Notre-Dame brûle

Salut les cinéphiles,

Les semaines se suivent et les bons films s’enchaînent au cinéma comme en-dehors de celui-ci. J’ai hésité un moment sur mon article de jour : fallait-il parler du dernier Pixar, Turning Red, ou du dernier film français qui m’a vraiment beaucoup plu ? Cocorico, je crois qu’il est tout de même important de faire la promo de Notre-Dame brûle à ma modeste échelle.

Concrètement, vous savez peut-être que j’étais un public vendu d’avance, parce que le quartier St Michel et l’aura de Notre-Dame sont des pans entiers de mon adolescence/mes études de jeune étudiant. La voir brûler en direct à la télévision reste un souvenir terrible et c’est une image à laquelle je ne m’attendais absolument pas quand c’était arrivé. Lorsque j’ai vu la bande-annonce de ce film, franchement, je me suis dit que c’était une idée nulle d’en faire un film… mais je me suis repris la violence de ces images en pleine face.

Voir aussi : L’incendie de Notre-Dame de Paris

Et ça a donc fonctionné sur moi : je me suis montré curieux et j’ai voulu voir le film. Il y a assez peu de spoilers pour le coup : tout est dans le titre. Le film se concentre sur la cathédrale parisienne le jour de l’incendie, proposant sa vision de l’événement en nous montrant le nombre improbable de causes qui pourrait expliquer ce qui a provoqué l’incendie, avant de nous montrer le déroulé des événements. C’est hyper frustrant, avec en permanence le sentiment que cela aurait pu être évité et qu’un certain nombre d’erreurs humaines ont mené à cette semi-catastrophe, principalement symbolique, mais tout de même.

Le cœur parisien est touché, comme je le disais dans mon article de 2019 (c’est déjà si vieux ?), et ça marche particulièrement encore de jouer là-dessus avec un film. Pour autant, je ne pense pas que ce soit un film pour les parisiens uniquement : au contraire, avec l’introduction qui nous présente bien son personnage principal et toute la richesse de la cathédrale, on comprend bien qu’au-delà d’une cathédrale, c’est un symbole de la France qui a pris feu, et que le drame a été vécu à différentes échelles.

Là-dessus, la réussite est complète : on nous propose un véritable film d’action, avec le suspense où il faut, la tension qui monte, les péripéties, les quelques destins de personnages forcément marqués par ce qu’il s’est passé côté pompiers, mais aussi ailleurs, et notamment côté politiques. On note qu’Anne Hidalgo n’est pas une actrice talentueuse et que la politique internationale n’est pas oubliée non plus. Etonnamment, il y a ainsi un bon humour par petites touches pour dédramatiser.

Moins étonnant : le film en fait parfois un peu trop dans ses symboles et avec la religion, mais bon, je m’y attendais et il y en avait moins que ce que je craignais. J’attendais en revanche toute une partie du film qui n’est pas assez développée : l’évacuation des œuvres d’art de la cathédrale. Le film se concentre beaucoup trop sur la couronne d’épines, LE joyau de la cathédrale, certes, et très peu sur toutes les œuvres qui ont pourtant dû être évacuées.

Les images de l’intérieur de la cathédrale et des flammes sont impressionnantes, la reconstitution est magnifique à regarder : ça rappelle qu’on est tous voyeuristes sur ce genre de drame, je pense. Bon, je parle de drame, mais dans le fond, ce n’est jamais qu’un édifice de pierre et de bois, je le sais bien. D’ailleurs, la fin m’a fait lever les yeux au ciel, et pas pour prier, mais l’ensemble m’a beaucoup plu malgré tout.

Et comme d’habitude, je termine donc mon article du mercredi en vous invitant à aller au cinéma, parce que ça vaut le détour : c’est rare d’avoir un film catastrophe sur un bâtiment ; rare d’avoir un film d’action français et rare d’avoir un semi-documentaire aussi efficace.

