La saison 12 de Buffy

Salut les sériephiles,

Je ne sais pas comment je vais me contenter de 500 mots aujourd’hui, parce que je vais vous parler, comme le titre vous l’a déjà annoncé, de la fin de Buffy. Et sans revenir sur tout mon historique avec Buffy ni sur tous les articles que j’ai déjà publié sur le sujet, je pense que beaucoup savent que c’est une série que je place très, très haut dans ma liste de séries préférées. Au-delà du fait que j’adore la série, c’est aussi Buffy qui m’a remis le pied à l’étrier pour la lecture de comics, et depuis le premier tome de la saison 8, j’en ai lu des comics. Des Buffy, mais pas que, puisque je me suis remis aux X-Men et à toutes sortes de Marvel, comme vous le savez.

Related imageCe n’est toutefois pas le sujet, parce que bon, je pourrais écrire des pages là-dessus, mais non, je suis là pour évoquer la « saison » 12, qui ne faisait que quatre comics ; ce que je considère un peu comme un seul épisode de la série. Est-ce que j’ai aimé ? Beaucoup plus que la saison 11 qui ne m’avait pas convaincu. Cela dit, on passe aux spoilers, à vos risques et périls !

La saison 12 commence un an après la saison 11 et si c’est top d’enfin tourner une page où le message politique n’était pas des plus subtils, j’ai trouvé dommage certains raccourcis pris dans le scénario, notamment autour du personnage de Giles ou concernant la relation Dawn/Xander (eh ! Je vous ai dit, spoilers, arrêtez de lire si vous ne voulez pas découvrir des choses comme ça) et, disons, le fruit de leur relation. Très vite, je me suis rendu compte qu’on était bien sur la fin de toute une saga : on reprend comme en début de saison 9 avec une fête réunissant tout le Scooby gang… et la fête s’élargit quand Angel, toujours accompagné d’Illyria, débarque à son tour, porteur de mauvaises nouvelles.

Tout le premier tome est donc constitué d’énormes raccourcis et j’aurais aimé que ce soit un peu plus développé, même si le rythme est bon et mène à la révélation que le big bad de cette saison raccourcie sera le frère jumeau de Fray. C’était franchement excitant de retomber sur cette intrigue, parce que moi, j’ai adoré l’histoire de Fray. Il n’empêche que c’est un peu déroutant si on n’a pas pris le temps de se consacrer à ce futur, et ça, malgré une excursion là-bas en saison 8.

Image result for buffy season 12

Très vite, les retrouvailles des gentils sont interrompus par des retrouvailles avec beaucoup de méchants, notamment le maire Wilkins ou Wolfram & Hart. Bon, il faut bien le dire, côté scénario, ils ont recasé tous les persos qu’ils pouvaient et ce n’était pas toujours super réussi. Là où ça a fait carton plein, c’est lorsqu’un détour par le futur nous a révélé une Harmony encore en vie. Non seulement, c’était inévitable, mais en plus, il n’y avait pas meilleur personnage pour porter autant de mauvaises nouvelles : elle raconte à Buffy la manière dont la série est censée bien mal se terminer, lorsqu’elle amènera seule tous les démons en Enfer et y restera.

Au passage, plusieurs questions qu’on se traine depuis 11 ans sont résolues, à commencer par la raison pour laquelle Willow est devenue méchante et a voulu se faire tuer par Buffy dans ce futur en saison 8 (la raison est toute simple : elle culpabilise de l’avoir envoyée en Enfer). C’est expéditif, mais on nous annonce un bien mauvais futur immédiat – rien de surprenant : la base de la mythologie de Fray, c’est qu’il n’y a plus eu de Tueuses depuis des siècles.

Le fait que le jumeau de Fray possède tous les souvenirs des Tueuses n’aide pas non plus nos affaires : nos héros se retrouvent à devoir changer ce que leur ennemi sait déjà s’être passé et leur plan est un échec total. On arrive alors à un méchant qui s’arrange pour récupérer le pouvoir de toutes les Tueuses, sauf Buffy, quand Willow utilise un sort pour rendre Buffy plus puissante – sort qui retire tout le pouvoir aux potentielles. C’est expéditif, mais ça passe beaucoup mieux.

