Ce soir sur TF1, Emergence

Salut les sériephiles,

Cet article aurait dû être publié hier, mais suite à un énième bug de WordPress (parce que j’arrive au bout des données en stockage gratuit de leur serveur), il ne s’est carrément pas enregistré. J’en avais encore un brouillon sur Word, heureusement, et c’est un mal pour un bien, parce qu’il est question de la soirée de ce soir de toute manière. J’ai un peu retravaillé l’article, et le voici.

En effet, ce soir, TF1 lance sa « nouvelle série événement », comme chaque fois qu’ils tentent de diffuser une nouvelle série, donc. Il s’agit cette fois d’Emergence, quelques mois seulement après sa diffusion aux États-Unis (en septembre dernier). Les efforts sont faits de la part de TF1 pour réduire le temps d’attente. Cela pourrait toujours être fait plus rapidement à mon goût (et on en a les moyens techniques, Netflix l’a prouvé), mais c’est une bonne nouvelle. En revanche, qui dit diffusion française dit overdose avec trois épisodes d’un coup.

Résultat de recherche d'images pour "emergence pilot"

Que raconte la série ? Un avion s’écrase en pleine nuit sur une plage et attire l’attention de toute la ville voisine. Jo, shérif de la ville, rencontre alors une petite fille amnésique sur la plage et se retrouve plongée dans une affaire mystérieuse qui la dépasse – avec une bonne dose de SF.

Ce que j’en pense… Je n’en ai vu que deux épisodes, et TF1 en balance trois ce soir, je sais donc quoi faire de ma journée ! Très honnêtement, ces deux premiers épisodes sont sympathiques, même s’ils ne révolutionnent pas un genre que l’on a déjà vu des centaines de fois. Le gros avantage de la série, à mon sens, est qu’elle ne traîne pas trop à apporter des réponses… mais du coup, c’en est presque trop rapide par moment.

Bref, ça se laisse regarder, ça fait bien son travail de divertissement, mais ça ne m’a pas donné envie de poursuivre en la suivant à la semaine. Maintenant qu’elle débarque sur TF1, je pense que je vais essayer de la voir quand même, pour garder mon titre de sériephile… Je la conseille aux fans de séries, mais vraiment, elle n’a rien de révolutionnaire !

Résultat de recherche d'images pour "emergence pilot"

Saison 2 ou pas ? C’est bien beau de se bouffer trois épisodes par semaine tous les mercredis soirs sur TF1, mais est-ce que ça vaut vraiment le coup de s’investir dans une histoire comme ça ? La réponse est… je ne sais pas ! Les audiences américaines ne sont pas terribles et ont eu tendance à baisser épisode après épisode. Ce n’est donc pas très bien parti pour la série, mais il y a tout de même un mais, de taille : la série n’est pas encore officiellement annulée.

Habituellement, les dirigeants d’ABC (la chaîne en question) n’hésitent pas à annuler avant même la fin de diffusion de saison. Là, le doute subsiste, même si aucun épisode supplémentaire n’a été commandé. Quant à ceux qui ont fini la saison, Laura m’a dit que les principales réponses étaient données, mais qu’en même temps, ça donnait envie d’avoir la suite de l’histoire. C’est donc à suivre à vos risques et périls !

« Bof, cette série… Je fais quoi ce soir ? » Si la série ne vous plaît pas et que vous voulez quand même consacrer votre soirée aux séries, je ne peux faire qu’un peu de pub pour le podcast 42 minutes, auquel je vais à nouveau participer. Il y a deux semaines, on avait évoqué le cas d’Emergence parmi les pilots vus pour la saison 2019-20.