Uncharted pour mon anniversaire

Salut les cinéphiles,

J’ai eu l’occasion de l’évoquer rapidement dans d’autres articles : je suis allé voir Uncharted au cinéma dimanche matin pour bien commencer ma journée d’anniversaire, et bordel, je n’ai pas regretté du tout mon choix. Bon, je prenais assez peu de risques, c’est vrai : je ne connaissais rien à la franchise car je ne suis pas un gamer et je suis fan de Tom Holland.

Là-dessus, pas de surprise, donc, Tom Holland occupe 80 pourcents du temps d’écran du film, je pense, donc j’ai eu l’occasion de le voir sous tous les angles et de constater qu’aucun de ses profils n’est meilleur que l’autre. Je suis allé voir un film inspiré d’un jeu vidéo et j’ai obtenu un film inspiré d’un jeu vidéo, avec la petite influence qui va bien dans les scènes d’actions irréalistes et les petites répliques qui font mouche parfois. Sincèrement, j’avais l’impression de voir des clins d’œil aux jeux parfois… alors même que je ne connais pas les jeux.

Du côté de l’histoire, la surprise est totale. Autant j’ai souvent entendu parler des jeux, autant je m’étais toujours arrêté au titre sans savoir de quoi ça parlait. Il s’avère finalement que c’est une intrigue vraiment sympathique, et qui fait un bon film, avec la reprise de mythes autour de Magellan qui fonctionnent bien. En plus, je savais qu’il n’avait pas fini son tour, alors je trouve ça très sympa de me sentir aussi intelligent que le personnage principal.

C’était vraiment le minimum, parce que Tom Holland interprète ici un personnage qui est pas mal naïf et se laisse parfois embarquer dans des situations dont il aurait dû comprendre avant les problèmes que ça causerait. En plus, bon, soyons honnêtes, c’est quoi cette manie de se laisser endormir par tout ce qui bouge ?

Le film n’apporte relativement que peu de surprises, même visuellement. J’ai adoré sa dernière partie, même si j’ai un peu crisé face au sort réservé à des objets bien particuliers. Pas de spoilers ici, vous me connaissez, mais si vous avez vu, vous aurez compris de quoi je parle, je pense. Il y a des moments visuellement très sympathiques, mais je ne pense pas que des images resteront particulièrement en tête, à part ce qui est hélicoporté. Dès le début, on nous informe qu’il faut laisser son cerveau de côté avec une scène qui ne pourra jamais arriver, alors ce n’est pas si dérangeant.

Je me suis senti un peu plus gêné par l’absence d’explication parfois, notamment dans la boîte clandestine quand un code est résolu sans qu’on nous explique comment. Ce n’est pas si grave, mais j’ai trouvé que le côté quête aurait pu être mis encore plus en avant pour que le film soit vraiment génial.

Cela dit, il l’est déjà et je considère que c’était un bon choix pour mon anniversaire. Outre Tom Holland, heureux d’être là, j’étais surpris de redécouvrir Tati Gabrielle. Je trouvais le rôle de Gaia dans The 100 bien plus fade que ce qu’il aurait dû être à cause d’elle… peut-être que je me trompais. Ici, elle a un rôle de la même envergure, mais elle s’en tire très bien avec.

Enfin, le vrai plus de ce film, celui qui m’a donné le smile, c’est sa bande-originale. En ce qui me concerne, c’était un quasi sans faute, avec des chansons qui restent en tête et donnent envie de les réécouter. Je n’ai pas manqué de le faire, et la musique du film m’a servi de BO à ma journée d’anniversaire. Il en faut peu, écoutez. 

Ah et un dernier point non négligeable, tout de même : depuis que j’ai vu ce film, j’ai envie de jouer à des jeux vidéos. Genre, vraiment, ça m’a donné envie de me plonger là-dedans pour l’ambiance… alors que clairement, je n’ai ni le temps, ni l’énergie, ni l’argent pour jouer vraiment. C’est juste que ça me rappelle que je passe à côté de bonnes histoires parfois. C’est la vie.

