The Magicians: Alice’s story

Salut les sériephiles, et salut les lecteurs,

The Magicians: Alice's Story Original Graphic Novel : Sturges, Lilah, Bak, Pius, Grossman, Lev: Amazon.fr: LivresOn est le 21 janvier, il est peut-être temps de parler un peu de lecture pour 2022, non ? On va commencer soft avec des comics, ça se lit vite. En théorie.

En pratique, le tome dont je vais parler ce soir est un petit poids lourd et était beaucoup plus long à lire que ce que j’imaginais. Et c’est tant mieux, parce qu’il traite d’un univers que je n’ai jamais envie de quitter une fois dedans : celui de The Magicians.

Je sais que j’en parle beaucoup sur le blog en ce moment, mais c’est que je suis fan et que la série me manque, et mes lectures des romans aussi. Maintenant que tout est terminé, j’ai envie de plus !

Voir aussi : 24 heures après la fin de The Magicians

Une bande-dessinée pas si originale ?

Comme l’indique le titre, j’ai donc reçu à Noël le comic Alice’s story et je l’ai dévoré à la première occasion, bien curieux de voir ce qu’allait donner cette bande-dessinée centrée sur Alice. J’ai plein de choses à en dire, inévitablement. Et il n’y a pas que du positif, qu’on ne m’accuse pas d’être totalement vendu. Du côté du négatif, histoire d’évacuer tout de suite mon plus gros problème, j’ai été déçu de me rendre compte que cette bande-dessinée ne racontait pas exactement ce que j’imaginais.

The Magicians: Alice's Story by Lev Grossman

Rien de bien nouveau dans ces pages

Je pensais en effet, pour avoir aperçu la première page en numérique, que ces comics se concentraient sur l’enfance du personnage d’Alice. Ce n’est finalement pas le cas du tout : grosso modo, on nous retrace uniquement l’histoire du personnage telle qu’elle est écrite dans les romans – et même pas l’ensemble en plus. C’est donc plutôt une bonne chose pour les personnes qui veulent découvrir les romans sans avoir à les lire : vous avez tout le tome 1 sous format BD, et ça va quand même plus vite à lire.

Voir aussi : The Magicians de Lev Grossman (tome 1)

Story Samples - Devil \~\ Multifandom - WattpadPourquoi il faut le lire  alors ?

Une fois la déception passée, et j’ai assez vite compris ce qu’il allait en être, j’ai pu savourer à sa juste valeur ce livre. Que ce soit en roman, en série ou en bande-dessinée : j’adore. Vraiment. Beaucoup, beaucoup. La série est peut-être un peu en-deçà car la saison 1 n’est pas toujours exceptionnelle, mais l’histoire en elle-même est prenante.

uNE VARIATION DE PLUS pour cette saga

Comme je venais de revoir la série (allez, article sur la saison 3 ce week-end), en plus, je m’embrouillais à nouveau dans la chronologie qui est différente selon les versions, ce qui fait que j’attendais certaines scènes au mauvais moment et que j’étais surpris ensuite de voir que je m’étais planté. Oui, je ne connais toujours pas par cœur la saga, contrairement à ce qu’on pourrait penser.

The Magicians: Alice's Story - Graphic Novel Review - EverywhereLe gros point positif, par ailleurs, était de découvrir les personnages tels que l’auteur se les imaginait – car ils respectent les descriptions des romans plus que les apparences des acteurs. Alors certes Quentin ressemble à ce qu’il est dans la série, mais redécouvrir que Penny est un punk n’a pas de prix. Et bordel, quel choix génial ils ont fait en le castant dans la série !

Outre les personnages, on découvre aussi les lieux, notamment Brakebills ou des parties de Fillory. C’était intéressant, parce que ça mettait des images sur tout un tas de scènes, me rappelant aussi que je les avais lus dans un parc ensoleillé du côté de Bordeaux. C’est très particulier, c’est une sensation que je n’avais pas eu depuis un moment d’avoir ce genre de flashbacks de lecture. Merci donc à la géniale personne qui m’a offert ce comic… et qui lira probablement ces lignes 🙂

Voir aussi : J’ai revu la saison 1 de The Magicians (et c’est mieux que dans mon souvenir)

“If there’s a single lesson that life teaches us, it’s that wishing doesn’t make it so.”