Ce soir à 21h, il sera question de ces séries qu’on regarde ou qu’on a regardé alors que les premiers épisodes n’étaient pas dingues (et la suite non plus, d’ailleurs). C’est encore un podcast qui sent bon la bienveillance, le respect, la gentillesse… ou pas, donc. Je me demande si on me force à participer juste pour que ce ne soit pas trop violent une fois à l’antenne. Allez, si ça vous tente, ce sera par-là :

Peu importe ce que vous choisirez, j’espère que vous passerez une bonne soirée 😉

Preview – S01E08

Épisode 8 – #Crashtest – 20/20
La fin de saison (série ?) avait encore quelques rebondissements en réserve, et c’est tant mieux. Preview s’achève sur une très belle réflexion de ce qu’est Youtube aujourd’hui et semble même avoir anticipé la fin d’année 2018 lors de son tournage, preuve de la qualité et cohérence globale de la websérie. Une belle découverte, que je recommande vivement, aux sériephiles comme aux simples utilisateurs de Youtube.

Saison 1


Tu peux tout arrêter, si tu veux.

Et voilà, c’est le dernier épisode de la saison… Je suis prêt à me faire retourner le cerveau une dernière fois, alors que c’est justement ce qui vient d’arriver à Arthur. Quant à Alice, elle se précipite pour retrouver Ben dans les loges de la salle de conférence. Elle découvre ainsi avec surprise que tout le flux vidéo de son portable (enfin, ce n’est pas le sien pour le coup, puisque c’est Arthur qui a le sien) est enregistré par Ben qui n’hésite pas à l’observer.

Cependant, tout le suspense repose sur la décision d’Arthur d’utiliser ou non Preview dans cet épisode : s’il l’utilise, Ben pourra prouver à Youtube que son invention vaut de l’or, s’il ne l’utilise pas, Arthur se retrouvera sans vidéo à présenter au public – la vidéo avec le public qu’il doit normalement tourner. Le fera-t-il ? Rien n’est sûr : il suffit de dire bonjour pour être accueilli avec plein d’applaudissements, donc peut-être qu’il n’en a pas besoin.

Alice a soudainement de grands espoirs en Arthur, espérant qu’il pourra résister. Sur scène, Arthur, lui, est paumé : il demande donc à tout le monde d’activer la géolocalisation pour… utiliser Preview. Ouep, il utilise le téléphone d’Alice et son fond d’écran licorne pour que Preview scanne l’ensemble des commentaires de sa chaîne, histoire de savoir quoi faire comme prochaine vidéo avec tout le public.

On sent directement la galère arriver : Arthur est ainsi mis face à ses neuf mois de commentaires horribles et Alice n’approuve pas du tout cette utilisation de l’algorithme. Ben est ravi, lui, parce qu’il voit le nombre de personnes regardant le live augmenter et passer à 200 000 personnes. C’est sûr que c’est un succès pour lui, mais l’analyse terminée est sans appel : « supprime ta chaîne ».

C’est problématique et pas si vendeur selon Alice : comment vendre à Youtube un outil qui propose de supprimer la chaîne. En plus, elle a aussi peur qu’Arthur ne soit en train d’en révéler trop sur Preview, même si Ben mise sur la naïveté du public qui peut très bien croire à un montage extrêmement bien fait.

Alice comprend d’un coup le problème de Ben, et de Preview : c’est bien beau de vouloir satisfaire les gens quoiqu’il arrive et « sous prétexte que ça marche », mais si c’est pour finalement proposer « la même merde » partout, ce ne peut qu’être voué à l’échec. Une histoire assez classique de what you need is not what you want, donc (ce dont tu as besoin n’est pas ce dont tu veux). J’adore la manière dont ça se met en place dans ce dernier épisode : la révélation est bonne, les mots n’y vont pas par quatre chemin et ça fait aussi réfléchir à ce qu’est Youtube. La série tombe d’autant plus juste que toute cette fin est exactement ce qu’il s’est passé avec le Youtube Rewind 2018 : à trop vouloir satisfaire tous les commentaires, ceux en charge de cette vidéo nous ont pondu une bouse où l’on sent pourtant le budget de dingue. Et quand je dis bouse, il n’a fallu que quelques jours pour qu’elle soit une des vidéos les plus dislikées de la plateforme.