Un retour à Poudlard vingt ans après (#1)

Salut les cinéphiles,

J’ai beau préparer un peu plus à l’avance mes articles, je dois dire que je n’ai toujours pas pris le temps d’écrire celui-ci comme je l’aurais voulu. À l’origine, ce devait en effet être un bilan de l’année 2021. À la place, et alors que nous approchons de la semaine complète en 2022, je me suis décidé à vous parler du seul film vu en 2022 pour le moment… et ce n’est pas vraiment un film, mais un making-off.

Il n’empêche que je trouvais triste de ne pas évoquer avec vous l’existence du documentaire (ce n’est pas autre chose) Harry Potter 20th Anniversary : Return to Hogwart. Si par magie – ou plutôt par… moldurie ? – vous étiez passé à côté, sachez qu’il s’agit là d’un making-off revenant sur l’ensemble des films de la saga avec des acteurs et une partie de l’équipe de production. Une partie, donc, car JK Rowling est évincée de manière peu discrète. Et ça, c’était franchement dommage, car il y aurait eu moyen de faire quelque chose de bien plus intéressant si elle avait été là. On les voit tous galérer les uns après les autres à parler d’elle sans en parler vraiment, c’est juste bizarre.

Autre bizarrerie dans le monde de la magie ? Le covid, clairement. Les interviews se font par petits groupes, la plupart du temps, et j’imagine que le but est de s’éviter un max de cas contact. C’est tout de même étrange quand l’intro nous vend une grosse réunion avec plusieurs acteurs et qu’on se retrouve finalement sans la moindre interaction parlée entre eux. Ca, c’était dommage. L’autre point dommage, et c’est le dernier promis, c’est que l’on n’apprend que peu de choses quand on est vraiment un potterhead, parce qu’on revient sur les grands classiques des coulisses.

Pour autant, c’est loin de m’avoir déçu ce making-off ! Au contraire, même, je suis bien content d’avoir passé à nouveau le premier jour de cette année dans le monde des sorciers : la nostalgie a totalement fait effet sur moi. Bien sûr, il y a toute une partie hommage en mémoire des acteurs et des personnes de l’équipe qui sont mortes, et même si c’est court, il y a déjà de quoi faire monter les larmes. Au-delà de ça, voir les acteurs se remémorer les bons souvenirs et en venir à se faire des déclarations d’amour un peu larmoyante, c’était plus crève-cœur que je ne l’imaginais.

Pour remettre en contexte, j’ai passé des heures devant le live de l’avant-première du huitième film, et j’avais versé ma larme lors des discours des acteurs principaux à la toute fin. Forcément, les revoir une petite dizaine d’années plus tard (et les voir être heureux de ne pas encore ressembler à ce qu’ils étaient dans l’épilogue), c’est très chouette.

Emma Watson est toujours aussi magnifique et parfaite. Alfred Enoch devrait avoir plus de temps d’écran. Helena Bonham Carter semble être une femme exceptionnelle. Je n’attendais pas grand-chose de ce documentaire, mais j’ai eu plus que ce que j’imaginais, parce qu’il m’a replongé dans les films, dans mes propres souvenirs, dans ceux des acteurs. C’était plus efficace qu’une pensine et c’était plein de nostalgie, de sourires, de bonne humeur, de moments marquants… Une vraie réussite.

En définitive, « Hogwarts will always be there to welcome you home » disait JK Rowling, et c’est bien vrai après toutes ces années, Severus (toujours). Est-ce qu’il faut absolument voir ce making-off ? Clairement pas, mais c’est un petit bonbon qui permettait de bien commencer l’année. Une douceur bienvenue dans un monde de brute, quoi, mais il faut savoir à quoi s’attendre avant pour ne pas en être déçu.

Et si jamais vous avez pris l’abonnement à Salto pour le voir, n’oubliez pas de jeter aussi un coup d’œil à la série Evil.