The Magicians – Alice Quinn – Ressurected Characters | Tell-Tale TVPour le reste, ça se lit donc tout seul, on tourne les pages sans s’en rendre compte. L’histoire n’a rien de bien original, mais il est intéressant d’avoir la vision d’Alice sur certains gros événements marquants du tome 1. Le parti pris est intéressant pour développer des bouts de l’histoire ou des scènes sur lesquelles on n’avait jamais vraiment eu d’explications limpides, notamment concernant sa relation avec le personnage de Penny.

Elle restait avant lecture un personnage mystérieux et difficile à cerner – et c’est quand même bien mieux après. L’air de rien, la bande-dessinée nous éclaire également un peu sur la période qu’elle passe post tome 1 (spoiler : quand elle est un Niffin, puisque c’est de là qu’elle nous raconte tout ça en « voix-off » de ces comics).

The Magicians: Alice's Story by Lev GrossmanBref, je suis bien content d’avoir dans bibliothèque cette bande-dessinée. C’est quand même plus rapide à lire que le tome 1, même si j’aurais aussi aimé que Lev Grossman développe une nouvelle histoire autour du personnage d’Alice. Les dessins sont tops et mettent en image des choses que je n’avais pu qu’imaginer jusque-là.

Voir aussi : Toutes mes critiques sur la série

Je conseille donc cette version comics à tous les fans de la série, à tous ceux qui veulent découvrir l’histoire de roman sans forcément le lire et grosso modo, à tout le monde en fait, parce que c’est un univers vraiment top. Le Harry Potter pour adultes (non), tout ça, tout ça.

Résultats du Bingo Séries #56

Salut les sériephiles,

Est-ce que vous êtes prêts pour le fail du mois – ou même de l’année ? Eh bien, vous avez tort. Je suis dépité de mon score, mais ce n’est pas un fail total puisque j’atteins tout de même la moyenne à la dernière grille du Bingo Séries. J’ai bien cru que ça n’allait pas le faire et pas un d’entre vous n’a souhaité me troquer quoique ce soit quand j’en ai parlé sur Twitter. Ah, ça donne envie de prendre de son temps pour créer des grilles, ça, je vous le dis !

Plus concrètement, c’est peut-être aussi un peu ma faute, j’aurais pu faire un effort pour demander plus directement ce dont j’avais besoin. M’enfin quand même. Bref, voici donc le résultat en mode disette de ce qu’a donné cette 56e grille :

Automnal (3/4)

C’est là que j’ai pu rafler le plus de points sans la moindre difficulté : j’ai eu un paysage automnal en tirant un peu sur la définition de ce que c’est dans NCIS… Et j’ai eu la masse de dindes et de vent qui souffle : pour la dinde, j’ai eu de quoi manger dans Grey’s ou Station 19 et un joli dessin qui n’avait rien à faire là dans Dollface. Pour le vent, c’est cette dernière série qui m’a bien aidé aussi, même si j’ai aussi eu ce qu’il fallait dès mon premier épisode de The Walking Dead ce mois-ci. Bref, j’avais de quoi troquer des points difficiles, mais non.

Moyen-âge (0/4)

C’est très violent, et ça faisait une éternité que ça n’était pas arrivé : je n’ai pas marqué le moindre point dans cette catégorie ! J’hallucine, surtout que je ne m’en étais pas rendu compte avant : je pensais trouver quelque chose dans mes séries de zombies, mais j’en ai peu regardé, ou dans Manifest. En vain. Quelle tristesse.

Canapé (3/4)

Voilà un thème déjà beaucoup plus simple et qui vient me sauver les stats de cet article. Ouf ! Des canapés, il y en avait un peu partout de Walking Dead à Dollface en passant par NCIS Hawai’i. Par contre, je n’ai vu personne en déplacer. Je crois que je n’ai pas été assez attentif en même temps, et je suis à peu près sûr qu’il y en a un qui a dû bouger dans la série de zombies… Mais à défaut d’avoir fait attention écoutez, tant pis pour moi. Cela n’aurait pas changé grand-chose.

Comics (2/4)

La galère, la galère. Ironiquement, j’ai encore eu un des points que je pensais les plus difficiles à avoir : la bulle de BD à l’écran. Dollface était le pari gagnant ce mois-ci pour avoir des points ! En revanche, personne n’a lu de comics… Je pense bien avoir laissé passer des références, mais sans certitude. Quant à la série inspirée de comics, j’ai de quoi faire là aussi, mais on va dire que j’ai validé avec Lucifer pour citer une série de plus.

