The Promised Neverland – T10 & 11

Salut les sériephiles,

Résultat de recherche d'images pour "promised neverland tome 10"Cela fait un petit moment que je n’ai pas parlé de The Promised Neverland sur le blog, mais c’est parce que je n’en avais plus lu le moindre tome, alors forcément, c’est plus compliqué. Ce matin, je me suis enfin pris le temps de lire le tome 11 qu’il fallait que je rende ce midi, et comme d’habitude, j’ai tout simplement adoré ce nouveau tome – et le 10 dont je n’ai pas eu l’occasion de parler ici. L’air de rien, il était enfin temps d’en arriver à une forme de conclusion d’une bonne partie de l’histoire, mais je vais en parler avec quelques spoilers quand même, alors à vos risques et périls si vous n’êtes pas à jour.

Voir aussi : Tome 1 | Tome 2 | Tome 3 | Tome 4 | Tome 5 | Tome 6 | Tome 7 |
Tome 8 Tome 9 | Tome 10 | Tome 11 | Tome 12 |

Une conclusion ? Il y a littéralement un chapitre de ce tome qui s’appelle « dénouement ». Alors qu’on approche du centième chapitre de l’histoire, c’était assez logique, et ça continue de prouver que le rythme de ce manga est excellent. On avance vite d’un chapitre à l’autre et c’est agréable, parce que ça limite beaucoup les longueurs. Pourtant, l’arc qui se termine dans ce tome est un arc qui, à mon sens, a prolongé l’histoire juste pour le plaisir de la prolonger. Il n’était pas forcément nécessaire, même si je l’ai bien aimé.

Ce détour à Goldy Pond nous a permis de mieux connaître l’univers et les monstres de Promised Neverland, mais c’était une longue parenthèse de quelques tomes qui nous changeait totalement de l’univers de l’orphelinat ou de la fuite dans la forêt. C’est l’arc auquel j’ai le moins accroché, tout en gardant un avis super positif sur l’ensemble. Bref, je chipote et je cherche la petite bête sur ce coup-là. C’était agréable à suivre et toujours aussi fluide, voire même un peu plus.

J’ai beaucoup aimé la conclusion proposée, avec un boss final pas si facile à tuer, mais qui finit par se faire avoir grâce à un élément proposé il y a quelques tomes. C’est d’ailleurs la force de ce onzième volet à mon sens : il y a plusieurs rappels de choses qui se sont déroulées il y a plusieurs tomes, et ça permet de construire une vraie cohérence globale et de donner de la force à l’histoire.

Bien sûr, il y a des facilités, notamment la survie d’Emma un peu abusée après le coup qu’elle se prend, mais c’est inévitable dans ce genre d’histoire : il fallait un moment catastrophique pour que le stress monte, et c’est plutôt bien géré. Après, on ne nous prend pas pour des buses, et ça ne dure pas si longtemps. Dans l’ensemble, ça se lit donc toujours aussi vite et c’est génial.

Les humains aspirent au bonheur, mais curieusement, c’est dans le désespoir qu’ils s’épanouissent.

J’ai aimé également le découpage de ce tome français parce qu’il ne s’arrête pas à ce dénouement, justement ; mais prend le temps de développer aussi la suite de l’histoire. Cela permet de relancer les choses de manière assez naturelle et fluide. L’idéalisme d’Emma et des enfants n’est pas forcément hyper crédible, ni n’est forcément ce que je préfère dans cette histoire, mais au moins, il est cohérent et dans la lignée de tout ce qui a été écrit avant. Il faudra voir vers quel type d’arc se développe la série désormais, mais là, l’histoire est relancée pour ce qui peut s’étendre sur quatre à vingt tomes, facilement. Pourtant, tout avançait vite au début…

On sent que l’auteur profite du succès de sa saga pour explorer encore plus le monde. Ce n’est pas forcément si dérangeant – j’ai tenu devant The Walking Dead après tout… – mais il faudra voir comment c’est géré. Pour cela, il me faudra lire le tome 12 (sans déconner !), et ça tombe bien, parce qu’on me le prête ce midi. Ah, et aussi, je tiens à souligner qu’il y avait de bonnes pages humoristiques dans ces tomes, et ça fait toujours plaisir ces petites parenthèses.

Bilan du Mois de la BD 2019

Salut les sériephiles !