Zoey’s Extraordinary Christmas

Zoey’s Extraordinary Christmas – 16/20
J’ai beaucoup attendu ce film, et j’en ai peut-être trop attendu. Ironiquement, je pense qu’il arrive trop tôt après la fin de la série pour que ce soit vraiment des retrouvailles avec les personnages. Cela donne juste l’impression d’un long épisode de la série, et pas le meilleur qui plus est. C’est longuet et déséquilibré, mais ça a l’avantage d’apporter une vraie fin à la série cette fois. Il faut peut-être savoir s’arrêter tant qu’il est temps. Ce fut un joli voyage.

Spoilers

C’est le premier Noël de Zoey sans son père.

Their costumes shined.

J’ai attendu bien trop longtemps avant de me lancer dans ce film, mais c’est finalement sur un coup de tête que je me suis dit qu’il fallait que je tente de m’y mettre. Hier soir, j’étais donc parti pour ces cent minutes qui ne sont jamais qu’un long double épisode de la série, et je ne regrette pas de les avoir enfin vues… même si j’aurais aimé une ambiance différente. En effet, je m’attendais à de la comédie pure, et ce n’est pas ce que j’ai eu.

Cela commence plutôt pas mal, avec un résumé de la série par Zoey pour donner aux personnes qui découvriraient l’univers avec le film les cartes pour le comprendre. Et en même temps, le résumé est finalement interrompu par le père Noël, car c’est à lui qu’elle parle, et il l’est bien trop tôt pour réussir à replacer chaque personnage. Cela donne un étrange sentiment, parce que le film semblait vouloir être pour tout le monde, et soudainement, il ne l’est plus.

La première scène nous rend aussi une héroïne qui n’est pas si cool que ça, à garder pour elle le père Noël plutôt que de le laisser aux enfants qui l’attendent. C’est étonnant comme choix, ça l’a fait passer pour une horrible narcissique, et c’est quelque chose qui va perdurer pendant tout le film… alors que le personnage est supposé être l’exact opposé de ça. En plus, en même pas deux heures, ils n’ont pas le temps de gérer toute l’intrigue de dépression qui était en cours, alors ça fait vraiment bizarre, on ne trouve pas tout à fait le bon équilibre pour Zoey.

Elle qui adorait Noël se retrouve à jouer les elfes grincheux auprès de Mo qu’elle accompagne au centre commercial ce jour-là. Mo promet de garder pour lui ce qu’il pense vraiment de cette journée, mais eh, c’est oublier le pouvoir de Zoey : évidemment qu’on enchaîne aussitôt en chanson de Noël. Et c’est une excellente chose, parce qu’il fallait tout de même se mettre dans l’ambiance et que ça permet de voir que le format film permet davantage de choses, avec l’intervention de quelques figurants lambdas dans les chansons.

Malgré tout, Zoey a bien du mal à entrer dans l’ambiance de Noël malheureusement… Et je dis malheureusement parce que cela la rend toute bizarre. Je ne peux m’empêcher de la trouver un peu chiante par rapport à d’habitude. Elle cherche à s’enfuir alors que, pfiou, la Zoey qu’on aime devrait être toute heureuse à cette idée. Tout le problème vient de sa dépression probablement, sauf que ce ne sera pas abordé de plein fouet, se contentant de se centrer sur l’absence de son père, qui devient un refrain obsédant pour elle. Je ne peux pas comprendre ce que ça fait car j’ai la chance d’avoir mes deux parents en vie et je n’arrive pas à imaginer ce que ça doit être… mais je trouve tout de même qu’elle semble s’enfermer dans des attentes irréalistes.

Quand elle retrouve Max, Zoey reste tout aussi chiante. En effet, il est plutôt heureux d’avoir obtenu les pouvoirs deux semaines plus tôt et il est ravi de les avoir parce qu’il s’en sert pour venir en aide à ses clients. J’imagine que ça aide bien. Cela fait donc deux semaines qu’il a les pouvoirs : c’est encore fun et Zoey lui a fait gagner du temps, il sait déjà comment ça fonctionne.