Image result for buffy season 12

Bien sûr, il aurait mieux fait de s’abstenir : dans sa soif de pouvoir, le vampire aide à tuer quelques méchants, dont le maire (mais on aura au moins eu des retrouvailles sympas et attendues avec Faith !) avant de virer complétement dingue à cause du pouvoir des Tueuses qu’un homme ne peut posséder. Une fois de plus, c’est jouer sur les mots et la mythologie, mais ça passe bien. C’est juste dommage qu’au passage Illyria se sacrifie.

La conclusion est rapide aussi, malheureusement, et peut-être un peu moins complète qu’en saison 11 où j’ai l’impression qu’on voyait plus Dawn et Xander. Ici, la fin s’arrange pour nous expliquer que le futur est complétement réécrit, sans s’embarrasser de quelques paradoxes. Fray et sa sœur restent dans notre présent un moment, puis se rendent dans le futur où elles sont accueillies par des Tueuses. Le futur a beaucoup changé, inévitablement, puisque les Tueuses ont toujours été là. On a la base d’un spin-off, clairement, et une petite facilité de se débarrasser de ce futur – idéal pour un reboot qui serait un spin-off ?

Image result for buffy season 12Dans le présent, Buffy et Faith deviennent policières, un bon clin d’œil à la saison 3 et une facilité de plus, justifiant une dernière fête pour tout le Scooby Gang. Angel reprend ses bonnes habitudes et se morfond (à cause d’Illyria) tout en décidant cette fois de rester auprès de Buffy (en tant qu’ami, on se calme). Spike ? Egalement un ami pour Buffy. Je pense qu’on a tous compris désormais qu’on ne saura jamais la vraie conclusion de ce débat qui déchire les fans – mais ce n’est pas l’important après tout.

L’important, c’est que Dark Horse n’a plus la licence pour produire d’autres comics Buffy – et ça tombe juste avant l’annonce du reboot, comme par hasard !

Une note d’espoir tout de même : le courrier des fans finit sur la promesse d’un avenir pour le Buffyverse en comics. Je me demande quelle forme il prendra et quel personnage il mettra en avant, et encore plus dans combien de temps ce sera.

En attendant, il va falloir faire avec un monde sans Buffy, et ça, ça veut juste dire que je vais me remettre à lire les anciens comics ou revoir des épisodes.

Free Comics Book Day

Salut les sériephiles !

Image result for marvel trash

Après un bon mois d’articles hebdomadaires sur le Marvel Cinematic Universe, il est temps de revenir à mes bonnes habitudes de consacrer le samedi aux comics (ce que je n’ai jamais arrêté théoriquement puisque le MCU, c’est l’adaptation de comics), et ça tombe plutôt bien parce que c’est un week-end particulier pour les fans de comics. En effet, aujourd’hui, c’est le Free Comics Book Day. Si je le traduis littéralement : le Jour des Comics gratuits. Vous voyez en quoi c’est particulier et important, je pense.

Chaque année, le premier samedi de mai est consacré à la distribution gratuite de comics. C’est tout simplement un geste promotionnel des gros de l’industrie, mais c’est un geste qui me plaît beaucoup. Tout a commencé en 2001 quand Joe Field a suggéré l’idée dans un magazine sur les comics et que ça beaucoup plu. Forcément.

Image result for spiderman
Les gens après lecture de l’article

Comment est-ce que c’est rentable ? Facile ! Les comics distribués constituent souvent des extraits permettant d’entrer dans l’univers d’une longue série en cours ou de proposer quelques pages pour en vendre une qui débute. Les fans comme vous et moi se font avoir en prenant ce qui est gratuit et en ayant parfois quelques coups de cœur. Me concernant, c’est avec une opération commerciale de ce genre que j’avais découvert et adoré Mosaic, même si la série s’est malheureusement cassé la gueule assez vite faute d’achat.

Bon, bien sûr, ce ne sont que des tous petits comics qui sont distribués gratuitement, mais il y a également pas mal de promotions sur des plus grosses séries, donc le premier samedi de mai est un jour à retenir pour tous les fans de comics et pour tous ceux qui voudraient commencer une série. En France, on peut compter sur les Free Comics au format numérique disponibles sur les sites internet des grosses maisons d’édition (ou sur https://freecomicbookday.com, ou peut-être sur vos liseuses habituelles aussi), mais aussi sur certaines librairies spécialisées. Il n’est pas trop tard pour se renseigner si vous êtes intéressé, cherchez si vous n’avez pas une librairie participant autour de chez vous. Je sais qu’il y en a quelques-unes à Paris (forcément), mais j’ai aussi vu passer l’info que d’autres en province suivaient le mouvement.