Actions (4/4)

Ouf ! Un thème complet, ENFIN. Et bizarrement, c’est celui des actions qui n’est pas habituellement le plus simple. Du côté des vêtements, j’ai beaucoup de choses aux couleurs automnales, donc je me suis habillé de mes meilleurs habits marrons avant de me poser face à mon écran et à mon meuble TV décoré de feuilles mortes et marrons en ce moment. À fond dedans, je ne fais pas les choses à moitié comme avec cette grille, écoutez. Voir un épisode sans être sur son canapé, c’était un peu étrange, mais bon, pourquoi pas : je me suis assis par terre et j’ai mangé sur mes genoux pour regarder Walker. Pourquoi pas ? Les comics ? Buffy, évidemment… D’ailleurs, je crois que j’ai la fin de l’arc qui m’attend pour vous sortir un article dessus. Enfin, j’ai aussi tenté de rendre au Moyen-âge ce qui était à la modernité, et ça donne un article pas bien passionnant sur Riverdale.

Voilà qui me mène péniblement au score terrible de 12/20. Ce doit être mon plus mauvais à date… Et pourtant, la grille ne me semblait pas si difficile : il y a clairement des points que j’aurais dû avoir. Tant pis, écoutez.

Wynd : Le Secret des ailes #6-10 (et le bilan du mois de la BD, aussi)

Salut les lecteurs,

Wynd #7 - Book Two: The Secret of the Wings (Issue)Ouais, je sais, le Mois de la BD est terminé depuis sept jours, mais j’ai totalement oublié de venir vous parler de ma dernière lecture… ce ne devait pas être la dernière pourtant ! Quelques journées compliquées plus tard, je n’ai rien pu lire la dernière semaine et demi, ce qui fait que mon bilan est plus mitigé que d’habitude. Beaucoup plus, même. En effet, malgré ma relecture du tome 1 et ma lecture du tome 2 de Wynd, je n’arrive même pas à 100 points cette année.

Voir aussi : La fuite du prince (Livre 1)

Je termine mon Mois de la BD avec 91 points en tout, ce qui est une bonne moyenne, mais qui est aussi un brin frustrant. J’ai pourtant validé bien des points avec la catégorie LGBT puisque Wynd y va à fond la caisse sur le sujet, mais ça n’aura pas suffi… Il faut dire qu’avec des numéros de 49 pages, ce comic a eu tendance à bien se moquer de moi ! Je lui pardonne tout cela dit, car j’ai aimé ce tome 2. Attention, il y a quelques spoilers inévitables sur le tome 1 ci-dessous.

Wynd – Tome 2 (numéro 6 à 10)

undefinedLaissez-moi commencer par dire que tout ça est beaucoup trop court ! Nous quittions Wynd sur la révélation que des ailes avaient poussé dans son dos, et je trouvais ça génial de voir ses pouvoirs se développer si rapidement. La vitesse n’est jamais décevante dans cette série et ça continue à toute vitesse au cours de ces numéros. En effet, en quelques pages, Wynd devient un véritable moyen de transport à part entière pour ses alliés, mais découvre aussi de nouvelles capacités dans les dernières pages, capacités qui l’arrangent bien.

Sur le plan romantique, tout ça est beaucoup trop rushé également : le baiser final tombe comme un cheveu sur la soupe, car je n’ai pas l’impression que les sentiments puissent être réciproques. Ce sera à développer au cours d’un tome 3 annoncé pour 2022. Je suis bien content de son existence car l’histoire est loin d’être terminée, mais l’attente est longue, je trouve ! Pas comme l’attente des réconciliations entre les personnages lors des disputes…

Wynd #8 ReviewsL’histoire ? La mythologie des différents royaumes et des quatre vents est à nouveau beaucoup développée ici. L’équilibre a encore du mal à se faire, avec de longues expositions assurées par un seul personnage au détriment du développement des personnages. C’est parfois un peu frustrant de ne pas en savoir plus sur eux, mais de devoir digérer toute l’histoire de la contrée en cinq pages. C’est un problème que j’avais déjà eu sur le tome 1 ; mais une fois encore ce n’était pas si dérangeant. Là, j’espère un meilleur équilibre pour la suite, surtout que les moments d’action sont tops, mais pas toujours hyper lisibles (sans texte, d’ailleurs) du point de vue des dessins. Il faudrait réduire la mythologie et offrir plus de cases pour l’action. Franchement, si je devais vraiment en faire une critique négative, ce serait celle-ci…

Wynd #10 (Cover A Dialynas) from Wynd by James TynionIv published by Boom!  Studios @ ForbiddenPlanet.com - UK and Worldwide Cult Entertainment  MegastoreEn attendant, il était cool d’assister au développement de la mythologie et des différents groupes existant. Le voyage nous permet d’en savoir plus sur les vampires et fées du royaume, et je trouve la réécriture des différents groupes assez bien senties et intelligentes. Les répliques font parfois mouche avec un bon humour, et à nouveau, on sent une intelligence de l’écriture, c’est cool.