Zoey retourne aussi au travail, parce que ce film serait incomplet sans ce genre de passage. Et c’est agréable de la retrouver dans ces décors. En revanche, ça donne presque l’impression de revenir en arrière quand elle en est une fois de plus à parler avec Simon du deuil du père. Bon, le but du film est aussi de boucler certaines intrigues, j’imagine. Nous avons donc une journée pull de Noël avec encore un concours où personne ne bosse – et un concours qui est gagné par Leif et Tobin, en plus.

Sur les conseils de Simon, Zoey organise une réunion de famille pour parler avec eux du réveillon. C’est le premier sans le père et il faut bien en parler. Le problème, c’est que toute la famille a déjà des plans de prévu. Outch. Ils sont gênés comme tout de devoir avouer la vérité à Zoey : elle est la seule à ne pas avoir de plan pour Noël, parce qu’Emily et David vont chez la sœur de la première alors que Maggie est prête pour une petite virée à Hawaii.

Et alors que Maggie demande à Zoey ce qu’elle pense de tout ça, voilà Zoey qui se la joue Taylor Swift pour nous chanter Bad Blood. C’est plutôt intéressant à regarder, parce que ça signifie que c’est Max qui se retrouve à la place de Zoey : il entend ce qu’elle pense au plus profond d’elle et il va être bon pour jouer son psy quand elle est en plein déni de la situation en face d’eux.

L’avantage, c’est que Max est vraiment le copain parfait pour Zoey. Il aborde la situation avec le ton léger qu’il faut, il répond bien à ses blagues et il l’aide à faire face à la catastrophe comme il le faut, en en parlant tout simplement. Cela ne fait pas tout le travail pour autant : Zoey se rend compte assez vite que tout le monde autour d’elle a de gros plans pour Noël.

Après sa famille, c’est au tour de Simon de savoir quoi faire loin de San Francisco, puis de Leif, puis de Mac et Tobin. Et même avec Mac qui fait passer le message que Zoey s’apprête à avoir des vacances nazes, ben, tout le monde a bien du mal à faire comme si. Et le pire, c’est qu’ils cachent tout comme il faut, mais ils ne peuvent pas taire les chansons en eux. La chanson était sympathique, mais ce n’était pas leur meilleur numéro, c’en est presque décevant.

S’il y en a une qui est déçue, en tout cas, c’est Zoey. Elle rentre dans la maison familiale pour mieux découvrir que sa mère n’a pas pris la peine de décorer quoique ce soit. Bordel, je me sens moins seul soudainement à ne pas avoir de déco à une semaine du réveillon. Elle se met aussitôt en quête de décorations pour mieux tomber sur une boîte à souvenirs un brin désespérante et déprimante pour elle : elle se rappelle ainsi des différents Noëls en famille.

Pendant que David et Emily sont jaloux de leurs connaissances envoyant des cartes de Noël parfaites, Zoey est donc en pleine dépression. Max le voit bien et après une petite soirée à l’opéra, il tente de la convaincre que des vacances de Noël rien qu’à eux deux pourraient être fun.

Ce n’est pas exactement ce que Zoey a en tête, cela dit. Les deux se retrouvent alors coincés dans une étrange scène où Zoey est à fond dans l’ambiance de Noël dans sa tête alors que Max est coincé dans un Just the two of us. Il y avait de bons moments dans cette scène, malgré son ambiance bizarre, principalement parce que les acteurs s’éclatent, en fait. Je suis amoureux de Max et sa petite balade romantique, je suis amoureux de Zoey et son surjeu total de l’ambiance de Noël.