Toute la réflexion est excellente, mais il n’empêche que pendant ce temps-là, Arthur envisage bel et bien de supprimer sa chaîne, devant cette fois 300 00 personnes – et une salle de conférence qui n’a pas du tout envie qu’il la supprime. De son côté, Alice devient de plus en plus suspicieuse de Ben maintenant qu’elle a compris qu’il se plantait dans ce qu’il voulait. Elle lui prend donc son ordinateur et découvre que David aussi était espionné par Preview. En fait, tout le monde était observé à son insu, histoire de connaître les réactions de chacun et d’analyser précisément ce que tout le monde voulait – d’où les challenges bidons des dernières vidéos.

Ben a changé en cours l’algorithme pour le perfectionner, et à vouloir satisfaire tout le monde, il a créé un outil qui ne satisfait personne. Pire, elle découvre que c’est lui qui a cramé les Lego de David. Et il est assez con pour s’être laissé filmer en train de le faire par une des caméras que Preview observait. Cela donne une arme à Alice qui n’hésite pas à s’en servir. Ainsi, elle projette la destruction des Lego par Ben, ce que David voit devant sa télévision et qu’Arthur voit sur sa scène.

Aussitôt, David se précipite et galère à entrer dans la salle de conférence, ce qui est finalement une bonne chose. En effet, Ben devient sacrément violent et agresse Alice, alors que la vidéo de lui brulant les Lego est projetée. David s’en rend compte et lui vient en aide, permettant l’un des meilleurs échanges de répliques de la série, entre David et Ben. Cela dit, c’est Alice qui prend finalement les choses en main avec un bon coup de genou dans l’entrejambe de David, comme ça, c’est fait.

Arthur a été arrêté dans sa suppression de chaîne par la projection des vidéos de Ben détruisant les Lego, puis de tous les flux vidéos de Preview concernant Arthur, mais il n’empêche qu’il est toujours sur scène et a une décision à prendre. Alice appelle donc Arthur et elle tente de lui redonner confiance en lui, lui expliquant que les premières vidéos de la semaine sont bien les siennes. Il a utilisé un algorithme, certes, mais pour les créer, il a utilisé sa propre inspiration ; notamment celle sur le cinéma. En d’autres termes, Preview ne voyait pas le futur, c’est Arthur lui-même qui recréait ce qu’il pensait être le futur. C’est joliment trouvé.

Bon, après, Arthur au téléphone, c’est du grand n’importe quoi : il est quand même sur scène et c’est un peu gros que personne ne le hue pour ça – en même temps, ils sont tous à regarder le flot d’images à l’écran, je sais. Alice parvient à lui dire d’être honnête… et de révéler en live l’existence de Preview, persuadée que les gens lui pardonneront.

Un technicien arrête enfin le flux de Preview et Arthur se retrouve à devoir prendre LA décision de cette fin de saison : faut-il révéler la vérité ? Sa décision est que non. Bim. Arthur qu’on nous présentait comme plutôt honnête en début de saison prend donc la décision de mentir sur scène et de parler d’un vaste prank. Le public semble ravi d’apprendre que son craquage aurait été une mise en scène et que tout était fait pour la blague. Youtube, quoi.

Il force donc Alice à monter sur scène à son tour pour participer au gros mensonge ; et elle n’a pas vraiment le choix d’accepter. Elle voulait jouer la carte de la sincérité, mais Arthur lui explique que ça ne fonctionne pas sur Youtube… qui n’est donc qu’un monde d’apparence. Et le public est heureux en plus.