On se retrouve avec un peu de retard aujourd’hui pour faire le point sur un mois de lecture qui vient tout juste de se terminer, à savoir le Mois de la BD. Je vous en ai parlé régulièrement tout au long du mois de septembre, j’ai quasiment mis de côté toutes les lectures persos en cours pour ne plus lire que de la BD. Bien qu’aidé par le fait de ne pas avoir à lire des pavés aussi longs que l’an dernier pour le boulot – parce qu’il n’y a pas à dire, le programme de 6e, c’est plus soft – et par de longs trajets en transport en commun, il faut se rendre à l’évidence : j’ai lu moins que l’an dernier.

20190923_075622

Ben oui, en 2018, j’avais pu m’abonner à la médiathèque juste à côté de chez moi donc j’avais fait pas mal de découvertes. Et puis, surtout, j’avais commencé le mois avec une toute petite Pile À Lire. C’est tout l’inverse de ce que j’ai fait cette année où ça m’a pris près de 28 jours de venir à bout de PAL. Elle n’était pas si immense pourtant, mais bon. Durant ce mois, j’ai donc lu :

Et le 30 septembre, je me suis décidé à dépasser un peu ma PAL en entamant enfin la lecture des tomes de Ms Marvel. Depuis le temps que Poluss a écrit un article dessus ici et qu’elle me dit qu’il faut absolument que je les lise, il fallait bien que je m’y mette. J’ai donc lu tout le premier tome avant-hier et je vous en reparlerai dans le courant du mois !

20190927_094244

Bon, et donc alors, qu’est-ce que ça donne du côté des points tout ça ? Honnêtement, je n’ai pas encore fait le décompte, mais c’est parti :

  1. Un personnage de ville : 2 points
  2. Un gâteau/une pâtisserie : pas de gourmand des BDs…
  3. Un personnage dort : 3 points
  4. Une page majoritairement rose : 7 points. Là, honnêtement, grosse surprise et belle coïncidence avec les dessinateurs d’Angel (surtout) et Buffy qui sont fan de cette couleur ! Tant mieux.
  5. Un personnage pleure : 6 points. Achetez-leur des mouchoirs !Résultat de recherche d'images pour "the promised neverland 9"
  6. BD/Comics lu dans une BD : pas de lecteur non plus dans mes lectures, c’est malin !
  7. Une histoire d’amouuuuur : 4 points, et franchement, ça n’a jamais été mis sur le devant de la scène. Je ne suis pas très romantique en BD ?
  8. Un enfant : 2 points, merci The Promised Neverland
  9. Un personnage mange : 6 points, pas gourmands, mais voraces !
  10. Quatre cases sur la page : 10 points, c’est beaucoup moins rare que prévu finalement !
  11. Lire un tome 3 : 2 points (Kill or be killed et Angel)
  12. Une blessure : 10 points, mais ça, je m’attendais à en voir partout, je le reconnais.
  13. Un personnage LGBT : 4 points, mais je n’ai compté que les fois où il en était vraiment question, alors qu’il y en avait parfois dans la BD, mais comme le sujet n’était pas abordé, j’ai considéré que ce n’était pas tellement le but de ce point.
  14. Des personnages jouent : 2 points seulement
  15. Une explosion : grosse surprise, je n’en ai eu qu’une seule sur toutes mes lectures !

Résultat de recherche d'images pour "kill or be killed vol 3"

Voilà qui me donnait donc un total de 59 points, auxquels j’ajoute huit BDs de moins de 55 pages (8 points) et trois de plus de 101 pages (9 points). Je termine donc le mois de la BD avec un total de 76 points. Bon, je suis loin des 108 de l’an dernier, mais je suis quand même bien content de mon score. Cela aurait pu être pire. C’est déjà un bon score et je suis à jour partout au moins – enfin, sauf dans Ms Marvel évidemment…

Je ne continuerai pas tout de suite ma lecture de comics, mais c’est pour la bonne cause : hier a commencé le mois de la bit-lit, j’ai donc lu un chapitre du tome 2 de Mercy Thompson à la place. Quoiqu’il en soit, merci beaucoup à Ludo d’avoir mis en place ce mois de la BD. Je n’ai pas été très actif sur les réseaux, mais au moins, j’ai avancé dans mes lectures, alors je suis content !