Malgré tout, la conclusion est finalement que Max est prêt à faire ce que veut Zoey. Comme toujours. Il accepte donc de faire en sorte d’organiser un grand réveillon de Noël en la mémoire de Mitch, car c’est finalement ce que veut faire Zoey. Pour ça, il lui faut encore convaincre sa famille de rester. Par chance pour elle, Emily et David ne sont pas si ravis d’aller voir Jena finalement, alors que Maggie ben… C’est une maman. Elle se laisse facilement convaincre, même si Deb était très motivée à l’idée d’aller à Hawai’i. Elle se fait inviter au réveillon, alors ça va, surtout que le voyage est décalé à la St Valentin.

Bref, tout va bien dans le petit monde de Zoey, et tout le monde fait encore en sorte d’aller dans son sens. Et pourtant, malgré ça, la vie continue et il va falloir que Zoey s’y fasse un jour ou l’autre. Oui. Evidemment, au moment de l’achat du sapin, Zoey se rend compte que sa mère en pince totalement pour le marchand de sapin. C’est n’importe quoi, parce que bien sûr, la rousse voulait juste un joli Noël en souvenir de son père. Malgré tout, elle est prête à venir en aide à sa mère et ses envies de recommencer à rencontrer des hommes. Par contre, quand il est question de s’inscrire sur des applications de rencontres, il y a trop rapidement trop de moments gênants pour elles. Maggie en arrive à la conclusion qu’elle n’est pas prête, pensant encore trop à Mitch.

Dans le fond, c’était le plan de Zoey, non ? Elle se retrouve à gérer le réveillon pour que tout le monde pense à Mitch, non ? Et c’est… terrible à voir. Elle est insupportable avec tout le monde, je crois. Heureusement, Mo est capable de lui donner quelques bons conseils pour les préparatifs – et j’ai particulièrement aimé le conseil pour acheter des cadeaux en suivant quelqu’un avec de belles chaussures.

C’est complètement perché, mais admettons. Le plus perché n’est pas encore là : le plus perché, c’est Max qui invite le vendeur de sapin au réveillon de Noël sans en parler personne, pas même à Zoey, juste parce que Maggie a chanté une chanson et qu’il l’a entendue ? C’est tellement perché, faut arrêter, franchement.

 

En tout cas, Zoey n’arrive pas à se faire à l’idée que les choses sont en train de changer. Son père n’étant plus là, l’idée de tout refaire comme avant ne peut pas fonctionner. C’est toujours un plaisir de voir le casting de la série, heureusement, mais en plus, faut voir la chanson que Max a entendu : Call me maybe, version soixantaine. C’est… original, mais de là à dire que Maggie y a mis tout son cœur, je ne sais pas quand même.

Pour en revenir au réveillon (bordel, c’est dans quatre jours pour nous), tout ne se passe pas si mal pour autant, parce que Max avait raison : le vendeur de sapin a bien une raison d’être là, et l’univers le rend touchant quand il pleure sur des chaussettes de Légo. Elles étaient pour Max à l’origine, mais il lui cède avant même de savoir que ça peut avoir le même impact sur Jack. Quant à Maggie, si elle n’est pas encore prête à se relancer dans des rencards, elle cède vite au charme de l’homme à qui elle fait visiter la maison.

Zoey pète de plus en plus un câble puisqu’elle perd peu à peu le contrôle de la situation, mais elle est loin de se douter que ça ira aussi loin que ce qui arrive : Maggie embrasse Jack après un petit tour de claquettes, et évidemment, Zoey les surprend. Perturbée, elle retourne en cuisine où elle n’hésite pas à engueuler toute sa famille avec le repas ne tourne à la catastrophe quand elle se retrouve à être cassante avec tout le monde… et que Jack se retrouve cassant avec la boule à neige de Mitch, le pauvre.

La boule à neige s’éclate au sol. Evidemment. Je pense qu’on l’avait tous vu venir dès le départ puisqu’elle est introduite comme la référence à Mitch, la tradition du début de tous les Noëls familiaux. C’est un accident fâcheux, bien sûr, et ça suffit largement à provoquer quelques émotions comme la série savait le faire. Pas aussi bien, je trouve, mais de manière assez efficace tout de même.