David débarque à son tour et obtient son heure de gloire, alors qu’Arthur annonce carrément qu’il est en couple avec Alice, pour mieux faire passer la pilule de son mensonge – et affirmant à Alice qu’ils pourront faire une vidéo de rupture si ça ne lui plaît pas. Autrement dit, Arthur comprend parfaitement que pour atteindre son happy end, il lui faut déformer la réalité pour plaire à son public.

La conclusion laisse à réfléchir quand même, puisque David demande si Preview est bien. Arthur et Alice sont catégoriques à dire que non… mais Arthur ne peut s’empêcher d’ajouter : « mais ça marche ». Comme toute bonne œuvre de science-fiction, cette websérie pose donc une excellente question et se termine sur une fin ouverte, tout en ayant résolu l’ensemble des intrigues. Elle est géniale, tout simple.

EN BREF – Si le premier épisode m’avait plu, il m’avait laissé un peu sceptique sur la direction que pourrait prendre la série. Finalement, l’ensemble de cette saison s’avère hyper solide et avait des messages clairs à délivrer. Toutes les réflexions sur les attentes du public et sur Youtube en général sont on ne peut plus d’actualités et cette fin de saison semble même avoir prédit l’échec du Youtube Rewind, pas du tout disponible au moment de l’écriture et du tournage. Un grand chapeau bas à toute l’équipe qui propose donc là une excellente websérie.

La fin est suffisamment fermée pour faire office de dernier épisode de série, mais une saison 2 pourrait être envisageable. Je surveillerais tout ça : si elle a lieu, je serai au rendez-vous parce qu’il y a de quoi faire avec le déploiement à venir de Preview (puisqu’Arthur a décidé de ne rien dire), mais je comprendrais aussi s’ils s’arrêtent là, car les messages sont passés. Quoiqu’ils décident, je suis donc satisfait ! En trois mots comme en cent : une belle découverte !

Saison 1

Preview – S01E07

Épisode 7 – #MeetUp – 17/20
Après la révélation de l’épisode précédent, il n’est pas étonnant de voir que cet épisode apporte beaucoup des réponses que l’on attendait depuis le début. Cette websérie m’aura bien baladé et j’ai hâte de voir le dernier épisode de la saison, car celui-ci donne envie et s’arrête trop brutalement. Vite, vite, soyons samedi prochain !

Saison 1


J’regarde pas trop la télé, vous savez ?

Avant même de commencer l’épisode, je suis dégoûté : il ne dure que 11 minutes, qu’on me donne les trois minutes manquantes, je sens qu’elles vont me… manquer ! Bon, allez, trêve de blabla, l’épisode commence et je suis directement à fond dedans et dans la convention Video Touch 2018 qui va commencer. C’est malin pour un épisode diffusé en 2019, ça.

Le début d’épisode et le problème à régler est assez simple : on est le lendemain, la vidéo a disparu et ça inquiète Arthur qui met évidemment ça sur le dos de Ben. Alice, elle cherche juste à gagner du temps, persuadé qu’il va de toute manière gagner le défi et qu’ils pourront alors s’occuper du problème Preview. Oui, mais ce serait trop simple.

Forcément, Alice gagne ainsi le défi… de très peu, mais elle le gagne quand même. Arthur est dégoûté et Alice complétement paumée : son plan prévoyait qu’il gagnait et elle se retrouve à devoir gérer un succès nouveau. Pendant ce temps, Arthur cherche désespérément Ben pour le confronter à propos de Preview. Il essaye de récupérer le portable d’Alice – et le vole sous son regard un brin énervé.

Alice est donc emmenée pour une interview télévisée complétement abusée (ah, les journalistes tv qui ne connaissent rien au monde de Youtube, c’est aussi cliché que véridique, je crois) et elle tombe sur Ben, lui aussi énervé. Oui, parce qu’effectivement, le plan de base était qu’Arthur gagne, pour qu’il se remotive à faire des vidéos et utilise Preview. Alice avait donc pour mission d’observer Arthur dans son activité et de le faire gagner le défi, mais elle est quand même inquiète pour cette histoire de Lego. Seulement, cela fait cinq ans qu’Alice et Ben travaillent ensemble pour changer le visage de Youtube, ce n’est pas maintenant que la chercheuse va tout abandonner. Ils veulent que la plateforme comprenne l’efficacité de Preview et l’achète, pour la proposer à tout un tas de Youtubeurs… et donc se faire eux-mêmes du fric.