Image result for giles buffy

C’est l’occasion ou jamais de commencer à lire des comics si vous n’en lisez pas, de découvrir cet univers, d’emmener vos enfants découvrir tout ça (après tout, il existe des comics pour tous les âges !) ou tout simplement de geeker un peu plus pour vous. C’est en tout cas ce que je vais faire entre deux épisodes du WESéries ! Je ne vais quand même pas rater cette journée – je ne pense pas pouvoir aller dans une librairie participante (le comble), mais j’irai faire un tour sur les sites pour télécharger quelques formats numériques et j’en lirai peut-être un ou deux aussi, je suis en retard dans la série Giles.

Concernant les titres disponibles cette année pour cette journée gratuite, Dark Horse propose un extrait de La Légende de Korra et un d’Overwatch, deux titres assez réputés tout de même.

Image result for free comic book day 2018

Au-delà de ça, il y en a pour tous les goûts : le catalogue de cette année contient du Disney (jusqu’à la Petite Sirène), du Doctor Who, du Pokemon, du Riverdale… Chaque année c’est plus vaste, donc cherchez, renseignez-vous et ne passez pas à côté d’une bonne occasion ! Bon, et pour tout ce qui est comics dispos en physique, n’oubliez pas que ça se fait dans la limite des stocks disponibles.

Enfin, pour arranger les affaires de cette journée particulière, il y a souvent des films qui s’associent à l’événement. Tout a commencé avec SpiderMan en 2002, et cette année, c’est Venom qui s’y colle, une manière de boucler la boucle. Je ne pense pas craquer pour celui-ci, contrairement à l’an prochain où ce sera Avengers 4 ! D’ici là, on a le temps de voir venir… et surtout de lire plein de comics ! Bonne lecture à tous.

Image result for venom

 

La saison 11 de Buffy & Angel

Salut les sériephiles !

Cette semaine, je ne suis décidément pas très porté en séries – non seulement, je n’ai pas encore commencé à rattraper mon retard dans les articles de l’#AventSéries et je ne vois rien d’inédit, mais en plus j’ai préféré parler de Star Wars mardi – et je vais donc plutôt vous parler aujourd’hui de… comic books.

Résultat de recherche d'images pour "buffy season 8"
Je vous vois, mais promis, il faut les lire ces comics Buffy

Eh oui, à une époque, je comptais aussi parler de comics sur le blog, et puis j’ai fini par abandonner parce que la majorité de mes lectures comics se résument à Buffy et que la saison 11 m’a fortement déçu. Comme elle vient de s’achever (hier), je pense qu’il est temps d’en parler, même si j’ai dit récemment que je n’avais pas envie de la critiquer. J’ai tout (re)lu cette semaine alors c’est frais. Bien sûr, il y a tout plein de spoilers sur les saisons 8 à 11 en comics dans la suite de l’article !

Buffy

Résultat de recherche d'images pour "buffy season 11"C’était une fois de plus une saison du renouveau qui était annoncée en grandes pompes l’an dernier : cette saison 11 ne contiendrait que 12 numéros (contre le double pour la 10 et presque le quadruple pour la 8) qui permettraient d’instaurer un rythme vif et de revenir aux fondamentaux de la série en se concentrant sur les personnages.

S’il est vrai que les fondamentaux de la série étaient là, je me suis très rapidement trouvé déçu : pour moi, Buffy avait lutté en saison 8, mais la saison 9 avait enfin réussi à lui faire trouver un équilibre dans le rythme et les aventures traversées. Cette saison 11 s’éloigne définitivement du principe de l’arc qui collait à l’ADN de Buffy pour proposer une seule longue histoire avec 12 numéros indépendants.

Résultat de recherche d'images pour "buffy season 11"Du coup, entre chaque numéro, on a parfois plusieurs jours qui s’écoulent et toute la saison m’a donné l’impression d’accélérer beaucoup trop son histoire. L’intrigue en elle-même était très politique et on sentait le message anti-Trump et les idéaux des auteurs dans une sorte de réécriture de la seconde Guerre mondiale version Buffy.