C’est finalement Max qui est le plus affecté par l’accident. Il comprend bien que son pouvoir peut être une malédiction : il entend toute sa belle-famille se mettre à chanter sa peine, son deuil, sa tristesse. Et ça fait beaucoup d’un coup. Le reste de la soirée nous sera inconnu jusqu’au moment où Zoey est sur le point d’aller se coucher auprès d’un Max dépité par ce qu’il a provoqué. Maggie les interrompt tout de même pour venir voir Zoey et parler de ce qu’il s’est passé avec Jack, mais ça ne mène un peu nulle part.

La nuit de Noël est enfin là après une dernière conversation pour le couple, cela dit, et ça se passe mieux pour Zoey. La décoration de la maison est magnifique durant la nuit, et il se met même à neiger soudainement dans le salon. C’est le petit miracle de Noël : Mitch se met à lui chanter un chant de Noël alors que tout passe en noir & blanc. Bien sûr que le film se devait d’avoir une scène entre Zoey et Mitch lui aussi. C’est un peu cliché, mais c’est un film de Noël après tout. Mitch peut ainsi lui apporter le réconfort dont elle a besoin et la morale de ce film. On le voyait venir dès le départ, hein, mais bien sûr, Zoey apprend que c’est une mauvaise idée de vouloir absolument garder Noël exactement comme il l’était auparavant.

Mitch lui explique qu’elle a besoin de nouvelles traditions, de nouvelles histoires et surtout, surtout, qu’elle a besoin d’oublier la perfection. Simple, efficace, petit chant de Noël et hop, on repart vers la conclusion du film. Il y a de quoi faire pour arriver à une fin heureuse.

Au lendemain matin, Zoey se lève tout fraiche et pimpante, et elle souhaite s’excuser auprès de sa famille pour le réveillon horrible qu’ils ont passé… mais avant ça, elle doit encore retrouver Max qui s’est éclipsé. Aaah. Mais c’est horrible, ça, surtout qu’ils doivent tous s’attendre pour l’ouverture des cadeaux. Zoey n’étant pas là, Maggie profite du temps qu’elle a pour se rendre sur la tombe de Mitch.

Elle a des choses à lui confesser : elle a fait une petite danse de claquette à quelqu’un qui n’était pas Mitch, et elle l’a embrassé aussi. C’est beaucoup pour elle, et j’aime le fait que les scénaristes prennent le temps de développer son personnage à nouveau dans cette direction. Son travail de deuil est clairement difficile à gérer. Bon, par contre, une part de moi espérait vraiment une comédie pour Noël, et ce n’est pas exactement ce que propose la série avec ce film. Non, c’est même plutôt déprimant à vrai dire.

La déprime, c’est aussi l’état de Max : si le film ne cherche pas à nous expliquer pourquoi il a les pouvoirs de Zoey désormais, il nous montre les difficultés que ça entraîne dans la vie de Max. Il comprend enfin les difficultés qu’avait Zoey ces deux dernières saisons et il s’en veut en plus de ne pas avoir réussi à plus la comprendre. Mouais. Je trouve que la série a toujours bien été proportionnée là-dessus, et j’ai souvent été du côté de Max franchement. Finalement, la série se dirige vers autre chose : Zoey en arrive à la conclusion que Max a obtenu son pouvoir pour pouvoir mieux la comprendre.

L’empathie est une bonne chose, mais la justification est quelque peu surprenante. Il ne faut pas trop réfléchir à ces histoires de pouvoirs je crois et se contenter de les vivre avec joie. J’aurais aimé toute une saison se centrant sur Max, on aura juste eu un petit film avec Max entendant principalement des chansons de Zoey.

En effet, après un dernier duo, Max se rend alors compte qu’il a perdu son pouvoir… Et ça, franchement, je trouve ça nul. C’est bien d’avoir l’empathie pour Zoey, mais j’aurais aimé que ça dure pour lui aussi. Tant pis. Il est l’heure d’en arriver à la conclusion du film de toute manière. C’est finalement du côté de David et d’Emily que j’ai reçu le coup que je m’attendais à avoir dans le film parce que ces scénaristes savent le faire ! Je ne m’attendais pas à ce que ça vienne de leur intrigue pas dingue, par contre.