Ben missionne de nouveau Alice juste avant son interview en direct. Dans les allées de la convention, Arthur est hyper sollicité par ses fans, mais il aperçoit David et cherche à lui parler. Sans trop de surprise, ce dernier refuse catégoriquement de lui adresser la parole, mais Arthur n’a pas le temps d’insister : il reçoit un SMS de Ben sur le portable d’Alice, puis une Preview où il découvre qu’elle va révéler l’existence de Preview à la télévision – parce qu’il est toujours persuadé que l’intelligence artificielle prévoit le futur.

Oui, mais non : Ben a bien sûr court-circuité l’algorithme pour qu’Arthur débarque sur la Grande scène, trois minutes plus tard. Là, il lui révèle qu’Alice bosse pour lui et qu’il n’a pas du tout l’intention de rendre Preview public. Bien au contraire, il veut que Youtube le déploie en secret pour en assurer le succès : si tout le monde est au courant de son existence, alors ça ne fonctionnera pas sur le public. En revanche, si c’est secret…

Allez, Ben a tout du méchant, et ça fonctionne très bien. Il révèle qu’Alice savait où placer le trophée et donc que Preview ne prévoit pas du tout le futur. En fait, l’annonce qu’elle fait en fin d’interview, c’est qu’elle laisse sa place pour la conférence à Arthur, parce qu’il est un super ami qui a refusé de faire une vidéo pour l’aider elle.

Une chose est sûre, elle n’est pas une bonne amie, elle, parce qu’Arthur se retrouve en pleine conférence improvisée et Ben lui explique qu’il n’a qu’à se servir de Preview pour savoir quoi faire. C’est beau. Il doit tourner une dernière vidéo… qui sera celle du dernier épisode, bien sûr. Vivement !

Saison 1

Preview – S01E06

Épisode 6 – #Prank – 19/20
OULA. Sans qu’on ne s’en rende vraiment compte, cette fois, le rythme de la série s’accélère. On voit bien que la fin de saison approche bien trop, et je suis complétement perplexe sur ce qu’elle va bien pouvoir nous proposer après un tel épisode qui a déjà réussi à me berner comme un bleu. Ben mince, je suis limite vexé, d’habitude, je vois ce genre de choses avant que ça ne se produise. Mon cerveau est un mauvais preview !

Saison 1


Y a que moi qui tombe jamais sur la bonne personne quand une porte s’ouvre ?

Quel plaisir de revenir voir cet épisode avec juste assez de retard pour qu’il soit numéro 23 des tendances Youtube. C’est la classe quand même. Nous sommes le lendemain de l’épisode précédent et ça commence sur un bon moment de silence, pour une bonne raison, car l’appartement d’Arthur est bien vide depuis qu’Alice s’est barrée avec Ben. C’est un peu frustrant de ne pas avoir eu toutes les infos, mais quelques sms sans réponse suffisent : Ben est un agent qui fournit du matériel vidéo à Alice et Arthur a passé une bonne partie de la nuit à attendre de ses nouvelles sans en avoir. Tristesse.

Arthur est donc logiquement en pleine déprime (décidément, c’est un état constant chez lui le pauvre) car Alice est silencieuse depuis la veille. En plus, Ben lui fournit assez de matériel pour qu’elle ne vienne pas chez Arthur monter la vidéo et l’état de manque est clairement en train de s’installer chez lui. Oh, bien sûr, quand Preview l’interroge sur cette déprime, Arthur dit s’inquiéter pour Alice car il trouve Ben louche, mais personne n’est dupe, pas même l’intelligence artificielle qui sait reconnaître un baiser quand elle en voit un.

