ne peut pas avoir avec ces personnages.

Malgré tout, elle a toujours des otages, alors je ne veux pas qu’elle meure trop vite, et je ne suis pas le seul. Morgan empêche finalement Sherry de la tuer quand elle la retrouve – et qu’elle la sauve d’un zombie, tout de même. Il finit même par s’attaquer à elle quand Sherry ne lâche pas l’affaire (mais n’ose pas tuer Virginia pour autant). Vexée, Sherry balance à Morgan qu’il est pire que Virginia et je crois que dans le fond, elle n’a pas tort ; il est pire que Ginny pour elle. Pour elle, mais pas forcément pour le reste du monde, c’est déjà ça. Morgan se fait donc clairement un clan d’ennemis, mais ça lui permet de s’enfuir avec Ginny, sans que Sherry ne dise rien pour ses hommes en train de la chercher.

On retrouve ensuite Ginny et Morgan dans les bois, et ils ne sont plus stressés par le fait que les hommes du groupe de Sherry soient toujours à leur poursuite. C’était un peu gros, mais ça permet d’aborder à nouveau le point de vue de Ginny, notamment par rapport à Dakota. Les scènes entre ces deux-là sont vraiment intéressantes et je suis surpris de voir que l’épisode est si génial, parce que pour l’instant aucune scène ne m’a blasé cette semaine. Bon, je préférerais que Ginny soit morte, par contre, mais à part ça, c’est fou comme c’est un bon épisode. Ginny propose évidemment à Morgan de s’enfuir loin, et de le faire avec Dakota tant qu’à faire, mais elle n’en a toujours pas envie.

Il la ramène malgré tout au barrage, ce qui m’a paru être un faux mouvement énorme. Un personnage comme ça, tu le gardes loin d’un lieu censé rester secret… Enfin, il ne l’est plus vraiment, car tout le monde est plus ou moins au courant de son existence à force. Ainsi, Alicia, Al et Dwight forment le comité d’accueil, et ils ne sont pas du tout ravis de revoir Ginny. Elle non plus d’ailleurs, parce qu’elle pensait que Dwight et Al étaient désormais des zombies. Je trouve ça naze de leur part de griller cette couverture d’ailleurs, mais bon, elle ne pouvait pas durer éternellement.

A l’intérieur du barrage, le refuge a vraiment de la gueule maintenant par contre ; ils ont même un potager et surtout une Église. Enfin, un début d’Église. Qui sert de prison pour Dakota. Mieux que rien. Bien sûr, Ginny n’a même pas encore mis les pieds dans le refuge que tout le monde est contre son arrivée, ce qui fait que les conversations sur son sort vont bon train. Pour ne rien arragner, Al indique par radio, depuis son poste de surveillance, que Victor est là, et qu’il n’est pas venu seul : il a ses rangers, mais aussi le groupe de Sherry. C’est que ça commence à faire beaucoup de monde d’un coup, tous aux ordres de Victor pour une raison ou une autre.

Victor est là pour réclamer justice – et une vraie justice, pas celle de Virginia. Alicia propose de parler avec Victor pour tenter de calmer le jeu quand il est rapidement évident que Morgan et Victor sont dans une impasse, voulant des choses trop différentes. Cependant, Ginny accepte finalement de se rendre, en échange d’une protection pour sa fille : elle veut avoir la certitude que Dakota restera vivre avec eux, dans ce refuge. Ce n’est pas évident à accepter puisqu’elle a tué John, mais ils semblent prêts à le faire.

Cela dit, Virginia accepte donc la mort, mais pas la torture qui précède. Elle veut bien libérer Grace et Daniel, en échange d’un meurtre propre et rapide, par Morgan lui-même. C’est bien tout ça, mais c’est quelque peu long en bavardages tout de même étant donné la situation (pour la série, c’est en revanche express). Ginny perd tout bien rapidement dans cet épisode, et elle me fait presque de la peine quand elle sort du barrage pour faire face à son exécution, et à Victor rejoint par Sherry.

Morgan explique donc qu’il n’a pas vraiment eu le choix d’accepter ses conditions et qu’il sera celui qui tuera Ginny. Ce n’est pas idéal, mais tout le monde semble s’en contenter, bizarrement. Je m’attendais à une balle dans la tête, ce qui serait tout de même plus simple dans cette situation, mais les scénaristes ont le sens du spectacle : Ginny devra être décapitée par Morgan, devant tout le monde.

J’ai trouvé drôlement intéressant de voir Dwight et Althea détourner le regard, alors que Morgan hésitait, et on comprend alors que ce n’est pas tellement le sens du spectacle qu’ont les scénaristes. Cette hésitation de Morgan fait qu’une ou deux fois il brandit la hache pour lui couper la tête, sans y parvenir. Finalement, Morgan la torture autant que ce qu’elle ne voulait pas et elle m’a fait tellement de peine à vouloir mourir comme ça et stresser de voir que Morgan n’y arrivait pas, menaçant donc de la remettre à Victor ou Sherry.

Un peu comme dans la série-mère (spoilers, au cas où) avec Negan et Rick, Morgan prend finalement la décision de laisser Ginny en vie, parce que ce n’est pas comme ça qu’il veut que la paix commence entre les différents groupes. Arf. Pas le sens du spectacle, juste celui du suspense et l’impossibilité de proposer cette scène avec un fusil. Morgan prend donc la décision de ne pas la tuer, mais en plus de la ramener à l’intérieur de son refuge pour qu’elle puisse balancer la vérité. C’est gros, franchement.