Plutôt que de se consacrer à une newsletter vantant une année extraordinaire, David décide finalement de raconter la vérité dans une lettre. Les mots choisis par David sont parfaits, et comme le dit Emily, ils sont courageux et plein d’amour. J’aurais préféré qu’ils envoient cette lettre, d’ailleurs : je comprends l’idée du gag de les avoir en train d’envoyer la première lettre plutôt que la plus jolie des deux, mais ça gâche une partie du message, pour rien.

En parallèle, Mo et Penny continuent de filer le parfait amour, et c’est très chou à voir. En deux semaines, la relation a pris beaucoup de poids, je trouve. C’est tant mieux car ça donne envie que Mo termine avec une jolie conclusion. En attendant, Mo se contente d’aller chercher la fille de Penny à sa chorale et il n’en faut pas plus pour qu’elle prenne aussitôt la direction de cette chorale qui manquait de joie, effectivement.

Après, je ne suis pas certain que Mo apporte tant de joie que ça aux enfants, mais bon, c’est justement le but de cette intrigue qui finit par nous montrer qu’elle est partie en vrille sévère. Elle se prend pour la star du show, et autant vous dire que les parents ne sont pas ravis d’assister à un spectacle de Mo plutôt qu’à un spectacle de leurs enfants. C’est ridicule à bien des égards. La voix de Mo est magnifique, hein, mais personne n’est là pour ce spectacle et il se ridiculise énormément. C’est plutôt en raccord avec le personnage après.

Penny lui fait prendre conscience en fin d’intrigue que ce n’est pas tout à fait le but de ce genre d’événements d’éclipser les enfants. Le problème, c’est qu’il ne reste pas tellement de temps pour traiter cette histoire et que, de toute manière, ça a juste trainé en longueur tout du long en étant perpétuellement détaché de l’intrigue principale. Le format série appliqué à un film, clairement… C’était étrange.

En plus, Tobin et Leif ont manqué beaucoup à tout ça. On ne les retrouve qu’à la toute fin du film, quand Zoey prend enfin la décision d’instaurer de nouvelles traditions de Noël. Elle se rend donc à MaxiMo où Mo organise sa soirée annuelle de Noël avec tous ceux qui ne savent où aller pour Noël. Il s’agit évidemment d’un karaoké, et tous les collègues de Zoey sont là, comme d’habitude. Simon est là lui aussi, évidemment, et il offre à Zoey… une boule à neige. C’est beau les coïncidences. Alors par contre, ces drôles de regards qui nous renvoient dans un triangle amoureux ? Ce n’était pas nécessaire du tout.

La conclusion du film ? Tout est bien qui finit bien, évidemment. Mo apprend à s’éclipser pour laisser Amira, la fille de Perry, chanter. Allez la relève est là. Et ça fait une fin sympathique, avec Perry qui se met à chanter lui aussi. On n’avait pas eu l’occasion d’entendre sa voix, c’était un peu dommage.

C’est une jolie conclusion pour la série je dois dire, et cette fois-ci, je ne suis pas certain qu’apporter une suite sera vraiment nécessaire. Oh, j’aurais envie d’en avoir une, mais j’ai peur qu’ils s’essoufflent encore plus : de ce film, il ne reste rien de bien marquant, finalement. Aucune performance ne s’est vraiment démarquée, aucune scène n’a réussi à avoir l’impact émotionnel que j’en attendais (à part la lettre, mais c’était vite expédié) et l’équilibre de l’ensemble n’était pas spécialement stable. L’avantage, c’est toutefois qu’on a une vraie dernière scène cette fois. Là, les sourires de fin pour tous, c’était quand même génial. Restons-en là, une page se tourne.