Preview conseille alors à Arthur de se venger du prank d’Alice de la veille, puisque c’est ce que les abonnés veulent voir. Il lui calcule donc un petit quelque chose qui consiste tout simplement à faire une bonne blague à Alice en incrustant Ruthar dans sa prochaine vidéo. Le problème, c’est qu’Arthur ne sait pas où elle vit et qu’elle ne compte pas venir faire son montage chez lui.

Par chance, le fan d’Alice débarque chez Arthur, et il lui fournit son adresse comme si de rien n’était puisqu’il la stalke suffisamment pour savoir précisément où elle habite. Flippé par ce fan, Arthur lui explique donc qu’Alice a déménagé précipitamment à Bordeaux – eh, où ça que j’aille la voir ?! – et lui filme le costume de Spiderman, « dédicacé » par Alice… c’est-à-dire par Arthur. Bref, il se débarrasse vite fait bien fait du fan et comme ça, c’est fait.

Arthur filme donc en caméra caché en se rendant chez Alice où il tombe évidemment sur Ben, qui squatte l’appartement parce que c’est ce que font tous les agents, n’est-ce pas ? Alice n’est pas là, car elle filme une partie de sa vidéo, et Arthur improvise une bien mauvaise excuse pour endormir Ben pendant qu’il hacke le logiciel de montage d’Alice.

Je ne sais pas lequel des deux se montre le plus louche dans l’affaire : le soi-disant agent d’Alice ou Arthur qui tente désespérément d’être discret en hackant la vidéo d’Alice et en incrustant Ruthar sur le montage. C’est plutôt sympa comme idée de base, même si niveau réalisation, je me demande comment ça fonctionne. La technique m’échappe un peu trop, malgré l’explication chuchoté par Arthur quand il se débarrasse trente secondes de l’agent.

Quant à Ben, il explique à Arthur que l’agence New Media, la sienne, a bien envie qu’Alice se sépare de lui et vole de ses propres ailes ; car grandir dans l’ombre d’Arthur n’est pas génial pour sa propre communauté à elle, et ça la bride créativement parlant. Ca, c’est fait, et c’est tout sur caméra. Merveilleux.

Le soir, Arthur retrouve Alice à l’hôtel pour la convention mettant fin au défi… sauf qu’elle est extrêmement énervée après lui : Arthur a hacké sa vidéo, certes, mais il a surtout laissé la partie où Ben la fait passer pour une profiteuse, ce qu’elle n’est pas. Arthur s’excuse comme il peut et tente surtout de lui ouvrir les yeux sur Ben et sur New Media, qui sent bon l’agence de com toute pétée et inexistante : elle n’est pas sur Google, génial pour une agence de com, et Ben Lemaire (grosse inspiration pour le nom du personnage quand on a eu Benoît Lemaire comme acteur au premier épisode, on est sur la lignée habituelle de l’humour bien méta là) non plus.

Alors qu’Alice se montre sceptique, Arthur utilise donc Preview pour retrouver Ben dans une autre vidéo Youtube. Et grâce à ça, il découvre que le logiciel Preview est carrément créé par Ben. Il y a encore pire : sur la vidéo, il y a Alice. Bien sûr, ça, Arthur ne le voit pas, mais elle, si. Et alors qu’on s’imagine qu’elle va être flippée par la nouvelle à peu près autant que nous pauvres spectateurs bernés, elle se débarrasse d’Arthur qui va lui chercher à boire. Elle s’en débarrasse ? Bien sûr, pour pouvoir supprimer tranquillement la vidéo avec un code administrateur Youtube. Oh putain la…

Non, ben OK, là ça franchement, je ne l’avais pas vu venir du tout, mon petit cerveau est complétement retourné… HELP !

Saison 1