Pour le reste, le côté LGBT est toujours très mis en avant, parfois peut-être un peu trop… mais je ne vais pas m’en plaindre, ça fait une chouette représentation et c’est toujours plaisant de voir que c’est possible de proposer des histoires avec des héros gays sans que l’homosexualité soit la chose la plus intéressante les concernant. Ainsi, je vais continuer de recommander cette lecture, c’est très sympa et désormais, on a le tome 1 qui est sorti en France, donc plus personne n’a d’excuse pour ne pas au moins tenter de lire tout ça !

Is Buffy slaying the multiverse now? (#LMBD2021)

Salut les sériephiles,

Oui, le titre est en anglais, mais j’écris en français… Comme Buffy le dit si bien :

buffy the vampire slayer deal with it gif | WiffleGif

Nous ne sommes que jeudi, mais j’ai déjà de bonnes nouvelles concernant mon avancée dans le challenge Mois de la BD : j’ai terminé de rattraper tout mon retard dans le reboot de Buffy… C’était bien plus rapide que je ne le pensais, mais c’est parce que j’avais pas mal de trajets en train. Et pourtant, j’avais aussi pas mal de copies à corriger, comme quoi, tout est faisable. Bref, on n’est pas là pour que je raconte ma vie, mais pour que je fasse un point sur les numéros 23 à 29 de Buffy – avec aussi un hors série sur Giles.

Voir aussi les critiques des autres numéros : #1 #2 #3 #4 | #5 #6-8 | #9-12 | #13-17 | #18-22 #23

Buffy the Vampire Slayer #24 - (EU) Comics by comiXologyEt comment dire ? J’ai mis beaucoup de temps à me replonger dans l’univers de ces comics, malgré une relecture d’un numéro dont j’avais à peu près tout oublié. J’ai toujours un énorme problème : je ne distingue pas certains personnages entre eux, notamment Anya/Buffy. C’est un problème qui pouvait parfois se produire dans la série (notamment en début de saison 6 quand elles ont la même couleur de cheveux, mais bon, Anya, ça changeait tous les trois épisodes), mais je trouve ça vraiment dérangeant en dessin. Dans le même genre, je suis incapable de reconnaître Cordelia ou de faire la distinction entre d’autres personnages féminins.

Il faut dire qu’il y a un milliard de personnages féminins et qu’elles sont toutes hyper anorexiques avec ces dessins. C’est gênant comme tout pour une série rebootée qui se veut ouverte d’esprit. L’ouverture d’esprit, on l’avait au départ avec les couples, mais même ça est mis de côté dans ces numéros. Après, je ne peux pas m’en plaindre non plus : c’est plutôt réjouissant de ne pas avoir à se taper 150 scènes de doutes amoureux et de relations mièvres… mais tout de même, une bonne partie de ce qui fait le cœur de Buffy n’est plus là dans ces comics.

Cependant, les comics ont réussi à m’accrocher par moments dans ma lecture, notamment lors d’une scène bien particulière où – SPOILERS – Faith devient une meurtrière… de vampire. Comme dans la série, elle a son intrigue pour tourner mal, mais cette fois-ci, j’ai vraiment de la peine pour elle : elle tourne mal en tuant Xander, sauf que Xander est un vampire et qu’elle n’a pas tout à fait tort de le faire.

Buffy The Vampire Slayer Kills a Classic Scooby Gang Member - Again

La scène était assez choquante par contre, c’était vraiment osé de leur part. Je ne m’attendais pas à le voir disparaître comme ça, sous les yeux d’une Willow légèrement partie en cacahuète plus vite que dans notre univers.

marianna ignazzi Tumblr posts - Tumbral.comParce que oui, ça y est, ils osent basculer dans le multivers. On savait déjà qu’on se dirigeait vers là grâce aux comics Angel & Spike, mais cette fois-ci, c’est une réalité : il est confirmé que le reboot n’est qu’une branche d’un univers parallèle où nos héros vivent en 2021 au lieu de 1996. Euh. Soit. On ne va pas poser trop de questions, ça se fait avec des références sympa à la série et une absence de crevettes qui m’a fait sourire sous mon masque dans le RER.