Et il respecte en plus sa promesse : il force Virginia à dire la vérité. La scène est prenante : Dakota est donc prisonnière dans l’église, qui est un bien joli décor tout de même. Par contre, c’est pas terrible pour une future Église de servir de prison. Bref, Ginny révèle donc la vérité : elle a tué ses parents, oui, mais pas ceux de Dakota. Il s’agissait des grands-parents de Dakota, finalement. Cette révélation ne change pas grand-chose pour les deux meurtrières, si ce n’est que Dakota en arrive à avoir un nouveau grief contre Ginny : elle a voulu la mettre au monde dans un monde de merde, et ce n’est pas cool.

J’ai bien ri. Finalement, la série nous réunit enfin tout le casting devant le barrage, et on dirait vraiment une fin de saison – mais j’imagine qu’il s’agissait de la mi-saison, tout simplement. Morgan propose à tout le monde de laisser vivre Ginny pour qu’elle vive avec sa culpabilité. Il met donc une hache dans un rocher, et c’est fait pour marquer la paix : il n’y aura pas de meurtre ici, et Ginny restera en vie. Ce n’est pas assez pour Sherry, mais elle se laisse convaincre par Dwight qui veut qu’elle se calme, puis par Victor : Ginny a fait assez de mal comme ça, et la culpabilité la rongera à vie.

Morgan en arrive donc à proposer à tout le monde de commencer à vivre pour de bon, et il accueille tous ceux qui sont prêts à respecter ses règles et ses lois à l’intérieur de son refuge. June descend de son cheval pour les rejoindre, avec le chapeau de John, mais Victor, lui, s’y refuse. Il repart ainsi, alors que Sarah, le rabbin dont j’avais oublié l’existence (mais qui débarque avec une dernière lettre de John) et surtout Grace peuvent venir saluer Morgan. Quel plaisir de voir Grace et Morgan ensemble dans un câlin tout choupi. C’est improbable… et un peu flippant aussi : ils restent un temps en-dehors des limites du barrage, et ça m’a fait peur, je sentais la douille.

L’épisode ne peut pas se terminer si bien ? On dirait non plus une fin de saison, mais une fin de série. Je veux dire les personnages sont dans une paix relative et tout va bien pour tout le monde, à part peut-être pour Dwight, parce que sa femme ne se sent pas prête à vivre paisiblement dans ce refuge.

Elle n’est pas encore en paix avec elle-même, même si elle a compris en visant Ginny plus tôt dans l’épisode qu’elle n’était pas prête à être une meurtrière. Elle est dans un entre-deux qui fait qu’elle ne reste pas avec Dwight.

Alicia prend également le temps de parler à Victor, pour tenter de le ramener à la raison. Elle a envie de le voir rester avec eux, mais lui insiste pour dire que tout n’est pas réglé. Virginia levait une armée pour une raison, et cette raison existe encore. Le cliffhanger paraît donc être Victor partant à l’aventure en tant que ranger ayant toujours l’autorité sur un certain nombre d’hommes.

Finalement, il reste encore un peu de temps pour l’épisode : Ginny se réveille donc à l’intérieur de l’Eglise où l’on découvre que June a pris soin de la soigner de sa blessure par balle du début d’épisode (la balle était encore là tout ce temps, oui) et de lui sauver une deuxième fois la vie. Les héros de la série décident donc de soigner Ginny et de la libérer pour qu’elle parte vivre loin, très loin de tout ça, avec Dakota, en plus. Un bien joli happy end.

Dans cette série ? Aha, la douille, on la voit venir à des kilomètres. Je ne l’ai pas senti quand June a annoncé qu’elle allait changer les bandages de Ginny. Elle était là pour se venger, c’est sûr, et je ne comprends pas comment Morgan et Alicia peuvent ne pas l’avoir vu et l’avoir laissée avec Ginny. Au départ, on dirait vraiment que June est d’une force incroyable et a surmonté ses envies de vengeance, mais June veut quand même savoir si cette mère savait ce dont son enfant était capable quand elle la protégeait coûte que coûte tout ce temps.

Et évidemment, Ginny savait et Ginny a menti en début d’épisode à ce sujet-là. Elle n’aurait pas dû, car June révèle alors avoir le flingue qui a servi à tuer John. C’est bien beau pour June d’être une mère compréhensive qui a tout fait pour sa fille au point d’être responsable de la mort de tout son premier groupe, mais elle le faisait pour protéger Rose qui était innocente. Dakota n’est pas exactement une innocente, alors oui, June accepte la punition du Karma qui fait que l’être qu’elle aime meure à cause d’une mère protégeant son enfant…

Cependant, elle n’accepte pas du tout l’idée que Ginny protégeait une meurtrière. Et alors même qu’elle semblait avoir accepté la survie de Ginny et le souhait de John de voir enfin le sang arrêter de couler, June nous tue Ginny d’une balle dans la tête, d’un coup, comme ça, sans lui laisser vraiment le temps de protester et alors que Ginny était sûre de s’en être tirée en vie malgré tous les ennemis qu’elle avait. Wow.

Quelle jouissance de voir cette scène. June ne peut par contre pas rester vivre dans cette communauté et c’était triste. Elle se barre donc la tête haute, sans personne pour l’arrêter, et Dakota peut trouver sa mère morte. Quelle fin ! Wow. Cela aurait fait une bien jolie mi-saison par rapport à ce qu’on a eu, franchement…

Et aussi, il faut bien le dire, je trouve que ça aurait été une fin parfaite pour la série car je ne l’imagine pas avoir autre chose qu’une fin ouverte. Là, l’ouverture est bien : nous avons un barrage où les personnages vont construire un refuge et quelques électrons libres partant vers de nouvelles aventures sans qu’on ne sache précisément ce qui les attendra.

Ce n’est toutefois pas le cas, la série reviendra dans deux semaines… mais elle va avoir du mal à proposer mieux que cet épisode, par contre, je crois vraiment qu’il s’agissait d’un des meilleurs de la série – si ce n’est le meilleur ?