Alors, oui, ce sont tout à fait mes idées politiques, je ne vais pas le cacher, mais ça m’a plus dérangé qu’autre chose de voir les personnages enfermés (littéralement) dans cette intrigue. Plus on avançait, plus la série s’éloignait de certains personnages (Giles, Xander, Dawn…) pour se concentrer uniquement sur une intrigue qui ne m’embarquait avec elle, et c’était fort dommage.

La toute fin, comme tout le reste, est trop rapide, mais je reconnais que la dernière scène m’a filé les frissons, parce que c’était probablement la dernière avec ces personnages pour un moment… S’il s’agit indéniablement de la saison que j’ai le moins aimé (eh oui, j’ai préféré la huit malgré son début chaotique !), je suis quand même triste de la voir se terminer sans annonce de saison 12.

Angel (et pas Faith) 

Image associéeEn parallèle, nous avons aussi eu le droit, comme d’habitude depuis la saison 9, à une épopée pour Angel. Pas comme d’habitude, on nous a privé du personnage de Faith, probablement par manque de temps, et des crossovers qui fonctionnaient toujours vraiment bien. C’est fort dommage, car la dynamique du duo faisait finalement 80% de l’intérêt du comic (et leur saison 9 était ma préférée, de loin). Quant aux crossovers, ils m’ont manqué (même si Faith a fini par rendre visite à Buffy pour compenser un peu, ouf).

Privé de Faith, Angel s’embarque dans cette nouvelle saison avec Fred, toujours possédée par Illyria. Ce duo/trio de choc me plaisait bien en théorie, surtout que j’adore Fred et Illyria (mais bon dieu, qu’ils ont du mal à dessiner Amy Acker !), mais l’intrigue en elle-même m’a très vite refroidi – et même glacé.

Résultat de recherche d'images pour "angel season 11"En effet, dans cette saison 11 nous voyons les personnages voyager dans le passé pour rétablir des erreurs passées dans leur vie. Alerte paradoxe, à la poubelle l’effet papillon. J’ai très vite détesté l’histoire, hyper prévisible et pleine de failles, et je suis super déçu car ils n’ont pas réussi à retomber sur leurs pieds comme je l’espérais en fin de saison (je m’attendais à une connerie du genre Illyria & Angel s’empêchant de retourner dans le passé, devenant eux-mêmes un paradoxe cessant d’exister, un truc classe annulant toute la saison mais apportant malgré tout la conclusion de l’intrigue… et on l’a frôlé, mais en fait non).

Ajoutons à tout cela un couple Angel/Illyria qui ne me fait pas rêver (parce que Wes pour toujours, merde) et une dernière scène frustrante, parce qu’il s’agit possiblement de la dernière de la série, là aussi, qui se fait sans les ¾ des acolytes d’Angel (c’est déjà mon reproche habituel de ces comics, en même temps).

Résultat de recherche d'images pour "faith season 11"

En conclusion, il s’agissait d’une saison vraiment en-dessous du niveau habituel, qui a tenté de proposer quelque chose de nouveau mais s’est cassé les dents en ne respectant plus le rythme comics qui leur allait bien et avec des histoires aux thèmes qui ne m’ont pas accroché. C’est super frustrant pour un énorme fan comme moi, c’est la première fois que je suis si déçu (peut-être que ça mérite relecture), et ça l’est encore plus de voir qu’ils n’ont pas annoncé de saison 12 pour le moment. Bref, une ancienne entité a pris possession des scénaristes quoi…

Résultat de recherche d'images pour "giles season 11"La série n’est pas encore tout à fait terminée pour autant : elle revient le 28 février (c’est looooong) avec une mini-série de quatre numéros a priori centrés sur la seconde adolescence de Giles, en parallèle des événements de cette saison 11. Je suis curieux de voir tout ça.

Et curieux de savoir si je verrais un jour ce qui a provoqué le monde sans magie de Fray parce que chaque saison ils nous font croire que… mais en fait non.

Bon, pas sûr que j’arrive à vous convaincre de lire les comics avec cet article, mais promis, ça vaut le détour car les personnages sont encore là, et eux ne déçoivent jamais, ouf !