Il n’empêche que ce multivers soulève un tas de questions. Buffy se les pose, mais ses doutes sont trop noyés sous la masse de personnages et de pseudo-révélations (Morgan ou la mère de Giles, ça va trop loin). On en oublie certains personnages pendant des numéros entiers (mais qui sont ces gens ?) et je n’arrive plus vraiment à suivre où on en sont chacun, pas aidé par des évolutions qui ne prennent pas le temps d’être développées et que l’on devine même si elles sont éclipsées.

La rédemption de Willow, franchement, elle est bâclée et je ne suis toujours pas sûr d’avoir tout capté – le deuil de Xander est-il censé être réglé ? Tout va si vite ! Même Growly, c’est mignon, mais c’est tellement rushé ! Et puis… C’est bien gentil de nous faire un multivers, mais passer d’un univers à l’autre en tournant simplement la page sans qu’on ne nous dise où on est n’aide pas à tout comprendre du premier coup. Oui, il y a des comics que j’ai relus déjà. Je ne les compte pas une deuxième fois pour le challenge, mais je devrais franchement.

buffy comics | Explore Tumblr Posts and Blogs | Tumgir

Et malgré tout, je me connais, je vais continuer la série, parce que le cliffhanger du numéro 29 (spoilers) est sympathique avec Silas sentant nos héros se rendant comme ils peuvent chez Anya pour échapper à la mère de Giles et à Faith – en laissant une Kendra aussi paumée que moi derrière.

Le one-shot sur Giles ? La couverture nous le révélant en vampire me faisait un peu peur et j’avais l’impression d’être spoilé… mais finalement, Boom Studios a décidé d’exploiter le multivers à fond. Nous sommes donc dans une autre réalité pour ce spin-off, et les personnages – Buffy, Xander, Willow – se la jouent à 100% comme les scénaristes de What if ? en imaginant ce qu’il se passerait si Giles était un vampire. C’est l’occasion de mentionner Tara et d’explorer vraiment le cœur des personnages… et au fond, c’est exactement ce qu’il manque au reste du reboot !

Buffy the Vampire Slayer: Tea Time No.1 - Comics de comiXology: WebIl n’y a que quatre personnages dans ce comics, et chacun a l’occasion d’imaginer un monde où Giles deviendrait vampire. C’était un vrai plaisir à lire, parce que c’est l’une des rares fois où j’avais vraiment l’impression de retrouver l’univers de la série, avec des querelles amicales entre Willow et Xander et la sensibilité du personnage de Buffy vraiment exploitée comme il le fallait. Il s’agissait malheureusement d’un one-shot, à la fin sympathique. Il vaut le coup, mais les dessins ne sont pas exceptionnels non plus.

Ah, j’oubliais : impossible de mettre la main sur « Conversation with (vexing) dead people ». Je suis un peu déçu… mais bon, ce ne sont jamais que dix pages bonus, je m’en remettrais, j’imagine.

Et du côté du challenge ? Je suis super déçu : je pensais vraiment marquer un tas de points « couple » et « LGBT », mais finalement, cette plongée dans le multivers nous éloigne vraiment des intrigues personnelles au profit d’une intrigue plus large pas toujours très claire. Après, j’avoue que je me suis validé des points « chiens » pour les créatures accompagnant Silas, le nouveau grand-méchant, parce que ce sont TOTALEMENT des chiens de chasse. Juste, ils sont magiques et géants.

MangaYeh: Buffy the Vampire Slayer Teases Multiverse With a Surprising Villain Behind It

C’est parti en vrille, mais les personnages n’en oublient pas de lire, heureusement, et puis, quand même, ça fait huit comics de moins de 50 pages. Je prends ! Cela me fait donc un total de 68 points en milieu de mois… Oui, mes lectures de la semaine rapportaient 18 points, bien moins qu’avec Korra la semaine dernière, mais pas si mal quand même.

Bon, et j’ai inversé un peu l’ordre de ma PAL, mais je m’attaque maintenant à ma relecture de Wynd. J’ai hâte… et je vais marquer plein de points « LGBT » là au moins. C’est le jour parfait pour reprendre : le dixième numéro est sorti hier, donc je vais pouvoir lire les dix d’un coup. Je vous en reparle vite !